Érythrée

Information culturelle

Des réponses à vos questions d’ordre interculturelles d’un point de vue local et un d’un point de vue canadien.

Information culturelle - Conversations

Question :

Je rencontre quelqu’un pour la première fois et je veux faire bonne impression. Quels seraient de bons sujets de discussion à aborder?

Point de vue local :

Pour saluer et attirer l’attention, les Érythréens en général prononcent le terme « Salam », dont la traduction littérale est « paix » et qui est l’équivalent de « bonjour. »

La réponse est aussi Salam. Si vous connaissez le nom de votre interlocuteur ou son prénom, ce qui est encore mieux, vous faciliterez les choses en les utilisant parce que cela signifie que vous connaissez votre interlocuteur, ce qui vous permet d’établir la zone de confort nécessaire pour amorcer un échange de salutations et avoir une discussion significative. Typiquement, les salutations prennent la forme d’un dialogue assez long fait de questions et de réponses sur l’objet de la rencontre avec votre interlocuteur ou de votre visite au pays.

Si vous ne connaissez pas les gens autour de vous et que vous désirez leur demander des renseignements (p. ex. le nom d’un lieu, le chemin à suivre pour vous rendre à un endroit donné, etc.), la façon de vous adresser à eux dépend de leur sexe et de leur âge :

Femme : p. ex. Ati Habtey (Soeur Habtey); Ade Habtey (Mère Habtey)
Homme : Ata Hawey (Frère Hawey); Abo Hawey (Père Hawey).

Cette forme de salutations est utilisée depuis des temps immémoriaux et vous permet d’obtenir de l’aide et l’attention voulue. En l’utilisant, vous vous identifiez comme si vous faisiez partie de la famille de la personne à laquelle vous vous adressez; elle vous répondra sans hésitation et vous fournira les renseignements demandés. Elle ne vous demandera pas qui vous êtes et d’où vous venez. Il s’agit là d’un moyen très direct et efficace de communiquer avec les Érythréens et qui reflète aussi le désir de ne pas vous montrer trop inquisiteur et irrespectueux.

En général, les Érythréens ne posent pas ou n’aiment pas poser des questions au premier contact sur des sujets à caractère personnel et privé telles que la religion, l’affiliation politique, le mariage, etc., qu’il s’agisse d’un étranger ou d’un compatriote.

Les Érythréens rendent visite aux gens sans avertissement; dans ce cas, vous devez mettre votre visiteur à l’aise en lui offrant quelque chose à boire, un café par exemple, et en même temps poser des questions sur la santé du visiteur, la récolte, etc. Après avoir consommé et lorsque les règles d’hospitalité et de salutation ont été observées, l’hôte ou le visiteur explique calmement la raison de la visite.

Point de vue canadien :

Les bons sujets de discussion au premier contact sont votre pays d’origine, les raisons qui vous amènent à travailler en Érythrée et votre famille. Il est important de s’enquérir de la famille de votre interlocuteur. (Vous devez toujours demander comment va sa famille, même lorsque vous le rencontrez régulièrement; cela fait partie des règles de civilité érythréenne). Il est bon d’interroger la personne que vous rencontrez sur sa région d’origine (la plupart des Érythréens sont liés à un village particulier, même s’ils n’y ont pas grandi). Vous pouvez aussi poser des questions sur le travail. Tous ces sujets, qui peuvent être abordés sans crainte, sont de bons moyens d’amorcer une conversation et permettent de mieux connaître votre interlocuteur. Vous pouvez aussi parler de la région du Canada d’où vous venez et de ce qui la distingue du reste du Canada. De nombreuses personnes que vous rencontrerez auront des parents qui vivent au Canada et vous pourrez décrire la région dans laquelle ces derniers vivent et quelles sont vos connaissances dans cette partie du pays.

Au début, vous devez éviter de discuter de la guerre avec l’Éthiopie, de politique ou de tout ce qui comporte une perception négative du pays. Il s’agit là de sujets très délicats qu’il est préférable de ne pas aborder jusqu’à ce que vous ayez établi une solide relation avec vos interlocuteurs. La question du conflit avec l’Éthiopie peut toutefois être soulevée et je vous conseillerais de ne pas vous lancer dans une analyse, mais d’écouter le point de vue de la personne à qui vous parlez. Les émotions qui se rattachent à ce conflit sont telles que toute une discussion aussi objective soit-elle peut offenser les Érythréens. L’environnement politique ne permet pas des discussions ouvertes, et il est souvent difficile de connaître les idées politiques des gens, même si vous les connaissez.

Toutefois, si vous apprenez que votre interlocuteur a « combattu » durant la guerre de libération, vous pouvez poser des questions sur son rôle et son expérience. Les « combattants » sont tenus en très grande estime. Plusieurs femmes ont participé à la lutte et les femmes qui occupent des postes supérieurs au gouvernement sont souvent d’anciennes « combattantes ». Il est important de les féliciter sur le rôle que ces hommes et femmes ont joué.

Information culturelle - Styles de communication

Question :

Que dois-je savoir à propos des communications verbales et non-verbales?

Point de vue local :

Les salutations comportent habituellement une poignée de main, suivie par le mot Salam. Selon le degré de familiarité entre les interlocuteurs, ces salutations peuvent comprendre aussi une accolade et un baiser sur les deux joues (quel que soit le sexe). Dès que les gens vous connaissent mieux et vous acceptent parmi eux, ils sont plus décontractés et maintiennent un contact visuel. Au premier contact, le contact visuel est généralement pris comme un manque de respect; éviter le contact visuel et regarder ailleurs sont en effet considérés comme des signes de déférence ou de respect.

