Chili

Information culturelle

Des réponses à vos questions d’ordre interculturelles d’un point de vue local et un d’un point de vue canadien.

Information culturelle - Conversations

Question : Je rencontre quelqu’un pour la première fois et je veux faire bonne impression. Quels seraient de bons sujets de discussion à aborder ?

Perspective locale :

Les bons sujets de conversation comprennent : la famille, les sports, les voyages, la cuisine et les vins. Les Chiliens sont très intéressés par les voyages internationaux, car ils ont de plus en plus de possibilités de se rendre à l’étranger pour affaires et pour les loisirs. Préparez-vous à répondre à des questions sur l’endroit d’où vous venez et sur votre travail. Vous pourriez avoir l’impression que les Chiliens préfèrent parler plutôt qu’écouter, car ils essaient de démontrer leur connaissance de certains sujets. Dès lors, ne soyez pas offensé si un Chilien semble ne pas vous écouter attentivement. Parfois, il est possible qu’un groupe discute de deux ou trois sujets de conversation, avec des participants qui entrent et sortent de la conversation à volonté.

Il convient d’éviter les sujets suivants : la religion, la politique locale, les violations des droits de l’homme et les événements de l’histoire chilienne récente impliquant les forces armées. Ces questions sont fortement émotionnelles et controversées parmi les Chiliens. Les Chiliens sont un peuple très fier et indépendant. Bien qu’ils soient prêts à discuter des affaires internes d’autres pays, le sentiment général est que les étrangers ne devraient pas se préoccuper des différences internes présentes au Chili et de la manière dont le pays les résout. Si on vous pose une question directe sur ces sujets, il est conseillé d’apporter une réponse diplomatique ou de parler de la réalité de ces problèmes au Canada. Ne critiquez pas le Chili, même si votre hôte le fait.

Évitez l’usage de l’humour jusqu’à ce que vous soyez familiarisé avec les personnes, leur famille, leurs centres d’intérêt et la langue elle-même. Les Chiliens créent et ajoutent sans cesse de nouveaux mots et de nouvelles expressions à leur vocabulaire. De nos jours, de nombreux mots anglais sont régulièrement utilisés dans les conversations, en particulier dans des endroits qui utilisent un modèle commercial nord-américain.

Perspective canadienne :

Il est conseillé de commencer par saluer la personne avec une poignée de main entre hommes ou un baiser sur la joue entre femmes ou entre hommes et femmes. Cette salutation est toujours valable, que vous vous rencontriez pour la première fois ou pour la centième ; des personnes plus familières peuvent y ajouter une accolade ou une tape dans le dos.

Les Chiliens sont très axés sur la famille et seront ravis de parler de leurs enfants. Leur tendance à parler en argot peut être déroutante, même pour ceux qui parlent bien l’espagnol. Ils seront particulièrement ravis d’expliquer leurs mots et phrases uniques, n’hésitez donc pas à leur poser des questions quand vous ne comprenez pas quelque chose. Ils seront souvent les premiers à vous dire que leur espagnol est très différent de celui qui est parlé dans les pays voisins.

Les Chiliens aiment parler de leur pays et seront très intéressés d’apprendre ce qui vous a amené dans le pays. Toutefois, évitez de parler d’histoire ou de politique, car le sujet peut être source de discorde et que vous êtes étranger. Comme de nombreux pays sud-américains, le Chili a connu des périodes de socialisme et de dictature et cette histoire est encore très présente dans l’esprit de nombreux Chiliens.

Information culturelle - Styles de communication

Question : Que dois-je savoir à propos des communications verbales et non-verbales ?

Perspective locale :

L’utilisation des téléphones cellulaires et les médias sociaux ont changé la communication verbale et non verbale. Les téléphones cellulaires sont omniprésents et on s’attend à ce que les gens soient impliqués et actifs dans les médias sociaux à des fins professionnelles et privées.

Les Chiliens sont habituellement directs. Toutefois, l’utilisation d’une communication indirecte, non verbale est courante au travail. La crainte des conséquences, comme la perte de l’emploi, est une préoccupation sous-jacente qui empêche une communication plus ouverte et directe avec les gestionnaires. Recherchez des indices non verbaux de communication comme des retards ou le fait d’ignorer tout bonnement les demandes des gestionnaires. On peut également noter d’autres indices, notamment : le contact visuel ou l’absence de tel contact, les visages souriants ou sérieux, le langage corporel ouvert à la communication ou qui la bloque. Vous pouvez également trouver de l’information de manière indirecte dans les commentaires et les rumeurs d’autres gestionnaires ou membres du personnel lors de rencontres informelles.

Les Chiliens ont un espace personnel plus rapproché que les Canadiens. Il est parfois nécessaire de maintenir le contact visuel pour faire preuve d’intérêt et de sincérité, une attitude que les Canadiens pourraient trouver difficile à adopter lorsqu’ils parlent à une personne qui se trouve si proche. Lors de la conversation, l’interlocuteur peut avoir un contact physique avec une personne du même sexe, par exemple une main posée sur le genou ou l’épaule de son interlocuteur, comme signe d’attention ou pour briser la glace. Un homme pourrait donner l’accolade à une femme plus jeune que lui pour témoigner de son attention et amener la personne à se sentir la bienvenue.

Lorsque l’on vous offre un verre, il convient de toujours l’accepter et de choisir parmi ceux qui vous sont présentés. Il est impoli de refuser un verre et un refus pourrait influencer négativement les premières impressions. Il est important de prêter attention à la manière dont vous mangez ou vous asseyez lors de la première réunion. Initialement, les Chiliens privilégient les bonnes manières et le côté formel. Il convient de porter des chaussures à tout moment à l’intérieur.

Les Chiliens aiment les conversations animées et dynamiques, en particulier lors de soirées. Les Chiliens s’expriment avec une voix forte et des gestes principalement pour mettre l’accent sur leurs propos et tenter de persuader leur interlocuteur de son point de vue.

