Portugal

Information culturelle

Des réponses à vos questions d’ordre interculturelles d’un point de vue local et un d’un point de vue canadien.

Information culturelle - Conversations

Question :

Je rencontre quelqu’un pour la première fois et je veux faire bonne impression. Quels seraient de bons sujets de discussion à aborder?

Point de vue local :

Les Portugais sont très ouverts en ce qui a trait à l’accueil des étrangers. Toute personne venant d’un pays développé est considérée comme ayant de bonnes intentions. Un bon moyen d’entamer une conversation est de dire à vos interlocuteurs portugais d’où vous venez (les Portugais sont curieux), et ce que vous faites au Portugal (en visite, pour études, affaires). Si vous voulez faire une bonne impression et passer à des conversations plus engagées, faites des compliments sur la beauté du pays et de la ville où vous êtes, et posez des questions sur la culture portugaise. Cela vous fera monter dans leur estime (les Portugais sont fiers de leur culture et de leur histoire). Je vous recommande même, le premier jour dans un nouveau milieu de travail, de ne pas vous mettre immédiatement à la tâche, mais de prendre le temps de bavarder avec vos collègues. Ce ne sera pas du temps perdu.

Les plaisanteries sont les bienvenues pratiquement sur tous les sujets, si elles sont faites dans de bonnes intentions, mais ne dites surtout pas que l’Espagne est plus grande et supérieure au Portugal (l’Espagne est un sujet difficile à aborder au Portugal).

En général, les Portugais seront très accueillants envers vous si vous avez un désir sincère de vous informaer sur leur culture et si vous gardez l’esprit ouvert.

Point de vue canadien :

Les bons sujets à aborder avec les habitants de Lisbonne sont leur lieu d’origine, la famille, le travail et la température. Insister sur le fait que vous avez du mal à comprendre leur accent, étant habitué à celui des Canadiens d’origine portugaise (si c’est le cas), pourrait certainement les offenser. Ce sujet devrait être évité car il est similaire au sujet épineux des comparaisons entre le français du Québec et celui de France. Par contre, les Portugais ont un très bon sens de l’humour!

Information culturelle - Styles de communication

Question :

Que dois-je savoir à propos des communications verbales et non-verbales?

Point de vue local :

Les Portugais sont généralement chaleureux quand ils communiquent, mais ne vous attendez pas à ce que tout le monde se comporte de la même façon. Pendant la conversation, ils se tiennent à une distance que je qualifierais d’« occidentale » d’environ un demi-mètre (une longueur de bras) et maintiennent un contact visuel régulier, sans que ce soit toujours nécessaire. Les Portugais ne sont pas habitués à fixer droit dans les yeux les gens qu’ils ne connaissent pas. Au premier contact, ils vous donnent une poignée de main en tenant de l’autre main le bras que vous tendez. Il est fréquent après un certain temps qu’ils fassent suivre le serrement de main d’une petite tape dans le dos ou d’une accolade, à certaines occasions, lorsque les relations se sont resserrées.

Lors de rencontres, les hommes embrassent les femmes sur la joue (sur une ou plus fréquemment sur les deux joues) et, si vous êtes invité chez un Portugais ou chez l’ami d’un ami, on s’attendra à ce que vous respectiez cette norme. Au travail et au plan professionnel, il est souvent plus approprié au début de serrer la main des femmes. Les Portugais passent très rapidement à l’accolade.

Le sourire est toujours important au Portugal. Mais il doit être honnête et sincère. Le rire « jaune » ou exagéré n’est pas conseillé lorsque vous faites affaire avec des Portugais, même si vous avez une très bonne affaire à leur proposer.

Les gestes énergiques sont très fréquents au Portugal, mais les « interdits » courants dans les pays occidentaux s’appliquent aussi au Portugal (comme le doigt d’honneur avec le majeur dressé). Un index pointé est communément utilisé pour souligner un point de vue, il n’est pas considéré comme une impolitesse.

Le ton de voix est normalement bas et calme, mais peut facilement s’élever dans les moments de grande émotion. Il est normal pour les Portugais de tenir des discussions animées, à haute voix. Ne vous en offusquez pas.

Point de vue canadien :

En général, les Portugais sont respectueux de leur entourage. Ils se placent à une distance raisonnable de la personne à laquelle ils s’adressent. Ils se donnent un bec sur chaque joue dès la première rencontre et aux suivantes. Le contact visuel est important; ne pas les regarder dans les yeux serait considéré comme un manque d’écoute ou d’intérêt pour la conversation. Ils font beaucoup de gestes mais ne touchent pas nécessairement l’autre personne avant de bien la connaître. Les expressions du visage sont normales. Ils parlent fort et très vite; cela pourrait vous surprendre. Ils sont généralement francs et directs. Ils ne sont pas gênés et aiment mettre les gens à l’aise.

Information culturelle - Démonstration des émotions

Question :

Les démonstrations d'affection, de colère ou d'autres émotions sont-elles acceptables en public?

Point de vue local :

Les démonstrations d’affection et d’émotions sont acceptables en public, mais il y a quelques limites. Les punitions physiques ou verbales (même légères) faites aux enfants, même par les parents, ne sont pas acceptables. Les homosexuels doivent comprendre que les gens à l’extérieur de Lisbonne ne sont pas habitués à voir un couple de personnes gaies manifester de l’affection l’une envers l’autre, en public. Les couples hétérosexuels qui s’embrassent (particulièrement s’ils sont jeunes) sont considérés comme « mignons », et sont bien acceptés. À ce sujet, le Portugal demeure une société conservatrice, mais dont les tendances évoluent.

Les discussions musclées entre hommes et femmes ne se voient pas en public. La violence domestique existe néanmoins, mais ni plus ni moins que dans les autres pays occidentauxs.

Ne soyez pas surpris de voir des discussions animées se terminer en bagarre.

Point de vue canadien :

Oui, les démonstrations d’affection sont acceptables en public et très courantes. Ce sont des gens très chaleureux. Certains montrent leur colère en public mais je n’en ai pas été témoin.

Information culturelle - Code vestimentaire, ponctualité et formalité

Question :

Que dois-je savoir à propos du milieu de travail (la tenue vestimentaire, les délais, la formalité, etc.)?

Point de vue local :

En tant que ressortissant étranger, vous n’offenserez personne en ne suivant pas les règles (on vous trouvera probablement amusant, mais pas impoli), mais il est important d’en suivre quelques-unes.

Le travail au Portugal est très formel – totalement différent du Canada. Si vous êtes un homme, vous devrez porter costume, chemise et cravate tous les jours, et si vous êtes une femme, des vêtements discrets « d’allure professionnelle ». Le port du costume est encore considéré comme un signe de prestige qui indique habituellement que vous avez une formation universitaire et un emploi « important ». À un certain niveau ou dans certains postes, le bon goût (aussi relatif soit- il...) fera la différence entre les cadres exécutifs et les cols blancs de niveau inférieur.

Au Portugal, pour des raisons que je ne connais pas, les personnes qui ont un diplôme universitaire ajoutent le titre « Dr » (lire docteur) ou « Dra. » (doctoresse pour les femmes), devant leur nom. Ainsi, lorsque vous vous adressez à une personne extérieure à votre entreprise ou à un superviseur, si vous savez qu’ils ont un diplôme universitaire, appelez-les en utilisant le titre docteur suivi du nom de famille. S’ils sont plus modernes, ils vous demanderont de les appeler par leur prénom. Lorsque vous ne savez pas si vos interlocuteurs sont diplômés, ce qui est courant mais difficile à deviner même pour les Portugais, vous devrez le déterminer selon l’apparence et le poste occupé dans l’entreprise de la personne que vous rencontrez. Les diplômes spécialisés donnent lieu à des préfixes tout aussi spécialisés : par exemple, Sr. Arq., (« Monsieur l’architecte Silva »), pour les architectes, Sr. Eng., (« Monsieur l’ingénieur »), pour les ingénieurs, Sr. Dr., (« Monsieur le docteur »), pour les médecins, Sr. Prof., (« Monsieur le professeur »), pour les professeurs, etc.

Autrement, vous pouvez toujours les appeler Monsieur ou Madame suivi du nom de famille, ce qui est acceptable (cependant, n’appelez pas docteur une personne qui n’a pas de diplôme universitaire – par exemple un policier, qui pourrait prendre cela pour une insulte).

Entre collègues, il est normal de s’appeler par le prénom. Le langage utilisé est normalement formel avec les supérieurs et plus familier avec les collègues. Jurer n’est pas fréquent dans les bureaux, même auprès de collègues que vous connaissez depuis longtemps.

Les retards aux réunions et aux rendez-vous sont fréquents au Portugal, mais cela change. Soyez par conséquent prudent – ce ne sont pas tous les gens qui sont en retard! D’un autre côté, la ponctualité est jugée importante (très importante dans certains cas), et on s’attend en général à ce que vous ne quittiez pas le travail après la fin de la journée officielle. Les Portugais, en effet, tendent à faire des heures supplémentaires (non rémunérées) sur une base quotidienne.

Les Portugais sont généralement productifs et effectuent des heures supplémentaires (même les fins de semaine) lorsqu’il s’agit d’accomplir un travail important. Attendez-vous toutefois à de nombreuses petites pauses au travail, pour aller chercher un café ou discuter cinq minutes avec des collègues sur des « sujets généraux ». Les pauses-repas sont longues, surtout les repas d’affaires.

Point de vue canadien :

Pour ce qui est de la façon de se vêtir, les Portugais suivent de près la mode, alors il faut être bien habillé. On s’adresse à son supérieur en employant « Monsieur » ou « Madame », suivi du nom de famille. Cela se fait de façon naturelle. Les gens se vouvoient beaucoup; même entre collègues de travail. Il est rare qu’une personne demande de se faire appeler par son prénom.

La journée normale de travail au Portugal débute vers 9h, avec un déjeuner de 12h à 14h. Les Portugais travaillent jusqu’à 18h ou 19h le soir. Il est à noter qu’ils sont plus productifs dans l’après- midi. Ils sont ponctuels.

Mon expérience de vie à Lisbonne tend à me faire penser que le respect des délais n’est pas un souci prioritaire. Pour ce qui est de l’absentéisme, les gens sont rarement absents du bureau.

Information culturelle - Méthodes de gestion

Question :

Quelles sont les qualités les plus recherchées chez un supérieur/directeur local? Comment saurais-je de quelle façon mon personnel me perçoit?

Point de vue local :

Si les diplômes universitaires sont très importants pour être reconnu et respecté, l’expérience peut également faire l’objet de respect. La compétence, les résultats manifestes et la capacité de décider, de résoudre les problèmes et de travailler fort sont les principales caractéristiques recherchées chez un leader. On s’attend à ce que les leaders forcent l’admiration de leurs employés.

Un bon gestionnaire doit être compréhensif et s’intéresser au travail des autres. Il existe un sentiment commun qu’il est aussi important d’être efficace et productif, qu’aimable, respectueux et intéressé aux idées et sentiments des employés, même si ces derniers s’attendent à ce que les gestionnaires ne poussent pas très loin les relations personnelles avec eux.

Il n’est pas anormal que les gestionnaires gardent leur distance à l’égard de leurs employés pour ce qui est des relations personnelles ou professionnelles. Les employés peuvent avoir quelques notions préconçues d’après le pays d’origine des ressortissants étrangers. Venant du Canada, vous serez en général mieux considéré que les autres, puisque les gens penseront que vous êtes très « avancé ».

Il n’est pas facile de savoir ce que vos employés pensent de vous. La meilleure indication est leur motivation au travail. S’ils se mettent à arriver en retard ou partent à l’heure (et ne font pas d’heures supplémentaires), c’est peut-être qu’ils pensent pouvoir le faire parce que vous êtes un étranger. Normalement, les Portugais apprécient le défi de travailler sous les ordres d’un supérieur étranger et s’adaptent très bien.

Un bon moyen de « mesurer » le respect qu’on a pour vous est d’écouter ce que disent vos collègues dans d’autres sections. S’ils vous respectent réellement et vous admirent, ils parleront de vous comme « le patron étranger vraiment bien, qui ne m’oblige pas à porter une cravate tous les jours » (par exemple).

Point de vue canadien :

Les qualités les plus recherchées chez un supérieur/directeur local seraient l’expérience et l’ouverture d’esprit aux nouvelles idées. Je crois également qu’il doit démontrer un bon leadership, mais en mettant l’accent sur la participation des employés et l’expression des idées dans un environnement où ils se sentent à l’aise de les partager. Je crois également que c’est un atout que le supérieur/directeur ait de l’expérience ou ait fait des études en gestion.

Je ne crois pas vraiment que cela fasse une différence que le directeur/superviseur soit de la région ou non; tant qu’il respecte les opinions et les divergences. En ce qui concerne la façon dont le personnel perçoit son superviseur, je dirais que si les employés sont toujours silencieux envers le patron, c’est qu’ils ont peur de s’exprimer devant celui-ci. Ceci est probablement le signe que le superviseur ne prend pas en considération les commentaires des employés et n’accepte probablement pas les idées nouvelles. Malheureusement, la plupart des employés n’aiment pas dire à leur supérieur ce qui ne va pas de peur de le blesser ou de se mettre à dos.

Information culturelle - Hiérarchie et Prise de décision

Question :

Au travail, comment sont prises les décisions et qui les prend? Est-il convenable d’aller consulter mon superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou de la rétroaction?

Point de vue local :

Les mécanismes de prise de décision sont très centralisés au Portugal et il existe une hiérarchie et des procédures à suivre.

Les idées peuvent être librement exprimées. Vous devrez malgré tout faire preuve de prudence pour éviter de vexer vos collègues. Ces derniers pourraient penser que vous les avez court-circuités. Vous êtes censé présenter vos idées à votre superviseur, qui les transmettra à son supérieur, et ainsi de suite, jusqu’au sommet de l’échelle hiérarchique. Le vol d’idées n’est pas très commun, bien qu’il y ait toujours le risque que votre superviseur ne la transmette pas à ses supérieurs.

Point de vue canadien :

Généralement, je dirais que les décisions doivent être prises en consultation avec les employés, mais bien sûr, le dernier mot revient au gestionnaire. Cependant, celui-ci doit tenir compte du fait que s’il prend une décision contraire à ce que le groupe d’employés désirait, il sera critiqué et les employés risquent de ne plus lui faire confiance. Les idées devraient être exprimées par tous les employés et le gestionnaire devrait incorporer les commentaires et les idées de ses employés dans la prise de décision. Je crois qu’il est primordial qu’un employé consulte son superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou de la rétroaction sur son travail. Sans cette rétroaction, les employés ne connaissent pas les attentes à leur égard, leurs points forts et ceux qui doivent être améliorés.

Information culturelle - La religion, la classe, l'ethnicité et le sexe

Question :

Décrivez brièvement l’attitude des gens de l’endroit à l’égard des facteurs suivants et leurs répercussions en milieu de travail : L’égalité des sexes, la religion, les classes sociales, et l’origine ethnique.

Point de vue local :

Égalité des sexes : Les hommes portugais ne sont généralement pas sexistes et ont beaucoup de respect pour les femmes. Dans le domaine professionnel, plusieurs femmes occupent des postes de cadres, mais si vous êtes une ressortissante étrangère, attendez-vous à devoir travailler plus fort pour vous faire respecter.

Religion : Les Portugais étant catholiques et faciles à vivre, le sujet de la religion n’est pas très controversé et son importance dans la façon de fonctionner en société est très limitée. Vous ne devriez pas avoir de problèmes, quelle que soit votre religion; les gens peuvent trouver curieux que vous soyez différent (mais ils demeurent respectueux). Toutefois, évitez les sujets et les discussions à caractère religieux au travail.

Classe : La société portugaise est très centrée sur la classe et des distinctions existent encore, même si elles ne sont pas très claires. Les gens riches ont encore un meilleur accès aux meilleurs emplois et le nom de famille peut constituer un atout. Si vous appartenez à la famille d’un homme d’affaires qui a réussi, votre nom vous ouvrira beaucoup de portes.

Origine ethnique : En raison de leur histoire, les Portugais sont habitués à cotoyer différentes races et origines ethniques. Dans les petits villages, sans grande diversité, les origines ethniques différentes peuvent passer pour une curiosité, mais elles sont généralement respectées. Comme partout ailleurs, une petite minorité de Portugais est raciste. Vous ne devriez pas avoir de problèmes en milieu de travail à cause de l’origine ethnique.

Point de vue canadien :

Égalités des sexes : J’ai remarqué avec stupéfaction au Portugal que les hommes portugais avaient énormément de difficulté à accepter qu’une femme leur donne des ordres ou qu’elle occupe un poste de superviseur. Beaucoup d’hommes se pensent supérieurs aux femmes au Portugal. Ils pensent encore que la place des femmes est à la maison, pour élever les enfants, cuisiner, faire le ménage, etc. Plusieurs ont de la difficulté à accepter que les femmes puissent aspirer à une carrière et obtenir des postes de prestige au bureau.

Il arrive assez souvent que les hommes ignorent les consignes données par une femme cadre, ce qui peut se produire par un projet différent du projet initial.

Religion : J’ai remarqué que les gens sont encore très attachés à la religion. Par exemple, ils voient encore le mariage comme sacré et permanent. Ils ont encore des processions pour toutes sortes de Saints;, des temps de prière alloués à l’église;, prient avec un rosaire, et lisent la bible.

Je crois que la religion n’a aucune répercussion en milieu de travail.

Classe : J’ai remarqué qu’il y deux classes à Lisbonne : les riches et les pauvres. Il n’y a pas de classe moyenne. Et la classe pauvre se fait constamment critiquer par l’autre et vice versa.

Si c’est un travail de groupe, les gens de la même classe se retrouvent souvent ensemble et partagent généralement les mêmes idées.

Origine ethnique : Rien à dire là-dessus.

Information culturelle - Établir des bonnes relations

Question :

À quel point est-il important d’établir une relation personnelle avec un collègue ou un client avant de faire des affaires avec cette personne?

Point de vue local :

Les Portugais sont chaleureux et sentimentaux, et des affaires en or peuvent être réalisées ou perdues selon que votre client ou contact vous apprécie ou pas. De plus, en liant une relation personnelle vous donnez à votre interlocuteur portugais un sentiment de sécurité et l’assurance qu’il ne sera pas trompé, parce que « vous êtes son ami ». L’amitié a beaucoup d’importance au Portugal.

Si vous voulez réussir, vous devez avant tout vous montrer sincère, sans quoi votre relation n’a plus d’utilité et peut même nuire à vos affaires. D’un autre côté, n’allez pas trop rapidement, d’autant plus que les Portugais sont toujours ouverts envers de nouveaux amis et vous gagnerez à laisser les choses suivre leur cours naturel.

Pour établir des relations, commencez par bavarder à la pause-café, puis invitez votre interlocuteur à déjeuner (environ 1 heure à 1 heure et demie ou deux heures...). Pendant le repas, des conversations plus approfondies peuvent avoir lieu. Attendez-vous à devoir dévoiler certains aspects de votre vie privée pour gagner la confiance de votre interlocuteur plus rapidement. Après quoi, vous vous serez fait votre premier ami au travail.

Point de vue canadien :

Il est extrêmement important d’établir une excellente relation personnelle avec un collègue ou un client avant de faire des affaires avec cette personne, car c’est une façon de démontrer qu’il peut vous faire confiance. Il est également très important pour un Portugais d’avoir l’occasion de juger de votre personne en tant qu’homme ou femme d’affaires, honnête, responsable. Il voudra aussi s’assurer qu’il pourra compter sur vous. Je crois qu’il y a plusieurs façons d’établir une bonne relation; en les invitant à un dîner par exemple. C’est une bonne manière d’échanger dans un contexte autre que le travail, par la suite vous pouvez aussi inviter la famille. Essayez de connaître les préférences de votre interlocuteur pour un sport particulier, et invitez-le ensuite à un match (par exemple une partie de hockey, base-ball, golf.

Information culturelle - Privilèges et Favoritisme

Question :

Un collègue ou un employé s’attendrait-il à avoir des privilèges spéciaux ou à recevoir une considération spéciale en raison de notre relation ou de notre amitié?

Point de vue local :

En général, les gens s’attendent à un traitement de faveur. Bien que les choses évoluent, il est encore fréquent dans les entreprises que des employés « recommandent » de recruter des personnes qu’ils connaissent. Normalement, ils ne les recommanderont pas s’ils ne croient pas qu’elles ont les capacités et les aptitudes voulues.

Je vous conseille de toujours évaluer la personne que l’on vous recommande, et si vous avez deux candidats aussi valables l’un que l’autre, prenez celui qui vous a été recommandé si vous pensez qu’il fera l’affaire. Votre ami vous sera toujours reconnaissant et prêt à vous rendre la pareille. C’est une question de confiance.

Point de vue canadien :

Oui, il est possible qu’un employé ou un collègue s’attende à bénéficier de privilèges ou d’une considération spéciale mais il n’y a pas de circonstances dans lesquelles je recommande d’accorder des privilèges, il faut respecter le principe d’équité.

Information culturelle - Conflits dans le Lieu de travail

Question :

J’ai un problème relié au travail avec un collègue. Est-ce que je dois le confronter directement, publiquement ou en privé?

Point de vue local :

Vous devrez réagir selon vos sentiments et votre personnalité; toutefois, il vous faut comprendre qu’affronter un collègue en public est très difficile et risque de mettre en péril toute relation de travail présente et future avec lui. Le mieux est de l’affronter en privé. En cas d’échec, n’hésitez pas à consulter un supérieur pour résoudre le différend.

Pour savoir si l’un de vos collègues a un « différend » envers vous, il vous suffira de déceler tout changement dans son comportement. Vous saurez que quelque chose ne va pas (cela peut être une simple observation), s’il n’est pas aussi accommodant et chaleureux qu’à l’ordinaire ou s’il s’en prend à vous sans raison valable.

Point de vue canadien :

La meilleure façon de confronter un problème relié au travail avec un collègue est de le faire directement et en privé. Si je le confronte en public, il se sentira menacé et ne trouvera probablement pas les mots pour s’expliquer. Et, pourquoi mêler tout le monde quand le problème est seulement entre deux personnes? Je crois qu’une façon de voir si un employé à quelque chose à vous reprocher ou si votre comportement l’a offensé est d’être attentif à une tendance de sa part à éviter les conversations et les rencontres, ou encore de vous parler brusquement. À ce moment là, je crois qu’il faut remédier au problème tout de suite avant que la dispute prenne de l’ampleur.

Information culturelle - Motiver les collègues locaux

Question :

Qu’est-ce qui motive mes collègues locaux à donner un bon rendement au travail?

Point de vue local :

Cela dépend des collègues que vous avez. Âgés, moins instruits que les autres et chefs de famille, ils voudront garder leur emploi. S’ils sont jeunes, yuppies, récemment diplômés et ambitieux, attendez-vous à ce que leur motivation soit de progresser dans leur carrière, d’être reconnus et d’avoir un bon salaire.

Les Portugais sont normalement très dévoués envers leurs employeurs et lorsqu’ils travaillent pour leur satisfaction professionnelle, ils le font aussi pour assurer le succès de l’organisme qui les emploie en lui donnant une bonne partie d’eux-mêmes. Ils peuvent pleurer (s’ils ont été bien traités), lorsque leur organisme fait faillite ou doit fermer et feront tout en leur pouvoir pour l’éviter.

Point de vue canadien :

Je crois que les motivations à donner un bon rendement au travail sont de bonnes conditions de travail, un bon salaire, et un bon gestionnaire. Idéalement, celui-ci est quelqu’un digne de confiance qui appuie ses employés dans leurs décisions, les encourage constamment, laisse sa porte ouverte en tout temps, les apprécie à leur juste valeur et est reconnaissant envers chacun d’eux.

Information culturelle - Livres, films et mets recommandés

Question :

Pour m’aider à en apprendre davantage à propos de la culture, pouvez-vous recommander : des livres, des films, des émissions de télévision, de la nourriture et des sites Web?

Point de vue local :

La culture portugaise, en plus d’être ancienne (le Portugal a été créé il y a 900 ans), est beaucoup plus riche qu’on ne l’imagine en raison des nombreuses découvertes faites dans les années 1500 (le Brésil, l’Inde, le Japon, la Chine, le Canada, l’Afrique, etc.), ce qui fait que la culture portugaise est très répandue dans le monde. Vous n’avez pas à voyager beaucoup pour voir et vivre un petit bout de culture portugaise.

De toute façon, il existe de bons livres modernes dont ceux d’Antonio Lobo Xavier (traduits en français et en anglais), de Fernando Pessoa (poète) et de Jose Saramgo (prix Nobel). Pour bien comprendre « l’âme » portugaise et ses rapports avec la mer, lisez la version anglaise annotée de l’épopée Lusiadas, de Luis Vaz de Camoes. Pour une description plus approfondie de la structure de classes de la société portugaise, lisez Eça de Queirós.

Il existe de bons documentaires télévisuels sur le Portugal qui vous donneront une bonne idée du pays. Vous pouvez aussi voir une émission hebdomadaire à la télévision, à Montréal, sur les immigrants portugais, mais elle est quelque peu démodée. Lisez plutôt les articles du National Geographic sur l’histoire portugaise.

Essayez les spécialités culinaires dans les restaurants portugais de Toronto, Montréal, New York, Londres, Goa, Tokyo, Paris, Brasilia, etc.

Point de vue canadien :

Je recommande en premier lieu d’entrer en communication avec l’Ambassade du Portugal au Canada qui pourra vous référer aux livres les plus récents du marché. L’Ambassade possède également des films disponibles en prêt. Je connais les émissions « Lamiré » diffusées tous les jours de 17h à 17h30 et « Hora H » le dimanche à 10h30. Pour ce qui est de la nourriture, les Portugais adorent le poisson et les fruits de mer. Ils aiment aussi la nourriture très piquante, le vin, le porto et les fromages.

Information culturelle - Activités sur le terrain

Question :

Dans ce pays, j’aimerais en savoir plus sur la culture et sur le peuple. Quelles activités pouvez-vous me suggérer?

Point de vue local :

En ce qui a trait aux activités culturelles, consultez les guides des villes (très complets et remplis de bonnes explications), et les bureaux de tourisme. Lisez les journaux locaux pour vous familiariser davantage avec la culture portugaise.

Pour obtenir de l’aide au niveau culturel, fréquentez l’un des cafés « à la mode » ou les musées (facilement identifiables) et demandez aux gens autour de vous de vous aider. Ils s’empresseront de le faire dès qu’ils verront que vous êtes un étranger.

Point de vue canadien :

Une façon de se renseigner sur la culture et le peuple portugais est de visiter les musées, de consulter les journaux locaux, d’aller au centre-ville et bien sûr de discuter avec les gens.

Information culturelle - Héros Nationaux

Question :

Qui sont les héros nationaux de ce pays?

Point de vue local :

Les héros nationaux sont des figures historiques qui ont contribué à l’établissement du grand empire portugais dans les années 1500 : Vasco da Gama, Pedro Alvares Cabral et Infante D. Henrique.

Outre ces figures, il y a aussi des chanteurs de fado, comme Amalia Rodrigues ou Carlos do Carmo.

Mais par-dessus tout, les joueurs de football tels que Figo, Eusebio, Rui Costa, Vitor Baia et d’autres qui jouent dans de grands clubs européens ont aussi la faveur du public.

Point de vue canadien :

Je citerais en premier Vasco da Gama : Navigateur portugais qui appartenait à la prestigieuse école nautique de Sagres et qui est le premier Européen à avoir ouvert la route des Indes en contournant l’Afrique. Aussi, il y a Aristides de Souza Mendes né en 1885 à Cabanas de Viriato, qui travaillait au consulat portugais à Bordeaux pendant la Deuxième Guerre mondiale et qui a désobéi à son gouvernement en distribuant des visas à ceux qui fuyaient les Nazis.

Information culturelle - Evénements Historiques partagés

Question :

Y a-t-il des événements historiques communs entre ce pays et le Canada qui pourraient nuire aux relations sur les plans professionnel et social?

Point de vue local :

Beaucoup. Il existe de nombreux liens historiques solides entre les deux pays, en commençant par le nom Canada. Quelques historiens en effet affirment que le nom vient de l’expression portugaise « Cá Nada », qui signifie « Ici, rien ». Elle est attribuée aux premiers marins portugais qui ont mouillé à Terre-Neuve (Terra Nova) et été désappointés par le climat (très froid) et le manque de ressources évidentes. Fiction ou légende? Personne ne le sait.

Un autre événement est que la première livraison de Postes Canada a été faite par un facteur d’origine portugaise. Un timbre commémoratif de cet événement a été publié.

Les immigrants portugais (environ 500 000) ont aidé à forger le Canada pendant plus de 50 ans et ont donné une petite touche portugaise à la société canadienne riche et diversifiée d’aujourd’hui.

Point de vue canadien :

Pas à ma connaissance.

Information culturelle - Stéréotypes

Question :

Quels sont les stéréotypes entretenus par les Canadiens à propos de la culture locale qui pourraient nuire à des relations efficaces?

Point de vue local :

Au Portugal, les Canadiens sont considérés comme les gens les plus développés au monde et très différents des Américains. Les Portugais tendent à faire confiance davantage aux Canadiens qu’aux autres étrangers. Il existe un sentiment que les Canadiens sont honnêtes et intelligents et qu’ils font tout comme il se doit.

Point de vue canadien :

Souvent les Canadiens pensent que les Portugais ont le verbe haut car ils parlent souvent de façon très animée. Également, les Canadiens peuvent penser qu’ils ne se stressent pas vraiment à propos de leur travail. En fait, ils ont une autre façon de travailler; ils ne courent pas toujours comme nous (parfois pour rien). Ils prennent un jour à la fois; avec raison!

Information culturelle - Au sujet des interprètes culturels

Interprète local :

Votre interprète culturel est né en 1977. Le cadet d'une famille de six enfants, il a grandi dans une ville appelée Porto où il a obtenu un diplôme en sciences économiques de l'Université de Porto. Il s'est ensuite installé en Roumanie afin d'y poursuivre ses études pendant un semestre dans le cadre d'un programme européen d'échange pour étudiants. Après quoi, il a immigré au Canada et travaillé dans le domaine des finances.

Interprète Canadien :

Votre interprète culturelle est née au Canada la seconde d'une famille de 4 enfants. Elle a grandi en ville à Gatineau. Elle a poursuivi ses études au Collège Larocque-Lafortune en Administration des Affaires à Ottawa en 1991. Son travail l'a amenée à l'étranger en 1998 pour la première fois où elle a travaillé au Pavillon canadien à l'exposition internationale « Expo'98 » à Lisbonne. Elle est maintenant revenue au Canada et travaille dans le domaine du patrimoine national. Elle est mariée et mère d'un enfant.

Avertissement

Aperçus-pays/Enjeux interculturels visent à fournir un aperçu des normes sociales et culturelles générales et du milieu de travail auxquels un Canadien devra probablement s'adapter dans un pays en particulier. Nous offrons un aperçu de chaque pays de deux points de vue différents : celui d'un Canadien et celui d'un natif du pays d'accueil. Vous pourrez vous faire une idée de la culture de ce pays en comparant le point de vue canadien et le point de vue local. Nous vous encourageons à poursuivre vos recherches à l'aide d'autres sources et à utiliser le processus d'évaluation Triangulation. On demande aux interprètes culturels de s'appuyer sur la plus vaste expérience possible pour formuler leurs réponses. Cependant, ces dernières doivent être considérées comme un point de vue qui reflète le contexte et les expériences de l'auteur, il ne s'agit pas de commentaires sur un groupe ou une société en particulier.

Il est possible que vous soyez en désaccord avec le contenu de quelques réponses. Il faut même s'y attendre, vu la complexité du sujet et des problèmes associés aux commentaires généraux sur un pays et un peuple au complet. Nous vous encourageons à nous faire part de vos expériences, car vos commentaires nous aideront à faire d'Aperçus-pays un riche milieu d'apprentissage.

J'ai pris connaissance de l'énoncé ci-dessus et je comprends que les réponses ne reflètent aucunement la politique officielle et les opinions du gouvernement du Canada, d'Affaires étrangères Canada ou du Centre d'apprentissage interculturel.