À cause de sa riche histoire, l’Érythrée se caractérise par un ensemble de sous-cultures et de normes pastorales et modernes marquées par différentes religions et groupes ethniques. Les villes et les villages de l’Érythrée ressemblent à toutes les villes et à tous les villages cosmopolites du reste du monde. On trouve très peu des commodités de la vie urbaine dans les villages et les faubourgs. Toutefois, les Érythréens ont été exposés à diverses cultures et feront les efforts nécessaires pour vous satisfaire (en tant qu’expert visitant leur pays dans le cadre d’une mission précise).

Il est très vraisemblable que, dès les deux premières semaines de votre arrivée en Érythrée, vous serez invité dans une famille érythréenne pour y prendre un café. Acceptez l’invitation, mais préparez-vous à de très longues discussions autour du rituel de la préparation du café, un cérémonial en plusieurs étapes. Pendant qu’il préparera le café, votre hôte abordera une grande variété de sujets politiques, religieux et culturels.

Point de vue canadien :

Il est courant entre collègues ou amis de se saluer en se donnant une tape sur l’épaule droite comme une forme d’accolade. Il s’agit là d’un geste d’amitié et de cordialité.

En général, les Érythréens se tiennent plus près de leur interlocuteur que les Nord-américains. La distance personnelle est vue différemment. Lorsque vous connaissez la personne, il n’est pas inhabituel de prolonger la poignée de main pendant toute la durée de l’échange de salutations. Lorsque les gens vous connaissent bien, ils sont très à l’aise en ce qui a trait au toucher. Les femmes placeront de la nourriture avec un doigt dans la bouche d’une autre femme en signe d’amitié. Elles n’éprouvent aucune gêne à arranger les cheveux ou les vêtements d’une autre femme. Le contact physique entre hommes et femmes est beaucoup plus restreint et limité aux membres de la famille. Le contact visuel direct est acceptable, mais sur de courtes périodes. Il est possible de s’exprimer de façon directe dans les discussions avec les Érythréens, mais il est essentiel de prendre garde de ne pas formuler de jugements sur les façons de faire érythréennes qu’ils pourraient juger négatifs.

Information culturelle - Démonstration des émotions

Question :

Les démonstrations d'affection, de colère ou d'autres émotions sont-elles acceptables en public?

Point de vue local :

Les gens évitent de montrer leurs émotions en public. Toutefois, la colère et les émotions réprimées peuvent parfois éclater.

Point de vue canadien :

Les démonstrations d’affection en public sont acceptables et attendues. Il est toujours possible d’exprimer de la joie, de l’excitation et du plaisir à propos de ce que l’on voit ou fait. Toutefois, je conseillerais aux ressortissants étrangers de ne pas exprimer leur colère en public, particulièrement si elle constitue une critique sur la façon dont les Érythréens se conduisent. Il est fréquent de voir des adultes s’en prendre avec colère et publiquement à des enfants dont le comportement est jugé inacceptable.

Information culturelle - Code vestimentaire, ponctualité et formalité

Question :

Que dois-je savoir à propos du milieu de travail (la tenue vestimentaire, les délais, la formalité, etc.)?

Point de vue local :

Comme au Canada, chaque organisme a sa culture distincte influencée par des normes et pratiques locales, ainsi que par la philosophie et le style de gestion de l’organisme.

L’étiquette en milieu de travail et les valeurs culturelles exigent que les gens portent des vêtements propres qui recouvrent tout le corps. L’exposition de certaines parties du corps, même partiellement, est inacceptable. Le climat étant habituellement chaud, il est conseillé de porter des costumes en coton (pantalon long, chemise et veste).

Les gens accordent beaucoup d’importance à leur emploi; ils comprennent les conséquences de l’absentéisme et du manque de ponctualité, puisque des cartes de pointage sont souvent utilisées comme moyen efficace et impartial de contrôle.

Les premières semaines de votre séjour seront déterminantes. Essayez d’apprendre le nom et le prénom des gens et de les utiliser avec le titre requis : Ato (Monsieur) suivi du prénom; Weizero (Madame) suivi du prénom (les femmes gardent leur nom de jeune fille suivi du nom du père); et Weizerit (Mademoiselle) avant le prénom. Au fur et à mesure que la familiarité augmente avec vos interlocuteurs, vous pouvez les appeler directement par leur prénom.

Point de vue canadien :

L’habillement en milieu de travail est généralement élégant et pour tous les jours. Il est rare que les hommes portent le complet-cravate, même lorsqu’ils ont des réunions avec des cadres gouvernementaux. Si l’on doit rencontrer un ministre, il est peut-être préférable de s’habiller de façon plus formelle. Les femmes ne doivent pas porter de jupes courtes ni de hauts sans manches qui exposent les épaules, même à l’extérieur du milieu de travail. Les hommes n’exposent pas leurs épaules en public et n’enlèvent pas non plus leurs chemises. En milieu de travail, les femmes peuvent porter un habillement composé à la fois de vêtements traditionnels et occidentaux.

Les Érythréens s’appellent entre eux par leur prénom et non pas par leur nom de famille (qui est le prénom de leur père). Pour s’adresser à un homme de façon formelle, il suffit d’ajouter le titre officiel « Ato » (Monsieur) devant le prénom. Pour les femmes, on emploie le titre « Weizero » qui correspond à celui de Madame. Au premier contact, (particulièrement dans un milieu d’affaires), il est préférable d’utiliser le nom formel. Cette formalité peut être rapidement abandonnée avec les collègues, mais il vaut mieux la conserver lorsqu’on s’adresse à un superviseur ou à un cadre supérieur. Je conseillerais aux ressortissants étrangers d’observer comment les collègues s’adressent à ces personnes afin de déterminer le niveau de formalité requis. Il est poli de s’adresser formellement aux aînés que l’on ne connaît pas encore suffisamment bien.

