Japon

Information culturelle

Des réponses à vos questions d’ordre interculturelles d’un point de vue local et un d’un point de vue canadien.

Information culturelle - Conversations

Question : Je rencontre quelqu’un pour la première fois et je veux faire bonne impression. Quels seraient de bons sujets de discussion à aborder ?

Perspective locale :

En Amérique du Nord, la famille est un sujet de conversation commun, et ce, dès la première rencontre. Au Japon, deux interlocuteurs n’abordent ce sujet que s’ils se connaissent bien. Dans la même veine, les Japonais traitent rarement de sujets politiques, même s’il semble sain de le faire. Il convient de souligner que les Japonais peuvent se sentir mal à l’aise s’ils doivent exprimer leur opinion personnelle sur pratiquement tout sujet. Pour briser la glace, ils préfèrent parler de leurs découvertes ou de leurs expériences. Lorsque vous rencontrez un Japonais pour la première fois, les sujets de conversation suivants sont recommandés :

  • des endroits que vous avez aimé visiter;
  • de la nourriture et des restaurants qui vous ont impressionné;
  • les événements sportifs que vous avez regardés ou auxquels vous avez participé, comme le baseball, le soccer et le tennis;
  • la technologie de pointe et les gains d’efficience connexes que vous avez constatés, notamment dans les systèmes de transport.

Perspective canadienne :

Présentez-vous en parlant à votre interlocuteur de vos origines : lieu de naissance, endroit où vous avez étudié, activités parascolaires, expérience professionnelle, etc. Vous pouvez parler de votre profession, de votre vision de l’avenir et de votre culture. Posez des questions sur la culture japonaise. Le Japon est très homogène, et donc les Japonais sont très intéressés par la culture étrangère. Ils aiment enseigner la culture japonaise aux étrangers.

Information culturelle - Styles de communication

Question : Que dois-je savoir à propos des communications verbales et non-verbales ?

Perspective locale :

Les Japonais ont tendance à éviter la confrontation ; par conséquent, il est rare qu’ils fournissent expressément une réponse négative. Par exemple, lorsqu’ils reçoivent une proposition, ils répondent « Kento-shimasu », qui signifie « Je vais y réfléchir. » Cependant, cette expression peut n’être qu’une forme de politesse, qu’ils utilisent même s’ils ne prévoient pas étudier positivement la proposition. Par conséquent, il est important que tout étranger prête une attention particulière aux remarques subtiles ou aux phrases légèrement négatives, et qu’ils sachent que ces expressions peuvent revêtir une signification plus grande qu’à première vue. Les non-Japonais doivent également être attentifs aux indices non verbaux de leurs interlocuteurs japonais, car ces signes peuvent également révéler leur inconfort ou leur désaccord. Pour répondre à l’un de ces différends indirects, vous pouvez mentionner que vous êtes ouverts à d’autres considérations et aux recommandations de modification. Les Japonais aborderont tout obstacle ou autre point de négociation ultérieurement, mais pas immédiatement.

Communication non verbale – silence

Les Japonais estiment qu’il est impoli d’interrompre les autres. Le silence peut également être considéré comme une occasion de réfléchir aux propos soulevés. En Amérique du Nord, le silence peut être interprété comme un manque d’intérêt envers un certain sujet; sachez que les Japonais ne partagent pas ce point de vue. Faites preuve de patience et laissez les Japonais intervenir lorsqu’ils seront prêts.

Perspective canadienne :

Ne serrez pas la main dans les situations décontractées. Seuls les hommes d’affaires se serrent la main pour se saluer ici. Inclinez-vous plutôt.  La communication indirecte est très courante. « C’est OK » ne signifie pas toujours que « c’est OK ». Les gens disent à 40 % ce qu’ils pensent et s’attendent de vous que vous compreniez les 60 % restants. C’est une chose que je trouve encore difficile même après 4 années passées ici.

Information culturelle - Démonstration des émotions

Question : Les témoignages publics d’affection ou de colère ou l’expression d’autres émotions sont-ils acceptables ?

Perspective locale :

Bien que les jeunes générations soient de plus en plus ouvertes aux manifestations publiques d’affection, l’ensemble de la société est plutôt fermé, en comparaison avec l’Amérique du Nord.

