Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Cette page contient de l’information sur la Stratégie commerciale mondiale du Canada (2007-2013). Pour en savoir davantage sur le nouveau plan commercial du Canada prière de consulter la page Plan d'action sur les marchés mondiaux.

L'Inde

PDF (169 ko)Note de bas de page * | Études de marchés

Taj Mahal, Inde

Depuis le début des années 1990, l'économie indienne s’est transformée, et l’Inde représente aujourd’hui une puissance économique mondiale. Malgré la récente décélération de la croissance du PIB de l’Inde, son économie affiche l’une des croissances les plus rapides de la planète, et le pays est susceptible de devenir l’une des trois plus grandes économies du monde d’ici 2050. La croissance démographique du pays, la hausse du revenu par habitant, l’expansion rapide des secteurs de la fabrication et des services, de même que les besoins en infrastructure et en ressources naturelles qui en découlent, créent d’innombrables débouchés pour les exportateurs et les investisseurs canadiens. La croissance de la compétitivité de ses entreprises, conjuguée à leur désir de s’internationaliser, fait de l’Inde une importante source d’investissements stratégiques pour le Canada. Par ailleurs, ce pays dispose d’une réserve considérable de main-d’œuvre qualifiée. Déjà considérée comme un chef de file dans les domaines des mathématiques, des sciences et de l’ingénierie, l’Inde possède d’excellents établissements d’enseignement, qui ne cessent de produire en grand nombre des spécialistes instruits et parlant l’anglais. Dans ce vaste pays aux multiples facettes, il peut toutefois s’avérer problématique de faire des affaires. Les principales difficultés que les entreprises canadiennes doivent affronter dans le marché indien sont, entre autres, les dispositions qui limitent les importations et l’investissement, les restrictions auxquelles sont assujettis les prestataires étrangers de services, l’application inadéquate des droits de propriété intellectuelle et le peu de transparence du processus des appels d’offres. Pour réussir dans cet environnement complexe, les entreprises canadiennes doivent avoir accès, en temps utile, à de l’information de haute qualité concernant les marchés. Des efforts concertés de la part des gouvernements et des entreprises sont également essentiels afin de mieux faire connaître les fortes capacités du Canada et sa compétitivité sur le plan des coûts dans les secteurs prioritaires.

Les relations commerciales en 2009

  • Les exportations canadiennes de marchandises en Inde ont quadruplé au cours de la dernière décennie (comparativement à une diminution de 12,9 pour cent des exportations canadiennes totales) et ont atteint 2,1 milliards de dollars en 2009.
  • Durant la même période, les importations canadiennes de marchandises en provenance de l’Inde ont augmenté de 62,6 pour cent, atteignant 2,0 milliards de dollars en 2009.
  • Les investissements directs de l’Inde au Canada et ceux du Canada en Inde ont augmenté de façon considérable par rapport il y a cinq ans, se chiffrant à 3 milliards de dollars et à 601 millions de dollars respectivement à la fin de 2009.
  • En 2007, les exportations canadiennes de services en Inde ont atteint 324 millions de dollars; les importations de services, 421 millions de dollars.

Les débouchés

Le gouvernement du Canada a désigné l’Inde comme marché prioritaire dans le cadre de la Stratégie commerciale mondiale. Ce choix est le résultat de multiples consultations avec des représentants du gouvernement, du milieu universitaire et du monde des affaires et de l’industrie du Canada. Il a élaboré un plan de développement de marché exhaustif qui cible les secteurs riches en possibilités et compatibles avec les capacités du Canada et ses intérêts dans la région. Ces secteurs prioritaires sont:

