Slovénie

Information culturelle

Des réponses à vos questions d’ordre interculturelles d’un point de vue local et un d’un point de vue canadien.

Information culturelle - Conversations

Question :

Je rencontre quelqu’un pour la première fois et je veux faire bonne impression. Quels seraient de bons sujets de discussion à aborder?

Point de vue local :

Lorsque vous rencontrez quelqu'un pour la première fois et que vous voulez faire bonne impression, vous pouvez discuter de choses comme les raisons qui vous ont amené en Slovénie, votre vie familiale, si vous êtes marié et si vous avez des enfants. Il est également très important de montrer votre intérêt pour la personne avec laquelle vous vous réunissez et de poser des questions sur la Slovénie. Évitez de critiquer quoi que ce soit de slovène ou de parler de politique ou de religion.
Les Slovènes aiment ceux qui ont le sens de l'humour, mais il ne faut pas trop en faire parce qu'on pourrait finir par ne pas vous prendre au sérieux si vous rigolez trop avec des gens que vous venez de rencontrer.

Point de vue canadien :

Il est toujours bon de parler de ses origines lors d'une conversation. Cela mène souvent à ce qu'on vous recommande des endroits à visiter. La Slovénie a plusieurs régions qui font la fierté des Slovènes. La famille et le travail constituent aussi d'excellents sujets de conversation. Le football (soccer) est très prisé en Slovénie et là aussi vous feriez un excellent choix en entamant la conversation avec ce sujet.

Ce sont des gens très accommodants. Ils n'hésiteront pas à vous offrir de partager leur repas ou un verre, ce qui est une bonne façon de vous familiariser avec la personne et de poursuivre la conversation en parlant de la nourriture du pays, source de grande fierté pour les Slovènes. Beaucoup de familles slovènes font leur propre vin et d'autres des schnaps parfumés aux différents fruits.

Il subsiste encore des tensions entre les Slovènes et les autres peuples de la Yougoslavie. De nombreuses familles ont été séparées durant la récente guerre yougoslave; des frères, des cousins et même des pères et fils se sont retrouvés dans les camps opposés. Le conflit n'a pas été aussi dur en Slovénie qu'ailleurs, notamment en Serbie ou en Bosnie où les combats ont été intenses. Il y a également des non citoyens qui vivent et travaillent en Slovénie et qui sont venus d'autres pays yougoslaves. Il y a des tensions raciales entre ces gens et les Slovènes à cause des conflits de la dernière décennie et du régime politique de l'ancienne Yougoslavie.

Les Slovènes ont un sens de l'humour assez poussé, en cela ils ressemblent aux Canadiens. Les jeunes plaisantent à propos de choses quotidiennes et ils acceptent très bien les Canadiens.

Les Slovènes sont des gens qui chérissent leur famille. Les liens entre les membres d'une famille sont très étroits et loyaux. Il y a toutefois des exceptions causées par les dissensions culturelles et sociales entre les différentes régions yougoslaves.

Information culturelle - Styles de communication

Question :

Que dois-je savoir à propos des communications verbales et non-verbales?

Point de vue local :

En Slovénie, lors d'une conversation, la distance entre votre interlocuteur et vous dépend du degré de familiarité avec cette personne. En général, on se tient plus près de membres de la famille et d'amis que de collègues, clients ou gens qu'on ne connaît pas. Il faut observer les autres et s'en inspirer lors d'une conversation. Il est très important d'établir le contact visuel lors de la conversation, qu'elle soit personnelle ou professionnelle. On se méfie des gens qui évitent le contact visuel, on s'imagine qu'ils cachent quelque chose.

Les membres de la famille et les amis intimes peuvent s'enlacer lorsqu'ils se rencontrent. On peut se donner des tapes sur le dos, on gesticule beaucoup, on sourit et on parle à haute voix lors des discussions, celles-ci sont toujours animées. Il est permis d'entamer tous les sujets lors de conversations avec des membres de la famille ou des amis. La rectitude politique qu'on trouve au Canada n'existe pas en Slovénie. 

Lorsqu'on vous présente quelqu'un et lorsque vous rencontrez quelqu'un pour des raisons professionnelles, il est normal de se serrer la main. Il est aussi normal de serrer la main de quelqu'un qu'on n'a pas vu depuis longtemps. Lorsque vous rencontrez un client que vous connaissez bien, vous pouvez vous montrer plus familier, ex. tapes dans le dos, toucher, etc.

