Finlande

Information culturelle

Des réponses à vos questions d’ordre interculturelles d’un point de vue local et un d’un point de vue canadien.

Information culturelle - Conversations

Question :

Je rencontre quelqu’un pour la première fois et je veux faire bonne impression. Quels seraient de bons sujets de discussion à aborder?

Point de vue local :

Entamez la conversation sur un sujet " neutre ", p.ex., en expliquant d'où vous venez et ce que vous faites; il faut continuer en terrain neutre jusqu'à ce que vous sentiez que tout le monde est à l'aise. Souriez des yeux et adoptez un ton chaleureux lorsque vous parlez, mais restez quelque peu réservé et observateur. Les plus âgés peuvent ne pas être très à l'aise en anglais, et pourraient ce faisant vous sembler moins aimables. Les Finlandais ne sont en général pas très " forts sur la causette ", et il ne faut pas nécessairement interpréter ce silence comme mettant fin à la conversation. 

Ne vous plaignez de rien, du moins pas au début de votre visite. Ne critiquez pas. Quoi que vous disiez, les auditeurs le prendront au sérieux, et le fait de critiquer ou d'être négatif mettra les gens sur la défensive. Il faut éviter d'avoir des opinions tranchées avant de mieux connaître les gens que vous fréquentez. 

La fierté nationale entrera en jeu dès que vous parlerez de sujets touchant les deux grands voisins, la Suède et la Russie,  entraînant parfois des réactions surprenantes. En ce moment, après les Jeux olympiques d'hiver, et pour encore un moment, ne faites surtout pas l'éloge de l'équipe suédoise de hockey ! L'aversion que les Finlandais ont envers la Russie trouve ses racines dans l'histoire.

Ne vous moquez jamais des autres, en revanche vous pouvez faire de l'autodénigrement, les gens l'apprécieront - à condition que vous sachiez où et quand le faire. Les Finlandais ont un excellent sens de l'humour, plutôt subtil.

Point de vue canadien :

Le Canada et la Finlande partagent plusieurs aspects : évidemment, le hockey et les sports d'hiver. De prime abord, certains Finlandais peuvent sembler timides, mais ils sont pour la plupart amicaux, ouverts et impatients d'initier les visiteurs à leur pays. Les Finlandais sentent souvent que leur pays passe inaperçu, faire preuve d'intérêt pour tout ce qui est " suomalainen " vous aidera à les séduire. Les généralités et tout propos sur vos origines, votre famille et votre profession contribuent également à rompre la glace.  Les stéréotypes disent que les Finlandais n'ont pas le sens de l'humour; rien n'est plus faux. Il faut un peu de temps pour que la confiance règne. Mais au début d'une relation, les chances de sa réussite sont beaucoup plus grandes si vous vous livrez à des plaisanteries sur votre compte ou celui des Canadiens plutôt que sur celui des Finlandais.

Information culturelle - Styles de communication

Question :

Que dois-je savoir à propos des communications verbales et non-verbales?

Point de vue local :

Maintenez une distance de trois à quatre pieds. Il est très important d'établir le contact visuel et de le maintenir le long de la durée du face-à-face. Ne touchez pas à votre interlocuteur, à moins que vous le/la connaissiez très bien et que cela ne le/la met pas mal à l'aise. Le baiser sur la joue ne fait pas partie des mœurs. Ne violez pas l' " espace privé " de la personne. Cependant, vous pouvez serrer la main aussi bien aux femmes qu'aux hommes lorsque vous les rencontrez (lors d'activités non intimes), mais pas nécessairement quand vous dites au revoir, à moins encore une fois de clore une réunion.  Évitez de faire des gestes, d'avoir des expressions ou un ton de voix inattendu - même si vous êtes bien intentionné. Les Finlandais n'apprécient pas l'exagération, ils préfèrent la discrétion dans les relations interpersonnelles. Vous devez projeter l'image d'une personne ouverte et franche.