La notion de temps varie considérablement. Il est important d’arriver à l’heure aux réunions comme signe de respect, quoique vous devrez vous préparer à attendre si la personne avec qui vous avez rendez-vous a d’autres choses à faire. On s’attend à ce que les ressortissants étrangers respectent davantage les horaires et les délais, alors qu’on ne l’exigera pas des Érythréens; cela peut être perçu comme un manque de respect. De plus, en tant qu’étranger, vous ne pouvez pas « exiger » que certaines tâches soient faites à l’intérieur de délais précis. Vous pouvez toujours discuter de délais et effectuer des suivis sur l’avancement des travaux, mais évitez toute menace de sanction pour des délais manqués.

En général, les Érythréens observent les horaires de travail (qui sont très longs) et s’attendent à ce que les gens travaillent durant ces heures. Ce sont des gens travailleurs qui s’attendent à ce que les autres le soient aussi.

Information culturelle - Méthodes de gestion

Question :

Quelles sont les qualités les plus recherchées chez un supérieur/directeur local? Comment saurais-je de quelle façon mon personnel me perçoit?

Point de vue local :

La culture érythréenne accepte l’autorité que confèrent les professions. Les enseignants, les prêtres et les médecins commandent beaucoup de respect et de reconnaissance en raison du titre de leur poste et de leur emploi.

Les gens s’attendent à ce que les superviseurs et les gestionnaires aient quelques compétences et qu’ils travaillent fort pour gagner la loyauté et le respect de leurs subordonnés. En tant que nouveau venu, les gens vous accepteront sans porter de jugement et attendront de voir comment vous vous comporterez.

Ne soyez pas surpris si vos collègues vous consultent plus souvent que leurs compatriotes, car ils pensent que vous avez une meilleure formation et un niveau plus élevé d’instruction parce que vous venez d’un pays développé. N’hésitez pas à prendre le commandement et établissez vos propres normes, attentes et conditions pour les changements que vous voulez introduire. Soyez ponctuel et respectueux, les gens y seront sensibles. Votre personnel vous jugera sur vos qualités telles que l’équité, l’intégrité, vos connaissances et la capacité de diriger, surtout en période de crise.

Point de vue canadien :

Les études constituent un critère très recherché dans les postes de gestion et de leadership. La rémunération et les promotions dépendent souvent des diplômes d’études. Toutefois, le rôle que les gens ont joué durant la lutte pour la libération est aussi un important facteur. Ceux qui ont été des leaders importants au sein du Front de libération des peuples érythréens (FLPE) continuent d’occuper des postes de cadres au gouvernement, même si leur niveau d’instruction n’est pas aussi élevé que celui de leurs subordonnés. Des efforts considérables sont faits pour améliorer le niveau d’instruction de ces gens. Plusieurs cadres gouvernementaux ont participé à un programme d’études par correspondance avec l’Université ouverte de Londres (Angleterre) pour obtenir un MBA, comme le Président lui-même.

Les Érythréens accordent de l’importance aux diplômes d’études et aux connaissances techniques des ressortissants étrangers pour déterminer s’ils possèdent les compétences techniques requises. Dans une agence internationale, votre autorité sera respectée (si vous êtes un gestionnaire étranger). Dans une structure érythréenne, vos compétences académiques et techniques sont importantes. Lorsque vous avez démontré que vous possédez certaines compétences et connaissances techniques, votre point de vue sera davantage pris en considération.

Information culturelle - Hiérarchie et Prise de décision

Question :

Au travail, comment sont prises les décisions et qui les prend? Est-il convenable d’aller consulter mon superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou de la rétroaction?

Point de vue local :

L’Érythrée évolue d’une culture autoritaire hautement structurée à un style de gestion participatif et inclusif. Traditionnellement, les décisions étaient prises du haut vers le bas, mais cela a changé depuis les deux dernières décennies à la suite de campagnes systématiques visant à améliorer l’alphabétisme et à relever la conscience sociale.

Par conséquent, de nouveaux types de processus de prise de décisions prennent racine. Des groupes d’étude, des comités et des personnes très compétentes s’expriment et affirment leurs idées en invitant les autres à suivre leur exemple. Des conseils municipaux sont élus d’une façon ouverte et démocratique et les idées et les décisions émanent de la population. Ce nouveau phénomène permet aux employés de présenter leurs idées à leur superviseur immédiat et d’avoir une rétroaction.

Point de vue canadien :

Les structures de travail érythréennes sont très hiérarchisées. La plupart des décisions sont prises en haut de l’échelle organisationnelle, plutôt que par délégation vers le bas. Les employés répugnent à prendre des décisions sans consulter leur superviseur ou des cadres de rang supérieur. Les gestionnaires peuvent consulter leurs subordonnés et les questions peuvent être chaudement débattues entre eux. Il appartient toutefois au gestionnaire de prendre la décision finale.

Dans les organismes internationaux (tels que les Nations Unies), les gestionnaires étrangers sont ceux qui prennent toutes les décisions importantes. Par contre, dans les structures érythréennes les Érythréens n’aiment pas affecter des ressortissants étrangers dans des postes d’autorité. En général, les ressortissants étrangers sont traités comme des conseillers techniques. Vous devez vous préparer au fait que des décisions soient prises sans que vous soyez consulté et que les conversations se tiennent dans la langue locale, en votre présence, même si toutes les personnes présentes parlent bien l’anglais. Les renseignements ne sont généralement échangés que sur la base « du besoin de savoir ».

Il est utile de consulter votre superviseur pour obtenir des réponses à des questions spécifiques. Fréquemment, les collègues ne se sentiront pas libres d’échanger des renseignements sans savoir si le superviseur accepte que ces renseignements soient divulgués. Vous devrez trouver le moyen de poser des questions sans que vos interlocuteurs aient l’impression que vous trempez dans des questions que vous n’avez pas « besoin » de savoir.