Les Slovènes gesticulent beaucoup. Certains gestes sont impolis, comme pointer le majeur vers quelqu'un. En conduisant, il est normal d'entendre les gens klaxonner pour attirer l'attention des autres conducteurs ou de voir passer des autos là où on croit qu'il n'y a pas suffisamment d'espace. Les Slovènes parlent sans détour entre eux et à propos des autres, plus que ne le font les Canadiens.

Point de vue canadien :

Les Slovènes ressemblent beaucoup aux Canadiens dans leur façon de mener une conversation, la distance entre les interlocuteurs n'est ni trop courte, ni trop longue.   Elle est telle quel les Canadiens se sentiront à l'aise.

La façon de saluer est la même qu'au Canada. À une première rencontre, ou lors d'une occasion formelle, on se serre la main. Entre amis, on peut faire signe de la main. La tradition veut que le jour de l'anniversaire de quelqu'un on lui donne trois baisers sur les joues, alternativement. Quand on est en bons termes avec quelqu'un, il n'est pas inhabituel de lui faire l'accolade brièvement, après un certain temps sans s'être vus ou avant de se quitter.

Le contact visuel est le même qu'au Canada. On recommande le contact visuel lors de la conversation parce qu'il serait impoli de ne pas le faire. Cela contribue également à établir un rapport plus amical entre les personnes tout en les mettant à l'aise.

Les Slovènes sont en général très aimables, ils gesticulent en parlant et leur visage est expressif, ce auquel les Canadiens s'habituent et s'en sentent bien accueillis.

Information culturelle - Démonstration des émotions

Question :

Les démonstrations d'affection, de colère ou d'autres émotions sont-elles acceptables en public?

Point de vue local :

Les couples peuvent se tenir par la main. On peut couramment voir de jeunes couples montrer des signes d'affection en public, ce qui semble relativement acceptable à la condition que ça reste dans les limites du bon goût. Il est également normal de montrer de l'affection en public lorsque vous allez à la plage. Il arrive que des démonstrations de colère soient publiques, par contre elles ne sont pas bien vues. Les émotions doivent rester dans le domaine privé.

Point de vue canadien :

Les marques d'affection publiques sont les mêmes que celles auxquelles les Canadiens sont accoutumés. Les couples se tiennent par la main et peuvent à l'occasion s'embrasser. 

Il est inhabituel de voir des gens en colère, étant donné que les Slovènes sont plutôt décontractés et tolérants. Mais, de temps en temps, l'ambiance peut chauffer et les insultes peuvent fuser.

Les Slovènes aiment pratiquer des sports comme le soccer ou le basket-ball. Ils aiment aussi les jeux de cartes et autres, et ils peuvent parfois se laisser emporter. C'est généralement bon enfant et finit par devenir un prétexte pour rigoler.

Information culturelle - Code vestimentaire, ponctualité et formalité

Question :

Que dois-je savoir à propos du milieu de travail (la tenue vestimentaire, les délais, la formalité, etc.)?

Point de vue local :

La tenue vestimentaire au travail des Slovènes dépend de leur emploi. Il faut voir comment les autres s'habillent, mais on recommande de toujours se vêtir de façon conservatrice si l'on veut gagner le respect des autres et faire bonne impression. En général, les Slovènes s'habillent élégamment pour travailler et pour s'amuser. En été, les gens ont tendance à se dévêtir, surtout les femmes.

Normalement, vous pouvez appeler les collègues par leur prénom, les superviseurs également, mais ce doit être le superviseur qui vous y invite de le faire. Il est recommandé de s'adresser à lui de façon plus officielle comme Monsieur ou Mme, à moins d'avis contraire. Le respect des échéances est très important. Il est également important d'arriver à l'heure, c'est une marque de respect que ce soit au travail ou à une réunion. Si l'on est indisposé, on peut rester à la maison, mais il faut une note du médecin lorsqu'on doit s'absenter quelques jours.

Point de vue canadien :

La tenue de travail de la plupart des Slovènes peut être qualifiée de décontractée, on voit couramment les gens dans de nombreuses professions porter des jeans et des chemises à manches courtes. En revanche, pour les professions un peu plus officielles, les gens portent des pantalons et des chemises habillées. Beaucoup de bureaux exigent le port de l'uniforme qu'ils fournissent à l'employé. Dans la plupart des bureaux, les femmes doivent s'habiller de façon plus conservatrice, mais lorsque à la saison chaude, elles peuvent se vêtir plus légèrement.