Point de vue canadien :

La familiarité que l'on ne s'est pas méritée doit être évitée. On peut toucher certaines personnes en leur parlant, mais il faut généralement éviter de le faire jusqu'à ce qu'on connaisse mieux l'interlocuteur et qu'on est sûr que cette familiarité ne le mettra pas mal à l'aise. Le contact visuel et la franchise sont importants. Les Finlandais peuvent s'impatienter en entendant le langage fleuri et détourné des Canadiens. Les Finlandais sont fiers de leur franchise dans les communications d'affaires. J'ai vu de nombreuses coentreprises presque échouer à cause de la volonté canadienne de masquer de mauvaises nouvelles en parlant de façon à laisser croire qu'une entente était encore possible. Les Finlandais préfèrent, de loin, se faire annoncer les mauvaises nouvelles sans détours de façon à éviter les faux espoirs qu'entraîne ce langage qui occulte les vraies intentions. Cette préférence pour la franchise est une voie à deux sens : contrairement à la majorité des Canadiens, un Finlandais ne se gênera pas pour faire des commentaires critiques de façon brutale et directe.

Information culturelle - Démonstration des émotions

Question :

Les démonstrations d'affection, de colère ou d'autres émotions sont-elles acceptables en public?

Point de vue local :

L'expression publique d'émotions : tous les types, sont mal vus, on considère qu'ils reflètent un manque de savoir-vivre. Les jeunes sont moins soumis à cette règle, mais les éclats en public sont considérés comme bizarres ou reflétant un manque de tenue.

Point de vue canadien :

Dans certaines limites (les mêmes qu'au Canada), on peut exprimer de la colère en public. Il ne faudrait tout de même pas en faire une habitude. Mais de temps en temps, et dépendant de vos collègues, cela peut être tout à fait raisonnable et même normal. S'il s'agit d'une relation amoureuse, les choses sont quelque peu différentes. Bien qu'exprimer son affection en public ne sorte pas de l'ordinaire au Canada, il n'en va certainement pas de même en Finlande. Se tenir par la main ou s'embrasser longuement en public attirera probablement l'attention. Cela s'applique aussi bien aux couples hétérosexuels ainsi que ceux du même sexe.

Information culturelle - Code vestimentaire, ponctualité et formalité

Question :

Que dois-je savoir à propos du milieu de travail (la tenue vestimentaire, les délais, la formalité, etc.)?

Point de vue local :

Tenue vestimentaire au travail : le costume, aussi bien pour les hommes que les femmes. S'habiller de manière plutôt conservatrice, jusqu'à ce que vous sachiez quel est le code vestimentaire du bureau. Celui-ci varie en fonction du milieu de travail - le secteur privé étant généralement plus décontracté.

Les Finlandais utilisent moins maintenant les formes guindées M /Mme, ils utilisent directement le nom. En revanche, ils n'apprécieraient guère de se faire appeler par leur prénom dès la première rencontre. Aujourd'hui, il est normal qu'entre collègues on s'interpelle de façon décontractée par le prénom. Toutefois, une personne jeune devrait attendre que le supérieur lui permette de laisser tomber le M/Mme X.   

Les retards aux réunions ne sont pas bien vus. La ponctualité est une vertu. Les délais sont pris au sérieux. Les heures supplémentaires constituent presque la norme dans certains secteurs (il faut faire attention dans les entreprises syndiquées).  Il faut toujours prévenir lorsqu'on va être en retard. Les absences sont tolérées, mais à la condition que ce soit pour de bonnes raisons. La productivité est devenue en quelque sorte un élément de fierté nationale, et on lui attribue le secret des niveaux élevés de vie en Finlande. L'efficience et l'efficacité sont des vertus.

Point de vue canadien :


La tenue vestimentaire est plutôt décontractée, mais cela dépend bien sûr de votre secteur professionnel et de la région du pays que vous habitez. Travailler à Helsinki, la capitale, peut exiger une tenue un peu plus soignée que si l'on travaille dans le nord. La majorité des Finlandais s'appellent par leur prénom au travail, on réserve les titres, monsieur, madame, aux hauts responsables. En tous les cas, il vaut mieux être prudent et attendre que l'homologue finlandais vous autorise expressément à l'appeler par son prénom. Ils ont peut-être un très haut poste sans que vous ne le sachiez. La ponctualité a une importance capitale. Les milieux de travail finlandais se caractérisent par l'efficacité et par l'éthique professionnelle solides, il est ainsi probable que les retards ne seront pas tolérés. Lorsque vous promettez quelque chose, faites votre possible pour respecter l'échéance, si ceci n'est possible,  vous devez donner un préavis suffisant à vos collègues les avisant de l'impossibilité de respecter livrer.

Information culturelle - Méthodes de gestion

Question :

Quelles sont les qualités les plus recherchées chez un supérieur/directeur local? Comment saurais-je de quelle façon mon personnel me perçoit?

Point de vue local :

Les Finlandais tiennent l'éducation en grande estime. On ne peut prétendre au leadership qu'après avoir fait preuve de compétence et non grâce au poste qu'on occupe. Les qualités qu'apprécient les Finlandais sont, entre autres : l'expérience, le travail assidu, l'ouverture aux nouvelles idées, et l'amabilité. 
Les Finlandais mettent du temps à accepter de se faire gérer par un superviseur/directeur étranger; il faut plus de temps que pour un superviseur finlandais. Outre ce qui précède, un étranger devrait savoir écouter, être honnête, être facile d'approche, consulter et être démocratique (il ne faut pas paraître autocrate ou dictateur). Les Finlandais apprécient les gens qui ont des principes et les patrons décidés; mais il faut toujours faire preuve d'équité dans les décisions et que celles-ci soient justifiées. Toutefois, en termes généraux, il faut connaître les normes et pratiques locales et ne pas aller à leur encontre.
Si le personnel a l'esprit ouvert, est à l'aise et effectue efficacement le travail, c'est là un bon signe. Si les employés deviennent fuyants, évitent les discussions et n'offrent  pas leur collaboration, c'est là signe de problème. 

Dans l'ensemble, des valeurs et des normes similaires peuvent dans une large mesure s'appliquer aux milieux de travail finlandais et canadiens. La mauvaise conduite au Canada est la même qu'en Finlande, et les niveaux de tolérance sont plus ou moins les mêmes. 

Point de vue canadien :

Les Finlandais chérissent tous le concept " sisu ".  Sisu signifie endurance, courage, détermination - en général, c'est le refus d'abandonner jusqu'à la toute fin. Cela veut dire qu'un patron qui travaille fort sera apprécié par le personnel, bien que la plupart des Finlandais, polis comme ils sont, n'ont pas les mêmes exigences envers les étrangers. La hiérarchie au travail peut nuire à la franchise des employés, mais si vous demandez l'avis des employés vous recevrez, typiquement, des réponses directes.

Les Finlandais se fréquentent lors d'activités de plein air et au sauna, cette " institution " finlandaise. Il n'est pas inhabituel de voir des employés (de même sexe) se rendre au sauna ensemble. " Saunaing " offre l'occasion de se retrouver dans une certaine intimité pour parler de choses et d'autres, c'est là une bonne occasion qui s'offre à vous pour sonder votre personnel et savoir ce qu'il pense de vous.

Information culturelle - Hiérarchie et Prise de décision

Question :

Au travail, comment sont prises les décisions et qui les prend? Est-il convenable d’aller consulter mon superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou de la rétroaction?

Point de vue local :

Les Finlandais ont adopté un processus décisionnel collaboratif et fondé sur le consensus. Souvent, il existe un processus qui assure la participation active de tous les concernés pour affermir leur engagement envers la travail. Les idées peuvent naître à n'importe quel niveau de l'entreprise, au moins théoriquement. Les Finnois ne sont pas très hiérarchiques à cet égard, mais la culture d'entreprise varie sensiblement, surtout en fonction de la taille de l'entreprise, et selon que l'on évolue dans le secteur privé ou le secteur public. Il est tout à fait normal d'avoir recours au superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou des commentaires, on s'y attend d'ailleurs.

Point de vue canadien :

Selon l'expérience que j'en ai, la majorité des décisions sont prises aux niveaux élevés de la hiérarchie, mais cela peut être dû à la facette internationale de mon emploi. Autrement, la collaboration est généralisée et les discussions professionnelles abondent lors d'un projet. Mon supérieur finlandais était très stimulant et toujours généreux de ses commentaires pendant tout mon séjour. Il est, cependant, important au sein d'un bureau finlandais de préserver un certain niveau d'indépendance pour que vos collègues n'hésitent pas à vous confier des tâches.

Information culturelle - La religion, la classe, l'ethnicité et le sexe

Question :

Décrivez brièvement l’attitude des gens de l’endroit à l’égard des facteurs suivants et leurs répercussions en milieu de travail : L’égalité des sexes, la religion, les classes sociales, et l’origine ethnique.

Point de vue local :

Égalité des sexes :
Elle est très bien établie en Finlande, ce n'est pas un problème - (en comparaison avec la majorité des autres pays). Toutefois, il existe encore des lacunes, p. ex. les salaires dans certains secteurs (nursing/femmes, - faibles salaires, industrie des pâtes et papier /dominée par les hommes - salaires élevés.) 

 
Religion:
Même si l'Église d'État est l'Église luthérienne, le pays demeure laïc. Les Finlandais voient les religions rationnellement, et sont ouverts à la discussion sur les tenants de toutes les religions du monde.

 
Distinction de classes :
La Finlande est une société sans classes. Cela étant dû surtout à des raisons historiques et au fait que c'est l'État qui assure l'éducation, du primaire à l'éducation supérieure. Il y a une mobilité importante de la main-d'œuvre en fonction des compétences.

 
Ethnicité :
La société finlandaise est très homogène, à comparer à beaucoup d'autres, et elle n'a pas subi d'immigration européenne de plus grande échelle. Les gens d'autres origines ethniques sont minoritaires et visibles. De temps à autres des tensions naissent, particulièrement dans la région de la capitale et dans certaines villes qui ont une importante population immigrante. La rectitude politique au Canada interdisant de parler d'ethnicité n'existe pas en Finlande. Les Finlandais sont moins sensibles aux commentaires (dérogatoires) sur les autres groupes ethniques, ce qui toutefois ne permet pas à un étranger de prendre les mêmes libertés.

Point de vue canadien :

La Finlande est majoritairement laïque, par conséquent l'appartenance à une autre foi que celle de l'église luthérienne peut attirer l'attention - mais il est peu probable que la pratique d'une autre croyance puisse s'attirer l'intolérance. Les femmes en Finlande bénéficient d'une égalité presque totale, bien que certains hommes agissent, à l'occasion,  selon des archétypes masculins trop dogmatiques. Les distinctions de classes ne sont pas aussi prononcées qu'au Canada, grâce à la puissance de l'État providence, qui ne se préoccupe ni de race ni d'ethnicité. La Finlande est majoritairement blanche. La diversité y est presque inconnue, bien que cela évolue, surtout dans la capitale. J'ai connu des gens d'Asie de l'Est et des Caribéens qui avaient plus de mal à s'adapter dans la société finlandaise que des blancs. Il est rare que les gens soient ouvertement hostiles, mais il y aura sûrement des problèmes à surmonter.

Information culturelle - Établir des bonnes relations

Question :

À quel point est-il important d’établir une relation personnelle avec un collègue ou un client avant de faire des affaires avec cette personne?

Point de vue local :

Les Finlandais exercent une séparation entre leur vie professionnelle et leur vie privée.  Et l'on n'a pas besoin de faire d'effort pour établir une relation personnelle solide afin de faire régner la confiance et traiter les affaires. Les Finlandais recherchent les faits (bilans, produits) et placent leur confiance dans les contrats et accords officiels, dans des documents juridiques exécutables. Les Finlandais se méfient plutôt de ceux qui parlent trop ou qui font de la vente " forcée ".
Une bonne relation s'établit lorsqu'on est ouvert et sincère et qu'on accorde le temps à notre homologue finlandais d'assimiler l'information et de former sa propre opinion. Il ne doit pas ressentir qu'on essaie de lui imposer quelque chose.

Point de vue canadien :

En général, il n'y a pas d'obstacle à ce que vous entamiez directement les discussions d'affaires avec un Finlandais. En réalité, ce sera apprécié et ce comportement pourrait contribuer à instaurer tout de suite la confiance. Il est quand même utile d'établir des relations personnelles - démontrer un intérêt authentique pour des activités typiquement finlandaises est certainement une excellente initiative. Comme je l'ai déjà dit, rien ne favorise mieux une relation de travail étroite que de transpirer, nu, dans un sauna public (hommes avec hommes, femmes avec femmes). Je n'insisterai jamais suffisamment sur l'importance du cérémonial qu'est le sauna et celle d'y participer. Le centre dans lequel je travaillais organise au moins deux retraites durant lesquelles le personnel au complet (plus de 80 personnes) se partageait le sauna. Réussir le test du sauna vous ouvrira la porte de la culture professionnelle finlandaise.

Information culturelle - Privilèges et Favoritisme

Question :

Un collègue ou un employé s’attendrait-il à avoir des privilèges spéciaux ou à recevoir une considération spéciale en raison de notre relation ou de notre amitié?

Point de vue local :

Transparency International classe la Finlande au 1er rang des pays les moins corrompus du monde, et ce pour de bonnes raisons. Il n'est pas normal de s'attendre à des privilèges et de faire allusion à pareille possibilité en milieu de travail, cela constituerait un sérieux faux pas. À l'occasion, même la plus anodine allusion à la possibilité qu'une personne ait eu son poste par favoritisme peut sérieusement entraver le fonctionnement de cette personne dans son travail.

Point de vue canadien :

Je n'ai pas vu ce type de comportement en Finlande. En réalité, mes collègues finlandais étaient très équitables envers tous les employés, quelles qu'aient été l'étroitesse des relations.

Information culturelle - Conflits dans le Lieu de travail

Question :

J’ai un problème relié au travail avec un collègue. Est-ce que je dois le confronter directement, publiquement ou en privé?

Point de vue local :

La meilleure façon de le régler est de demander à cette personne de discuter du problème - mais pas de manière conflictuelle. Discutez en privé. La confrontation publique met les gens sur la défensive, et il devient par la suite plus compliqué et difficile de réparer le mal fait aux relations. Des fois, les gens viennent vous parler directement de leurs problèmes. Toutefois, et c'est plus que probable, ils ne souhaitent ni vous confronter ni nécessairement vous insulter. Ils deviennent évasifs et espèrent que vous vous rendrez compte tout seul qu'il y a quelque chose qui cloche ou que vous avez dépassé la limite. Une discussion ouverte, non conflictuelle et sincère représente le seul moyen de faire gagner tout le monde. Dans ce cas aussi, la dynamique des relations interpersonnelles humaines qui existe au Canada est la même en milieu de travail finlandais.  Ce qui réussit au Canada en matière de résolution de conflit réussit aussi en Finlande.

Point de vue canadien :

La meilleure des choses à faire dans pareil cas est de s'informer discrètement du problème. Il faut s'attendre à une réponse directe - si vous n'en avez pas été déjà informé sans même que vous l'ayez demandé. En début de séjour, les Finlandais vous accorderont, politesse oblige, une période de grâce.
La méthode finlandaise de résolution de conflit a été le point le plus difficile de mon adaptation. Là où un employeur canadien pourrait masquer son désaccord derrière une façade polie ou de fausses raisons, les Finlandais n'hésiteront pas à exprimer leur désaccord en public. Bien que ce soit dérangeant au début, cette méthode évite le gaspillage de temps et d'effort. Normalement, une fois que le problème a éclaté en public et que la solution a été trouvée, il n'y a pas de rancune et les gens peuvent poursuivre leur travail dans le respect mutuel. La rancune est rare.

Information culturelle - Motiver les collègues locaux

Question :

Qu’est-ce qui motive mes collègues locaux à donner un bon rendement au travail?

Point de vue local :


La plupart des Finlandais diraient que c'est la satisfaction professionnelle et l'engagement, du moins en ce qui concerne les cadres moyens et supérieurs.
La peur de l'échec peut également compter, étant donné que les gens ne veulent pas perdre leur emploi.

Point de vue canadien :

Les facteurs de motivation sont aussi personnels en Finlande qu'au Canada, mais il y a tout de même quelques facteurs qui diffèrent. Selon l'expérience que j'en ai, les Finlandais sont guidés par une éthique professionnelle très solide ainsi que par un désir sincère d'efficacité dans leurs activités. La Finlande est un pays d'innovation en technologie et les citoyens de ce pays sont modestes dans leur fierté de fabriquer des produits aussi avancés. Il n'est pas commun de voir chez les gens une ambition démesurée qui a pour but le salaire élevé ou le poste prestigieux. Je n'ai pas vu cet esprit de concurrence impitoyable lorsque je travaillais en Finlande.

Information culturelle - Livres, films et mets recommandés

Question :

Pour m’aider à en apprendre davantage à propos de la culture, pouvez-vous recommander : des livres, des films, des émissions de télévision, de la nourriture et des sites Web?

Point de vue local :

Livres à lire :
Kalevala, la saga épique nationale, généralement recommandée, mais plutôt de lecture ardue.
Tuntematon Sotilas (Le soldat inconnu) de Vaino Linna : un excellent ouvrage qui capture, en un volume, les principales caractéristiques de gens qui habitent diverses régions de la Finlande. En ce qui me concerne, je recommande de rechercher les ouvrages qui ont reçu récemment des prix. 

Films à voir :
Mies vailla menneisyytta (L'homme sans passé)  de Kaurismaki
La meilleure des mères (à propos d'enfants qui ont été évacués de Suède durant la guerre)
Promesse (également sur la guerre)

Émissions de télévision :
Uutisvuoto, interprété par Jari Tervo et Tommi Taberman
Quelques-unes (de qualité inégale) tirées d'émissions internationales  

Lieux à visiter:
Kiasma (musée d'art moderne), Ateneum (musée d'art), Musée national;
Hvittrask, musée Gallen Kallela (édifice dont l'architecture est unique de style Art nouveau)
Festival d'opéra Savonlinna (en été), Retretti (muse estival d'art): Suomenlinna (Sveaborg) île historique /fort aux alentours d'Helsinki;
Deux petites villes pittoresques : Raumo et Porvoo.
Design finnois : art du verre, vêtements, facilement trouvable dans les magasin qui bordent l'avenue Esplanadi à Helsinki;

À manger :
Poisson sous toutes ses formes (grillé, fumé, etc.); de bons pains et gâteaux, d'excellents fromages, des saucisses (HK bleu en particulier), le barbecue est très populaire en été. Le hareng et les pommes de terre nouvelles en juin et juillet, un mets délicieux.

Sites Web à visiter :
Les bons sites Web, pour la plupart en finlandais : www.soneraplaza.fi ; www.msn.fi .

Point de vue canadien :

La Finlande a produit une importante littérature et beaucoup de films. En voici seulement deux exemples que j'ai du mal à choisir parmi tous les artistes finlandais talentueux. Tove Jansson est l'auteur d'une collection de livres d'enfants qui racontent l'histoire de la famille Moomin et qui portent des titres comme " La mi-hiver de l'univers Moomin " et " Une comète dans l'univers Moomin ". De tous les titres finlandais, ses œuvres sont sans aucun doute celles qui réalisent les meilleures ventes à l'étranger par le biais de traductions en anglais. Metteur en scène talentueux, Aki Kaurismäki a mis en scène de nombreux films dont " L'homme sans passé ", qui s'est mérité le Grand Prix du Festival du film de Cannes en 2002.

Le " Site francophone sur la Finlande " à www.info-finlande.fr/ est précieux. Il offre de nombreuses ressources sur tous les aspects de la vie finlandaise. Je l'ai consulté souvent en préparation à mon séjour en Finlande, mais j'y ai eu aussi recours pendant que j'y vivais et quand je suis revenue au Canada. Il est souvent remis à jour et propose des liens en français à l'actualité finlandaise.

On ne peut pas visiter la Finlande sans avoir essayé ses plats nationaux délicieux. Le café est une obsession nationale, souvent accompagné de " pulla " qui est une sorte de pain sucré et parfumé à la cardamome. En Laponie, la viande de chevreuil, de renne et les pommes de terre lapone sont des plats communs, en même temps q'une quantité respectable de poisson. Les végétariens pourraient avoir quelques difficultés à ce chapitre, mais on peut toujours se rabattre sur les salades ou les assiettes de légumes.

Information culturelle - Activités sur le terrain

Question :

Dans ce pays, j’aimerais en savoir plus sur la culture et sur le peuple. Quelles activités pouvez-vous me suggérer?

Point de vue local :

Activités à recommander :
Festivals annuels de films et de jazz : Espoo Cine, April Jazz (également à Espoo), Pori Jazz. L'été est très riche en activités culturelles; ;e hockey en hiver.

Point de vue canadien :

Lorsqu'on veut consulter les médias finlandais, la langue constitue le plus important obstacle. La plupart des journaux finlandais offrent une section en anglais, mais petite et sporadique. Certains postes de télévision diffusent des émissions d'informations nationales en anglais, mais à des heures précises. C'est encore les ressources qu'on trouve sur le Web qui sont les plus intéressantes.

On compte plusieurs centres culturels d'excellente qualité dans toutes les régions de la Finlande. Il est évident qu'il faut commencer par Helsinki qui abrite des collections d'art et d'histoire de toutes les périodes de l'histoire de la Finlande. On trouve au nord des musées qui se préoccupent du peuple lapon et de la vie pastorale finlandaise. Dans ces musées, les visiteurs peuvent prendre part à des activités traditionnelles.

La majorité des Finlandais participent régulièrement (souvent quotidiennement) à des activités de plein air. En été, vous pouvez courir, faire de la randonnée, nager, faire du bateau et camper. La pêche est très appréciée, en hiver comme en été. En hiver, le ski de fond est de rigueur, quels que soient votre âge et votre capacité. Vous pouvez également acheter des bâtons de marche " Nordic " et emprunter les sentiers en préparation de l'hiver. Toute l'année, les Finlandais vont en forêt ramasser des champignons et des baies sauvages. Vous devriez vous empresser d'aller à pareille expédition, si jamais vous y êtes invité.

En général, vos collègues sont les meilleurs interprètes culturels. Si, cependant, il s'avère que ce n'est pas le cas, vous pouvez fréquenter des écoles de langue finlandaise dans la majorité des centres urbains où on vous éduque sur les coutumes finlandaises en même temps que sur la langue.

Information culturelle - Héros Nationaux

Question :

Qui sont les héros nationaux de ce pays?

Point de vue local :


Les joueurs de hockey : Teemu Selanne, Saku Koivu, Ville Peltonen et Jari Kurri. Le hockey est l'un des sports les plus importants, sinon le plus important de Finlande. À cet égard le Canada et la Finlande ont beaucoup d'affinités.

Markus Gronholm (pilote de cross) et Kimi Raikkonen (pilote de formule)

Mr. Ollila etc/Nokia Mobile, parce que Nokia est la plus importante entreprise finlandaise sur les marchés mondiaux.

Mme Tarja Halonen, la présidente de la république, première femme présidente de Finlande.

Point de vue canadien :

La Finlande est le pays des anti-héros - c'est à dire que bien que les Finlandais soient discrètement fiers de leurs nombreuses réalisations, ils se sentent souvent mal reconnus. N'importe quelle personne qui contribue à rehausser le profil de la Finlande à l'étranger s'attirera les louanges générales, mais il y a beaucoup de héros nationaux qui ne sont connus qu'en Finlande, notamment Elias Lonnrot, qui a compilé l'épopée " Kalevala " qui puise ses origines dans la tradition folklorique orale. 

Information culturelle - Evénements Historiques partagés

Question :

Y a-t-il des événements historiques communs entre ce pays et le Canada qui pourraient nuire aux relations sur les plans professionnel et social?

Point de vue local :

En général, le Canada est perçu positivement comme pays partageant des valeurs communes avec la Finlande et dont la nature et le climat ressemblent à ceux de la Finlande. En termes de relations asymétriques dans la géopolitique mondiale, les Finlandais peuvent trouver des corrélations dans les relations Canada - É.-U. et Finlande - Russie, cela est perçu de façon positive.

Point de vue canadien :

C'est à Thunder-Bay, Ontario, que se trouve la plus forte concentration de Finlandais hors de la Finlande. Ils ont joué un rôle de premier plan dans l'histoire du Canada, même si ce rôle est méconnu. L'un des meilleurs joueurs de hockey canadiens s'appelle Hayley Wickenheiser; il a joué pour une équipe finlandaise à Tampere. Comme l'illustrent ces exemples, les Finlandais et les Canadiens ont eu des contacts fréquents, et nos similitudes (États providence nordiques) font de nous des alliés naturels.

Information culturelle - Stéréotypes

Question :

Quels sont les stéréotypes entretenus par les Canadiens à propos de la culture locale qui pourraient nuire à des relations efficaces?

Point de vue local :

En général, les Finlandais ne nourrissent pas de stéréotypes à l'endroit du Canada, pays qui ne soulève pas de sentiments particuliers chez les Finnois.

Point de vue canadien :

Comme je l'ai déjà mentionné, il existe une conception erronée qui veut que les Finlandais soient très sérieux et qu'ils n'aient pas le sens de l'humour. Le visiteur qui adoptera ces stéréotypes ne comprendra pas l'humour des Finlandais - cela n'est pas nécessairement fatal pour les transactions d'affaires, mais ce serait dommage de le manquer.

Information culturelle - Au sujet des interprètes culturels

Interprète local :

Votre interprète culturelle est née à Helsinki, capitale de la Finlande, d'une famille de fonctionnaires d'origines européennes multiethniques appartenant à la minorité suédoise du pays. Aînée de trois enfants, elle a été élevée et a fréquenté l'école à Helsinki où elle a poursuivi ses études à l'Université de cette ville. Elle a obtenu sa maîtrise en science politique, sociologie et macroéconomie à la même université. Après son diplôme, elle a travaillé en Finlande pour une ONG internationale pendant cinq ans et est ensuite allée à l'étranger pour des raisons familiales. Elle vit actuellement à Ottawa où elle travaille pour une ONG nationale à titre de vice-présidente des programmes de développement international. Elle est mariée et a deux enfants adultes. En plus d'avoir vécu en Finlande et au Canada, votre interprète culturelle a vécu en Suède, au Portugal et aux États-Unis. Elle a également effectué des missions professionnelles en Asie, en Afrique et en ancienne URSS.

Interprète Canadien :

Votre interprète culturelle est née en 1981, l'aînée de deux enfants. Elle a été élevée à Shubenacadie, Nouvelle-Écosse. Elle a fait ses études de sociologie et de la condition féminine à l'Université d'Ottawa. Ses études l'ont amenée à voyager à l'étranger pour la première fois en 2001, alors qu'elle effectuait des études scandinaves à Odense, Danemark. Ensuite, votre interprète s'est rendue à Rovaniemi, Finlande, où elle a passé une année. Depuis deux ans, elle vit à Halifax, Canada, où elle étudie le droit à l'Université Dalhousie.

Avertissement

Aperçus-pays/Enjeux interculturels visent à fournir un aperçu des normes sociales et culturelles générales et du milieu de travail auxquels un Canadien devra probablement s'adapter dans un pays en particulier. Nous offrons un aperçu de chaque pays de deux points de vue différents : celui d'un Canadien et celui d'un natif du pays d'accueil. Vous pourrez vous faire une idée de la culture de ce pays en comparant le point de vue canadien et le point de vue local. Nous vous encourageons à poursuivre vos recherches à l'aide d'autres sources et à utiliser le processus d'évaluation Triangulation. On demande aux interprètes culturels de s'appuyer sur la plus vaste expérience possible pour formuler leurs réponses. Cependant, ces dernières doivent être considérées comme un point de vue qui reflète le contexte et les expériences de l'auteur, il ne s'agit pas de commentaires sur un groupe ou une société en particulier.

Il est possible que vous soyez en désaccord avec le contenu de quelques réponses. Il faut même s'y attendre, vu la complexité du sujet et des problèmes associés aux commentaires généraux sur un pays et un peuple au complet. Nous vous encourageons à nous faire part de vos expériences, car vos commentaires nous aideront à faire d'Aperçus-pays un riche milieu d'apprentissage.

J'ai pris connaissance de l'énoncé ci-dessus et je comprends que les réponses ne reflètent aucunement la politique officielle et les opinions du gouvernement du Canada, d'Affaires étrangères Canada ou du Centre d'apprentissage interculturel.