Au Japon, l’acceptation de la manifestation de la colère dépend du statut social d’une personne, surtout au travail et à l’école. Il semble qu’au sein des Japonais bénéficiant d’un statut supérieur, il est plus acceptable d’exprimer librement sa colère à l’endroit de ceux qui ont un statut inférieur. Les personnes au statut supérieur manifestent parfois de la colère afin d’exercer leur autorité et leur leadership sur les autres.

Perspective canadienne :

C’est une attitude mal vue, mais les gens le font malgré tout. Je vous recommanderais de ne pas le faire.

Information culturelle - Code vestimentaire, ponctualité et formalité

Question : Que dois-je savoir à propos du milieu de travail (la tenue vestimentaire, les délais, la formalité, etc.) ?

Perspective locale :

Au travail, les échéances sont respectées rigoureusement la plupart du temps. Certains employeurs s’attendent à ce que leurs employés fassent des heures supplémentaires afin de respecter les échéances. Cependant, la société tente actuellement de modifier cette tradition ; le nombre d’heures de travail est réduit, et de plus en plus de régimes de travail à temps partiel ou de mesures de chômage partiel sont acceptées pour composer avec les pénuries de main-d’œuvre. Ces derniers temps, de plus en plus d’organisations se concentrent sur la conciliation travail-vie personnelle de leurs employés. Certaines organisations ont adopté des journées « sans heures supplémentaires ».

Au Japon, la tenue habillée est de mise au travail, cependant, la portée de cette exigence dépend de l’industrie. Les hommes portent souvent un complet de couleur foncée, comme le noir ou le bleu foncé. Il est recommandé que les femmes optent pour une tenue conservatrice, choisissent des couleurs telles que le blanc, le beige, le bleu foncé et le noir, et évitent de porter des vêtements révélateurs. Les travailleurs japonais portaient autrefois des complets lors des journées estivales les plus chaudes et humides. Cette tradition a toutefois été modifiée, puisque le gouvernement a lancé la campagne Cool Biz, en 2015, afin de réduire la consommation d’électricité. Les travailleurs se sont habitués à porter des vêtements qui conviennent mieux aux températures estivales, comme les tenues sans cravate et les chemises à manches courtes.

Perspective canadienne :

La plupart des hommes d’affaires doivent porter un costume. Respectez le code vestimentaire de la société et demandez toujours conseil si vous n’êtes pas sûr du code vestimentaire pour des événements particuliers.

Arrivez 5 minutes à l’avance pour chaque réunion professionnelle. Arriver trop tôt n’est pas une bonne solution, arriver en retard est inacceptable.

Information culturelle - Méthodes de gestion

Question : Quelles qualités sont les plus prisées chez un superviseur/directeur local ? Comment saurai-je comment mes employés me perçoivent ?

Perspective locale :

Au Japon, les membres du personnel s’attendent à ce que leur gestionnaire crée un environnement dans lequel les équipes peuvent atteindre leurs objectifs et accroître leur efficacité. À cette fin, le gestionnaire doit entretenir une communication étroite avec son équipe, et partager des connaissances et des renseignements. En tant que gestionnaire, il est important de prêter attention aux commentaires des membres de l’équipe et d’exprimer son engagement envers le travail d’équipe. La rétroaction fréquente, appropriée et continue avec les membres de l’équipe permet également d’entretenir de bonnes relations.

Vous devrez peut-être gérer des membres du personnel local qui travaillent au sein de l’organisation depuis de nombreuses années. Au Japon, la plupart des employés sont fiers de leurs réalisations, de leurs efforts et de leurs progrès. Un gestionnaire doit témoigner sa reconnaissance à l’égard de ses employés. Prenez soin d’intégrer cette gratitude à votre rétroaction afin d’entretenir la motivation de votre personnel.

Il est également important de bien connaître votre domaine d’activité. Même si ce domaine vous est nouveau, votre volonté à apprendre et votre ouverture aux nouvelles idées motiveront votre personnel. Votre équipe sera également réceptive aux nouvelles idées visant à accroître leur efficacité au travail, et elle en sera reconnaissante.

Pour entretenir de bonnes relations, il est important d’exprimer votre solidarité envers votre équipe. Pour ce faire, vous pouvez vous engager à atteindre les objectifs d’efficacité et de qualité de l’organisation, entre autres.