Information culturelle - La religion, la classe, l'ethnicité et le sexe

Question :

Décrivez brièvement l’attitude des gens de l’endroit à l’égard des facteurs suivants et leurs répercussions en milieu de travail : L’égalité des sexes, la religion, les classes sociales, et l’origine ethnique.

Point de vue local :

Égalité des sexes : Historiquement, les femmes ont été reléguées à des fonctions ménagères telles qu’élever les enfants et ont été écartées des études. Grâce aux gains réalisés durant les longues années de lutte de libération à laquelle les femmes ont énormément contribué (les femmes comptaient pour 30 p. 100 dans l’Armée de libération), elles sont aujourd’hui en meilleure position pour changer ces idées du passé.

Le gouvernement a décrété que 30 p. 100 des sièges à l’Assemblée nationale devaient être réservés aux femmes. Celles-ci peuvent aujourd’hui exercer librement leurs droits et un certain nombre d’entre elles ont été nommées à des postes ministériels. De concert avec le gouvernement, l’Association des femmes érythréennes a obtenu aussi beaucoup de succès en éliminant les tabous qui empêchaient les filles d’aller à l’école.

J’ai été très heureux de voir des femmes de groupes ethniques minoritaires de villages éloignés prendre des cours d’alphabétisation, apprendre à conduire et à assumer le rôle de soutien économique de la famille.

Religion : Les Érythréens ont une liberté de culte absolue. Par contre, il est interdit de former un parti politique ou une association au service d’une religion ou d’un groupe ethnique particulier.

La population est constituée d’environ 50 p. 100 de chrétiens et de 50 p. 100 de musulmans. On note aujourd’hui un niveau encourageant d’harmonie, de tolérance et une tendance à des mariages inter-religieux ou entre ethnies. Cette situation était inexistante il y a une dizaine d’années.

J’ai enseigné dans une école secondaire d’une communauté majoritairement musulmane de l’Érythrée et j’avais congé le vendredi et le dimanche, alors que mes amis qui travaillaient dans des régions majoritairement chrétiennes avaient congé le samedi et le dimanche.

Les dénominations chrétiennes sont orthodoxes (coptes), catholiques ou luthériennes. D’autres dénominations chrétiennes s’établissent dans le pays et le temps dira si elles pourront survivre aux lois gouvernementales.

Classe : Il n’existe pas de distinction de classe en Érythrée. Les paysans qui travaillent leurs terres habitent dans les régions rurales. Traditionnellement, les villages sont administrés selon un régime de roulement, mais le gouvernement impose de plus en plus la formation de conseils municipaux élus démocratiquement.

La classe ouvrière est relativement homogène et le principal employeur est le gouvernement. Il n’existe donc pas de groupe capitaliste riche de quelque importance que ce soit. Comme dans la plupart des pays africains, des syndicats assez puissants existent depuis le milieu des années 1940. Ces syndicats sont historiquement plus préoccupés de questions politiques qu’économiques et ils ont constitué le pivot et un terrain propice à la formation de futurs leaders érythréens, au mouvement de libération et aux forces armées. Ils continuent de constituer une force importante dont il faut tenir compte.

Origine ethnique : En Érythrée, il existe neuf groupes ethniques distincts possédant leur propre culture, langue et mode de vie. Malgré la diversité ethnique et religieuse (principalement chrétienne et musulmane), les Érythréens ont pu constituer un front uni et ont mené une guerre de 30 ans pour libérer le pays des éthiopiens. La guerre a pris fin en 1993 sur la création de l’État de l’Érythrée, dans le cadre d’un référendum supervisé par les Nations Unies.

Le milieu de travail possède ses propres normes et pratiques; les gens peuvent penser ce qu’ils veulent, mais je vous conseillerais de concentrer vos efforts sur les relations que vous cherchez à encourager et sur les lois et règlements auxquels vous serez assujetti.

Point de vue canadien :

Égalité des sexes : Durant la guerre de libération, le FLPE a mis en place une solide idéologie d’égalité entre les sexes, les femmes étant traitées en égales et servant de combattantes et dans des rôles de leadership. À la fin de la guerre, on s’attendait à ce que ce nouveau rôle des femmes se maintienne, puisque c’est le FLPE qui a formé le gouvernement. Bien que le principe de l’égalité des sexes continue de s’appliquer, en pratique, les femmes sont de plus en plus mises de côté et poussées vers des rôles plus traditionnels. Leur progression dans le milieu de travail est aussi freinée par leur niveau d’instruction généralement moins élevé que celui des hommes. Donc les femmes se retrouvent généralement dans des rôles de soutien administratif ou technique, par exemple dans des services de comptabilité ou de santé.

Religion : Les habitants des hautes terres sont en grande majorité des chrétiens orthodoxes, alors que dans les basses terres, ce sont principalement des musulmans. Officiellement, il y a autant de chrétiens que de musulmans en Érythrée (il est difficile de connaître les chiffres exacts). Le mouvement de libération du FLPE a été un catalyste pour surmonter les différences religieuses et former un mouvement de libération séculier fort. Toutefois, il existe encore des tensions sous-jacentes entre les chrétiens des hautes terres et les musulmans des basses terres. Cette situation divise fondamentalement le pays sur le plan culturel et ethnique, la population chrétienne occupant largement les postes de plus grande autorité. Néanmoins, les Érythréens montrent une tolérance religieuse considérable envers les religions principales. Ils sont moins tolérants toutefois à l’égard des dénominations chrétiennes protestantes plus petites en nombre, dont plusieurs ont perdu leur reconnaissance officielle. Le gouvernement vise à restreindre les activités des chrétiens et des musulmans aux domaines pastoral et religieux, et les garder distinctes du service social, du développement et du domaine politique.