  • Agriculture, aliments et boissons : Les débouchés dans le secteur agricole de l’Inde englobent un large éventail de sous-secteurs, dont ceux des produits de base, des boissons et des aliments transformés et des produits de la génétique. On prévoit que l’essor de ce secteur sera stimulé par l’augmentation du nombre de ménages à revenu moyen et élevé, le rajeunissement de la population et d’importants changements sur le plan du mode de vie.
  • Technologies de l’information et des communications (TIC) : L’industrie indienne des télécommunications affiche l’une des expansions les plus rapides de la planète. Le nombre d’abonnés au service de la téléphonie mobile se multiplie à un rythme supérieur à 80 pour cent; l’accès à Internet, quant à lui, affiche un taux de croissance phénoménal, parallèlement à la déréglementation croissante, à l’augmentation du niveau de scolarisation, à la baisse des prix des ordinateurs personnels et à la conscientisation accrue des consommateurs. En outre, le marché indien de l’accès sans fil très large bande (Wi-Max) est en voie de connaître une expansion considérable, par suite des nouvelles licences délivrées par le gouvernement et de la nouvelle politique sur les télécommunications adoptée en 2009. Le cinéma et le divertissement forment également un secteur des plus vigoureux en Inde, lequel fait largement appel aux effets spéciaux et à l’animation.
  • Sciences de la vie : Bien que l’industrie de la biotechnologie en Inde détienne seulement 2 pour cent du marché mondial à l’heure actuelle, elle est susceptible de devenir un acteur important sur la scène internationale. Selon certains analystes, cette industrie, qui a enregistré une croissance de 20 pour cent au cours de l’exercice 2008-2009, pourrait voir ses recettes quadrupler d’ici cinq ans.
  • Éducation : Le dynamisme croissant de l’économie et la prospérité qui en découle stimulent la demande d’enseignement de qualité en Inde. Malgré son vaste réseau d’établissements d’enseignement, la demande croissante en matière d’enseignement de qualité dépasse largement l’offre. On estime à 160 000 le nombre d’étudiants indiens qui font leurs études à l’étranger chaque année; le Canada en accueille très peu, quoique leur nombre augmente rapidement.
  • Électricité et énergie renouvelable : Pour soutenir sa croissance économique, l’Inde s’apprête à quintupler sa puissance installée d’ici les 20 prochaines années, ce qui aura pour effet d’offrir aux entreprises canadiennes des débouchés à court et à long terme dans l’ensemble du secteur de l’énergie. Les efforts se multiplient dans le domaine des technologies nouvelles et renouvelables, une importance particulière étant accordée à l’énergie propre et à la lutte contre les changements climatiques.
  • Infrastructure des transports : Le gouvernement de l’Inde estime à 500 milliards de dollars les dépenses des 10 prochaines années dans le secteur des infrastructures, où le secteur privé sera des plus actifs. Il existe d’importants débouchés pour les investisseurs et les entreprises canadiennes possédant une expérience internationale de la planification, de l’ingénierie et de la mise en œuvre de projets, des études de faisabilité et des études d’impact environnemental, et de la construction.

Relations commerciales entre le Canada et l’Inde, 2005-2009

Texte alternatif : Relations commerciales entre le Canada et l’Inde
Relations commerciales entre le Canada et l’Inde, 2005-2009
 Exportations canadiennes de marchandisesImportations canadiennes de marchandisesInvestissement canadien direct à l'étrangerInvestissement étranger direct au Canada
20092 147 600 000 $2 002 400 000 $601 000 000 $2 972 000 000 $
20082 418 000 000 $2 201 800 000 $785 000 000 $2 667 000 000 $
20071 791 800 000 $1 979 000 000 $506 000 000 $s.o.
20061 674 800 000 $1 919 300 000 $677 000 000 $211 000 000 $
20051 086 900 000 $1 786 200 000 $319 000 000 $171 000 000 $