Il faut être courtois lorsqu'on appelle les collègues lors de premières rencontres ou de réunions officielles. Il est toutefois courant d'entendre les gens s'appeler par leur prénom après avoir travaillé ensemble un moment. Quand on s'adresse à un supérieur hiérarchique, il est recommandé de les appeler de la même façon que la leur pour se présenter. S'ils utilisent leur prénom pour se présenter, à ce moment on peut les appeler par leur prénom.

Les retards et l'absentéisme sont mal vus. Dans certains cas, il se peut que ce soit acceptable, mais dans la majorité des cas, la ponctualité montre que vous êtes respectueux envers les autres. Certains bureaux offrent des horaires souples et les retards peuvent être excusés à la condition que l'on fasse les heures prévues. Les délais doivent également être respectés étant donné qu'il n'y a là aucune souplesse et que la productivité est presque une obligation dans la presque totalité des professions.

Information culturelle - Méthodes de gestion

Question :

Quelles sont les qualités les plus recherchées chez un supérieur/directeur local? Comment saurais-je de quelle façon mon personnel me perçoit?

Point de vue local :

On apprécie beaucoup le respect des employés, les éloges pour leurs efforts et pour leur bon travail. L'éducation, les aptitudes au leadership et l'expérience sont très appréciées. Il est en outre très important de rémunérer les employés selon leur rendement et le niveau de complexité de leur poste.
Les employés qui sont satisfaits de leur patron seront de bons collaborateurs, feront leur possible à la tâche et accepteront de travailler de plus longues heures. Si les employés n'aiment pas le patron, ils feront mal leur travail, éviteront le contact du regard et le moral du bureau sera au plus bas.

Point de vue canadien :

Le leadership et le succès sont des qualités de grande valeur chez un dirigeant, mais elles ne sont pas suffisantes à elles seules. Si le supérieur possède un bon mélange d'éducation et d'expérience, qu'il a l'esprit ouvert et qu'il est aimable, il n'en sera que plus apprécié. En général, cela s'applique aussi bien au supérieur local qu'étranger, mais chaque personne, selon son poste, aura son propre avis.

Vous pourriez ne pas toujours savoir ce que vos employés pensent de vous parce qu'ils ne vous le diront jamais directement. En général, s'ils sont satisfaits de votre façon de faire, ils vous le diront, mais ils sont plutôt réticents à vous critiquer.

Information culturelle - Hiérarchie et Prise de décision

Question :

Au travail, comment sont prises les décisions et qui les prend? Est-il convenable d’aller consulter mon superviseur immédiat pour obtenir des réponses ou de la rétroaction?

Point de vue local :

Normalement, c'est la haute direction qui prend les décisions, les idées se transmettent verticalement, de haut en bas. Cela est en voie de changement étant donné que les entreprises veulent s'adapter à la concurrence mondiale en trouvant les meilleures solutions et en générant de nouvelles idées pour réussir. C'est la politique de l'entreprise qui vous autorise ou non à avoir recours au superviseur pour obtenir des réponses ou ses commentaires. Les bons superviseurs se doivent de toujours être à la disposition du personnel pour répondre à ses questions ou à faire des commentaires, bien que la politique de la porte ouverte ne soit pas répandue.

Point de vue canadien :

En général, les décisions sont prises par les responsables. Les décisions moins importantes et quotidiennes sont prises par tout le monde, tandis que les décisions importantes sont prises par les supérieurs ou les directeurs. Les idées sont générées par différents moyens. Normalement, tout le monde peut proposer des idées qui seront prises en considération et adoptées à leur mérite. Il est acceptable de poser des questions à votre superviseur. Il est presque toujours prêt à discuter des choses avec vous. Il est également content de vous faire ses commentaires sur les idées que vous pouvez avoir.

Information culturelle - La religion, la classe, l'ethnicité et le sexe

Question :

Décrivez brièvement l’attitude des gens de l’endroit à l’égard des facteurs suivants et leurs répercussions en milieu de travail : L’égalité des sexes, la religion, les classes sociales, et l’origine ethnique.

