Transcription - Une entreprise de Calgary estime que l’ALE lui permet de rivaliser avec ses concurrents en Jordanie, sur le plan des coûts


Ce qui est très intéressant pour nous est le fait que le Canada a cherché à conclure des accords de libre-échange un peu partout dans le monde, et tout récemment nous avons pu tirer avantage d’un marché d’exportation de plus de 2 millions de dollars en Jordanie. Quand la Jordanie a récemment ratifié cet accord nous sommes devenus plus compétitifs dans la production, l’expédition et l’exportation de nos produits vers des pays comme la Jordanie… un marché sans cesse croissant pour nous… parmi plusieurs marchés au Moyen-Orient.

Evans Consoles est un concepteur et fabricant de salles de contrôle essentielles à une organisation. Nous fabriquons des produits habituellement utilisés dans les centres d’appel 9-1-1, les tours de contrôle d’aérodromes, les centres de radar, les usines de production d’énergie et de gaz, et diverses installations à forte composante technologique, que ce soit des ordinateurs, des vidéomosaïques… Chez Evans, c’est ce pourquoi nous sommes reconnus.

Environ 96 pour cent de ce que nous produisons est exporté. Nous sommes une entreprise très internationale, desservant plus de 35 pays partout dans le monde.

L’avantage premier des accords de libre-échange est que nous devenons beaucoup plus compétitifs! Peu importe où nous nous retrouvons, il y aura toujours des concurrents qui convoitent les mêmes grands projets puisque de tels projets sont essentiels à l’implantation et la croissance d’une entreprise dans un pays étranger. Les accords de libre-échange réduisent les coûts associés aux activités commerciales, tels les droits de douanes, et nous donnent un avantage économique.

En Jordanie par exemple, les droits de douanes sur nos produits ont toujours été d’environ 6 %. Si vous y ajoutez les coûts d’expédition qu’une entreprise canadienne doit payer, cela devient pratiquement impossible de faire concurrence aux fabricants locaux. Les clients sont certainement prêts à payer une prime pour un produit de plus grande qualité, mais il y a quand même des limites! Et dans ce cas, les droits de 6 % imposés par la Jordanie nous empêcheraient d’être compétitifs.

Nous nous concentrons sur le développement de débouchés internationaux parce que nous reconnaissons le besoin de trouver des clients qui sont prêts à payer une prime pour nos produits et qui à leur tour, reconnaissent l’excellence en ingénierie qui démarque notre centre d’opérations à Calgary. De ce point de vue, bien que nous ne soyons qu’une PME, nous sommes des géants dans ce marché. Notre expérience est donc principalement dans les pays avec lesquels le Canada a déjà conclu un accord de libre-échange ou avec lesquels il en négocie un, ce qui nous permet de rivaliser avec les fabricants locaux.


* Si vous avez besoin d'un plugiciel ou d'un logiciel tiers pour accéder à ce fichier. Veuillez consulter la section formats de rechange de notre page aide.