Concours d’idées de politique internationale 2016

Affaires mondiales Canada annonce les finalistes de la première édition du concours d’idées sur la politique internationale

Affaires mondiales Canada a le plaisir d’annoncer les finalistes de la première édition du concours d’idées sur la politique internationale et de féliciter les étudiants qui y ont participé. La Direction de la recherche sur les politiques étrangères (POR) a lancé et administre le concours qui vise à soutenir l’engagement d’Affaires mondiales Canada auprès des jeunes universitaires canadiens, de talentueux diplômés et boursiers postdoctoraux du Canada, pour aider à trouver des solutions novatrices concrètes aux nouveaux enjeux de politique internationale.

Affaires mondiales Canada a reçu au total 83 propositions soumises par des étudiants universitaires de partout au Canada et à l'étranger, couvrant un large éventail de questions internationales telles que les changements climatiques, le développement, les idées liées à la technologie, la diplomatie (au sens large), et la responsabilité sociale des entreprises. Chaque proposition a été examinée par des experts en la matière, ainsi que par la Direction de la recherche sur les politiques étrangères.

La haute qualité et la grande diversité des propositions ont rendu le choix des vainqueurs difficile. Après que le nombre de propositions eut été ramené à 15, les établissements qui avaient soumis ces propositions devaient soumettre une vidéo de trois minutes pour présenter le projet ou participer à des téléconférences. Le nombre de propositions a ensuite été réduit à 10, et 5 propositions ont finalement été retenues.

On a demandé aux auteurs des cinq propositions victorieuses de présenter leur idée sous la forme d’un énoncé de politique; ces finalistes recevront un modeste prix de 3 000 $ à cette fin. Voir l’affiche du Concours d’idées de politique internationale 2016.

Nous remercions spécialement le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSHC) d'avoir appuyer cette initiative.

Les cinq finalistes sont classés ci-dessous par ordre alphabétique.

Les cinq propositions retenues

Déterminants de l’investissement direct étranger au Canada : Une approche axée sur les données
Université Carleton

Michael Machum, Gaurav Sharma et Sophia Wong

...

Michael Machum est un analyste de Statistique Canada faisant partie de l’équipe des paramètres de la mondialisation, qui s’efforce de déterminer dans quelle mesure l’économie canadienne est interconnectée avec les économies ailleurs dans le monde. Ses travaux ont principalement porté sur les activités de sociétés étrangères affiliées au Canada. Il s’emploie actuellement à mener à bien sa maîtrise en économie à l’Université Carleton, et il détient un baccalauréat en sciences politiques et en histoire de l’Université d’Ottawa. Il s’intéresse notamment à l’économie de l’énergie et des transports, et il a approfondi ce champ d’intérêt durant toute la période où il a travaillé comme analyste du transport du pétrole par pipeline, à la Division de la statistique de l’environnement, de l’énergie et des transports de Statistique Canada.

Gaurav Sharma est titulaire d’un baccalauréat ès sciences en biologie et en économie de l’Université de Toronto, ainsi que d’une maîtrise en économie de l’Université Carleton. Ses champs d’intérêt englobent les finances, l’économie monétaire, la croissance et le développement économiques, les politiques publiques et le rôle que joue la technologie dans la transformation du monde. Son travail au gouvernement fédéral l’a amené à conclure que les politiques publiques constituaient des outils cruciaux permettant de transférer les idées issues du monde universitaire et de les mettre à profit pour résoudre des questions publiques. Dans le cadre de ses recherches sur les déterminants de l’investissement direct étranger, il s’efforce de proposer des solutions politiques qui feront du Canada une destination attrayante pour les investisseurs étrangers et qui aideront les Canadiens à profiter de la hausse des investissements étrangers.

Sophia Wong détient un baccalauréat en économie de l’Université de Waterloo et termine actuellement une maîtrise dans ce domaine à l’Université Carleton. Pendant ses études supérieures, elle a travaillé sur des projets d’analyse économique pour Innovation, Sciences et Développement économique Canada ainsi que pour Affaires mondiales Canada. Mme Wong s’intéresse à un large éventail de questions liées aux politiques publiques, et elle est heureuse que ses études en économie lui permettent d’aborder des questions liées à ses divers champs d’intérêt.

Financement de la lutte contre les changements climatiques : Mobiliser les investisseurs institutionnels
Université de la Colombie-Britannique

George Patrick Richard Benson

...