Point de vue local :

Égalité des sexes :
En Slovénie, les hommes et les femmes sont égaux. On considère toujours les hommes comme les principaux gagne-pain du foyer et la femme joue un rôle plus important dans l'éducation des enfants. Les jeunes couples recherchent l'équilibre dans le partage des tâches familiales.
Au travail, la femme fait encore face à de nombreux défis. Il n'y a pas beaucoup de femmes dans les postes de haute direction, que ce soit au secteur privé ou au secteur public. Les femmes sont moins rémunérées que les hommes pour le même travail. En outre, certaines entreprises recruteront des hommes plutôt que des femmes parce que celles-ci pourraient avoir des enfants.

Religion:
La majorité des Slovènes sont catholiques et je crois que la religion n'a pas d'impact sur le milieu de travail.

Distinction de classes:
L'écart entre les riches et les pauvres se creuse. De nombreux postes ne sont offerts qu'aux gens qui ont des pistons. En général, lorsque quelqu'un est embauché, son statut social n'a aucun effet sur le milieu de travail. Ceux qui ont un réseau bien établi et de l'argent peuvent obtenir des promotions plus facilement et ont accès aux postes supérieurs.

Ethnicité :
Les Slovènes de souche représentent quelque 98 p. cent de la population. Je crois que l'ethnicité n'a pas d'effet sur le milieu de travail tant que les étrangers, immigrants ou minorités parlent couramment le slovène. Le nombre d'étrangers vivant en Slovénie augmente tous les ans. Ils y viennent pour travailler et y occupent des postes supérieurs.

Point de vue canadien :

L’égalité des sexes :
Les Slovènes ont une attitude progressiste sur la question de l'égalité des sexes. Beaucoup de femmes ont de bons emplois et jouissent des mêmes possibilités d'éducation et de possibilités d'avancement que les hommes. Il en résulte une égalité dans les relations professionnelles; et les femmes obtiennent des postes équivalents à ceux des hommes.

Religion :
La majorité des Slovènes sont catholiques. La minorité est constituée d'Orthodoxes d'Orient, de Musulmans et de Protestants. La religion n'est vraiment pas un problème, et la plupart des jeunes ne sont pas pratiquants assidus. Il se pourrait qu'ils aillent à l'église aux fêtes, p. ex. à Noël, à Pâques et à l'Assomption (la fête de la Vierge Marie). Il n'existe pas de tensions religieuses chez les Slovènes.

Il ne semblait pas y avoir de discrimination religieuse en milieu de travail étant donné que la population slovène est presque tout à fait homogène.

Classes sociales :
La distinction de classes semble totalement absente en Slovénie. Sous le régime yougoslave, l'économie slovène était la plus prospère et la plus stable de toutes les républiques, et elle continue de l'être. La distinction de classe à Ljubljana est plus perceptible que dans les autres villes étant donné que c'est la capitale, mais la majorité les gens appartiennent à la classe moyenne.

Étant donné qu'il n'y a pas de distinction de classe visible entre Slovènes, ce n'est pas un problème au travail. La majorité des gens semblaient avoir de bonnes relations de travail et étaient très sympathiques.

Origine ethnique :
La majorité des Slovènes sont d'ethnie slovène, tandis que le reste est constitué d'Italiens, de Hongrois, Gitans, Croates, Serbes, d'Albanais et de Musulmans. Les liens sont généralement aimables bien qu'il subsiste quelques tendances au racisme envers certains non citoyens qui travaillent en Slovénie. En règle générale, les Canadiens ne devraient pas subir de discrimination en Slovénie, compte tenu du fait que la plupart des Slovènes apprécient les Canadiens.

Information culturelle - Établir des bonnes relations

Question :

À quel point est-il important d’établir une relation personnelle avec un collègue ou un client avant de faire des affaires avec cette personne?

Point de vue local :

Il est toujours judicieux de montrer un réel intérêt dans ce que font les collègues et ne pas se préoccuper uniquement du travail. Tout le monde aime se sentir apprécié en tant que personne et non seulement en tant que travailleur. Les collègues qui se sentent appréciés essaieront toujours plus fort de faire un bon travail et feront du travail additionnel pour entretenir la bonne relation. L'établissement d'une relation personnelle avec les collègues est une sorte de processus graduel et qui peut s'exprimer par quelque chose d'aussi banal que comment l'employé a passé sa fin de semaine, ou de poser des questions sur ses activités de loisir, sur ses vacances, et être au courant des événements qui importent au collègue (p. ex. mariage, naissances, décès dans la famille).