Perspective canadienne :

Il est très important d’être accessible. L’ancienneté est très stricte ici et de nombreux employés craignent leurs supérieurs. Ce qui explique que de nombreuses personnes occupant un poste élevé ont tendance à abuse de leur pouvoir. Soyez accessible et prévenant à l’égard des employés et assurez-vous de créer une ligne de communication ouverte.

Les Japonais aiment l’organisation. Ils préfèrent que les choses soient planifiées et répétées à l’avance. Les Japonais ne gèrent pas très bien la spontanéité.

Information culturelle - Hiérarchie et Prise de décision

Question : Dans le milieu de travail, comment les décisions sont-elles prises et par qui ? Est-il acceptable de consulter mon superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou une rétroaction ?

Perspective locale :

Dans la société japonaise, il est fréquent que des personnes, des organisations, des sociétés et des écoles adoptent une structure hiérarchique. Cette organisation détermine clairement le rôle et les relations de chaque personne. Les personnes respectent mutuellement leurs postes, comprennent l’interdépendance des rôles, et cherchent à atteindre collectivement des objectifs organisationnels. Le flux d’information et le processus décisionnel suivent également ce système bien structuré. Il convient toutefois de souligner que les supérieurs ne prennent pas forcément toutes les décisions. Un gestionnaire doit intégrer son équipe au partage de renseignements et au processus décisionnel, et tenir compte de ses idées. Conformément à l’intérêt que la culture japonaise accorde au travail d’équipe et à l’harmonie, l’objectif d’un gestionnaire consiste à atteindre un consensus au sein de son équipe.

Un étranger devra s’intégrer à ce processus nuancé, et chercher à obtenir le consensus du groupe quant à ses décisions. En ce qui concerne les décisions simples, un gestionnaire peut également demander l’aide d’un supérieur immédiat ; selon le type de question, ce supérieur peut orienter le gestionnaire vers la personne responsable.

Vous trouverez ci-dessous quelques étapes couramment utilisées dans le processus décisionnel, au Japon.

Premièrement, recueillir et analyser toutes les données connexes, examiner soigneusement les avantages et les inconvénients, et examiner l’analyse de rentabilité et la faisabilité de chaque solution.

Deuxièmement, communiquer une nouvelle stratégie aux personnes responsables, et solliciter leurs commentaires. 

Parfois, les deux premières étapes se répètent plusieurs fois, tandis qu’une stratégie est peaufinée et communiquée à grande échelle au sein d’une organisation. Ce processus, appelé « Nemawashi », constitue une méthode informelle d’en arriver à un consensus. Lorsque tous les intervenants sont bien renseignés et approuvent la stratégie, on passe à l’étape finale du processus décisionnel. Lors d’une réunion officielle finale, la décision est approuvée.

Bien qu’il soit long, le processus décisionnel japonais présente quelques avantages. Lorsqu’une décision est prise, sa mise en œuvre est relativement facile. Cela est dû au fait que cette décision a déjà été approuvée par la majorité des intervenants, et que sa faisabilité a été examinée soigneusement pour assurer l’exécution appropriée de la stratégie.

Perspective canadienne :

Dans le milieu de travail, les décisions doivent être prises par la « personne responsable ». Très souvent, cette personne devra également avoir la confirmation d’une autre personne. Par exemple, j’ai connu une situation où j’essayais de soumettre des formulaires de banque, ceux-ci ont été rejetés 4 fois à cause d’erreurs mineures. Dans la plupart des cas, le formulaire a été approuvé par 1 ou 2 personnes (estampillé), mais désapprouvé par une autre personne, le rendant invalide. Ce type de prise de décision hiérarchique ralentit considérablement la prise de décisions dans les affaires.

Il est acceptable de consulter votre superviseur direct pour poser des questions ou obtenir de la rétroaction, mais je préfère aller directement à la source, et passer autant de personnes intermédiaires que possible.

Information culturelle - La religion, la classe, l'ethnicité et le sexe

Question : Décrivez brièvement l’attitude des gens de l’endroit à l’égard des facteurs suivants et leurs répercussions en milieu de travail : L’égalité des sexes, la religion, les classes sociales, et l’origine ethnique.

Perspective locale :

Religion

Lorsqu’on le compare avec d’autres pays, le Japon ne comprend aucune population importante de pratiquants de quelque religion que ce soit. Cependant, cette réalité pourrait changer si le gouvernement du Japon se mettait à accepter un nombre accru d’immigrants de divers pays.

Classe

Dans une société homogène, les habitants du Japon partagent des origines similaires ; les différentes classes sont difficiles à distinguer. Bien que la classe soit rarement prise en considération à l’échelle de la société, les personnes se préoccupent de leur rang au sein de groupes sociaux tels que des organisations, des sociétés et des écoles. Ces groupes sont structurés de façon hiérarchique, et les personnes doivent assumer des responsabilités liées à leur position. Ceux qui occupent un rang supérieur sont traités différemment des autres et jouissent de privilèges; par conséquent, les personnes cherchent à progresser au sein de leur groupe social. Les non-Japonais doivent prendre soin de reconnaître le poste que les membres ont atteint au sein d’une organisation.

Ethnicité

Bien que les Japonais représentent la majorité de la population du pays, le gouvernement a sérieusement songé à accueillir des « travailleurs étrangers » afin de remédier à la pénurie de main-d’œuvre liée aux changements démographiques. Dans certaines régions du Japon, la population immigrante qui travaille temporairement au pays s’est accrue. Cette tendance devrait se poursuivre et, par conséquent, le Japon devrait se diversifier.

Sexe

Depuis de nombreuses années, le Japon est reconnu comme une société dominée par les hommes. Cette tradition est en évolution, car le pays est actuellement confronté à une grave pénurie de main-d’œuvre, en raison d’une diminution de la population liée à un faible taux de natalité et à une augmentation du nombre de retraités. L’égalité des sexes fait partie des principaux objectifs politiques actuels, et le gouvernement du Japon appuie fortement cette question depuis 2012. Le gouvernement cherche à attirer les femmes vers le marché du travail ; d’ici 2020, il vise à accroître la part des femmes à environ 10 % des postes de direction, dans l’ensemble des industries.

En réalité, bien que de nombreuses sociétés tentent de suivre les politiques du gouvernement, leurs employés (tant les hommes que les femmes), ont encore du mal à se conformer à ce nouveau changement.

Perspective canadienne :

On parle rarement de religion au Japon. La plupart des gens se rendent aux sanctuaires ou aux temples, mais le dévouement ou l’attachement à la religion sont très faibles.

Le Japon est très homogène, dès lors les étrangers se distinguent facilement. Certains étrangers apprécient cette attention, alors que d’autres la détestent. Le racisme n’est pas un problème, mais les Japonais sont souvent surpris de voir un étranger et certains peuvent être très nerveux s’ils sont amenés à avoir un contact avec un étranger. Si vous n’êtes pas Japonais, vous êtes un « gaijin », ce qui signifie « personne étrangère ». Ce terme n’est pas utilisé de manière désobligeante, mais certains étrangers s’offensent de son utilisation.

Tout au long de son histoire, le Japon a été une culture à dominance masculine et l’est encore dans une certaine mesure. Bien que les femmes gagnent lentement du pouvoir, les hommes continuent de dominer la main-d’œuvre. La majorité des femmes ici sont des femmes au foyer. Peu d’entre elles ont des objectifs de carrière ou des passe-temps. Un homme qui trompe sa femme est bien plus socialement acceptable que l’inverse.

Les communautés homosexuelles sont très fortement présentes au Japon. Les homosexuels sont socialement acceptés et très ouverts quant à leur orientation sexuelle. Les lesbiennes par contre sont très rares. Je n’en ai jamais rencontré ici, et je n’ai même jamais entendu parler.  Les transsexuels et les travestis sont également socialement acceptés et font souvent des apparitions à la télévision.

Je ne peux pas parler pour tout le monde, mais je ne pense pas que cette attitude à l’égard de toutes ces différences puisse causer un problème grave dans le milieu de travail. En cas de problème, il s’agirait d’un problème personnel, et non culturel.

Information culturelle - Établir des bonnes relations

Question : À quel point est-il important d’établir une relation personnelle avec un collègue ou un(e) client(e) avant de faire des affaires ?

Perspective locale :

Il est important d’établir des relations avec vos collègues, surtout avec des clients qui ne font pas partie de votre organisation, avant de passer aux affaires. Vous trouverez ci-dessous des recommandations pour vous aider à établir de bonnes relations et à instaurer la confiance.

  • Soyez sincère et manifestez votre intérêt envers la relation.
  • Soyez positif (sans toutefois adopter un ton trop léger ou joyeux) afin d’établir une relation détendue. Les blagues et l’autodérision ne sont pas recommandées dans le cadre de cette démarche.
  • Soyez ponctuel et présentez-vous à l’heure aux réunions.
  • Préparez-vous à offrir ce que vos clients recherchent lors des réunions. Apportez tous les renseignements connexes et tout ce qui pourrait aider vos clients. Assurez-vous d’apporter suffisamment d’exemplaires.
  • Répondez rapidement aux questions et faites de votre mieux pour offrir un service optimal.

En règle générale, l’établissement de relations solides au Japon prend du temps. Cependant, une fois établies, ces relations sont durables ; les Japonais préfèrent habituellement les relations professionnelles à long terme.

Perspective canadienne :

Très important. Il est typique de « boire dans le cadre des affaires ». Les gens vont dîner et boivent afin d’établir une connexion avant de signer des documents. C’est la façon préférée d’établir la confiance et de maintenir une relation saine. Le golf est aussi très courant ici.

Information culturelle - Privilèges et Favoritisme

Question : Un(e) collègue ou un(e) employé(e) s’attendrait-il à des privilèges ou à des considérations spéciales étant donné la nature de notre relation personnelle ou de notre amitié ?

Perspective locale :

Dans la plupart des milieux de travail au Japon, il est très rare que des employés s’attendent à obtenir des privilèges spéciaux ou à faire l’objet de favoritisme en raison de leurs relations personnelles. Les employés japonais considèrent que leur milieu de travail est un lieu professionnel et officiel, et ils mêlent rarement les relations de travail aux relations personnelles. Les traitements de faveur envers une personne ou un groupe sont considérés injustes et ne constituent pas une pratique acceptable.

Perspective canadienne :

Non. « Boire dans le cadre des affaires » est vraiment une activité professionnelle. Cela ne vous octroie pas de faveurs. C’est une condition essentielle pour entamer des affaires avec une personne.

Information culturelle - Conflits dans le Lieu de travail

Question : J’éprouve un problème lié au travail avec un(e) de mes collègues. Dois-je le (la) confronter directement ? En privé ou en public ?

Perspective locale :

Lorsque vous discutez d’un problème lié au travail avec un collègue, il est important de tenir compte de son origine culturelle afin d’entretenir une bonne relation professionnelle. La culture japonaise attache une grande importance au concept du « mentsu », qui se rapporte à la position sociale ou à la réputation.Lorsqu’elle « perd la face », une personne est embarrassée devant les autres ; dans la mesure du possible, cette situation est à éviter. Par conséquent, lorsque vous traitez d’une question délicate avec un collègue, il est important de s’entretenir en privé. Mettez l’accent sur la question, et pas sur la personne. Abordez cette question de manière constructive afin de régler tout problème. Si le problème persiste et la situation ne semble pas s’améliorer, demandez des conseils à votre supérieur immédiat.

Perspective canadienne :

Les Japonais détestent la confrontation. Évitez-la si possible. Essayez de suggérer des solutions à un problème au lieu d’entrer dans des arguments. Ne pointez pas du doigt et ne blâmez pas les gens pour les erreurs. La méthode préférée pour gérer un problème est la communication indirecte. Vous devez consulter un supérieur et laisser la direction gérer la situation.

Information culturelle - Motiver les collègues locaux

Question : Qu’est-ce qui motive mes collègues locaux à donner un bon rendement au travail ?

Perspective locale :

Les employés japonais s’attendent à ce qu’un bon gestionnaire collabore étroitement avec ses subalternes, surveille leur rendement, et leur offre des conseils et des directives, au besoin. Les membres du personnel apprécient également que leur gestionnaire reconnaisse leur rendement. Par conséquent, il est important de fournir des commentaires positifs lorsqu’un membre du personnel affiche un bon rendement. Pour assurer l’efficacité optimale de la rétroaction, il est préférable de fournir ces commentaires immédiatement à la suite de l’accomplissement visé, et de préciser clairement dans quelle mesure le rendement de l’employé a contribué à la réussite de l’équipe et de l’organisation. Il est également important de l’aider à reconnaître l’importance de son rôle au sein de l’organisation. Pour ce faire, vous pouvez adopter plusieurs méthodes : lui demander de vous accompagner à d’importantes réunions avec les clients, lui affecter des tâches plus stimulantes, et l’intégrer aux processus décisionnels. Les employés japonais apprécient cette reconnaissance ainsi que les efforts visant à améliorer leur travail et à favoriser leur perfectionnement professionnel.

Perspective canadienne :

Sans ordre particulier :

Argent

Intérêt dans le domaine

Réputation de la société/fierté

Peur d’échouer

Peur de laisser tomber les autres

Peur de se retrouver dans l’embarras

Information culturelle - Livres, films et mets recommandés

Question : Pour m’aider à en apprendre davantage au sujet de la (des) culture(s) locale(s), veuillez suggérer : des livres, des films, des émissions de télévision, de la musique et de la nourriture.

Perspective locale :

Livres

Récemment, les œuvres de plusieurs écrivains japonais populaires ont été reconnues à l’échelle internationale, et des traductions de leurs ouvrages sont maintenant facilement accessibles au Canada :

Haruki Murakami;

Banana Yoshimoto;

Mitsuyo Kakuta;

Natsuo Kirino.

Séries animées et mangas

Certaines séries de bandes dessinées sont disponibles dans les bibliothèques locales, au Canada :

Naruto;

Yu-Gi-Oh;

Gundam;

Maison Ikkoku;

Films

Films populaires qui fournissent des renseignements sur la culture japonaise :

The Ramen Girl (2008), Le dernier samouraï (2003), Lost in Translation (2003), Les sept samouraïs (1954)

Departures (2009), Shall We Dance (1996), Tel père, tel fils (2013), Le voyage de Chihiro (2001)

Émissions télévisées :

TV Japan (chaîne de télédiffusion japonaise accessible sur les réseaux câblés au Canada).

TV Japan présente des bulletins de nouvelles, des documentaires, des œuvres dramatiques, des films, des émissions pour enfants et des émissions de divertissement. Certains films et drames sont sous-titrés en anglais. L’émission de divertissement Cool Japan (NHK World) présente la culture et certains éléments uniques du Japon, et traite de la façon dont les immigrants locaux les perçoivent.

Musique

L’ambassade du Japon au Canada organise parfois des concerts de musique traditionnelle japonaise. Consultez son site Web sur les événements culturels.

http://www.ca.emb-japan.go.jp/canada_e/Cultural_Events/infocenter.html

Voici quelques types particuliers de musique japonaise :

Taiko (tambours japonais), Shamisen (instrument japonais à trois musical cordes), JPOP (musique populaire japonaise).

Cuisine

Mets japonais populaires :

sushi, tempura, poulet teriyaki,

soupe ramen (soupe aux nouilles japonaise) – reconnue pour ses variations régionales dans l’ensemble du pays,

okonomiyaki (crêpe japonaise), takoyaki (crêpe japonaise en forme de boule remplie de pieuvre en dés)

Perspective canadienne :

Livres : Bushido, de Inazou Nitobe

Films : Outrage, de Takeshi Kitano

Séries télévisées :

One Piece

Hanzawa Naoki

Ame-Talk

Shabekuri 007

Musique :

Yoshida Brothers

BEGIN

EXILE

AKB 48

Kyari Pamyu Pamyu

Arashi

Nujabes

Nourriture :

Kushikatsu

Okonomiyaki

Tempura

Ramen

Takoyaki

Udon

Sushi

Information culturelle - Activités sur le terrain

Question : Dans ce pays, j’aimerais en savoir plus sur la culture et sur le peuple. Quelles activités pouvez-vous me suggérer ?

Perspective locale :

Pour apprendre à connaître la population et élargir votre réseau, vous pouvez participer à des activités locales, notamment en vous joignant à une équipe sportive et en vous inscrivant à des cours de cuisine japonaise ou de cérémonie du thé. Ces activités locales vous permettront de faire de nouvelles rencontres et d’élargir votre réseau.

La fréquentation de divers endroits, comme les marchés locaux, les sites touristiques et les festivals culturels, vous permettra d’approfondir votre connaissance de la culture locale et vous fournira de bons sujets de conversation pour communiquer avec la population locale.

Perspective canadienne :

Mangez autant de variétés d’aliments que possible.

Voyagez en train

Rendez-vous dans les restaurants et bars locaux, pas seulement ceux qui sont très connus.

Spectacles à regarder :

Parties de baseball

Kabuki

Takarazuka

Nou

Spectacles New-Half

Visitez :

Universal Studios Japan

Disney Land

Disney Sea

Kyoto

Intersection Shibuya Scramble

Tobita Shinchi

Information culturelle - Héros Nationaux

Question : Qui sont les héros nationaux de ce pays ?

Perspective locale :

Tout au long de l’histoire du Japon, plusieurs héros nationaux se sont démarqués à l’échelle mondiale. Voici quelques grandes personnalités de l’histoire du Japon :

Nobunaga Oda – guerrier japonais du XVIe siècle;

Hideyoshi Toyotomi – leader japonais du XVIe siècle;

Ryoma Sakamoto – loyaliste impérial du Japon au XIXe siècle;

Yukichi Fukuzawa – auteur, enseignant et éditeur du Japon au XIXe siècle.

Isoroku Yamamoto, officier de marine pendant la Seconde Guerre mondiale, fait également partie des héros nationaux du Japon. Ses excellentes tactiques diplomatiques sont bien connues d’un grand nombre de personnes.

Plusieurs grands athlètes japonais peuvent également être mentionnés comme héros modernes, notamment Kei Nishikori (joueur de tennis), Keisuke Honda (joueur de soccer), Yuzuru Hanyu (patineur artistique) et Homare Sawa (joueuse de soccer).

Perspective canadienne :

Ichiro Suzuki - Sans doute le plus grand joueur de baseball japonais de tous les temps. Un des rares athlètes japonais à avoir reçu plusieurs prix en Ligue majeure de baseball. En tant que joueur de baseball, il est mon héros.

Keisuke Honda - Vedette du football japonais qui joue actuellement outre-mer. Il a mené l’équipe nationale au cours des dernières années et continue d’impressionner. Il fait partie des athlètes qui ont amené une récente montée en popularité du football au Japon.

Kei Nishikori - Vedette de tennis qui est arrivé à la 4e place du classement mondial l’année dernière. Ce jeune athlète a un avenir extrêmement brillant devant lui. Il a rendu populaire le tennis masculin au Japon.

Yuzuru Hanyuu - Patineur artistique olympique. Malgré son jeune âge, il fait déjà partie des meilleurs au monde. Il aura certainement ses chances lors des prochains Jeux olympiques.

Konosuke Matsushita - Fondateur de Panasonic. Un des hommes d’affaires les plus respectés au Japon. Bien qu’il soit décédé, ses livres continuent d’être parmi les plus vendus dans la section « Affaires » des librairies. Son histoire, ses stratégies commerciales et ses mots continuent aujourd’hui de toucher les gens dans la société japonaise.

Information culturelle - Evénements Historiques partagés

Question : Y a-t-il des événements historiques communs entre ce pays et le Canada qui pourraient nuire aux relations sur les plans professionnel et social ?

Perspective locale :

Le Canada et le Japon ont tous deux participé à la Seconde Guerre mondiale. Cependant, la génération plus jeune considère actuellement que la relation principale entre ces deux pays est fondée sur un partenariat économique, politique et diplomatique.

Récemment, l’Empereur et l’Impératrice du Japon se sont rendus au Canada, en juillet 2009, afin de célébrer le 80e anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et le Canada; cet événement revêt une grande importance historique pour ces deux pays. Au cours de ce séjour de 12 jours, l’Empereur et l’Impératrice se sont rendus dans plusieurs villes, dans l’ensemble du pays, comme Ottawa, Toronto, Victoria et Vancouver. La visite impériale a permis de confirmer le lien solide et étroit qui unit le Canada et le Japon.

Perspective canadienne :

Aucun à ma connaissance. Le Japon a une très bonne impression du Canada.

Information culturelle - Stéréotypes

Question : Quels sont les stéréotypes entretenus par les Canadiens à propos de la culture locale qui pourraient nuire à des relations efficaces ?

Perspective locale :

Les non-Japonais croient souvent au stéréotype selon lequel tous les Japonais sont bien éduqués, font preuve d’un respect mutuel immense, et souhaitent plaire aux non-Japonais.

Les Japonais sont bel et bien courtois à l’égard des visiteurs étrangers et cherchent à les accueillir de la meilleure façon possible. En fait, le gouvernement tente de favoriser la croissance du tourisme au Japon et déploie des efforts considérables pour y arriver. L’industrie touristique vise à fournir des services de première classe et à répondre aux besoins des visiteurs de diverses origines.

Cependant, la vie est plus complexe que cela. La gentillesse des Japonais est une importante caractéristique, mais elle ne doit pas être tenue pour acquise. Les étrangers qui habitent au Japon ont l’occasion d’écarter le stéréotype relatif à l’accueil des visiteurs et d’explorer divers éléments intéressants de la vie dans ce pays. Il est important de reconnaître la distinction entre le fait d’être accueilli comme visiteur et celui de vivre et de travailler réellement au sein de la population japonaise.

Perspective canadienne :

Les Asiatiques ne savent pas boire - Les Asiatiques savent boire et aiment ça.

Les Asiatiques sont bons en mathématique - certaines personnes ne sont pas bonnes en mathématiques.

Personne ici ne comprend l’anglais - beaucoup de Japonais comprennent l’anglais, faites attention de ne pas faire de commérages devant les gens en supposant qu’ils ne vous comprennent pas.

Information culturelle - Au sujet des interprètes culturels

Perspective locale :

Votre interprète culturelle est née à Tokyo, au Japon. Elle a obtenu un diplôme de premier cycle en sociologie à l’Université Keio. Après cinq années de travail au Japon, elle s’est installée au Canada afin de se joindre à un explorateur canadien, à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard. En tant qu’agente de liaison entre le Canada et le Japon, elle a contribué grandement à l’établissement de relations de travail avec les clients japonais. Elle est ensuite déménagée à Ottawa afin de se joindre à un autre exportateur canadien, et elle a participé à plusieurs projets internationaux, notamment au Japon, en Angleterre et aux États-Unis. Depuis 2010, elle présente des séances d’information sur l’efficacité des activités interculturelles avec le Japon au personnel de la fonction publique, et elle offre des ateliers sur les activités commerciales au Japon (Doing Business in Japan) à des sociétés privées. Elle habite et travaille actuellement à Ottawa, en Ontario.

Perspective canadienne :

Votre interprète culturel est né au Japon et a été élevé à Vancouver. Il a fréquenté des écoles canadiennes depuis la primaire jusqu’à l’université. Il vit à Osaka depuis les 4 dernières années. Il travaille actuellement comme professeur d’anglais, enseignant l’anglais aux professionnels du monde des affaires et aux étudiants de tous âges.

Avertissement

Aperçus-pays/Enjeux interculturels visent à fournir un aperçu des normes sociales et culturelles générales et du milieu de travail auxquels un Canadien devra probablement s'adapter dans un pays en particulier. Nous offrons un aperçu de chaque pays de deux points de vue différents : celui d'un Canadien et celui d'un natif du pays d'accueil. Vous pourrez vous faire une idée de la culture de ce pays en comparant le point de vue canadien et le point de vue local. Nous vous encourageons à poursuivre vos recherches à l'aide d'autres sources et à utiliser le processus d'évaluation Triangulation. On demande aux interprètes culturels de s'appuyer sur la plus vaste expérience possible pour formuler leurs réponses. Cependant, ces dernières doivent être considérées comme un point de vue qui reflète le contexte et les expériences de l'auteur, il ne s'agit pas de commentaires sur un groupe ou une société en particulier.

Il est possible que vous soyez en désaccord avec le contenu de quelques réponses. Il faut même s'y attendre, vu la complexité du sujet et des problèmes associés aux commentaires généraux sur un pays et un peuple au complet. Nous vous encourageons à nous faire part de vos expériences, car vos commentaires nous aideront à faire d'Aperçus-pays un riche milieu d'apprentissage.

J'ai pris connaissance de l'énoncé ci-dessus et je comprends que les réponses ne reflètent aucunement la politique officielle et les opinions du gouvernement du Canada, d'Affaires étrangères Canada ou du Centre d'apprentissage interculturel.