L’accord commercial du Canada avec le Chili représente une vraie « mine d’or » pour une entreprise québécoise


Depuis plus de 15 ans, des entreprises canadiennes, comme la société québécoise Wildfire Environmental Inc., attribuent leur réussite sur le marché chilien à l’Accord de libre-échange entre le Canada et le Chili.

M. Marcello Iacovella, président et directeur général de Wildfire Environmental, déclare que la réussite de son entreprise au Chili est « directement attribuable » à l’Accord.

Wildfire Environmental, qui conçoit et vend du matériel d’alimentation en eau pour les pompiers forestiers, mène des activités au Chili depuis plus de 40 ans. Toutefois, selon M. Iacovella, l’accord commercial signé par le Canada le 5 décembre 1996 a donné un élan considérable à l’entreprise.

« Depuis la signature de l’Accord, nos ventes ont bénéficié directement de la réduction des droits de douane », indique-t-il, précisant que le Chili représente une vraie « mine d’or » pour la société. « Les activités que nous menons dans ce pays représentent à l’heure actuelle un quart de nos ventes à l’exportation », affirme M. Iacovella.

L’entreprise, fondée dans les années 1920, a conclu un contrat à long terme avec le gouvernement du Chili, contrat qui fait des pompes Wildfire le matériel officiel de lutte contre les feux de forêt dans ce pays.

« Les mesures prises par le Chili pour normaliser son matériel de lutte contre les feux de forêt nous ont permis d’établir une base assez considérable dans ce pays, et les ventes récurrentes que nous y réalisons dépassent facilement le demi-million de dollars par an », déclare M. Iacovella.

Le Chili demeure une excellente destination pour les exportations canadiennes grâce à la stratégie adoptée par les Chiliens en matière de commerce, poursuit-il en soulignant que « le Chili fait preuve d’un grand dynamisme lorsqu’il s’agit d’établir un cadre de réformes économiques et commerciales ». M. Iacovella ajoute que le « Chili a fait preuve d’intuition lorsqu’il a signé l’accord commercial bilatéral avec le Canada. Il a su voir très tôt l’avantage d’établir une synergie entre les deux pays et a décidé de réduire ses obstacles au commerce et ses droits de douane afin de faciliter les échanges entre les deux pays. »

L’Accord de libre-échange entre le Canada et le Chili, qui a permis de réduire les droits de douane sur les marchandises et les services, et qui comprend aussi une entente bilatérale en matière d’investissement, a été le premier accord commercial que le Canada a conclu avec un pays d’Amérique du Sud.

Depuis l’entrée en vigueur de l’Accord, le 5 juillet 1997, les échanges entre le Canada et le Chili ont plus que triplé, pour atteindre 2,7 milliards de dollars en 2011. L’investissement direct du Canada dans ce pays d’Amérique du Sud a également enregistré une hausse pour atteindre 13,3 milliards de dollars en 2010, faisant du Canada la principale source d’investissement direct étranger au Chili depuis les 10 dernières années.

Le renforcement des relations qui unissent le Canada et le Chili se poursuit. Le 16 avril 2012, les deux pays ont signé une entente visant à modifier l’Accord en vue d’y inclure les services financiers. Par ailleurs, le Canada et le Chili ont convenu d’envisager ultérieurement d’élargir davantage la portée de l’Accord.

Pour en savoir davantage sur l’Accord de libre-échange entre le Canada et le Chili.