L'établissement d'une relation personnelle avec le client est vital au maintien d'une longue relation professionnelle. Les gens aiment transiger des affaires avec ceux auxquels ils font confiance et qui ont leur entreprise à cœur. Vous pouvez inviter un client à déjeuner dans un restaurant après une réunion d'affaires. Il est également recommandé de demander au client des nouvelles de son entreprise, de savoir ce qui lui importe et, lui parler progressivement d'affaires personnelles ainsi que de loisirs et de projets de vacances. 

Point de vue canadien :

Il est toujours bon d'établir une relation personnelle avec les collègues. Cela les rend plus réceptifs et compréhensifs lorsqu'ils vous connaissent en tant que personne, plutôt que seulement en tant que collègue. Ils peuvent figurer votre cheminement de pensée et contribuer également à l'établissement d'une meilleure relation professionnelle. Cela ne signifie pas que vos idées seront automatiquement rejetées si vous n'établissez pas une relation personnelle; mais le faire contribue à rendre plus efficace le travail et permet une meilleure communication.

On peut facilement établir une telle relation en allant prendre un café avec les collègues.  On trouve de très nombreux cafés dans la plupart des villes slovènes, et c'est une tradition pour les gens d'aller y bavarder.

Information culturelle - Privilèges et Favoritisme

Question :

Un collègue ou un employé s’attendrait-il à avoir des privilèges spéciaux ou à recevoir une considération spéciale en raison de notre relation ou de notre amitié?

Point de vue local :

Un collègue qui entretient une relation personnelle avec son supérieur peut s'attendre à un traitement de faveur, des promotions plus rapides ou un salaire plus élevé que celui de ses collègues. Ces privilèges peuvent devenir causes de tensions entre les membres de l'équipe et il est préférable de les éviter. Il est préférable de ne pas accorder des privilèges, sauf si la personne a réalisé une performance exceptionnelle et qu'elle le mérite.

Point de vue canadien :

Le fait d'avoir de bonnes relations avec des Slovènes ne veut pas dire que ceux-ci s'attendent à un traitement de faveur.  Il est possible qu'ils vous demandent de prendre en considération la candidature d'un ami ou d'un parent, mais ils ne s'attendent pas à ce que vous acceptiez des les engager s'ils n'ont pas les compétences requises.

Information culturelle - Conflits dans le Lieu de travail

Question :

J’ai un problème relié au travail avec un collègue. Est-ce que je dois le confronter directement, publiquement ou en privé?

Point de vue local :

Vous confronteriez ce collègue directement et en privé. Si le problème professionnel affecte votre capacité d'exécuter vos tâches, vous devriez en parler au superviseur pour obtenir son aide. Vous saurez si vous avez offensé un collègue selon son attitude envers vous. Il fuira votre regard, il pourrait éviter et ne répondrait que brièvement à vos questions.

Point de vue canadien :

En cas de problème avec un collègue, la meilleure solution consiste à lui parler en privé d'abord pour essayer de régler le problème. En cas d'échec, vous pourriez demander conseil à votre supérieur quant à la meilleure façon de désamorcer la situation. Il se pourrait que vous ne soyez pas au courant de la mauvaise humeur d'un collègue envers vous étant donné qu'il n'exprime pas ouvertement son insatisfaction. Ce n'est pas nécessairement toujours le cas, certains n'hésiteront pas à vous dire ouvertement ce qu'ils pensent de vous.

Information culturelle - Motiver les collègues locaux

Question :

Qu’est-ce qui motive mes collègues locaux à donner un bon rendement au travail?

Point de vue local :

C'est en se sentant respectés, en étant bien payés, en ayant de bonnes conditions de travail, en étant satisfaits de leur travail et en ayant des possibilités de promotions que mes collègues slovènes sont motivés.

Point de vue canadien :

Les Slovènes sont majoritairement fiers de leur travail s'ils sont heureux dans leur emploi. Ils sont pour la plupart instruits et loyaux envers leur famille. La majorité des bureaux offrent de bonnes conditions de travail et le salaire est plus élevé que dans de nombreux autres pays d'Europe de l'Est.