George Patrick Richard Benson est un étudiant à la maîtrise à la School of Community and Regional Planning (SCARP) de l’Université de la Colombie-Britannique, où il travaille à la rédaction d’une thèse portant sur la manière dont les villes à l’échelle du globe collaborent en matière de politique sur les changements climatiques. M. Benson est actuellement titulaire d’une bourse du Programme de bourses d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier, et il a obtenu la bourse Brahm Wiesman Memorial en 2016. Il est l’ancien président de la Planning Student Association de l’Université de la Colombie-Britannique, et est aussi boursier de l’initiative Greenest City auprès de la Vancouver Economic Commission. Il a obtenu un baccalauréat spécialisé en sciences politiques et en histoire à l’Université de Victoria; au cours de cette période, il a été stagiaire à la WARBE Development Foundation à Dacca, au Bangladesh, ainsi qu’observateur de la société civile au Dialogue de haut niveau sur les migrations internationales et le développement de l’ONU, en 2013.

Aliya Dossa

...

Aliya Dossa a récemment obtenu son diplôme de la Vancouver School of Economics de l’Université de la Colombie-Britannique. Elle a rédigé une thèse d’économétrie appliquée, nommée pour un prix, portant sur les répercussions des changements climatiques et des inégalités sur les schémas de migration internationale. Elle est la cofondatrice de MycoRemedy Inc., une société de biotechnologie qui utilise des techniques d’assainissement axées sur les champignons, une méthode entièrement naturelle, pour remettre en état des sites environnementaux pollués. À l’heure actuelle, Mme Dossa s’emploie à faire croître son entreprise pour qu’elle reçoive une aide de l’organisme The Next 36, tout en poursuivant des études à l’Entrepreneurship Institute de l’Université de Toronto. Elle fait partie des 25 meilleurs environnementalistes de moins de 25 ans au Canada, et elle a été finaliste pour le prix 20 ados avec brio.

Chiyi Tam

...

Chiyi Tam est une urbaniste qui travaille dans le domaine du développement international et de la durabilité. Elle est actuellement coordonnatrice de projet au Technology and Management Centre for Development de la Faculté de développement international de l’Université d’Oxford. Avant de s’installer au Royaume Uni, Mme Tam a participé au lancement du service de partage de parapluie UmbraCity, et elle a ensuite agi à titre d’agente des communications de l’entreprise. Elle a été coordonnatrice de la durabilité à l’Alma Mater Society de l’Université de la Colombie-Britannique, et boursière de CityStudio Vancouver et d’Innercity Farms. Mme Tam a été titulaire de la bourse d’études en urbanisme Walter G. Hardwick, et elle a achevé des études de premier cycle en systèmes de ressources mondiaux, à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université de la Colombie Britannique.

Faire du Canada un leader concernant la responsabilité des entreprises pour les violations graves des droits de l’homme commises à l’étranger
Université de Victoria

Jean-Michel Marcoux

...

Jean-Michel Marcoux est titulaire d’un baccalauréat en affaires publiques et en relations internationales de l’Université Laval et une maîtrise en études internationales de l’Institut québécois des hautes études internationales de l’Université Laval. De 2011 à 2013, il a été associé de recherche dans un programme national d’examen de la gouvernance de la biotechnologie. Il a aussi été stagiaire à titre de spécialiste subalterne du commerce dans une entreprise privée à Washington, DC. Intéressé par la théorie du droit international sur les investissements et les relations internationales, M. Marcours mène ses recherches doctorales à l’Université de Victoria; elles portent sur l’évolution de la codification des responsabilités des investisseurs étrangers par des organisations intergouvernementales. M. Marcoux reçoit un soutien financier du Programme de bourses d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier (2014-2017) et du Programme de bourses de recherche en droit international (boursiers des cycles supérieurs) du Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale (2015-2016).

Le réseautage et la paix : Les dimensions numériques des conflits et de la consolidation de la paix
Université de Toronto

Chris Tenove

...

Chris Tenove est un chercheur universitaire au niveau postdoctoral au Centre for Ethics et à la Munk School of Global Affairs de l’Université de Toronto. Il a étudié le droit, les sciences politiques et la conception institutionnelle des institutions juridiques internationales, en s’attardant plus particulièrement à la relation entre la Cour pénale internationale et les victimes de crimes internationaux. En 2015, il a profité du soutien de la Fondation Pierre-Elliott-Trudeau et du Conseil de recherches en sciences humaines pour effectuer ses recherches dans le cadre de son doctorat en sciences politiques à l’Université de la Colombie Britannique. Il détient une maîtrise en rhétorique de l’Université de la Californie à Berkeley, ainsi qu’une maîtrise en journalisme de l’Université de la Colombie Britannique.


Technologies numériques et transformation de l’environnement
Université de Lancaster

Vanessa Thomas

...

