L'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA)

Renseignements généraux

L’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) est entré en vigueur le 1er janvier 1994, créant la plus vaste région de libre-échange du monde, en plus de stimuler la croissance économique et de contribuer à la hausse du niveau de vie de la population des trois pays membres. En renforçant les règles et procédures régissant le commerce et l’investissement, l’ALENA s’est révélé un fondement solide pour bâtir la prospérité future du Canada, tout en offrant au reste du monde un bel exemple des avantages de la libéralisation du commerce.

Prospérité

Les échanges trilatéraux dans la région de l’Amérique du Nord, évalués selon les importations de chaque pays en provenance des deux autres États membres de l’ALENA, se chiffraient à plus de 288 milliards $US en 1993, et en 2012, ils ont franchi la barre du 1 billion de dollars. Reflet de la prospérité et de la croissance de la région, la taille de l’économie nord-américaine a plus que doublé depuis 1994. De 1993 à 2012, le produit intérieur brut (PIB) combiné du Canada, des États-Unis et du Mexique est passé de 7,7 billions $US à 19,2 billions $US. Pendant la même période, les exportations canadiennes de marchandises aux États-Unis ont augmenté à un taux annualisé de 4,4 %. En 2012, le commerce bilatéral des marchandises du Canada avec le Mexique représentait près de 31 milliards de dollars. Toujours en 2012, 75,7 % des exportations de marchandises du Canada étaient destinées à ses partenaires de l'ALENA. Le commerce de marchandises entre le Canada et les États-Unis a plus que doublé de 1993 à 2012, et les échanges commerciaux entre le Canada et le Mexique ont presque septuplé durant la même période.

En 2012, le commerce de biens et de services entre le Canada et les États-Unis a atteint près de 742 milliards de dollars, soit 41 % du PIB du Canada. Le Canada est le plus grand marché des exportations de services des États-Unis, le commerce de services entre les deux pays ayant atteint près de 107,6 milliards de dollars en 2012, soit une augmentation de 167,3 %. La même année, le Canada était la destination principale des exportations américaines de marchandises, ainsi que la deuxième source en importance d’importations de marchandises aux États-Unis. Le Canada est aussi le principal fournisseur étranger d’énergie aux États-Unis (le Mexique se classe au troisième rang) et la quatrième source cumulative d’investissements étrangers directs (IED) aux États-Unis.

En 2012, le commerce de marchandises entre le Canada et le Mexique était 6,8 fois plus élevé qu’en 1993, passant à plus de 30,9 milliards de dollars, ce qui représente un taux de croissance annuel moyen de plus de 10,6 %. Les échanges de services entre les deux pays ont pour leur part quintuplé pour atteindre 2,9 milliards de dollars en 2011. En 2012, le Mexique était le troisième plus important partenaire commercial du Canada; il était aussi le troisième fournisseur et le cinquième marché d’exportation de marchandises du Canada.

L’augmentation de l’activité économique et de la production dans la région a contribué à la création d’emplois pour les Canadiens : un emploi sur cinq au Canada est lié au commerce. Grâce à la création de plus de 4,7 millions d’emplois nets au Canada au cours de la période 1993-2014, le taux de chômage au pays est passé de 11,4 % en 1993 à 7,2 % en 2012.

Investissement

Les dispositions de l’ALENA assurent une plus grande stabilité pour la prise de décisions en matière d’investissement. Elles ont aussi contribué à renforcer l’attrait du Canada pour les investisseurs étrangers tout en offrant aux Canadiens des possibilités accrues d’investir dans les économies de nos partenaires de l’ALENA.

À la fin de 2012, le stock d’investissement direct des États-Unis au Canada se chiffrait à 326,5 milliards $ CA, et le Canada avait investi 289 milliards de dollars dans les pays partenaires de l’ALENA. Le Canada et les États-Unis entretiennent l’une des relations les plus importantes au monde sur le plan des investissements : le stock bilatéral d’investissement totalisait près de 616,0 milliards de dollars en 2012. Le stock d’investissement direct du Canada au Mexique a aussi connu une croissance spectaculaire depuis l’entrée en vigueur de l’ALENA, passant de seulement 530 millions de dollars en 1993 à près de 5,6 milliards de dollars en 2012, ce qui a fait du Canada le quatrième investisseur en importance au Mexique.

Intégration

L'Amérique du Nord abrite environ 459 millions de personnes, et compte pour près du quart de l'économie mondiale. Notre intégration aide à maximiser nos capacités, ce qui rend nos économies plus novatrices et plus compétitives. Il en résulte une Amérique du Nord dans laquelle les entreprises canadiennes, américaines et mexicaines font davantage que de se vendre des biens mutuellement. En effet, elles unissent de plus en plus leurs efforts pour les produire.

Compétitivité

Les entreprises nord-américaines ont tiré profit de l’ALENA grâce aux possibilités accrues d’exportation découlant de la baisse des droits de douane, des règles prévisibles et de la réduction des obstacles techniques au commerce. Parallèlement à la hausse des exportations et des importations, les entreprises se sont spécialisées, augmentant ainsi leur compétitivité. Chemin faisant, elles ont appris à collaborer pour produire ce qu’elles offrent sur le marché dans la région de l’ALENA et au-delà de celle-ci.

Pour les Canadiens, il est important que la libéralisation du commerce et de l’investissement s’effectue de concert avec les efforts déployés pour protéger l’environnement et améliorer les conditions de travail. Dans le cadre de l'ALENA, les trois partenaires ont pu introduire des accords parallèles de coopération portant sur l'environnement et le travail, une approche qui a fait ses preuves.

Au titre de l'Accord nord-américain de coopération dans le domaine de l'environnement, les trois partenaires ont convenu de promouvoir l'application efficace des lois environnementales. Dans le cadre de l'Accord nord-américain de coopération dans le domaine du travail, ils se sont entendus pour collaborer afin de protéger, d'améliorer et de respecter les droits fondamentaux des travailleurs.

Pour que le continent demeure concurrentiel sur un marché mondial de plus en plus complexe et interdépendant, il importe de disposer d’un ALENA solide, moderne et flexible. Le Canada et ses partenaires de l’ALENA continueront de collaborer afin de réduire les coûts du commerce au sein de la région et d’accroître la compétitivité de l’Amérique du Nord.