Le leadership et le soutien du gouvernement

Le gouvernement du Canada continuera de suivre de près les politiques et règlements de l’Inde en matière de commerce et d’influer sur ceux-ci dans le sens des intérêts canadiens, notamment en collaborant étroitement avec les entreprises canadiennes actives sur le marché indien en vue de surmonter les principaux obstacles au commerce, dont les règlements ayant pour effet de restreindre les importations, les restrictions imposées aux fournisseurs de services étrangers, l’application inadéquate des droits de propriété intellectuelle et le peu de transparence du processus des appels d’offres. Les nouveaux accords bilatéraux portant sur les sciences et la technologie et l’investissement étranger ouvriront de nouveaux débouchés aux entreprises canadiennes, tout comme les efforts en cours visant à asseoir la position du Canada en tant qu’importante porte d’entrée pour le commerce en Asie-Pacifique. Le Service des délégués commerciaux du Canada en Inde a ouvert de nouveaux bureaux à Ahmedabad, à Hyderabad et à Kolkata, et affectera des ressources additionnelles à New Delhi et à Mumbai. Les délégués commerciaux continueront de faire valoir le rôle du Canada à titre de porte d’entrée vers l’Amérique du Nord, d’importante destination pour l’investissement et de partenaire dans le domaine des sciences et de la technologie.

L’accès au marché

Le Canada dispose d’un certain nombre d’instruments bilatéraux en matière de commerce et d’investissement pour faciliter et appuyer les activités des entreprises canadiennes en Inde, à savoir :

2005

  • l’Accord de coopération scientifique et technologique entre le Canada et l’Inde

2009

  • la Déclaration conjointe Canada-Inde
  • le Protocole d’entente sur la coopération en agriculture et dans les secteurs connexes
  • le Protocole d’entente sur la coopération énergétique

2010

  • la Déclaration conjointe Canada-Inde
  • l’Accord de coopération nucléaire (en instance de ratification et de mise en œuvre)
  • le Protocole d’entente sur les sciences de la terre et l’exploitation minière
  • l’Étude conjointe sur un possible accord de partenariat économique global

Sauf indication contraire, les données portent sur l’année 2009 et sont exprimées en dollars canadiens. Toutes les données sont fondées sur les plus récentes statistiques nationales accessibles, lesquelles sont tirées de diverses sources, dont Statistique Canada, Exportation et développement Canada, la Banque du Canada, le rapport Perspectives de l’économie mondiale du FMI et la CNUCED.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les États-Unis, visitez le site Web d’Affaires étrangères et Commerce international Canada ou communiquez avec le Service des délégués commerciaux au 1-888-306-9991.

Notes de bas de page

Note de bas de page *

Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pour accéder à un fichier sur cette page, veuillez consultez la section formats de rechange de notre page aide.

Retour à la référence de la note de bas de page *

En bref

  • Capitale : New Delhi
  • Superficie : 3 287 263 km²
  • Population : 1,2 milliard
  • Langues : hindi et anglais (parlés le plus couramment)
  • Type de gouvernement : parlement bicaméral
  • PIB : 1,4 billion de dollars
  • PIB par habitant : environ 1 177 $
  • Principales destinations des exportations: Émirats arabes unis, États-Unis, Chine, Hong Kong et Singapour
  • Principales sources des importations: Chine, États-Unis, Émirats arabes unis, Arabie saoudite et Allemagne
  • Principales exportations: pierres et métaux précieux, combustibles minéraux et pétrole, matériel électrique et électronique, machines et produits chimiques organiques
  • Principales importations: combustibles minéraux et pétrole, pierres et métaux précieux, machines, matériel électrique et électronique, produits chimiques organiques
  • Principales exportations canadiennes (en dollars) : légumes (536,5 millions), engrais (441,7 millions), machines (174,8 millions), pâte de bois (139,3 millions), matériel électrique et électronique (117,0 millions)
  • Principales importations canadiennes (en dollars) : produits chimiques organiques (314,4 millions), vêtements tricotés (178,2 millions), vêtements tissés (163,5 millions), pierres et métaux précieux (163,1 millions), matériel électrique et électronique (120,2 millions)
  • Taux de change : 1 $CAN=42,52 roupies indiennes (INR)

Service des délégués commerciaux du Canada