Vanessa Thomas fréquente le HighWire Centre for Doctoral Training de l’Université de Lancaster, où elle mène des recherches de niveau doctoral qui traitent de la communauté d’interaction personne-machine (IPM) dans le domaine des sciences informatiques, et qui examinent comment les chercheurs en IPM peuvent nous préparer en vue d’un monde où les ressources se feront rares. Ses autres recherches et ses projets parallèles portent sur les villes intelligentes, le développement urbain (surtout en Amérique latine), l’ouverture généralisée (données, logiciels sources, Internet, éducation, gouvernements, etc.), le développement durable, les technologies de l’information et des communications au service du développement, l’informatique dans les situations de crise, les droits de la personne et les politiques publiques.

Autres propositions comprises dans la liste réduite

Étude comparative de l’établissement d’une plateforme d’innovation et d’apprentissage (PIA) aux fins d’une politique de développement stratégique intégrée
Université de l’ÉADO

Nenad Rava

Nenad Rava mène actuellement des recherches au sein du programme de prospective stratégique et d’innovation de l’Université de l’École d’art et de design de l’Ontario, et il assume la fonction de conseiller principal de recherche en conception des politiques et en gouvernance (projets du CRSH) au Laboratoire d’innovation stratégique. Il cumule quelque 20 années d’expérience en développement international à titre de consultant, de conseiller, de formateur, d’expert et de responsable de projet dans les domaines de l’innovation sociale, des réformes institutionnelles, de la conception de politiques stratégiques, des changements systémiques complexes, de la prospective et de la planification stratégique, de la gouvernance démocratique et du renforcement des capacités. Après avoir obtenu un diplôme en gestion avec spécialisation en politiques du développement, M. Rava a obtenu son doctorat sur la qualité de la démocratie et la construction des États-nations. Il appuie en outre le Groupe des Nations Unies pour le développement en ce qui concerne la mise au point de nouvelles méthodes d’approches stratégiques intégrées liées aux Objectifs de développement durable, et il encadre 12 équipes-pays en Asie, en Afrique et en Europe travaillant sur l’innovation au service du développement.

Investir dans les acteurs nationaux et locaux de l’aide humanitaire : Considérations relatives aux politiques et aux pratiques canadiennes
Université Dalhousie

David Morgan

David Morgan est un candidat au doctorat à la Faculté de sciences politiques de l’Université Dalhousie et est titulaire d’une bourse de doctorat du Centre for Foreign Policy Studies. Financées par une bourse de la Fondation Pierre-Elliott-Trudeau et une bourse d’études supérieures du Canada Vanier, ses études doctorales explorent le paysage en évolution de l’aide humanitaire, particulièrement dans le contexte de l’augmentation des conflits armés prolongés, de la multiplication des catastrophes environnementales, et des nouveaux risques associés aux changements climatiques, à l’urbanisation rapide et à la migration internationale. Auparavant, M. Morgan a effectué un stage au sein de la Mission permanente du Canada à Genève, en Suisse, en 2016. Il a obtenu une maîtrise en sciences politiques de l’Université de la Colombie Britannique en 2011 ainsi qu’un baccalauréat en sciences politiques et en développement international de l’Université Dalhousie en 2009.

La création d'un accélérateur nord-américain pour la R&D en matière de technologies propres
Université Laval

Sarah Bérubé

Sarah Bérubé est détentrice d’un baccalauréat en Affaires publiques et relations internationales de l’Université Laval et étudiante finissante à la maîtrise aux Hautes Études Internationales (HEI) de la même université, Mme Sarah Bérubé possède une formation multidisciplinaire en droit, économie et politique. Elle a notamment été page à l’Assemblée nationale du Québec pour les sessions parlementaires 2013-2014 et 2014-2015 en plus d’être recherchiste en droit parlementaire au service de la recherche de cette même institution durant les deux suspensions estivales. Elle a par ailleurs à son actif plusieurs expériences à l’étranger, que ce soient des semestres d’études en France (2013) et en Italie (2015), un séjour d’immersion en Espagne (2013), du volontariat en Bolivie (2015) ou encore des stages en France (2012), aux États-Unis (2016) ou en Angleterre (2016). À ce titre, Mme Bérubé a réalisé son stage de fin de maîtrise au Bureau du Québec à Washington où elle a été plongée dans le cœur des discussions sur l’interrelation entre l’enjeu des changements climatiques et la sécurité énergétique durable.

