Secteur des produits de l’agriculture et de la pêche


Si vous menez des activités dans le secteur canadien de l’agriculture et de la pêche, les accords de libre‑échange (ALE) et les accords sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) du Canada créent des occasions d’affaires pour les entreprises comme la vôtre.

Le secteur de l’agriculture et de la pêche est vaste, comprenant les industries de prestation de services et de fournitures agricoles, l’agriculture primaire et les produits de la pêche.

Les entreprises canadiennes du secteur de l’agriculture et de la pêche cherchent et trouvent de nouveaux débouchés à l’extérieur de nos frontières. En 2011, le Canada a été le principal exportateur mondial de produits de l’agriculture et de la pêche : ces exportations sont chiffrées à 21,4 milliards de dollars. Par ailleurs, les sociétés étrangères découvrent que les entreprises canadiennes du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire constituent des partenaires de choix.

Le secteur de l’agriculture et de la pêche joue un rôle important au sein de l’économie canadienne rurale, puisqu’il emploie directement 305 600 personnes et représente 1,1 p. 100 du produit intérieur brut (PIB). C’est la raison pour laquelle le gouvernement du Canada veille à ce que les besoins des entreprises de ce secteur soient pris en compte dans les accords commerciaux bilatéraux, comme les ALE et les APIE, qu’il signe avec d’autres gouvernements.

Par exemple :

  • Dans le cadre des négociations en vue de conclure un accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne, les négociateurs canadiens cherchent à obtenir un accès nouveau et élargi au marché européen pour les principales exportations agricoles du Canada comme le bœuf, le porc, les céréales et les oléagineux, les fruits et les légumes ainsi que les aliments transformés.
  • En vertu de l’Accord de libre-échange entre le Canada et l’Association européenne de libre-échange (AELE) (en vigueur depuis juillet 2009), plusieurs produits agricoles peuvent entrer sur le marché de l’AELE en franchise de droits, tandis que d’autres bénéficient d’un traitement préférentiel. Par exemple, les droits imposés sur l’importation de frites surgelées en provenance du Canada ont été réduits de près de 30 p. 100 en Islande et de 15 p. 100 en Norvège. L’Accord prévoit aussi un accès préférentiel pour les exportateurs canadiens de blé dur, de bleuets surgelés, d’huile de canola, de miel et d’autres produits.
  • L’Accord de libre-échange Canada-Pérou (en vigueur depuis août 2009) prévoit la suppression ou la réduction des droits de douane (qui pouvaient atteindre jusqu’à 25 p. 100) sur presque tous les produits agricoles et agroalimentaires.
  • L’Accord de libre-échange Canada-Colombie (en vigueur depuis août 2011) prévoit la suppression ou la réduction des droits de douane (qui pouvaient atteindre jusqu’à 108 p. 100) sur presque toutes les exportations canadiennes de produits agricoles et agroalimentaires.
  • L’Accord de libre-échange Canada-Jordanie (en vigueur depuis octobre 2012) prévoit la suppression ou la réduction des droits de douane (qui pouvaient atteindre jusqu’à 23 p. 100) sur presque toutes les exportations canadiennes de produits agricoles et agroalimentaires.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les nouvelles occasions d’affaires à l’étranger et sur la manière dont les ALE et les APIE du Canada peuvent aider votre entreprise dans un marché en particulier, veuillez communiquer avec un délégué commercial ou consulter le site Web du Service des délégués commerciaux.