Les Chiliens ont une manière particulière de faire de l’humour qui peut être offensante pour certaines personnes et peut également être très difficile à comprendre au départ. Ils rient et se titillent sur leurs défauts respectifs et ils ont tendance à minimiser les effets négatifs que cette attitude peut avoir sur l’autre personne. Les Chiliens se saluent et prennent congé avec un baiser sur la joue droite entre femmes, et entre femmes et hommes. Les hommes se serrent la main.

Perspective canadienne :

La communication a tendance à impliquer plus de contacts physiques que ce à quoi les Canadiens sont habitués et la distance entre les personnes lors d’une conversation peut être légèrement plus réduite.

Les Chiliens éprouvent souvent de grandes difficultés à exprimer des informations négatives ou un « non » direct. Cette caractéristique peut être frustrante pour les Canadiens qui sont habitués à une approche plus directe. Si vous posez des questions concernant un élément qui a un délai ou si vous demandez quand une personne arrivera quelque part, soyez conscient que la réponse sera presque toujours « bientôt » ou « presque ». Même si ce n’est pas du tout utile, ce type de réponse est typiquement dû au concept du « temps chilien », qui est bien plus détendu qu’au Canada, et au fait que les Chiliens n’aiment pas être la source de déception.

Faites toujours un effort pour vous exprimer en espagnol, mais ne soyez pas surpris si les personnes ne vous comprennent pas (même si vos mots sont corrects). Les affaires internationales et le tourisme sont en pleine expansion au Chili, mais les Chiliens ne sont pas encore familiarisés aux accents étrangers.

Information culturelle - Démonstration des émotions

Question : Les témoignages publics d’affection ou de colère ou l’expression d’autres émotions sont-ils acceptables ?

Perspective locale :

Les gestes modérés d’affection et d’autres émotions sont acceptables. Il est courant de voir des couples de la classe moyenne et de la classe ouvrière se donner l’accolade et s’embrasser dans endroits publics comme les parcs, les rues piétonnières et les centres commerciaux.

Bien que les Chiliens évitent généralement les comportements qui semblent agressifs, des disputes peuvent éclater en cas d’embouteillages, ou de confrontation avec la police lors de manifestations. La société chilienne est en pleine transition et on peut s’attendre à ce que l’ancienne génération soit plus attentionnée, affectueuse, et se montre plus préoccupée pour le collectif que la jeune génération que certains Chiliens décriraient comme plus axée sur la réussite et les gains personnels.

Perspective canadienne :

Les Chiliens n’ont pas de problème à exprimer leur joie et aiment plaisanter, mais ils s’efforceront d’éviter les confrontations impliquant de la colère ou de la frustration.

Les couples peuvent se donner des marques d’affection en public, et vous verrez souvent des parcs pleins de jeunes couples passant du temps ensemble – cette situation est principalement due au fait que nombre d’entre eux vivent encore chez leurs parents. Malgré cela, les démonstrations d’affection en public ne sont pas particulièrement appréciées, il est donc préférable de les éviter.

Information culturelle - Code vestimentaire, ponctualité et formalité

Question : Que dois-je savoir à propos du milieu de travail (la tenue vestimentaire, les délais, la formalité, etc.) ?

Perspective locale :

Dans un environnement de travail professionnel, il est conseillé de s’habiller de manière conservatrice. Les gens reconnaissent la hiérarchie ou l’autorité à la façon dont une personne est habillée. Les hommes doivent porter un costume et une cravate dans les bureaux. Il est mal vu pour les hommes de porter les cheveux longs et la barbe non taillée. Les femmes portent souvent des robes, des talons hauts et arborent des coupes de cheveux modernes. Les tenues professionnelles décontractées sont acceptables lors d’activités sociales. 

Soyez ponctuel au travail et aux réunions. La ponctualité est appréciée et attendue de la part des Occidentaux. Par contre, tout le monde est censé arriver en retard aux activités sociales. Il convient d’arriver avec quinze à vingt minutes de retard pour un dîner et avec trente à quarante minutes de retard pour une soirée.

La règle générale consiste à ne pas s’adresser à un(e) Chilien(ne) par son prénom à moins qu’il(elle) ne vous y invite. Généralement, seuls les enfants, les proches et les amis s’appellent par leur prénom. Toutefois, lorsque vous faites la connaissance de collègues de votre groupe d’âge et d’un niveau d’étude similaire, le mieux est de les appeler par le prénom. S’ils sont plus âgés que vous, adressez-vous à eux en utilisant leur titre professionnel ou en utilisant M./Mme/Mlle suivi de leur nom de famille.

Faites imprimer des cartes de visite avec une version anglaise d’un côté et une version espagnole de l’autre. Présentez les cartes à toutes les personnes présentes à une réunion, à l’exception des secrétaires. Dans le secteur privé, l’approche du temps est très similaire à celle appliquée au Canada. Pour la plupart des sociétés commerciales et des entreprises privées, la semaine de travail compte 48 heures. La plupart des gens quittent le travail après 18 h

En cas de maladie, la personne doit présenter un certificat du médecin traitant justifiant la nécessité du congé. De même, un employé est autorisé à prendre des jours de congé personnels pour s’occuper d’autres événements qui pourraient survenir, mais cet avantage semble n’être disponible que dans des environnements de travail professionnels.

Perspective canadienne :

Les tendances vestimentaires doivent être relativement formelles dans le milieu de travail (costume, cravate) et en général les vêtements pourraient être plus modestes que ce à quoi les Canadiens pourraient être habitués. Vous ne verrez presque jamais personne porter de shorts, même lorsqu’il fait extrêmement chaud à l’extérieur, bien que les femmes ont tendance à porter des shorts ou des jupes courtes au-dessus d’un caleçon long.