Cette dimension religieuse ne joue qu’un très petit rôle dans le milieu de travail au quotidien. L’identité érythréenne se définit sur une base plus large et est bien établie. Il est possible aujourd’hui de travailler avec des collègues sans avoir à se préoccuper de leur religion, à moins qu’on ne s’intéresse à eux en dehors du milieu de travail.

Classe : La structure sociale et professionnelle est hiérarchisée. Le statut social est important et repose sur les études et le statut professionnel ou dans les institutions sociales. Une certaine mobilité sociale existe selon les études et les compétences. Il ne semble pas exister de structure de classe qui soit maintenue de façon rigide.

Origine ethnique : L’Érythrée compte neuf groupes ethniques officiellement reconnus, dont le plus nombreux et le plus dominant est le Tigrina. Ce groupe, qui occupe les hautes terres du pays, est en général de foi chrétienne orthodoxe. Les autres groupes sont majoritairement musulmans et vivent ou proviennent des basses terres. Les principales langues parlées dans le pays sont le tigrina et l’arabe. L’anglais se propage de plus en plus dans les grands centres urbains. Des personnes de la vieille génération parlent encore l’italien. L’origine ethnique joue un rôle important dans la vie sociale, mais le parti au pouvoir a fait des efforts considérables pour éliminer les clivages ethniques. Le mouvement de libération du FPLE, qui a mené à l’indépendance du pays, a rassemblé les groupes ethniques et religieux sous une même bannière et écarté d’autres mouvements de libération fondés sur l’origine ethnique et la religion.

Information culturelle - Établir des bonnes relations

Question :

À quel point est-il important d’établir une relation personnelle avec un collègue ou un client avant de faire des affaires avec cette personne?

Point de vue local :

Les choses sont considérablement facilitées lorsque vous avez noué une relation d’amitié et de confiance avec vos interlocuteurs érythréens. La norme veut qu’on bavarde et qu’on échange des civilités avant d’entrer dans le vif des affaires. Les gens aiment établir des situations favorables aux parties en présence et se séparer à l’amiable afin de pouvoir entamer une nouvelle ronde de négociations jusqu’à ce qu’un accord soit conclu. À ce sujet, un proverbe dit « Il est préférable d’avoir un mauvais mariage qu’un divorce. »

Point de vue canadien :

Il est possible de mener des affaires professionnelles et commerciales sans avoir à développer de relations personnelles. On peut discuter et négocier dans un esprit de respect mutuel. Il existe cependant de nombreuses occasions d’établir des relations personnelles avec les collègues et les clients car les gens sont très ouverts. Cela peut se faire en invitant les gens dans un restaurant, autour d’un repas, puis chez soi. Un autre moyen serait de montrer de l’intérêt à l’égard des événements culturels ou sportifs et d’y assister avec vos collègues ou clients. Accepter des invitations à des mariages est une bonne chose. Les Érythréens sont heureux de partager leur culture et leur vie avec les autres. Lorsqu’une amitié solide a été établie, les visites chez les collègues et leur famille sont courantes et appréciées.

Lorsque vous entrez dans une pièce, même si une réunion est en cours, il est important de saluer chaque personne présente, avant d’entamer des discussions d’affaires.

Information culturelle - Privilèges et Favoritisme

Question :

Un collègue ou un employé s’attendrait-il à avoir des privilèges spéciaux ou à recevoir une considération spéciale en raison de notre relation ou de notre amitié?

Point de vue local :

Les employés ne vous demanderont pas une augmentation de salaire ou une faveur parce que vous êtes étranger, mais comme dans la plupart des autres cultures dans le monde et selon la relation et le niveau de familiarité, ils pourraient vous demander de recruter un ami ou un membre de leur famille.

Vous ne subirez aucune pression ni exigence. Tout se fait de façon subtile et aimable. Le seul problème que vous risquez d’avoir serait que les gens pourraient vous relancer souvent pensant que vous êtes un ressortissant étranger très influent.

La pratique que j’ai observée, et qui est normale, est qu’au décès ou en cas d’infirmité d’un employé, sa femme, son fils ou sa fille peuvent être recrutés à sa place. Cela a un impact considérable sur la famille et le moral du reste du personnel.

Point de vue canadien :

Le FLPE a élaboré une culture solide « anti-corruption » qui n’encourage pas les faveurs basées sur les relations personnelles et familiales. Je n’ai jamais subi de pression pour accorder de faveurs spéciales à des personnes en milieu de travail sur la base d’une amitié personnelle, autre que la courtoisie normale et le soutien qu’on accorde à tout ami (par exemple, obtenir la dernière version des règles officielles de football, des conseils sur les écoles au Canada ou amener quelqu’un en voiture dans son village). À l’extérieur du milieu de travail, lorsque que vous voulez recruter des domestiques ou obtenir des services techniques tels qu’un électricien ou plombier, on vous recommandera des individus qui sont liés en quelque sorte à la famille.

Information culturelle - Conflits dans le Lieu de travail

Question :

J’ai un problème relié au travail avec un collègue. Est-ce que je dois le confronter directement, publiquement ou en privé?

Point de vue local :

Il n’est pas difficile de déterminer si un collègue nourrit un différend envers vous. Le langage corporel et les expressions faciales suffisent pour vous indiquer que quelque chose ne va pas. Vous pourrez aussi observer un changement d’attitude dans sa façon de vous répondre lorsque vous le saluez.

Dans de tels cas, essayez de déterminer si le problème est relié au travail. Si c’est le cas, vous pourriez le résoudre en demandant à la personne de venir dans votre bureau et de vous dire ce qui ne va pas. Si le problème est d’ordre général, soulevez-le en convoquant tous vos subordonnés ou collègues à une réunion ou en affichant un bulletin. Si la question n’est pas liée au travail, il est préférable d’affronter la personne à l’extérieur du bureau.

Notez que dans la société érythréenne, il n’est pas rare de demander à des Aînés ou à des collègues de travail de servir de médiateurs. Il s’agit d’un bon moyen encouragé par le système juridique érythréen. Dans la tradition érythréenne, les parties en conflit font appel à un médiateur indépendant auquel elles font confiance pour régler le différend. Si le problème est grave, le médiateur déposera ses conclusions et ses recommandations aux tribunaux ou aux chefs syndicaux.

Point de vue canadien :

Les problèmes reliés au travail se règlent plus facilement en privé. Un différend non résolu avec un collègue peut être porté devant le superviseur du collègue en question. Si votre superviseur vous pose problème, il est préférable de le résoudre directement avec lui et il n’est pas conseillé de le court-circuiter en s’adressant à son supérieur. En tant que ressortissant étranger, vous devrez nécessairement vous accommoder de vos collègues si vous désirez être efficace, surtout si vous êtes un superviseur ou un gestionnaire. Si vous brusquez les gens ou forcez des façons de faire étrangères aux leurs, vous risquez d’être écarté. Les Érythréens sont extrêmement fiers et résistent farouchement aux pressions extérieures. Exiger qu’on respecte vos droits ou qu’on vous respecte réussit rarement.

Information culturelle - Motiver les collègues locaux

Question :

Qu’est-ce qui motive mes collègues locaux à donner un bon rendement au travail?

Point de vue local :

La stabilité, le prestige, les avantages et une bonne rémunération sont parmi les facteurs qui jouent un rôle important dans la motivation et l’augmentation du rendement des collègues de travail locaux.

Point de vue canadien :

La plupart des Érythréens sont fiers du travail qu’ils font et s’efforcent d’exceller. Le renforcement positif pour un travail bien fait est important. Critiquer le rendement est généralement improductif; mieux vaut proposer des moyens de l’améliorer en fournissant des conseils techniques, sans jugement. On note au pays un solide engagement à reconstruire le pays à la suite de la guerre de libération et du conflit récent avec l’Éthiopie. Les mesures d’amélioration du rendement qui s’appuient sur cet effort de reconstruction sont positivement acceptées, tant qu’elles ne sont pas présentées comme des critiques. Montrer de l’excitation sur ce qui peut être fait est utile. Comparer le rendement avec d’autres pays ou personnes est souvent improductif.

Information culturelle - Livres, films et mets recommandés

Question :

Pour m’aider à en apprendre davantage à propos de la culture, pouvez-vous recommander : des livres, des films, des émissions de télévision, de la nourriture et des sites Web?

Point de vue local :

Avant de vous rendre en Érythrée, il serait utile de vous renseigner sur la culture en consultant des sites Web érythréens tels que celui de l’Ambassade de l’Érythrée à Washington. Ces sites vous fourniront des renseignements généraux sur le pays, son peuple et sur ce à quoi vous devez vous attendre.

Selon l’endroit où vous vivez au Canada (surtout dans les grandes villes canadiennes), vous pourriez rencontrer des Érythréens, rendre visite à des bureaux communautaires ou fréquenter des restaurants érythréens qui vous permettront de vous familiariser avec la culture et la diversité du pays, goûter les spécialités culinaires et poser des questions.

Vous pouvez aussi voir des films de la société Alter-Ciné et de l’Office national du film du Canada sur l’histoire récente de l’Érythrée et demander aux communautés de vous prêter des cassettes vidéo sur l’Érythrée.

Point de vue canadien :

Les guides de voyage en Érythrée sont une source de renseignements utiles. Lisez aussi des livres d’histoire générale sur la région, incluant l’Éthiopie, et des livres écrits sur la guerre de libération car il est difficile de comprendre l’Érythrée moderne sans se renseigner sur la lutte de libération. Ce conflit qui a duré 30 ans a fondamentalement façonné l’Érythrée moderne. Bien que plusieurs livres sur le pays soient disponibles dans les librairies érythréennes, ils sont difficiles à trouver à l’extérieur du pays.

Sur le plan culturel, les hautes terres de l’Éthiopie et de l’Érythrée sont très similaires, comme le sont les basses terres des deux pays. Les livres sur la culture de la région, même s’ils portent sur l’Éthiopie, sont utiles. Allez dans un restaurant éthiopien (les spécialités culinaires sont identiques à celles de l’Érythrée et plus faciles à trouver) et goûtez au pain injera (galette plate au levain) au goût unique que l’on sert avec diverses sauces.

Avant de vous rendre en Érythrée, je recommanderais de prendre contact avec la communauté érythréenne locale. Beaucoup d’Érythréens se sont établis au Canada. Ils seront dans la plupart des cas heureux de vous rencontrer et de parler de leur culture avec vous. Ils vous aideront à établir des contacts avec leurs parents en Érythrée, ce qui vous permettra de nouer des contacts à l’extérieur du cercle de vos collègues de travail et constituera un moyen exceptionnel d’entrer dans la communauté érythréenne lorsque vous serez dans le pays.

Information culturelle - Activités sur le terrain

Question :

Dans ce pays, j’aimerais en savoir plus sur la culture et sur le peuple. Quelles activités pouvez-vous me suggérer?

Point de vue local :

Lorsque vous serez en Érythrée, le meilleur moyen de vous familiariser avec sa culture est de regarder des comédies à la télévision, qui sont un reflet réel de la vie quotidienne et de la culture locales. Fréquentez des cafés, parlez avec des gens autour d’un café ou d’un thé. Tout cela vous permettra de mieux connaître la culture locale.

Lorsque vous vous serez fait des amis, ils vous diront des plaisanteries du jour (à l’instar de la comédie canadienne Air Farce). Les gens aiment les plaisanteries et les graffitis, mais malheureusement, vous ne connaîtrez pas les artistes et les auteurs de ces plaisanteries à la fois pénétrantes, amusantes et parfois très révélatrices, parce qu’elles sont propagées de bouche à oreille. Les journaux et les revues présentent parfois des dessins animés, divertissants et provocants.

L’Ambassade et le Consulat du Canada à Asmara vous fourniront des renseignements à jour et pourront peut-être vous indiquer un interprète fiable. Je connais un certain nombre d’Érythréens néo-canadiens qui font des affaires en Érythrée et qui se rencontrent de temps en temps; il vous sera utile de communiquer avec eux.

Point de vue canadien :

Le meilleur moyen de se renseigner sur la culture est de nouer des amitiés avec des familles érythréennes. Nombre d’Érythréens ont de la famille au Canada et ils sont habituellement prêts à établir un contact. Les familles en Érythrée sont aussi prêtes à partager leur culture. Vous serez probablement invité à un mariage. Il s’agit là d’un important événement culturel et d’une occasion unique de se renseigner davantage sur la vie de famille. Les locaux apprécieront les efforts que vous ferez pour participer à leur danse, qui est relativement facile à apprendre. Vos collègues de travail s’empresseront de vous expliquer quoi faire. À Asmara, la capitale, on donne souvent des concerts de musiciens locaux auxquels vous pouvez assister. Il y a aussi des productions théâtrales locales, très révélatrices des préoccupations locales, mais vous aurez besoin d’un interprète pour vous traduire ce qui se dit.

Il est important de sortir des villes et de se rendre dans des villages. Les familles sont toujours prêtes à vous servir de guide. Tous les Érythréens sont « d’un » village particulier, même s’ils n’y ont jamais vécu.

La cérémonie du café est une importante pratique sociale. Cette cérémonie consiste à griller de façon rituelle, moudre, passer et partager le café, souvent accompagné de maïs soufflé, tout en conversant. Cette cérémonie suit le partage d’un repas, mais ce dernier peut être fait à un autre moment, lorsque l’objet de la réunion est de socialiser. Il est impoli de précipiter cette cérémonie. Si vous êtes pressé, il est préférable de choisir du thé plutôt que du café.

Il existe deux grands festivals religieux dans la tradition orthodoxe chrétienne. Ce sont des festivals publics auxquels vous pouvez assister. Vous pouvez aussi assister aux services religieux dans de très belles églises orthodoxes (les services commencent avant le lever du soleil). Une fois encore, si vous vous montrez intéressé, un collègue érythréen sera très heureux de vous aider et vous expliquera ce qui se passe. Lorsque vous êtes lié d’amitié avec des familles, vous pouvez être invité à un baptême et vous recevrez d’autres invitations si vous montrez un certain intérêt à l’égard de ces événements.

Les deux principaux sports sont le football et les courses cyclistes, qui reflètent le patrimoine colonial italien. J’ai assisté régulièrement à des matchs de football avec des collègues de travail.

Le jour de l’Indépendance est un événement majeur. Une célébration importante a lieu à l’intérieur du stade national, à laquelle il vaut la peine d’assister, ainsi qu’aux célébrations qui se déroulent la veille.

Information culturelle - Héros Nationaux

Question :

Qui sont les héros nationaux de ce pays?

Point de vue local :

La Guerre de libération a produit un grand nombre de héros et héroïnes méconnus en Érythrée. Malheureusement, mis à part ce que quelques personnes ont écrit sur les sacrifices extraordinaires et l’héroïsme de leurs camarades, il n’existe aucune liste de noms que je pourrais citer et une poignée d’entre eux seulement ont été décrits dans les journaux. Les Érythréens ont le sentiment qu’ils ont réussi à cause de leur force de caractère et leur détermination.

L’utilisation de l’expression « Salam » indique combien la paix est importante dans la vie quotidienne des Érythréens. Pendant des siècles, l’Érythrée a été le champ de bataille des grands empires coloniaux. La paix, plus que tout autre chose, est ce que souhaite principalement tout Érythréen.

Point de vue canadien :

Les héros les plus célèbres de la nation sont les « combattants » qui ont libéré le pays du colonialisme éthiopien. Ils sont célébrés et vénérés, particulièrement les « martyrs » qui ont perdu leur vie dans cette lutte. Tous les ans, une nuit est réservée à la mémoire de ces martyrs et célébrée de façon particulière. Les familles marchent dans les rues principales d’Asmara en portant des chandelles en souvenir de ces martyrs. La soirée est très émouvante. Presque toutes les familles que vous rencontrerez ont perdu quelqu’un durant la guerre.

Information culturelle - Evénements Historiques partagés

Question :

Y a-t-il des événements historiques communs entre ce pays et le Canada qui pourraient nuire aux relations sur les plans professionnel et social?

Point de vue local :

Il existe une longue amitié et beaucoup de respect envers le Canada qui remontent aux années de libération. À l’époque, le Canada a été l’un des quelques pays qui ont reconnu le besoin d’alléger les souffrances du peuple érythréen qui souffrait de la famine et qui ont organisé des livraisons d’aliments et de fournitures médicales.

De plus, le Canada a été parmi les premiers pays à dépêcher une force de maintien de la paix lorsque la guerre a éclaté entre l’Érythrée et l’Éthiopie, et les Érythréens sont très reconnaissants de cette initiative canadienne.

Les deux pays partagent des faits historiques qui facilitent les choses aux visiteurs ou travailleurs canadiens en Érythrée.

