Secteur des machines


Si vous menez des activités dans le secteur canadien de la fabrication de machines, les accords de libre-échange (ALE) et les accords sur la promotion et la protection des investissements étrangers (APIE) du Canada créent des occasions d’affaires pour les entreprises comme la vôtre. L’expertise canadienne en matière de machines et d’équipement est stimulée par des infrastructures solides en ce qui a trait à l’éducation et à la R-D, un accès facilité à de grands marchés internationaux et une forte demande dans les secteurs nationaux comme l’agriculture, l’exploitation minière, la foresterie, l’aérospatiale, l’automobile, le pétrole et le gaz, les produits chimiques et les matières plastiques.

Les investisseurs étrangers comprennent que les fabricants de machines canadiens proposent des produits de qualité qui valent l’investissement. En 2011, le secteur canadien de la fabrication de machines et d’équipement a attiré des investissements étrangers directs totalisant 3,3 milliards de dollars, soit 38 p. 100 de plus qu’en 2005. Le Canada est le premier pays du G-20 à créer des zones franches pour les fabricants industriels, procurant ainsi un cadre propice à une participation canadienne accrue aux chaines de valeur mondiales. Ces facteurs font des entreprises de machines canadiennes des exportateurs plus concurrentiels sur les marchés autres que celui des États-Unis. D’ailleurs, en 2011, les exportations de machines à destination de pays comme le Brésil, le Pérou et le Chili ont atteint des niveaux sans précédent.

Comptant près de 7 500 entreprises, une main-d’œuvre directe de plus de 113 000 personnes et un chiffre d’affaires de 29,7 milliards de dollars en 2010 (notamment des exportations de 18,9 milliards de dollars), le secteur canadien de la fabrication de machines joue un rôle important au sein de l’économie canadienne. C’est la raison pour laquelle le gouvernement du Canada veille à ce que les besoins des entreprises de ce secteur soient pris en compte dans les accords commerciaux bilatéraux, comme les ALE et les APIE, qu’il signe avec d’autres gouvernements.

Par exemple :

  • Dans le cadre des négociations visant à conclure un accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne, les négociateurs canadiens cherchent à obtenir un accès accru au marché des machines de l’Union européenne. L’Union européenne impose actuellement des droits moyens de 2,1 p. 100 sur les machines industrielles, mais ces droits atteignent parfois 8 p. 100. Ces obstacles tarifaires seraient supprimés dans le cadre d’un accord commercial ambitieux entre le Canada et l’Union européenne.
  • L’Accord de libre-échange Canada-Pérou (en vigueur depuis août 2009) prévoit la suppression des droits de douane (qui pouvaient atteindre jusqu’à 12 p. 100) sur l’équipement canadien des secteurs du pétrole, du gaz et de l’exploitation minière. Le Pérou, qui compte les plus importantes réserves de zinc, de plomb, d’argent et d’or d’Amérique latine, a besoin d’un vaste éventail d’équipement d’exploration minière (fleurets, concasseurs, trépans et véhicules spécialisés).
  • L’Accord de libre-échange Canada-Colombie (en vigueur depuis août 2011) prévoit la suppression des droits de douane sur la plupart des exportations canadiennes d’équipement dans le secteur de l’exploration et de l’exploitation minière ainsi que du pétrole et du gaz.
  • L’Accord de libre-échange Canada-Jordanie (en vigueur depuis octobre 2012) prévoit la suppression des droits de douane (qui pouvaient atteindre jusqu’à 30 p. 100) sur les machines mécaniques et électriques en provenance du Canada. Des possibilités particulièrement intéressantes existent pour les exportateurs canadiens d’équipement dans la construction lourde, l’exploitation minière, les communications, la filtration et la purification, ainsi que dans les composants comme les robinets et les vannes.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les nouvelles occasions d’affaires à l’étranger et sur la manière dont les ALE et les APIE du Canada peuvent aider votre entreprise dans un marché en particulier, veuillez communiquer avec un délégué commercial ou consulter le site Web du Service des délégués commerciaux.