La ponctualité est importante, mais vous pouvez vous être amené à ajuster votre définition de la ponctualité. Les Chiliens feront généralement un effort lorsqu’ils travaillent avec des étrangers, mais la conception du temps est généralement plus décontractée qu’au Canada. Si les événements et les réunions dans le milieu de travail débutent presque à l’heure prévue, attendez-vous à ce que les réunions le soir ne commencent pas avant presque minuit, même si l’invitation est pour 20 h.

Il convient de s’adresser à ses supérieurs en utilisant les termes Señor/Don pour les hommes, ou Señora/Doña pour les femmes. Si elle n’est pas couramment utilisée dans le langage courant, il convient d’utiliser la formule formelle usted (vous) jusqu’à ce que vous soyez suffisamment familier avec la personne pour utiliser la forme plus informelle tú.

Information culturelle - Méthodes de gestion

Question : Quelles qualités sont les plus prisées chez un superviseur/directeur local ? Comment saurai-je comment mes employés me perçoivent ?

Perspective locale :

Les Chiliens admirent les qualités telles qu’un niveau élevé d’études et d’expérience, et une capacité à établir et à maintenir de bonnes relations avec les employés à tous les niveaux pour un gestionnaire ou un superviseur local. L’ouverture d’esprit est une qualité souhaitable, mais les gestionnaires ont tendance à être généralement conservateurs. Ils ne remettent pas non plus en question le statu quo au sein de leur société à moins qu’ils ne soient amenés à le faire par des gestionnaires de niveau supérieur ou par des concurrents. On attend la même attitude de la part d’un gestionnaire non local. Toutefois, les employés peuvent être plus ouverts et prêts à accepter des façons non traditionnelles de faire les choses en prenant en considération le fait que la personne non locale peut ne pas être familiarisée avec le processus. Les Chiliens sont prêts à offrir leur aide et à contribuer de la meilleure façon possible pour faciliter le processus d’apprentissage d’une personne non locale.

Perspective canadienne :

Il est très important d’être décisif et de projeter une image d’autorité, en particulier en tant qu’étranger qui arrive dans un environnement chilien. Vos collaborateurs respecteront les connaissances et l’expérience, donc démontrez que vous avez ces qualités et que vous êtes confiant à votre poste.

Information culturelle - Hiérarchie et Prise de décision

Question : Dans le milieu de travail, comment les décisions sont-elles prises et par qui ? Est-il acceptable de consulter mon superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou une rétroaction ?

Perspective locale :

La prise de décision étant centralisée au Chili, elle part du président ou du directeur général. Elle passe ensuite par le directeur/ou le supérieur, suivi des gestionnaires de niveaux intermédiaire et inférieur, qui appuient tous à des degrés différents les niveaux supérieurs.

Aller voir son superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou de la rétroaction est bien vu généralement. Néanmoins, vous serez peut-être frustré par le manque de prise de décision démontré par les gestionnaires subalternes en ce qui a trait à vos préoccupations immédiates.

Perspective canadienne :

On s’attend à ce que les décisions soient prises par la direction et le personnel respecte habituellement l’autorité. Vous pouvez aller trouver votre superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou des commentaires, mais étant donné leur aversion des conflits, vous pouvez être amené à établir une relation de confiance avec un collègue si vous voulez des avis constructifs et honnêtes.

Information culturelle - La religion, la classe, l'ethnicité et le sexe

Question : Décrivez brièvement l’attitude des gens de l’endroit à l’égard des facteurs suivants et leurs répercussions en milieu de travail : L’égalité des sexes, la religion, les classes sociales, et l’origine ethnique.

Perspective locale :

Sexe : Quel que soit leur niveau au sein de l’effectif, les femmes sont légèrement désavantagées à cause de l’éthique « machiste » qui persiste au sein du milieu de travail chilien. Les hommes dominent toujours la prise de décision, mais la situation évolue graduellement à mesure qu’un nombre croissant de femmes font leur entrée dans le monde du travail et occupent des postes de direction.

Les femmes ont les mêmes possibilités de s’instruire que les hommes. Un nombre croissant de femmes sont prêtes à faire les sacrifices que requiert une carrière à temps plein. Souvent, elles engageront des immigrants (généralement des femmes) de pays voisins qui sont venus travailler au Chili comme domestiques ou personnes soignantes. Les femmes qui s’élèvent à des postes influents ou importants sont très admirées et respectées tant par les hommes que par les femmes. Toutefois, les femmes supportent toujours la charge d’une grande partie des aspects de la vie à la maison, même si cette dynamique évolue.

Religion : La majorité des Chiliens sont catholiques. Cette religion reste omniprésente à tous les niveaux de la société, même si au cours des dix dernières années on a constaté un changement dans l’attitude et les croyances au sein de la population qui a un peu atténué l’effet de l’Église catholique dans la vie quotidienne. Nonobstant ce changement, un certain secteur de la société avec une vision plus traditionnelle du rôle de l’Église catholique dans la société, et jouissant d’un pouvoir considérable par le biais de ses établissements scolaires continue de résister à cet appel au changement parmi les jeunes Chiliens.

L’Église catholique a une influence directe, ou est régulièrement consultée par le gouvernement et les membres de l’opposition. Malgré cela, elle n’est plus le solide bastion moral qu’elle fut jadis. Culturellement, l’Église a perdu le pouvoir moral qu’elle détenait jadis, même si elle reste pour de nombreux Chiliens la référence vers laquelle se tourner pour trouver réconfort et sécurité en temps de crise. De nombreux scandales impliquant des membres du clergé ont été mis à jour au cours des dernières années, et ces affaires ont érodé la confiance des Chiliens dans l’Église. 

À un niveau plus personnel, de nombreux citoyens sont en désaccord avec la position de l’Église sur des questions comme l’éducation sexuelle en classe, l’avortement et le divorce. Au cours des dix dernières années, des citoyens de toutes les couches de la société ont demandé un dialogue plus ouvert au sein de l’Église et en dehors, afin d’aborder ces questions ainsi que d’autres. Le respect des fêtes catholiques reste très important.