Les enfants du millénaire – Redynamiser la diplomatie canadienne et le leadership du Canada concernant la gestion de crises internationales complexes
Université de Toronto

Jennifer Levin Bonder

Jennifer Levin Bonder est étudiante au doctorat au Département d’histoire de l’Université de Toronto. Grâce à des documents nouvellement déclassifiés, des entrevues, et des technologies de cartographie, ses recherches permettront de dresser un portrait plus complet des stratégies d’investissement étranger et des effets des capitaux étrangers sur la société et les politiques, et permettront ainsi aux décideurs d’apprendre des expériences politiques du passé. Après avoir effectué un stage à Affaires mondiales Canada, elle a eu « la piqûre pour les questions de politique ». Elle est assistante d’enseignement, représentante de la Société historique du Canada au sein de la Graduate History Society du Département d’histoire de l’Université de Toronto, et rédactrice adjointe de la revue révisée par des pairs diplômés du Département d’histoire. Mme Bonder est titulaire de bourses du Massey College et du Bill Graham Centre for Contemporary International History.

Sophie Borwein

Sophie Borwein est étudiante au doctorat au Département de science politique de l’Université de Toronto, titulaire d’une bourse de doctorat du Programme de bourses d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier, et est boursière diplômée du Massey College. Elle détient une maîtrise en politique publique de l’Université de Toronto. Avant d’entreprendre son doctorat, elle a travaillé au Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur, un organisme du gouvernement de l’Ontario, et au Centre Mowat, un groupe de réflexion sur les politiques publiques à Toronto.

Maripier Isabelle

Maripier Isabelle est une candidate au doctorat au Département d’économie de l’Université de Toronto, où elle est également chargée de cours et co-présidente de la Graduate Economics Union. Son champs de recherche se situe à l’intersection de l’économie de la santé et de l’économie du travail, et ses travaux visent à déterminer dans quelle mesure et de quelle façon les incitatifs liés aux soins de santé et aux systèmes sociaux influencent les choix des fournisseurs de soins et des patients, et influent sur les résultats sanitaires et l’accès aux soins. Elle est boursière diplômée du Massey College, membre du Canadian Centre for Health Economics et membre fondatrice de l’Institut des générations, une organisation sans but lucratif établie dans sa province natale du Québec. Elle croit fermement en la convergence des activités en matière de recherche et de politique.

Raili Lakanen

Raili Lakanen est candidate au doctorat en planification à l’Université de Toronto, dont les recherches portent notamment sur la planification participative de la durabilité et la politique environnementale. Sa thèse se concentre sur le mouvement du climat de la jeunesse en tant que lieu de l’activité politique et du militantisme des mouvements sociaux au Canada, et a été soutenue par une bourse de doctorat du CRSH. Née à Sudbury, en Ontario, elle est titulaire d’une maîtrise en planification de l’Université de Toronto et d’un baccalauréat (avec distinction) de l’Université Queen’s. Elle est actuellement membre du conseil d’administration de Sierra Club Canada et, à titre de déléguée de la jeunesse, elle a participé à plusieurs sommets des Nations Unies sur les questions environnementales et climatiques. En tant que boursière diplômée du Massey College (2009-2014), elle a été deux fois membre du comité d’organisation du symposium annuel Gordon Walter sur la politique publique.

Studios de solutions durables – Favoriser l’innovation en mobilisant les jeunes
Université de la Colombie-Britannique

Kiran Alwani

Kiran Alwani est étudiante à la maîtrise en politiques publiques et en affaires internationales à l’Université de la Colombie-Britannique. Avant d’entreprendre sa maîtrise, elle a travaillé dans les domaines des communications, de la mobilisation du public et du développement à l’Institut pour la citoyenneté canadienne (ICC), à Toronto. Les projets importants auxquels elle a participé comprennent les conférences Massey de 2014 de CBC, ayant pour thème « Belonging: The Paradox of Citizenship », tenues par Adrienne Clarkson, et le symposium annuel LaFontaine-Baldwin de l’ICC. À l’été 2016, Mme Kiran prévoit travailler à la Division des politiques publiques du Conference Board du Canada, avec l’équipe de recherche chargée des politiques autochtones et du Nord.

Corrin Bulmer

Corrin Bulmer est étudiante à la maîtrise en politiques publiques et en affaires internationales à l’Université de la Colombie-Britannique. Les questions de politique qui la passionnent comprennent les relations avec les peuples autochtones au Canada, l’immigration en tant que réalité vécue, et les politiques en matière d’identité nationale, ethnique et religieuse dans l’Asie contemporaine. Elle détient notamment un baccalauréat en études religieuses et en histoire de l’Université Mount Allison. Mme Bulmer participe activement à des projets d’analyse des données assorties d’indicateurs non normatifs, comme l’identité religieuse, les orientations politiques et les paramètres de rendement.

Affaires mondiales Canada remercie toutes les personnes qui ont participé au concours d’idées sur la politique internationale.

Pour obtenir de plus amples renseignements, prière de communiquer avec POR@international.gc.ca.

Date de modification: