Royaume-Uni

Information culturelle

Des réponses à vos questions d’ordre interculturelles d’un point de vue local et un d’un point de vue canadien.

Information culturelle - Conversations

Question :

Je rencontre quelqu’un pour la première fois et je veux faire bonne impression. Quels seraient de bons sujets de discussion à aborder?

Point de vue local :

La chose la plus importante dont il faut se souvenir lorsqu’on visite le Royaume-Uni pour la première fois est son extraordinaire diversité culturelle. Il est donc essentiel de ne pas préjuger de l’appartenance de vos interlocuteurs à une culture donnée, de leur héritage ou de leurs racines.

Le travail est un excellent sujet de discussion et la plupart du temps une conversation au premier contact commence par la question « Où travaillez-vous? » ou « Qu’est-ce que vous faites? ». Vous aurez avantage au début d’une conversation à ne pas vous montrer trop curieux. Si votre interlocuteur ne semble pas apprécier un sujet, n’insistez pas, sinon vous pourriez l’irriter. Changez de tactique, passez à un nouveau sujet et, si rien ne fonctionne, parlez du temps qu’il fait. Les Britanniques aiment parler du temps, beaucoup plus qu’on ne le fait au Canada. Évitez de demander à votre interlocuteur d’où il vient parce que cela pourrait être pris comme de l’insensibilité culturelle. Il est préférable de demander « Dans quels pays avez-vous voyagé? » Un conseil, ne discutez pas de politique, de sexe et de religion jusqu’à ce que vous connaissiez bien vos interlocuteurs, ou vous risquez d’amorcer des conversations épineuses.

L’humour se rencontre partout – au travail, au pub et dans d’autres activités sociales. Notez que les Britanniques aiment se moquer d’eux-mêmes et trouvent cela très amusant, mais ces moqueries prennent parfois un tel tour que vous ne trouveriez pas drôle qu’un étranger vous les adresse. L’ironie étant la principale caractéristique de l’humour britannique, attendez-vous aussi à en essuyer beaucoup dans vos contacts.

Point de vue canadien :

À la première rencontre, il est plus approprié de commencer par poser des questions sur la famille de votre interlocuteur ou de l’endroit d’où il vient, plutôt que sur son travail. Les gens n’ont pas la même habitude qu’au Canada d’interroger leurs interlocuteurs sur le travail qu’ils font, parce que cela peut peut-être jugé impersonnel.

Lorsque vous rencontrez quelqu’un pour la première fois au Royaume-Uni, il est préférable de lui demander directement de quelle région il vient, plutôt que de présumer de son origine et, par exemple, prendre un Écossais pour un Irlandais ou un Anglais. Vous pourriez l’offenser. De la même façon, appeler « Angleterre » l’ensemble des nations du Royaume-Uni, ou « Anglais » tous les citoyens du Royaume-Uni, risque d’insulter aussi les Écossais et les Irlandais. Le sujet idéal de conversation au Royaume-Uni est le temps.

Pour ce qui est des sujets à éviter, je conseillerais de ne jamais entamer une conversation sur la religion, la politique ou les rivalités entre les clubs de football (soccer).

L’humour est toujours un bon moyen de briser la glace, mais il peut ne pas être compris si vos interlocuteurs ne sont pas habitués à votre accent.

Information culturelle - Styles de communication

Question :

Que dois-je savoir à propos des communications verbales et non-verbales?

Point de vue local :

Se tenir trop près d’un Britannique peut réellement le déranger. Gardez votre distance personnelle à environ 2 pieds ou plus. N’hésitez pas à faire un contact visuel avec vos interlocuteurs et n’ayez pas l’air distrait lorsque vous leur parlez. Si vous vous adressez à un groupe, essayez d’avoir un contact visuel avec toutes les personnes présentes, et ne concentrez pas votre attention sur l’une d’elle uniquement. Si un membre du groupe s’adresse à vous, maintenez un certain contact visuel, mais ne le regardez pas fixement.

En général, les Britanniques n’aiment pas toucher les gens au cours d’une conversation. Vous rencontrerez des personnes qui le font, mais évitez le toucher à la première rencontre.

N’exagérez pas vos gestes et vos expressions faciales. Les gens pourraient y voir un comportement agressif. Il est aussi important de vous montrer franc, sans aller jusqu’à l’impolitesse. Évitez d’embarrasser vos interlocuteurs.

Point de vue canadien :

Les Canadiens et les citoyens du Royaume-Uni ont des préférences similaires en ce qui concerne l’espace personnel, le contact visuel ou le toucher au cours d’une conversation. Les seules difficultés de communication que vous pourriez avoir se situent au niveau de l’accent des gens, des expressions et du sens différent donné à certains termes. On aime bien plaisanter au Royaume-Uni au sujet de « canadianismes » tels que « garbage » au lieu de « rubbish » pour désigner des détritus ou encore plus apprécié, « pants » pour « trousers » - qui signifie « pantalon » en français - « pants » au Royaume-Uni signifiant « sous-vêtements ».

Information culturelle - Démonstration des émotions

Question :

Les démonstrations d'affection, de colère ou d'autres émotions sont-elles acceptables en public?

Point de vue local :

Les démonstrations d’émotion en public sont de plus en plus fréquentes au Royaume-Uni, mais il est préférable de se montrer prudent. En règle générale, les Britanniques cachent leurs émotions en public pour ne pas embarrasser les autres. Avec l’avènement des émissions de « reality TV », le Royaume-Uni s’habitue à de telles démonstrations, mais elles ne sont pas fréquentes, en dehors de ces émissions.

Point de vue canadien :

L’impolitesse n’est pas tolérée au Royaume-Uni où il est très important de demeurer poli et amical en toutes circonstances, même en situation de stress. Les débordements de colère sont très peu fréquents et les démonstrations d’affection en public sont acceptables, dans les mêmes circonstances qu’au Canada. Vous pourriez assister à des débordements à cause de la consommation d’alcool. Au Royaume-Uni, les gens ont plus tendance à intervenir si un incident se produit dans un lieu public ou, tout au moins, à commenter ce qui est arrivé aux passants qui les entourent. La seule expression d’affection inhabituelle qui pourrait surprendre les Canadiens serait de se faire appeler « love » (mon amour), « sweetie » (mon chou, mon ange) ou « duck » (mon canard) par de vieilles dames totalement inconnues.

Information culturelle - Code vestimentaire, ponctualité et formalité

Question :

Que dois-je savoir à propos du milieu de travail (la tenue vestimentaire, les délais, la formalité, etc.)?

Point de vue local :

Il existe au Royaume-Uni différents secteurs d’emploi : le gouvernement central, les gouvernements locaux, les organismes de charité, les entreprises et les commerces.

La plupart des emplois tombent dans l’une de ces catégories. En règle générale, les milieux de travail dans le gouvernement central et les entreprises sont plus formels que pour les autres catégories, et cela peut aussi être le cas des gouvernements locaux. Les autres milieux tendent à se montrer moins formels en ce qui a trait au code vestimentaire et aux relations en général. N’hésitez pas à poser des questions sur le code vestimentaire au cours d’une entrevue de sélection. Ces dernières années, les règles se sont quelque peu relâchées par rapport au temps où l’on pouvait compter dans les rues des milliers d’employés en costume et chapeau melon. Il est important de souligner qu’il est très peu fréquent de porter des shorts en milieu de travail.

Il est préférable au début de s’adresser aux collègues et aux superviseurs de façon relativement formelle et d’éviter l’humour. Toutefois, surveillez l’ironie dans les réponses qui vous seront faites parce que cela vous aidera à définir vos limites. Les relations sont souvent très différentes en dehors du travail. Ne soyez pas surpris de voir un superviseur socialiser avec des employés. Vous observerez une différence nette entre les relations de travail et les rapports sociaux. Ne vous attendez pas à ce que vos relations de travail changent, parce que vous avez des relations sociales avec votre superviseur.

La ponctualité est très importante au Royaume-Uni. « Le temps, c’est de l’argent », etc. Les gens n’accepteront pas des retards continuels, des absences ou le non-respect des délais.

Point de vue canadien :

Au Royaume-Uni, on accorde la même importance à la ponctualité que dans les milieux de travail au Canada. Les mêmes normes s’appliquent aussi en ce qui a trait aux relations avec les supérieurs et il vaut mieux attendre qu’ils vous donnent le ton avant de vous montrer plus familier avec eux. En ce qui a trait à l’habillement, choisissez des vêtements habillés en milieu de travail. Dans certaines professions, les gens peuvent s’habiller plus élégamment que nous le faisons au Canada; par exemple, il est rare qu’un instituteur d’école primaire ou qu’un enseignant du cycle secondaire se présente au travail sans cravate. Les uniformes sont la norme dans les écoles primaires et secondaires du Royaume-Uni.

Information culturelle - Méthodes de gestion

Question :

Quelles sont les qualités les plus recherchées chez un supérieur/directeur local? Comment saurais-je de quelle façon mon personnel me perçoit?

Point de vue local :

La qualité la plus recherchée chez un gestionnaire est la capacité de travailler fort; les employés aimeront voir leur superviseur travailler aussi fort qu’ils le font. Une autre qualité essentielle est l’accessibilité. Il n’y a rien de tel qu’une porte fermée pour alimenter le qu’en-dira-t-on au sujet d’un gestionnaire. C’est d’ailleurs dans le milieu de travail que naissent ou peuvent naître toutes les rumeurs. Un gestionnaire franc, qui n’a pas de secret pour ses employés, tiendra les rumeurs au minimum.

Un gestionnaire étranger affrontera les mêmes défis qu’un gestionnaire britannique. Les gens ne seront pas surpris de la présence d’un gestionnaire ou d’un employé étranger parmi eux, parce qu’il est habituel d’en trouver au moins un dans un lieu de travail ou de connaître quelqu’un qui en connaît un.

Vous saurez comment vos employés vous considèrent si vous insufflez la confiance et établissez une relation ouverte avec eux. Quand vos subalternes travaillent fort pour vous, vous consultent pour résoudre des problèmes et ont en général une attitude amicale à votre égard, c’est que vous faites les choses probablement bien. Vous pourrez commencer à vous inquiéter, s’ils cessent de vous consulter.

Point de vue canadien :

Les supérieurs qui ont une très belle prestance sont très appréciés au Royaume-Uni. Les cadres supérieurs et les employés ont tendance à socialiser. Il semble que le contexte de travail et les rapports sociaux sont nettement séparés, ce qui fait qu’il est possible de sortir en soirée avec des collègues et des employés, sans compromettre les rapports hiérarchiques ni les relations de travail.

Un gestionnaire ou un superviseur étranger est traité comme tout nouveau gestionnaire provenant d’une autre organisation – il sera très bien considéré s’il est clair que ses études, et son expérience plus particulièrement, font de lui la personne la plus qualifiée pour le poste occupé. Les qualités telles que la franchise et l’honnêteté, ainsi que l’efficacité et la fiabilité, sont très recherchées.

Information culturelle - Hiérarchie et Prise de décision

Question :

Au travail, comment sont prises les décisions et qui les prend? Est-il convenable d’aller consulter mon superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou de la rétroaction?

Point de vue local :

Les décisions se prennent à tous les niveaux. Vous devrez toutefois déterminer dans quelles limites se situe votre pouvoir de décision. Si vous ne le pouvez pas, renseignez-vous.

Les idées peuvent être générées à tous les niveaux, à tout moment, mais ce sont les relations de travail que vous avez avec votre superviseur qui vous indiqueront jusqu’où vous pouvez aller et en quel nom ces idées sont générées.

Il est acceptable et conseillé d’approcher votre gestionnaire hiérarchique pour des réponses et une information en retour. Une fois encore, renseignez-vous au cas où vous auriez des doutes.

Point de vue canadien :

Les idées sont générées et mises en oeuvre par les employés investis du pouvoir de prendre des décisions. Il est plus approprié d’approcher son supérieur immédiat, soit pour obtenir des réponses ou une information en retour et s’adresser à des échelons supérieurs sur sa recommandation ou en l’informer de votre intention.

Information culturelle - La religion, la classe, l'ethnicité et le sexe

Question :

Décrivez brièvement l’attitude des gens de l’endroit à l’égard des facteurs suivants et leurs répercussions en milieu de travail : L’égalité des sexes, la religion, les classes sociales, et l’origine ethnique.

Point de vue local :

Égalité des sexes : Dans l’ensemble, l’égalité entre les sexes prévaut au Royaume-Uni, bien que dans certaines institutions, les femmes soient encore moins bien payées que les hommes (par exemple, les championnes du Tournoi de tennis de Wimbledon) ou exclues (de certains clubs conservateurs). Ces inégalités sont contestées de façon régulière et peuvent être ouvertement abordées avec les Britanniques.

Religion : Le Royaume-Uni est très tolérant en matière de religion. La majorité des adeptes des différentes églises vivent dans une harmonie relative. Toutefois, des incidents éclatent parfois entre catholiques et protestants dans certaines régions, en Écosse et en Irlande du Nord. Soyez prudent lorsque vous discutez de ce sujet, d’autant plus que d’autres questions religieuses assez délicates ont vu le jour au cours des quelques dernières années.

Classe : Plusieurs pourraient penser que les classes n’existent pas au Royaume-Uni. La classe n’est pas déterminée par la richesse mais par la famille, les établissements scolaires fréquentés, etc. Dans les milieux de travail moyens, la classe n’a pas d’influence.

Origine ethnique : En général, l’origine ethnique ne constitue plus un problème social aussi important qu’il l’était il y a 10 ans. Des incidents raciaux surgissent ici et là, mais ce sont des cas isolés.

Point de vue canadien :

Égalité des sexes : Les attitudes ayant attrait à l’égalité des sexes sont très similaires, sinon plus libérales, à ce qu’elles sont au Canada. Il n’est pas rare au Royaume-Uni d’avoir une femme superviseur. La composition de l’effectif dans les emplois traditionnellement occupés par des hommes ou des femmes, tels que le travail de secrétariat et la construction, est comparable à celle du Canada.

Religion : Étant donné l’histoire longue et turbulente de l’Irlande du Nord et son impact sur la psyché au Royaume-Uni, il est préférable de ne pas parler de religion. Même si en parler ne provoquera pas de conflit, vous pourriez tout de même vous exposer à la possibilité d’offenser vos interlocuteurs ou d’amorcer une dispute. Les événements religieux (qui touchent principalement les Catholiques ou les Protestants) peuvent générer de très forts ressentiments.

Classe : En général, la mobilité sociale est moindre au Royaume-Uni, parce que la classe sociale est plus facilement identifiable, par exemple, par la façon de s’exprimer. Les gens ont une plus grande conscience de classe que les Canadiens et ils ont tendance aussi à s’identifier plus facilement à la leur. Les vieilles hiérarchies sociales n’ont plus d’emprise sur la majorité des gens au Royaume-Uni, mais dans certains cercles, vous pourrez constater qu’elles existent encore.

Origine ethnique : Une distinction doit être faite entre les gens de différentes origines ethniques qui se sont installés et intégrés au Royaume-Uni, et les réfugiés et immigrants récemment arrivés. Pour la plupart des gens, les insultes raciales sont jugées inacceptables et les membres de groupes ethniques différents sont très bien intégrés dans la vie quotidienne du Royaume-Uni. Ce n’est qu’une très petite minorité de la population qui a des attitudes négatives envers les réfugiés récemment arrivés.

Il peut y avoir des divisions en milieu de travail, mais elles se manifestent davantage entre la direction et le personnel plutôt qu’entre les différents groupes ethniques ou religieux. Dans certains cas, on peut observer une corrélation entre les différences de classe et le type de poste occupé dans un organisme, mais toute personne sera acceptée dans n’importe quel poste si elle possède les qualités et les compétences requises.

Information culturelle - Établir des bonnes relations

Question :

À quel point est-il important d’établir une relation personnelle avec un collègue ou un client avant de faire des affaires avec cette personne?

Point de vue local :

Il est utile de briser la glace avant une réunion d’affaires parce que cela permet aux parties de se sentir à l’aise et de parler librement. Des préliminaires (amorcés par des questions telles que « Avez-vous dû conduire longtemps pour vous rendre à cette réunion? », « Beau temps aujourd’hui! ») sont un bon moyen de détendre l’atmosphère et d’établir une relation avant de passer aux choses sérieuses.

Ces préliminaires sont importants en raison de la nature généralement réservée des Britanniques. Évitez de divulguer des renseignements personnels avant la réunion d’affaires ou à la première rencontre, et choisissez plutôt un sujet de discussion qui ne risque pas de gêner votre interlocuteur, par exemple le temps, les voyages, les sports, etc.

Point de vue canadien :

Il est important d’établir une relation personnelle avec les collègues et les clients avant d’entrer en affaires. Toutefois, vous aurez intérêt à adopter une attitude terre-à-terre, plutôt qu’une approche rusée ou soigneusement étudiée. Les gens au Royaume-Uni, en effet, tendent à se montrer intolérants lorsqu’on leur fait du baratin et ils peuvent considérer les grandes déclarations comme de la fausse sincérité. Un lunch dans un pub est un bon moyen d’amorcer une relation d’affaires et est préférable à une réunion dans un bureau.

Information culturelle - Privilèges et Favoritisme

Question :

Un collègue ou un employé s’attendrait-il à avoir des privilèges spéciaux ou à recevoir une considération spéciale en raison de notre relation ou de notre amitié?

Point de vue local :

Il est peu probable que les Britanniques s’attendent à un traitement spécial, ce qui d’habitude les embarrasse considérablement. Toutefois, un « réseau de relations privées » existe dans certains milieux et des traitements de faveur peuvent y être accordés.

Néanmoins, je ne vous recommande pas d’octroyer des faveurs, bien que vous puissiez devoir prendre la décision de le faire si un supérieur vous le demande. Vous devrez alors faire appel à votre jugement.

Les lois sur les ressources humaines au Royaume-Uni interdisent les traitements de faveur et elles sont appliquées avec plus rigueur dans le secteur privé pour empêcher ce genre de choses.

Point de vue canadien :

Le népotisme en milieu de travail n’est pas toléré en raison du sens aigu de l’équité qui prévaut au Royaume-Uni. Néanmoins, différents milieux de travail ont des cultures qui varient pour les pratiques de recrutement, etc. En tant qu’étranger employé au Royaume-Uni, vous perdrez votre neutralité si les autres étaient amenés à penser que vous favorisez des employés ou groupes dans votre milieu de travail.

Information culturelle - Conflits dans le Lieu de travail

Question :

J’ai un problème relié au travail avec un collègue. Est-ce que je dois le confronter directement, publiquement ou en privé?

Point de vue local :

Cela dépend essentiellement de la relation que vous avez avec le collègue en question. Il vaudrait mieux l’affronter d’abord en privé, parce qu’on pourrait vous reprocher de « raconter des histoires », si vous consultez directement votre superviseur ou gestionnaire. Je ne conseillerais cette dernière approche que si vous avez essayé de rencontrer votre collègue sans résultat.

Ne menez ces démarches qu’en privé, dans votre milieu de travail – il n’est jamais utile d’humilier ou de diminuer une personne en public.

Essayez de déceler les signes de frustration chez les autres, tels que l’exaspération dans leurs propos et le refus de vous parler ou de se tenir avec vous. Le mieux est d’approcher les gens concernés et de leur poser des questions. N’hésitez pas à le faire, parce que c’est souvent le meilleur moyen de résoudre les problèmes avant qu’ils ne s’amplifient.

Point de vue canadien :

En général, un affrontement en privé est la première étape à suivre et, si le conflit n’est pas résolu, il peut se révéler nécessaire d’impliquer d’autres personnes. Affronter le collègue en public ou le court-circuiter sans lui parler d’abord ne serait pas très apprécié. Vous saurez que des gens ont un grief à votre égard s’ils vous évitent ou se montrent amicaux pour la forme.

Information culturelle - Motiver les collègues locaux

Question :

Qu’est-ce qui motive mes collègues locaux à donner un bon rendement au travail?

Point de vue local :

Il n’est pas facile de répondre de façon générale. Toutes sortes de facteurs motivent les Britanniques au travail et il est possible de deviner ces facteurs uniquement par l’organisme qui les emploie. Le personnel des banques multinationales est souvent motivé par l’argent. La rémunération motive rarement ceux qui travaillent dans un organisme de charité. La politique et le pouvoir stimulent souvent le personnel du gouvernement central, alors que dans les gouvernements locaux, les employés sont moins poussés par le pouvoir que par les problèmes à résoudre.

Dans le Sud de l’Angleterre et dans les capitales telles qu’Edimbourg, Cardiff et Belfast, je pense que l’argent est l’incitatif principal parce que cela coûte plus cher de vivre dans ces centres urbains. Ailleurs, la satisfaction au travail et les conditions de travail sont peut-être de meilleurs incitatifs. Comme je l’ai dit précédemment, il est difficile de généraliser.

Dans le secteur de l’entreprise, les employés sont censés être motivés par la crainte de l’échec. Ce secteur a été durement touché au cours des dix dernières années et un grand nombre de personnes ont été licenciées.

Point de vue canadien :

Les gens sont motivés à bien travailler par toutes sortes de facteurs tels que la satisfaction professionnelle, le dévouement, l’argent, la loyauté, des bonnes conditions de travail, et la crainte de l’échec, mais les deux plus importants sont de bonnes conditions de travail et une rémunération adéquate. En général, les gens au Royaume-Uni sont moins tolérants que les Canadiens lorsque le travail empiète sur leur vie sociale. Demander à des gens de travailler en soirée ou durant les fins de semaine, s’ils n’y sont pas habitués, sera très impopulaire.

Information culturelle - Livres, films et mets recommandés

Question :

Pour m’aider à en apprendre davantage à propos de la culture, pouvez-vous recommander : des livres, des films, des émissions de télévision, de la nourriture et des sites Web?

Point de vue local :

Livres : Je vous propose tous les livres de Nick Hornby qui ont tous une touche culturelle britannique et peuvent révéler beaucoup de choses sur les petites manies de la société. D’autres bons auteurs et livres à lire sont : J.K.Rawling, Harry Potter; Vikram Seth, Un garçon convenable; Hanif Kureishi, Le Bouddha de Banlieue; Zadie Smith, Dents blanches; Irvin Welsh, Trainspotting. Je citerai aussi Charles Dickens, Shakespeare, Oscar Wilde et les soeurs Bronte, Jane Austen. Il existe une multitude d’auteurs britanniques et de livres sur la culture britannique. Pour apprécier la diversité de la culture britannique d’aujourd’hui et de la façon dont elle s’est formée, ou pour vous en faire une bonne idée, je recommanderai aussi Carton jaune, de Nick Hornby, Dents blanches, de Zadie Smith, Great Expectations, de Charles Dickens et L’importance d’avoir de l’esprit, d’Oscar Wilde, ou d’autres livres du même genre.

Films : Voici les dix films britanniques les plus populaires, qui fournissent une perspective formidable et variée sur la culture : Bend Il Like Beckham, Die Another Day (vous pourriez voir les films de James Bond), The Italian Job (version originale de 1960 avec Michael Caine – un classique du culte culturel britannique), Trainspotting, About a Boy, Hope and Glory (l’action se passe à Londres, après la guerre), Pride and Prejudice, Lawrence of Arabia, The Lion in Winter, Henry V et Four Weddings and a Funeral.

Sites Web utiles : http://www.visitbritain.com/, www.travelengland.org.uk/, www.visitscotland.com, www.visitwales.co.uk/, www.discovernorthernireland.com/, www.britishcouncil.org, www.bbc.co.uk http://www.daysoutatlas.co.uk/, www.blackpresence.co.uk/html/uk.htm, et http://www.adviceguide.org.uk/.

Point de vue canadien :

Livres à lire : Pour vous renseigner sur les restaurants, consultez les guides The Time Out Eating and Drinking Guides. Si vous aimez les romans mystères, lisez Ruth Rendall ou P.D. James. Vos enfants, au cas où vous en auriez, ont probablement lu Harry Potter. Si vous aimez la science-fiction, essayez Iain M. Banks. Un très grand nombre d’auteurs sont énumérés sur les sites Web recommandés plus bas.

Films : De nombreux films populaires et récents ont fait leur entrée au Royaume-Uni, notamment Waking Ned Devine, Secrets et Mensonges, Billy Elliot, The Van, The Full Monty et 24 Hour Party People.

Émissions de télévision : Il n’existe que cinq canaux de télévision au Royaume-Uni, mais ils offrent un grand nombre d’émissions de qualité, dont une multitude d’émissions culinaires et des jeux – les jeux sont si populaires qu’ils sont présentés aux heures de pointe. Si vous voulez vous familiariser avec la télévision britannique avant de vous y rendre, les programmes suivants peuvent être vus au Canada : Coronation Street, Frost, Inspector Morse, As Time Goes By, Keeping Up Appearances et Heartbeat.

Sites Web : www.statistics.gov. Royaume-Uni -La section « At a Glance » fournit un très grand nombre de brèves informations. http ://www.lang.nagoya-u.ac.jp/~matsuoka/Royaume-Uni-authors.html auteurs britanniques et irlandais sur le Web présentés par date de publication.

Information culturelle - Activités sur le terrain

Question :

Dans ce pays, j’aimerais en savoir plus sur la culture et sur le peuple. Quelles activités pouvez-vous me suggérer?

Point de vue local :

Cela dépend du moment de l’année où vous vous trouvez au Royaume-Uni.

Les quotidiens – la rubrique culturelle dans le Times, The Guardian, The Independent ou le Telegraph – vous donneront de bonnes idées sur les événements et les activités auxquelles vous pourriez assister. Il est aussi utile de consulter Time Out ou Evening Standard Newspaper, si vous ne résidez pas à Londres ou dans les environs. D’autres quotidiens locaux vous donneront une bonne idée de ce qui se passe sur la scène locale.

La BBC, organe de radiodiffusion et de télévision britannique, diffuse d’excellentes émissions de sports, des documentaires, des films et des pièces de théâtre, particulièrement. Si vous avez accès à la télévision numérique, vous aurez le choix parmi tout ce qui s’offre dans le monde, soit environ 200 à 300 canaux, mais il vous faudra acheter un abonnement.

Les centres-villes de Londres, de Manchester, de Birmingham, d’Edimbourg, etc., abondent en lieux à visiter, clubs, bars, cafés, théâtres et autres établissements où se donnent des représentations musicales et de variétés. Consultez la presse locale pour plus de détails sur les événements courants.

Le sport joue un grand rôle dans la culture britannique. Le football (soccer) est joué par des clubs professionnels, chaque fin de semaine, entre août et mai, mois où la saison prend fin. Les clubs professionnels se trouvent partout dans le pays. Vous pouvez vous renseigner sur le club local dans votre milieu de travail ou lors d’activités sociales. Le rugby est un autre sport important au Royaume-Uni et qui se joue de la même façon partout au pays, bien qu’il en existe deux formes. Dans le Nord de l’Angleterre, on joue davantage au rugby à treize, alors que dans le Sud, c’est le rugby à quinze qui prédomine. En Écosse, en Irlande et au pays de Galles, c’est surtout le rugby à quinze qui se pratique. Le criquet est aussi très populaire partout au pays, et si vous avez le temps d’apprendre les règles de ce vieux jeu anglais, vous ne le regretterez pas et passerez une journée très relaxante en assistant à une rencontre.

Si vous résidez dans le Sud de l’Angleterre, au début de l’été, essayez d’assister aux tournois de tennis de Bournemouth, du Queens Club (Londres) ou de Wimbledon. Vous pourrez acheter vos billets à l’entrée pour la plupart des tournois.

Si vous résidez à l’extérieur des grands centres urbains, vous ne vous ennuierez pas en visitant quelques magnifiques coins de campagne et superbes lieux historiques. Les Highlands d’Écosse gardent quelques fabuleux secrets dans leurs châteaux et vous y découvrirez une culture britannique tout à fait différente du reste du Royaume-Uni.

Point de vue canadien :

Spécialités culinaires : On trouve une excellente cuisine indienne au Royaume-Uni, ainsi que des plats favoris tels que les beignets de poisson et frites, le roast-beef ou le pudding Yorkshire. Les pommes de terre frites, qu’il s’agissent de pommes de terre frites au fromage, de sandwiches aux frites, de frites à la sauce ou de frites au curry, sont présentées sous un tellement grand nombre de formes et de recettes, que vous pourriez en consommer tous les jours dans les « chips shops » (friteries). Les produits vedettes à acheter sont les fromages locaux, les pâtés en croûte savoureux de maisons spécialisées (pie shops) et des poissons et crustacés frais à des prix raisonnables. La boisson alcoolisée la plus répandue est la bière; on la boit plus fréquemment au pub qu’à la maison.

Si vous avez besoin d’un interprète culturel, je vous recommande de vous rendre dans un pub, de vous asseoir au bar et de commander un repas. Si le barman ne devient pas votre interprète, quelqu’un dans la salle, près de vous, se proposera. Les parties de football, des randonnées ou des excursions dans les collines ou un après-midi aux courses (ou au comptoir des paris) vous donneront de nombreuses occasions de rencontrer des gens et de vous familiariser avec la culture du Royaume-Uni. Prendre le train, plutôt qu’une voiture, est aussi un bon moyen de rencontrer des gens.

Information culturelle - Héros Nationaux

Question :

Qui sont les héros nationaux de ce pays?

Point de vue local :

À l’heure actuelle : Le héros national est David Beckham – capitaine de l’équipe nationale de football – un joueur sympathique, marié à l’une des Spice Girl, etc.; Sir Ranulph Feinnes – considéré comme le plus grand explorateur encore en vie; Ellen Macarthur – la plus grande navigatrice en solo de tous les temps; Sir Richard Branson – entrepreneur – fondateur de la compagnie Virgin; et Bob Geldoph – fondateur de Live Aid.

Au plan historique : Les Beatles – le plus grand groupe pop que le monde ait connu; Winston Churchill – Premier ministre britannique durant la Deuxième Guerre mondiale; William Shakespeare – l’un des plus grands génies littéraires au monde; Elizabeth Fry, l’infirmière Florence Nightingale– qui a cré é les sciences infirmières modernes; et Sir Alexander Fleming – qui a découvert la pénicilline.

Point de vue canadien :

Les joueurs de football et de rugby sont des héros au Royaume-Uni, mais cela dépend des équipes que vos collègues supportent et de quelle partie du Royaume-Uni ils viennent. La définition du héros politique varie aussi selon les régions du Royaume-Uni. Par exemple, Margaret Thatcher peut être vue comme une héroïne dans les comtés de Home, entourant Londres, alors qu’elle est très impopulaire dans le Nord de l’Angleterre. Certaines personnes au Royaume-Uni sont des monarchistes, alors que d’autres pensent que la monarchie est un anachronisme. Étant donné la diversité d’opinion au Royaume-Uni, il est difficile de nommer des héros nationaux. De plus, au vu de la popularité des émissions de télévision réelles, telles que Big Brother et Popstars, vous pourriez constater que de plus en plus de gens ordinaires deviennent des héros nationaux.

Information culturelle - Evénements Historiques partagés

Question :

Y a-t-il des événements historiques communs entre ce pays et le Canada qui pourraient nuire aux relations sur les plans professionnel et social?

Point de vue local :

Oui. Nous avons la même monarchie et une assez longue histoire commune. Cela toutefois ne peut pas jouer au détriment de bonnes relations de travail. À ma connaissance, les Britanniques ont une opinion très favorable des Canadiens.

Point de vue canadien :

Le Canada et le Royaume-Uni entretiennent des liens très étroits étant donné que de nombreux Canadiens sont des descendants d’immigrants originaires du Royaume-Uni. Les deux guerres mondiales et les relations commerciales ont tissé des liens entre le Canada et le Royaume-Uni. Les Britanniques entretiennent une chaude amitié envers le Canada et les Canadiens. Plusieurs d’entre eux ont soit visité le Canada ou ont des parents qui y résident, et ils ont une préconception positive du pays et de ses habitants. Vous devrez travailler fort pour être détesté!

Information culturelle - Stéréotypes

Question :

Quels sont les stéréotypes entretenus par les Canadiens à propos de la culture locale qui pourraient nuire à des relations efficaces?

Point de vue local :

Je crains que le stéréotype le plus grave soit que les Canadiens ressemblent aux Américains. Au fait tout Britannique qui connaît un Canadien pourrait en témoigner autrement, mais c’est un stéréotype que vous devrez briser au fil de vos rencontres.

Point de vue canadien :

Les Canadiens peuvent ne pas être conscients des cultures distinctes qui existent au Royaume-Uni. Il serait utile de faire quelques recherches sur l’Écosse, l’Angleterre, l’Irlande du Nord et le Pays de Galles, et les relations que ces nations entretiennent entre elles. Plus vous serez sensible à la diversité qui existe entre les gens d’un pays que les Canadiens pourraient considérer très petit au plan géographique, plus vous vous familiariserez avec la culture britannique.

Information culturelle - Au sujet des interprètes culturels

Interprète local :

L'aîné d'une famille de 2 enfants, votre interprète culturel est né à Londres (Royaume-Uni), où il a demeuré jusqu'à l'âge de quatre ans et a ensuite déménagé dans le Sud-Est du Royaume-Uni. À l'âge de 13 ans, il s'est installé à Genève (Suisse) pour y étudier. Il est retourné au Royaume-Uni, à Luton, dans les Midlands, afin d'y parachever ses études et a obtenu un Baccalauréat en Sciences de l'Université de Luton. Votre interprète culturel a ensuite déménagé au Canada où il a travaillé dans le domaine du développement international. À l'heure actuelle, il réside et travaille à Londres.

Interprète Canadien :

Votre interprète culturelle est née et a grandi à Chapleau (Ontario, Canada). La cadette d'une famille de quatre enfants, elle a fait des études en histoire, à l'Université Queens et a obtenu un Baccalauréat en Éducation, à l'Université de Toronto. Son travail l'a menée pour la première fois à l'étranger, à Oshikuku (Namibie), où elle a été enseignante pendant deux ans, auprès du Voluntary Overseas Service. Par la suite, votre interprète culturelle a enseigné sur une période de deux ans dans la province de Madang (Papouasie-Nouvelle-Guinée) pour s'installer ensuite à Glasgow (Écosse), où elle a vécu et travaillé un an et demi, avant de retourner au Canada. Elle réside actuellement à Toronto (Ontario, Canada).

Avertissement

Aperçus-pays/Enjeux interculturels visent à fournir un aperçu des normes sociales et culturelles générales et du milieu de travail auxquels un Canadien devra probablement s'adapter dans un pays en particulier. Nous offrons un aperçu de chaque pays de deux points de vue différents : celui d'un Canadien et celui d'un natif du pays d'accueil. Vous pourrez vous faire une idée de la culture de ce pays en comparant le point de vue canadien et le point de vue local. Nous vous encourageons à poursuivre vos recherches à l'aide d'autres sources et à utiliser le processus d'évaluation Triangulation. On demande aux interprètes culturels de s'appuyer sur la plus vaste expérience possible pour formuler leurs réponses. Cependant, ces dernières doivent être considérées comme un point de vue qui reflète le contexte et les expériences de l'auteur, il ne s'agit pas de commentaires sur un groupe ou une société en particulier.

Il est possible que vous soyez en désaccord avec le contenu de quelques réponses. Il faut même s'y attendre, vu la complexité du sujet et des problèmes associés aux commentaires généraux sur un pays et un peuple au complet. Nous vous encourageons à nous faire part de vos expériences, car vos commentaires nous aideront à faire d'Aperçus-pays un riche milieu d'apprentissage.

J'ai pris connaissance de l'énoncé ci-dessus et je comprends que les réponses ne reflètent aucunement la politique officielle et les opinions du gouvernement du Canada, d'Affaires étrangères Canada ou du Centre d'apprentissage interculturel.