Classe/ethnicité : Même si la situation n’est pas ouvertement admise, le Chili est un pays présentant des classes économiques et sociales bien définies et rigides avec un écart croissant entre les personnes ayant un revenu plus élevé et celles ayant un revenu moins élevé. Les membres de l’élite et de la classe moyenne supérieure, qui contrôlent largement les finances et les ressources du pays, sont habituellement très instruits. Ils sont les fils et les filles d’immigrants prospères originaires d’Europe et du Moyen-Orient qui se sont installés au Chili au 19e et au 20e siècle. Ils vivent dans des zones distinctes des villes. Leurs enfants fréquentent des écoles et des universités privées.

La classe moyenne comprend des professionnels, des propriétaires de petites et moyennes entreprises, des artistes, etc. Les membres de la classe moyenne considèrent également l’éducation comme une priorité avec une attitude plus ouverte vers les autres. Ce groupe est largement composé de fils et de filles de parents immigrants originaires de pays arabes, d’autres pays d’Amérique latine, d’Italie et d’Espagne. De même, la classe moyenne comprend des Chiliens de diverses origines. C’est le groupe qui représente le mieux le citoyen chilien typique.

La classe inférieure est moins éduquée et composée de fermiers et d’ouvriers. Les femmes restent habituellement à la maison pour élever les enfants ou travaillent comme domestiques dans les foyers de membres de la classe supérieure. L’origine ethnique de ce groupe est principalement un mélange d’Espagnols arrivant au Chili depuis le 15e siècle et des peuples autochtones.

Il est souvent possible de déterminer la classe sociale et l’ethnicité d’une personne grâce à son nom de famille. Dans les zones rurales, cette division est encore plus marquée. 

Perspective canadienne :

Genre

Les postes de haute direction étaient traditionnellement occupés par des hommes, et les femmes restaient à la maison avec les enfants. Cependant, cette situation commence doucement à évoluer, comme plus de femmes suivent des études supérieures, et visent ainsi à occuper des postes supérieurs. Les Chiliens reconnaîtront qu’il leur reste encore beaucoup à faire pour changer leur société « machiste », mais la situation évolue et les rôles traditionnels axés sur le genre deviennent une chose du passé.

Religion

Bien que le Chili ait été un pays catholique depuis l’introduction de la religion par les Espagnols, celle-ci fait de moins en moins partie de la vie quotidienne. Malgré tout, les rituels persistent et certains Chiliens s’accrochent à la coutume, soit par véritable dévotion ou simplement pour préserver les apparences. Le dimanche reste un jour où la plupart des magasins restent fermés, même si les Chiliens passent le plus souvent la journée en famille plutôt qu’à l’église. Les fêtes catholiques restent importantes avec plusieurs jours en hommage à des Saints toujours considérés comme des jours fériés en plus de Noël et de Pâques.

Classe

Il n’y a pas d’endroit où la division entre les classes est plus apparente qu’au Chili. Depuis le renversement du gouvernement socialiste, l’installation et la chute de la dictature et à présent un basculement régulier entre les partis politiques de gauche et de droite, ceux qui ont réussi à rester en vie, constituent à présent une classe supérieure distincte de la société. Le système éducatif perpétue ce système en présentant des différences notables dans la qualité entre les établissements publics et privés. Les enfants dont les parents ont les moyens de les envoyer dans des écoles prestigieuses depuis la petite enfance auront de bien meilleures perspectives plus tard dans la vie. Même le système médical, même s’il est gratuit et accessible à tous, est axé sur les personnes qui peuvent payer pour de meilleurs soins plus rapides.

Ethnicité

Le Chili a tendance à avoir une société plutôt homogène, mais l’immigration augmente rapidement en raison de son économie relativement stable. De nombreux Colombiens et Péruviens vivent à présent au Chili pour y travailler, mais ils ne sont pas toujours bien perçus par les Chiliens et ont tendance à être considérés comme des membres d’une classe inférieure. Il reste encore quelques régions avec des populations indigènes mapuches qui sont souvent assez isolées dans les montagnes ou dans le sud. Ces populations ont beaucoup lutté pour conserver leur culture, et ils font encore des manifestations. Toutefois, leurs droits sont de plus en plus reconnus et leur langue est l’une des langues officielles du pays.

Information culturelle - Établir des bonnes relations

Question : À quel point est-il important d’établir une relation personnelle avec un collègue ou un(e) client(e) avant de faire des affaires ?

Perspective locale :

En général, les Chiliens ont tendance à penser que les choses arrivent en fonction des connexions qu’a une personne et de la force de ces relations en vue d’amener des résultats favorables. On estime que ces relations, et pas nécessairement les compétences et le mérite, sont des éléments clés pour ouvrir des portes et créer des opportunités dans la vie.

Dès lors, les relations personnelles avec un collègue ou un client sont essentielles dans les relations professionnelles/de travail. À la première réunion, passez la majeure partie du temps à établir un rapport et ensuite amenez graduellement la conversation de sorte à présenter vos intérêts. Il est conseillé de retrouver cette personne un autre jour, ou plus tard le même jour pour le dîner dans un bon restaurant. Investissez progressivement du temps pour vous familiariser avec votre collègue ou votre client en intégrant sa vie et ses activités sociales. Les tiers sont très importants pour établir des contacts au Chili. Les banques et les sociétés de conseils peuvent faire les présentations. Dans le secteur privé, il est préférable d’apprendre à connaître votre partenaire commercial et d’établir une relation personnelle avec lui avant d’entreprendre des relations d’affaires importantes.

Perspective canadienne :

Il est très important d’établir des relations personnelles avant d’entamer des affaires sérieuses. Commencez toujours en établissant un rapport, posez des questions sur la vie et la famille de votre interlocuteur. Soyez conscient qu’il faudra quelques minutes avant qu’il soit acceptable de passer aux sujets professionnels. Voilà encore un autre facteur lié au temps chilien, vous devrez donc adapter vos attentes quant à la rapidité avec laquelle le travail doit être exécuté.

Information culturelle - Privilèges et Favoritisme

Question : Un(e) collègue ou un(e) employé(e) s’attendrait-il à des privilèges ou à des considérations spéciales étant donné la nature de notre relation personnelle ou de notre amitié ?

Perspective locale :

Le collègue ou l’employé s’attendront clairement à obtenir quelque chose. Toutefois, cette situation ne devrait pas interférer dans la relation si vous adoptez une position personnelle qui ne va pas dans ce sens ou si vous l’exprimez ouvertement au moment opportun. Pour les Chiliens, il est parfaitement acceptable d’utiliser leurs contacts à leur avantage ou à celui d’une autre personne.

Dans le milieu de travail, les personnes ayant un statut plus élevé peuvent bénéficier de favoritisme. On le constate dans les promotions, les opportunités d’emploi et dans la manière générale dont les membres d’une autre classe s’adressent aux autres. Une personne issue de la classe inférieure ou de la classe moyenne qui s’est hissée à un poste important au sein de la société est largement admirée, toutefois elle pourrait se voir rappeler de manière subtile qu’elle n’est pas l’un d’eux. Les ouvriers manuels sont principalement des personnes issues de la classe inférieure et des immigrants de pays voisins.

Perspective canadienne :

Ce sujet ne sera pas différent de ce que vous attendriez au Canada. Les Chiliens apprécient les connaissances et les efforts au travail, il n’est donc pas habituel de s’attendre à obtenir une promotion par des faveurs particulières.

Information culturelle - Conflits dans le Lieu de travail

Question : J’éprouve un problème lié au travail avec un(e) de mes collègues. Dois-je le (la) confronter directement ? En privé ou en public ?

Perspective locale :

La confrontation directe entre les employés est rare et les gens tentent activement de l’éviter. En cas de problème préoccupant, un employé peut mentionner le problème à son supérieur direct. Cette situation peut amener un environnement de travail malsain puisque les employés cherchent alors à s’éviter. Le gestionnaire appellera l’employé et discutera du problème en privé afin de trouver une solution acceptable. Dans d’autres situations, l’employé peut présenter le cas au gestionnaire des ressources humaines. Ne soyez pas surpris si l’employé est transféré ou relocalisé au sein de la société et que la cause du problème n’est jamais traitée.

Perspective canadienne :

Si vous avez un problème avec un collègue, ce sera à vous de décider si vous souhaitez régler ce problème et de faire un effort dans ce sens. Votre collaborateur chilien pourrait vous éviter ou prétendre que tout va bien pour éviter les confrontations. Dans bien des cas, à moins qu’il s’agisse d’un problème qui affectera le travail en cours, le mieux serait probablement de passer à autre chose et de ne plus vous occuper de la situation.

Information culturelle - Motiver les collègues locaux

Question : Qu’est-ce qui motive mes collègues locaux à donner un bon rendement au travail ?

Perspective locale :

Les employés mentionnent en premier lieu de bonnes conditions de travail dans un environnement positif. Un revenu approprié en fonction du niveau de responsabilité est également apprécié. La reconnaissance pour un travail bien fait encouragerait également les employés à avoir un bon rendement. De plus en plus, les employés demandent des horaires de travail plus souples et des avantages sociaux personnalisés afin de mieux gérer les besoins familiaux et professionnels.

Perspective canadienne :

Gagner un statut et de la reconnaissance est probablement un facteur plus motivant que l’argent, dans la plupart des cas. Autrement, ce sujet n’est pas très différent de ce que vous trouveriez au Canada.

Information culturelle - Livres, films et mets recommandés

Question : Pour m’aider à en apprendre davantage au sujet de la (des) culture(s) locale(s), veuillez suggérer : des livres, des films, des émissions de télévision, de la musique et de la nourriture.

Perspective locale :

À l’ère d’Internet, on dispose d’une grande quantité d’informations sur les événements culturels, politiques, économiques et militaires que le pays a connus au cours des quatre dernières années. La musique, la littérature et les films chiliens des 50 dernières années reflètent les profonds changements que le peuple, la société et les institutions du pays ont connus. Cependant, la jeune génération a de profondes lacunes concernant l’histoire du Chili en raison d’années de censure et de l’affaiblissement du système d’éducation publique.  

Pablo Neruda est le poète le plus connu au Chili dont les œuvres sont traduites en anglais et en français. Il a obtenu le Prix Nobel de littérature en 1973 et a notamment écrit les poèmes suivants : 100 Love Sonets (Cien Sonetos de Amor), Twenty Love Poems et a Song of Despair (20 Poemas de Amor y una Canción Desesperada; Five Decades) (Poems 1925-1970) Cinco Décadas (Poemas 1925 1970).

Isabel Allende est l’une des auteures les plus lues en Amérique latine. Elle vit actuellement aux États-Unis. Ses livres sont traduits dans plus de 25 langues. Parmi ses œuvres ont peut citer La Casa de los Espiritus (La Maison aux esprits), De Amor y Sombra, (D’amour et d’ombres) Cuentos de Eva Luna (Eva Luna). On peut également citer Antonio Skarmeta, auteur du livre Ardiente Paciencia sur lequel est basé le film américain de 1994 Le Facteur. D’autres de ses œuvres ont été traduites en anglais et en français, notamment Soñe que la Nieve Ardía, (1975), No Pasó Nada (1980), La Insurrección (1982). Il est l’auteur de plusieurs nouvelles et scripts pour la télévision et le cinéma.

Les Chiliens aiment énormément la guitare acoustique qui est un instrument central de leur musique folklorique. De nombreux musiciens populaires apprennent à jouer de cet instrument de façon informelle. Il est habituellement présent lors de réunions entre amis et en famille.

Le groupe musical chilien le plus connu et le plus apprécié à l’internationale, Inti-Illimani, a été formé en 1967 par des étudiants universitaires qui faisaient des jam-sessions informelles. Les membres du groupe ont survécu et ont aspiré à l’excellence depuis plus de 45 ans. Leur musique enracinée dans la musique folklorique chilienne a évolué pour devenir un style très particulier avec des arrangements vocaux et instrumentaux, utilisant plus de 30 instruments dans leurs productions enregistrées et leurs concerts en direct. Leurs albums sont en vente dans la plupart des principales chaînes de vente de détail de produits musicaux au Canada. Parmi les autres artistes populaires, dans leurs propres styles populaires distinctifs, on peut citer : Los Jaivas, Illapu, Los Prisioneros, Congreso et plus récemment, Gondwana.

Certains chanteurs sont également devenus populaires au Chili et en Amérique latine à divers moments au cours de vingt dernières années, notamment : Miriam Hernández, Alberto Plaza, Fernando Ubiergo, et Jose Vasconcellos. Feue Violeta Parra et sa musique représentent particulièrement bien la musique traditionnelle et folklorique du Chili. Sa chanson Gracias a la Vida est bien connue partout dans le monde. Le Violeta Parra Museum à Santiago a été inauguré en octobre 2015 présentant nombre de ses œuvres visuelles. Le musée est la réalisation de ses enfants qui ont réussi à rassembler ses œuvres qui étaient disséminées partout dans le monde.

De nouveaux écrivains, musiciens et artistes locaux ont continué à apparaître au cours des dix dernières années, certains nés hors du Chili. C’est notamment le cas de Maria Merino Tijoux, née en France en 1977, fille de parents chiliens vivant en asile politique. 

Nourriture : Si la cuisine au Chili est principalement internationale, le pays compte de nombreux plats typiques. L’empanada, un petit pâté à la viande cuit au four ou grillé, est généralement servi avec de la soupe en hiver. Le pastel de choclo, ou tarte au maïs, contient du bœuf haché, des oignons et du poulet. Les humitas sont faites à base de pâte de maïs assaisonnée enveloppée dans des enveloppes de maïs et cuites dans de l’eau bouillante. La parrillada est une sélection de viandes grillées sur des pierres chauffées. Dans les restaurants, la parrillada est servie dans son propre petit gril, afin de conserver la chaleur. Le curanto, un plat typique de la région du sud, est composé d’une combinaison d’aliments préparés à la vapeur dans une installation extérieure. Également populaire, en particulier à la campagne, le pan amasado - pain cuit dans un four en terre et les Sopaipillas sont des galettes de courge frites particulièrement populaires les jours de pluie. 

Les eaux côtières du Chili, la plus longue côte au monde, offre souvent une variété de poissons et fruits de mer. Des mollusques et crustacés (mariscos) comme les oursins (erizos), les praires (almejas), les crevettes (langostinos) et les moules géantes (choros) font partie des aliments préférés de la population locale. Parmi les types de poissons les plus appréciés, on peut noter la merluche, le saumon et la truite.

Les vins rouges et blancs chiliens sont internationalement reconnus, avec un vaste éventail de choix parmi lesquels choisir à des prix raisonnables. On trouve une vaste gamme de bières et d’alcools produits localement ou importés, à des prix abordables.

Perspective canadienne :

Livres – Pablo Neruda, Isabel Allende, Roberto Bolaño

Films – No (film nominé aux Oscars concernant les dernières années du régime Pinochet), Historia de un oso (court-métrage primé aux Oscars)

Cuisine – la cuisine chilienne a tendance à se classer dans la catégorie des « plats réconfortants », donc des plats chauds, riches, comme des assiettes de viande (y compris des abats) ou d’épais ragoûts de haricots. Le Pastel de choclo est similaire à un hachis Parmentier, avec une couche de viande (bœuf et poulet), des oignons, des œufs et des olives parsemé de maïs moulu. Les empanadas chiliennes typiques seront remplies de bœuf, d’œufs et d’oignons (empanada de pino) ou de fromage (empanada de queso), mais vous pouvez en trouver d’autres au crabe, aux crevettes ou au jambon. En raison de sa longue côte et de la proximité de l’océan, vous trouverez toujours des poissons incroyables a la plancha (grillés) ou frito (frits).

Certaines des nombreuses bizarreries de la cuisine chilienne sont leur affinité pour la mayonnaise, leurs hot dogs (completos) et leur merveilleuse poutine de style chilien appelée chorillana (frites recouvertes d’une sauce, bœuf, oignons et un œuf au plat). Le Chili est l’un des pays où la consommation de pain est la plus élevée au monde, vous constaterez qu’on le sert à tous les repas, souvent avec du chorizo (une combinaison qu’on appelle choripan) ou avec une sauce avec des morceaux (appelée pebre).

Information culturelle - Activités sur le terrain

Question : Dans ce pays, j’aimerais en savoir plus sur la culture et sur le peuple. Quelles activités pouvez-vous me suggérer ?

Perspective locale :

Lorsque vous êtes au Chili, je vous recommande d’assister à des concerts, de lire des quotidiens et des magazines destinés à diverses classes sociales. De même, les programmes télévisés reflètent la culture et la mentalité actuelle du pays. Les médias sont de plus en plus contrôlés par quelques familles qui maintiennent une vision similaire et dès lors la diversité des voix a diminué.

Ne manquez pas de visiter le Musée de la mémoire et des droits de l’homme – El Museo de la Memoria y los Derechos Humanos qui a été inauguré en janvier 2010. Ce musée tente d’attirer l’attention sur les violations des droits de l’homme commis par l’État chilien entre 1973 et 1990. Sa mission consiste à permettre aux victimes et à leur famille de vivre avec dignité, de stimuler la réflexion et le débat, et de promouvoir le respect et la tolérance afin que ces événements ne se reproduisent plus jamais.