Information culturelle - Livres, films et mets recommandés

Question :

Pour m’aider à en apprendre davantage à propos de la culture, pouvez-vous recommander : des livres, des films, des émissions de télévision, de la nourriture et des sites Web?

Point de vue local :

Je ne connais pas de livres à lire, de films à voir ou d'émissions de télévision qu'on puisse trouver en dehors de la Slovénie et en français. Je peux sûrement recommander des endroits à voir en Slovénie pour connaître le pays et ses habitants. On se doit de visiter la capitale de la Slovénie, Ljubljana. Je propose d'aller à Ljubljanski grad (château Ljubljana) qui surplombe la ville. Il y a un choix de bons restaurants et de magasins. On peut également visiter la Cathédrale de Ljubljana et beaucoup d'autres sites architecturaux. On peut ensuite se rendre à Bled au Coeur de la région de Gorenjska. C'est un bel endroit en bordure d'un lac entouré de montagnes. Les Slovènes aiment beaucoup y passer les après-midi d'été en y prenant des bains de soleil, en nageant dans le lac et en assistant à tous les spectacles le soir. C'est également une destination prisée pour les réunions d'affaires et la formation étant donné qu'on y trouve de très beaux hôtels sur le lac même dont le service et de la meilleure qualité. Il y a également de fameuses cavernes souterraines dans la région de Kras. La caverne Postojna est l'une des plus grandes et très facile d'accès, et les visiteurs peuvent s'y rendre par train électrique. Les cavernes Skocjan sont également très belles et valent la visite. La parc national Triglav, qui se trouve dans les Alpes slovènes est intéressant à cause de ses vallées alpines, de ses crêtes montagneuses, les sommets des Alpes slovènes, les lacs dans les montagnes, les chutes d'eau, etc. 

La Slovénie offre de nombreux mets typiquement nationaux. Chaque région slovène a ses différents types de pain. Il y a de nombreux mets à base de farine, dont certains au sarrasin - la céréale qui donne une farine noire. De nombreuses variantes du struklji sont préparées dans différentes régions de la Slovénie. Le plus réputé est le prekmurska gibanica qui est délicieux. Il faut également essayer le potica, un roulé fourré aux noix de Grenoble, graines de pavot, raisins secs, différentes herbes,  fromage cottage et miel. Dans la région de Primorska, on peut se faire des plats originaux au poisson et des mets raffinés à partir de plantes, de légumes et de fruits locaux ainsi que du prsut.

On trouve également en Slovénie des vins de grande qualité. On compte trois régions productrices de vin, chacune reconnue pour son type particulier de vin; les régions de la Côte adriatique, de Posavje et de Podravje.

Je vous recommande deux sites Web pour les renseignements qu'ils offrent sur la Slovénie : en français www.slovenia.info et www.matkurja.com/en/ en anglais.
Il existe également un site géré para un Américain qui réside en Slovénie et qui offre un point de vue nord-américain mais en anglais : www.carniola.org .

Point de vue canadien :

Le guide " Lonely Planet " sur la Slovénie est très pratique et propose une foule de renseignements généraux sur le pays et son histoire. Il est vendu dans toutes les librairies et propose des informations sur les sites à visiter, notamment les châteaux, les points d'intérêt, les monuments historiques, les musées, etc. Il répertorie également les possibilités d'hébergement. Pour certaines villes cependant, les renseignements étaient plutôt brefs.

Les musées sont nombreux en Slovénie, on peut y voir l'histoire des Slovènes et de leurs cultures. La charmante ville de Ptuj est l'une des plus anciennes et des plus importantes des villes historiques de Slovénie; elle renferme des châteaux médiévaux, des musées, des monastères et des églises. Le lac Bled est très beau avec son château médiéval perché sur une colline, son église sur une île et ses plus hautes crêtes de Slovénie, les Alpes slovènes. La capitale, Ljubljana, est également un site incontournable. On peut voir beaucoup de très beaux sites en Slovénie lors d'un séjour prolongé. Tous les Slovènes seront heureux de vous proposer des idées d'endroits à visiter et de choses à voir.

Information culturelle - Activités sur le terrain

Question :

Dans ce pays, j’aimerais en savoir plus sur la culture et sur le peuple. Quelles activités pouvez-vous me suggérer?

Point de vue local :

Je recommande de faire des petites promenades à pied en ville, d'aller dans des  restaurants, des cafés, à l'opéra, au théâtre, au concert ou au musée pour connaître la ville et ses gens.