Point de vue canadien :

Plusieurs Érythréens ont fui le pays durant la guerre de libération et se sont installés au Canada. Il y a très peu de familles à Asmara qui n’ont pas de parents au Canada. Cela crée un lien entre les deux pays. Depuis, durant la guerre de libération, l’aide alimentaire canadienne (en blé surtout) a été fournie à l’arrière des lignes de combat. Plusieurs personnes se souviennent d’avoir consommé ce blé canadien. De fait, si l’on posait la question à un combattant, qui avait bien mangé et qui se sentait en forme, comment il allait, il vous répondra en disant « Canada », puisque ce mot signifiait pour eux bien-être et nourriture.

Plus récemment, des tensions se sont développées entre le gouvernement canadien représenté par son agence d’aide internationale, l’ACDI, et le gouvernement de l’Érythrée. Le gouvernement du Canada n’est pas perçu comme d’un grand secours, puisqu’il a coupé l’aide au développement en raison d’un certain nombre de préoccupations. Les relations diplomatiques entre les deux pays se sont détériorées depuis la guerre récente entre l’Éthiopie et l’Érythrée. Cela affecte négativement la perception du Canada dans les cercles de cadres supérieurs gouvernementaux, mais pas dans les contacts quotidiens avec les Érythréens.

Information culturelle - Stéréotypes

Question :

Quels sont les stéréotypes entretenus par les Canadiens à propos de la culture locale qui pourraient nuire à des relations efficaces?

Point de vue local :

Je n’ai pas rencontré d’Érythréens ni d’Érythréo-canadiens qui m’aient dit que les Canadiens avaient des stéréotypes à l’égard de l’Érythrée. Le Canada et les Canadiens sont appréciés avec affection pour les liens qu’ils ont établis avant l’indépendance et qui se sont maintenus après la Guerre de libération.

Point de vue canadien :

Les Érythréens sont très fiers et très déterminés. Ils insistent pour prendre leurs propres décisions. Dans la mesure du possible, je vous recommanderais d’éviter les disputes fondées sur l’ego. Les Canadiens peuvent être tentés de réagir vigoureusement à la tendance érythréenne de traiter les questions sur la base du « acceptez ou laissez-faire », qui peut refroidir des relations jusque là efficaces. Vous devez, si possible, trouver les moyens de formuler ces questions de manière à ce qu’elles n’amènent pas votre interlocuteur à prendre cette attitude.

Information culturelle - Au sujet des interprètes culturels

Interprète local :

Votre interprète culturel est né et a grandi à Asmara, la capitale de l'Érythrée. Il est le cadet d'une famille de six enfants. À l'âge de 20 ans, il s'est installé à Addis-Ababa, en Éthiopie, où il a obtenu un baccalauréat en administration des affaires, gestion et comptabilité à l'Université Hailé Sélassié 1er. Il a ensuite enseigné dans une école secondaire et occupé un poste d'agent de formation auprès de la Banque nationale d'Éthiopie avant de se joindre à la compagnie Ethiopian Airlines dans laquelle il a occupé divers postes de gestion. Après quoi, votre interprète culturel a émigré au Canada. Il réside actuellement à Toronto, en Ontario, où il est comptable. Dans ses moments libres, il aide des ONG et des centres culturels à organiser des campagnes de financement et fournit des conseils sur des questions liées au développement africain. Votre interprète culturel est marié et a un enfant. Il a beaucoup voyagé en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique du Nord.

Interprète Canadien :

Votre interprète culturel est né à Yorkton, en Saskatchewan, l'aîné d'une famille de quatre enfants. Peu après sa naissance, ses parents se sont installés au Kenya où ils ont travaillé à titre de missionnaires pendant plus de 20 ans. Il a vécu dans une région rurale du Kenya jusqu'à l'âge de 10 ans, puis à Nairobi, la capitale du pays. Après avoir achevé ses études secondaires, votre interprète culturel est retourné au Canada pour y faire des études en administration des affaires au Collège Ryerson de Toronto, en sociologie et en études africaines à l'Université York et de premier cycle en développement international à l'école Norman Paterson des Affaires internationales, à Ottawa. Il a travaillé dans le domaine de l'aide et du développement international durant la plus grande partie de sa carrière. Ce travail a consisté en une affectation en Érythrée à titre de conseiller de projet dans le cadre d'une initiative financée par l'ACDI destinée à développer la capacité de la Commission du blé de l'Érythrée. Votre interprète culturel réside aujourd'hui à Winnipeg, au Manitoba, où il est directeur exécutif d'une agence d'aide et de développement international. Il est marié et a trois enfants.

Avertissement

Aperçus-pays/Enjeux interculturels visent à fournir un aperçu des normes sociales et culturelles générales et du milieu de travail auxquels un Canadien devra probablement s'adapter dans un pays en particulier. Nous offrons un aperçu de chaque pays de deux points de vue différents : celui d'un Canadien et celui d'un natif du pays d'accueil. Vous pourrez vous faire une idée de la culture de ce pays en comparant le point de vue canadien et le point de vue local. Nous vous encourageons à poursuivre vos recherches à l'aide d'autres sources et à utiliser le processus d'évaluation Triangulation. On demande aux interprètes culturels de s'appuyer sur la plus vaste expérience possible pour formuler leurs réponses. Cependant, ces dernières doivent être considérées comme un point de vue qui reflète le contexte et les expériences de l'auteur, il ne s'agit pas de commentaires sur un groupe ou une société en particulier.

Il est possible que vous soyez en désaccord avec le contenu de quelques réponses. Il faut même s'y attendre, vu la complexité du sujet et des problèmes associés aux commentaires généraux sur un pays et un peuple au complet. Nous vous encourageons à nous faire part de vos expériences, car vos commentaires nous aideront à faire d'Aperçus-pays un riche milieu d'apprentissage.

J'ai pris connaissance de l'énoncé ci-dessus et je comprends que les réponses ne reflètent aucunement la politique officielle et les opinions du gouvernement du Canada, d'Affaires étrangères Canada ou du Centre d'apprentissage interculturel.