Il serait conseillé de vérifier deux fois vos impressions, vos idées et vos conclusions concernant le pays et ses habitants avec un interprète culturel. De nombreux Canadiens vivent à Santiago et ailleurs au Chili. Certaines de ces personnes peuvent être prêtes à être des informateurs culturels et à partager leur expérience avec vous. Les Chiliens qui sont revenus dans leur pays d’origine après avoir vécu et travaillé à l’étranger sont une autre source possible d’informateurs culturels.

La géographie particulière du pays a créé des régions culturelles claires et distinctes. Ne manquez pas l’occasion de visiter une ville du nord, du centre et du sud pour avoir une meilleure appréciation du pays. Les villes le long de la côte sont également des endroits importants à visiter. 

Perspective canadienne :

Assurez-vous de prendre le temps de parcourir le centre-ville, peu importe où vous vous trouvez, et essayez de trouver une visite à pied guidée s’il y en a. Ces visites sont souvent dirigées par des résidents locaux et constituent la meilleure façon de découvrir l’histoire, l’art et des trésors cachés de la ville. Comme le Chili est un pays qui connaît régulièrement des tremblements de terre, vous trouverez des exemples incroyables de contrastes entre architecture coloniale et moderne dans presque toutes les villes. À Santiago, une rapide balade vous emmènera de bâtiments néoclassiques dans le quartier Centro de la ville, au style bohémien de Bellavista, en passant par le style postmoderne de Providencia pour arriver au district ultra moderne des affaires de Las Condes.

En hiver, le gris est le terme qui définit le mieux le Chili plus en raison du smog impressionnant qui y règne qu’à la tristesse de la météo. Cette situation est le produit d’une dépendance constante aux systèmes de chauffage au bois, ainsi qu’aux montagnes qui emprisonnent l’air enfumé. Pendant cette période, profitez-en pour vous évader en allant skier dans les spectaculaires Andes ou en allant goûter aux joies des piscines thermiques en dehors des villes.

Le poète, diplomate, et politicien Pablo Neruda est une personne très importante dans l’histoire du Chili.  Ses trois maisons (à Santiago, Valparaíso et Isla Negra) valent toutes une visite. Vous découvrirez ses nombreux amours - ses femmes, sa terre et la mer - autant de sujets qui lui ont inspiré les superbes poèmes que nous lisons encore aujourd’hui.

Partout où se porte votre regard, vous découvrirez de fantastiques vignobles, et vous ne devez même pas vous aventurer loin de Santiago. Quelques-uns de ces vignobles sont accessibles avec la ligne de métro, mais vous en découvrirez encore bien plus si vous êtes prêt à faire un trajet d’une heure ou deux. La vallée de Casablanca (entre Santiago et la côte) produit certains des meilleurs Sauvignon blancs et Pinot noirs du pays grâce à l’air plus frais de la mer. Au sud de Santiago, dans la vallée de Colchagua, vous découvrirez les spectaculaires les Malbec, les Syrah et les Carmenère, ce dernier est l’une des plus grandes contributions du Chili sur le marché viticole. Au nord de Santiago, dans la vallée Elqui, le climat est plus adapté pour produire le Pisco, une liqueur distillée à base de raisin similaire au brandy.

Si vous avez l’occasion d’explorer les parties plus reculées du pays, ne manquez pas de visiter le parc national de Torres del Paine, d’une des étonnantes merveilles naturelles de la Patagonie. Vous y trouverez deux principaux sentiers de randonnées, qui prennent entre 5 et 10 jours à parcourir, mais les personnes qui n’ont pas suffisamment de temps peuvent également profiter d’une incroyable expérience en visitant uniquement le Glacier Grey et les tours.

Information culturelle - Héros Nationaux

Question : Qui sont les héros nationaux de ce pays ?

Perspective locale :

Bernardo O’Higgins Riquelme : Général de l’armée qui a signé l’acte d’indépendance d’avec l’Espagne le 18 septembre 1810.

Arturo Prat Chacón : Le capitaine de vaisseau et héros de la guerre du Chili a combattu en 1879 contre le Pérou et la Bolivie.

Manual Rodriguez : Soldat et guérillero qui a combattu contre les Espagnols pendant la guerre d’indépendance.

Perspective canadienne :

Ce sujet peut être très politiquement chargé, mais la plupart des Chiliens conviendront de la renommée méritée des écrivains Pablo Neruda et Gabriela Mistral. Les publics nord-américains reconnaîtront les acteurs Cote de Pablo de NCIS et Pedro Pascal de Game of Thrones et Narcos.

En 2010, un accident s’est produit dans une mine de cuivre à Copiapó et 33 mineurs ont été piégés sous terre pendant 69 jours. Dans le monde entier, des gens ont assisté à leur sauvetage et aux retrouvailles avec leur famille. Ces hommes ont été baptisés « Les 33 » et leur histoire a récemment fait l’objet d’un film à Hollywood. La capsule dans laquelle ils ont été secourus est exposée au Musée naval à Valparaíso.

Les supporteurs de football peuvent être extrêmement passionnés pour leur équipe et les divisions sont profondes entre Colo-Colo et Universidad de Chile. Évitez de montrer une préférence pour l’une de ces équipes à moins d’être sûr de votre position et de connaître vos interlocuteurs. Et même dans ce cas, évitez les endroits publics lors des jours de match, car les supporteurs rivaux sont connus pour entamer des altercations physiques.

Information culturelle - Evénements Historiques partagés

Question : Y a-t-il des événements historiques communs entre ce pays et le Canada qui pourraient nuire aux relations sur les plans professionnel et social ?