Je vous conseille de vous rendre aux festivités offrant des spectacles de musique en direct et de la bonne nourriture et organisées par les associations locales de pompiers appelées " veselicas ". Celles-ci se déroulent en fin de semaine l'été à travers toute la Slovénie. On peut également faire des randonnées en montagne, faire de la descente en eau vive (rafting) ou aller à l'un des établissements thermaux qu'on trouve partout en Slovénie. Il se déroule également de nombreux événements sportifs qui valent la peine d'être vus, comme la Coupe du monde de ski, la Coupe du monde du saut en ski, les matches de ballon panier et de soccer en été etc. Il y a également de nombreux centres de ski où l'on peut faire du ski de descente et de fond. En été, il faut absolument aller à Portoroz et Piran pour connaître la Côte adriatique slovène.

Je recommande la lecture des journaux nationaux Delo et Dnevnik, mais il est nécessaire de connaître le slovène pour pouvoir le faire. La radio et la télévision offrent de nombreux renseignements culturels ainsi que des bulletins d'informations locales et internationales.

Je crois que le meilleur moyen de trouver un interprète culturel est d'apprendre à connaître vos collègues et de leur demander des conseils sur ce qu'il y a à voir et à faire. Les Slovènes aiment montrer leur pays aux étrangers et je suis certaine qu'il y en aura qui seront prêts à vous accompagner.

Point de vue canadien :

Le soccer est très prisé en Slovénie et toutes les grandes villes possèdent des stades qui offrent régulièrement des matches durant la saison chaude. Les Slovènes se livrent à de nombreuses activités de plein air comme la randonnée, les visites de cavernes, le ski, etc.  Les cafés sont nombreux dans les villes de Slovénie et les Slovènes aiment les fréquenter en compagnie d'amis pour y boire un café, de la bière ou pour y prendre un repas léger.

La majorité des Slovènes sont très accueillants et ouverts envers les Canadiens et il leur ferait plus que plaisir de vous inviter chez eux. Ils sont toujours disposés à vous proposer des idées de sites à visiter et à vous parler, un peu, ou beaucoup de l'histoire de la Slovénie, de son peuple et de sa culture.

Information culturelle - Héros Nationaux

Question :

Qui sont les héros nationaux de ce pays?

Point de vue local :

Quelle que soit leur orientation politique, tout les monde, à mon avis, respecte trois Slovènes en particulier et les qualifie de héros nationaux.

Le premier est France Preseren, qui est le poète le plus aimé et le plus important de Slovénie. À chaque année, pour célébrer l'anniversaire de sa mort, le 8 février est marqué par des activités culturelles, notamment des rencontres littéraires, des cérémonies de remise de prix et d'autres célébrations à travers la Slovénie. Tous les enfants d'âge scolaire apprennent sa poésie et à titre de premier acte d'affirmation de l'État, la république de Slovénie, nouvellement indépendante, a adopté son poème  " Zdravljica " (Le toast) comme hymne national. Lui et sa belle poésie douloureuse symbolisent et incarnent de bien des façons la condition nationale slovène.

À mon avis, Leon Stukely est le deuxième héro national. Il a été surnommé l'homme de fer de la gymnastique. Il a remporté six médailles olympiques en gymnastique. Il a été honoré lors de la cérémonie d'ouverture des jeux olympiques d'Atlanta à titre d'aîné des athlètes olympiques vivants. Il a surpris tout le monde en sautant sur l'estrade à l'âge de 97 ans, il est mort quatre jours avant son 101e anniversaire de naissance.

Primoz Trubar est l'auteur du premier livre imprimé en slovène en 1550. Il a écrit quelque 35 livres dont le plus important a été la traduction complète du Nouveau Testament.

Point de vue canadien :

Le poète France Prešeren est très aimé par la plupart des Slovènes. Ses œuvres datent de l'époque où l'allemand était la langue littéraire par excellence. Il a établi de nouvelles normes pour la littérature slovène. Ses travaux ont également inspiré les Slovènes au chapitre de la conscience nationale et du patriotisme.

Melania Trump est également une célébrité slovène. Elle était super modèle avant d'épouser récemment le milliardaire américain Donald Trump.

Information culturelle - Evénements Historiques partagés

Question :

Y a-t-il des événements historiques communs entre ce pays et le Canada qui pourraient nuire aux relations sur les plans professionnel et social?