Perspective locale :

Je ne connais pas d’événements historiques communs entre le Canada et le Chili. Ces deux pays aux extrémités du continent avaient peu de relations jusqu’en 1941 lorsque des relations diplomatiques ont été établies. La libéralisation des obstacles commerciaux, l’amélioration des télécommunications et des systèmes de transport ont contribué à transformer le Canada en un important partenaire commercial et d’investissement pour le Chili. La signature de l’accord de libre-échange entre le Canada et le Chili en 1997 est l’un des événements économiques les plus importants.

On compte environ 40 000 personnes d’origine chilienne au Canada qui contribuent également de nombreuses façons à enrichir l’échange culturel et économique entre les deux pays. Ils expriment ouvertement leur gratitude pour toutes les opportunités que le Canada leur a offertes à eux et à leurs enfants.

Plus récemment, le Canada a supprimé l’exigence d’obtention d’un visa touristique pour les Chiliens qui souhaitent visite le Canada. On compte de nombreux étudiants et diplômés chiliens dans les universités canadiennes. 

Perspective canadienne :

Il n’existe pas d’événements particuliers communs au Canada et au Chili qui pourraient affecter les relations de travail. Ces dernières années, on a assisté à une certaine résistance face aux activités d’exploitation minière canadiennes dans le nord du pays, en raison de préoccupations concernant les effets sur l’environnement, mais cela n’affecte généralement pas les situations du quotidien.

Information culturelle - Stéréotypes

Question : Quels sont les stéréotypes entretenus par les Canadiens à propos de la culture locale qui pourraient nuire à des relations efficaces ?

Perspective locale :

La connaissance du Canada et des Canadiens reste limitée au Chili. Les Chiliens continuent souvent de penser que les Canadiens sont similaires aux Américains. Les Chiliens ne connaissent pas la diversité culturelle et ethnique qui existe au Canada et ont tendance à supposer que tous les Canadiens sont blancs et d’origine européenne. Il n’existe pas d’autres stéréotypes qui pourraient nuire à des relations efficaces.

Perspective canadienne :

Les Canadiens peuvent avoir une impression de la vie et de la culture sud-américaine, mais le Chili a tendance à bousculer ces idées. En dépit de ses conflits internes, le Chili est l’un des pays les plus stables du continent sur le plan économique. Il n’y a que très peu de préoccupation à avoir concernant la criminalité, autre que les menus larcins éventuels qui ne sont généralement pas différents de ce que vous trouveriez au Canada. Vous prendrez rapidement l’habitude de garder votre portefeuille et votre téléphone cellulaire dans vos poches avant (ou votre sac) et de laisser vos bijoux voyants chez vous.

Information culturelle - Au sujet des interprètes culturels

Perspective locale :

Femme, psychothérapeute à Ottawa, travaillant avec des immigrants et des réfugiés depuis plus de 15 ans. Arrivée à Ottawa en 1981. Au Chili, j’ai fréquenté l’Université du Chili pour devenir professeur de sciences. À Ottawa, j’ai obtenu une maîtrise en counselling, un diplôme en psychothérapie gestaltiste et un certificat en supervision clinique. J’ai un contact constant avec le Chili, car tous les membres de ma famille y vivent. Ma dernière visite date de 2013. L’accès à la radio et aux quotidiens chiliens sur l’Internet me permet de rester informée des événements actuels. J’ai constaté des changements dans la culture, la langue et les interactions sociales, ainsi qu’un niveau élevé de diversité apportée par les nouveaux venus au Chili. La société passe d’un modèle collectif à un modèle plus individualiste et plus comparable à celui de l’Amérique du Nord, où l’utilisation de la technologie et des médias sociaux joue un rôle plus important.

Perspective canadienne :

J’ai grandi dans une banlieue de Toronto. J’étais la plus âgée de trois enfants provenant d’une famille d’origine anglophone et canadienne. J’ai étudié les langues modernes et la littérature à l’Université de Toronto et j’ai passé quelque temps en France afin d’y étudier le français. En 2012, j’ai quitté le Canada afin de passer du temps en Amérique du Sud. J’y ai fait du bénévolat au sein d’une ONG et y ai enseigné l’anglais à des professionnels du milieu des affaires. C’est là que j’ai rencontré mon mari kiwi. Par la suite, j’ai déménagé en Nouvelle-Zélande. J’habite à Wellington depuis deux ans et je travaille actuellement à titre de chercheuse pour une organisation gouvernementale.

Avertissement

Aperçus-pays/Enjeux interculturels visent à fournir un aperçu des normes sociales et culturelles générales et du milieu de travail auxquels un Canadien devra probablement s'adapter dans un pays en particulier. Nous offrons un aperçu de chaque pays de deux points de vue différents : celui d'un Canadien et celui d'un natif du pays d'accueil. Vous pourrez vous faire une idée de la culture de ce pays en comparant le point de vue canadien et le point de vue local. Nous vous encourageons à poursuivre vos recherches à l'aide d'autres sources et à utiliser le processus d'évaluation Triangulation. On demande aux interprètes culturels de s'appuyer sur la plus vaste expérience possible pour formuler leurs réponses. Cependant, ces dernières doivent être considérées comme un point de vue qui reflète le contexte et les expériences de l'auteur, il ne s'agit pas de commentaires sur un groupe ou une société en particulier.

Il est possible que vous soyez en désaccord avec le contenu de quelques réponses. Il faut même s'y attendre, vu la complexité du sujet et des problèmes associés aux commentaires généraux sur un pays et un peuple au complet. Nous vous encourageons à nous faire part de vos expériences, car vos commentaires nous aideront à faire d'Aperçus-pays un riche milieu d'apprentissage.

J'ai pris connaissance de l'énoncé ci-dessus et je comprends que les réponses ne reflètent aucunement la politique officielle et les opinions du gouvernement du Canada, d'Affaires étrangères Canada ou du Centre d'apprentissage interculturel.