Point de vue local :

On compte environ 300 000 Slovènes au Canada dont la majorité vit dans la grande région de Toronto, et c'est là un lien très important qui devrait affecter positivement les relations entre le Canada et la Slovénie. De nombreux Slovènes ont des parents qui vivent au Canada, ou y connaissent quelqu'un.

Point de vue canadien :

Il n'y a pas de grands événements historiques que se partagent le Canada et la Slovénie. L'élément commun le plus important est celui des nombreux immigrants slovènes au Canada. Dans l'ensemble, les Slovènes ont beaucoup de respect pour le Canada et les Canadiens.

Information culturelle - Stéréotypes

Question :

Quels sont les stéréotypes entretenus par les Canadiens à propos de la culture locale qui pourraient nuire à des relations efficaces?

Point de vue local :

Les Slovènes voient les Canadiens et les étrangers en général de façon très positive. Malheureusement, les Slovènes ne font pas tout à fait la différence entre les Canadiens et les Américains. Ils trouvent que les Américains manquent de discrétion, ne tiennent compte de personne et frisent l'arrogance. Il est donc important de bien leur faire comprendre qu'on est Canadien.

Point de vue canadien :

Les Canadiens pourraient croire que du fait du faible coût de la vie, la Slovénie est un pays pauvre. Selon les normes canadiennes, les Slovènes sont moins rémunérés mais ils mènent une vie d'une grande qualité et ont généralement de très bonnes relations familiales. La Slovénie a également l'une des économies les plus prospères de l'Europe centrale et orientale.

Information culturelle - Au sujet des interprètes culturels

Interprète local :

Votre interprète culturelle est née à Kranj, troisième de quatre enfants. Elle a vécu à Mavcice, au nord ouest de la Slovénie, jusqu'à l'âge de 26 ans. Elle a obtenu son B.A. en sciences politiques de l'Université de Ljubljana. Ensuite, votre interprète culturelle a immigré au Canada pour vivre avec son époux et travailler à Montréal, Québec. Elle a également vécu à Grande Prairie, Alberta et à London, Ontario. Elle vit actuellement à Whitby, Ontario. Mariée et elle a deux enfants.

Interprète Canadien :

Aîné de deux enfants, votre interprète culturel est né à Nelson, Colombie-Britannique. Il a étudié en génie informatique à l'Université de Victoria. Il a voyagé précédemment dans l'Ouest américain ainsi qu'au Mexique et en Russie. En 2004, il a choisi d'effectuer un stage obligatoire à l'étranger. Votre interprète culturel s'est rendu en Slovénie où il a vécu pendant plusieurs mois. Il vit depuis 18 mois à Kingston, Canada où il travaille dans la programmation informatique. Il est de descendance russe, il parle le russe et l'anglais.

Avertissement

Aperçus-pays/Enjeux interculturels visent à fournir un aperçu des normes sociales et culturelles générales et du milieu de travail auxquels un Canadien devra probablement s'adapter dans un pays en particulier. Nous offrons un aperçu de chaque pays de deux points de vue différents : celui d'un Canadien et celui d'un natif du pays d'accueil. Vous pourrez vous faire une idée de la culture de ce pays en comparant le point de vue canadien et le point de vue local. Nous vous encourageons à poursuivre vos recherches à l'aide d'autres sources et à utiliser le processus d'évaluation Triangulation. On demande aux interprètes culturels de s'appuyer sur la plus vaste expérience possible pour formuler leurs réponses. Cependant, ces dernières doivent être considérées comme un point de vue qui reflète le contexte et les expériences de l'auteur, il ne s'agit pas de commentaires sur un groupe ou une société en particulier.

Il est possible que vous soyez en désaccord avec le contenu de quelques réponses. Il faut même s'y attendre, vu la complexité du sujet et des problèmes associés aux commentaires généraux sur un pays et un peuple au complet. Nous vous encourageons à nous faire part de vos expériences, car vos commentaires nous aideront à faire d'Aperçus-pays un riche milieu d'apprentissage.

J'ai pris connaissance de l'énoncé ci-dessus et je comprends que les réponses ne reflètent aucunement la politique officielle et les opinions du gouvernement du Canada, d'Affaires étrangères Canada ou du Centre d'apprentissage interculturel.