Résultats dans le monde – Guatemala

Le Guatemala est un pays à revenu moyen inférieur qui fait face à d’importants défis socioéconomiques et liés à la gouvernance, aux droits de la personne et à la sécurité. Malgré une croissance économique soutenue, la pauvreté a augmenté depuis 2006 et le pays affiche l’un des plus haut taux d’inégalité en Amérique latine, avec 59 % de la population vivant sous le seuil de la pauvreté et 24 % dans la pauvreté extrême. Cette pauvreté sévit principalement dans les zones rurales, dont la population est largement autochtone, et touche disproportionnellement les femmes et les jeunes. Le Guatemala présente également l’un des taux de malnutrition chronique les plus élevés au monde et figure parmi les pays les plus touchés par les changements climatiques. Malgré des améliorations au système de justice, l’impunité et la corruption continuent d’exacerber les violations des droits de la personne, la pauvreté, la violence et la criminalité. Les possibilités économiques limitées, les problèmes de sécurité et les catastrophes naturelles ont incité de très nombreux Guatémaltèques à émigrer.

Les femmes, en particulier les femmes autochtones, font face à des défis supplémentaires qui réduisent les possibilités d’avancement sur le plan économique et professionnel, limitent leur participation à la prise de décision et augmentent le risque de violence sexuelle et fondée sur le genre. Les taux de filles et de jeunes femmes guatémaltèques affectées par les mariages et les grossesses précoces, ainsi que par la mortalité maternelle et infantile, sont particulièrement élevés.

Le programme de développement du Canada au Guatemala appuie la croissance au service de tous et la gouvernance inclusive, en particulier pour les femmes et les jeunes autochtones. Les efforts canadiens contribuent à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition, tout en augmentant la résilience face aux changements climatiques et les possibilités de croissance économique dans le secteur agricole. Le Canada appuie également les efforts du Guatemala en matière de lutte contre la corruption et soutient l’accès à la justice pour les plus vulnérables. Le Canada travaille à renforcer les capacités des organisations de femmes et à appuyer les femmes leaders pour assurer que l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles soient intégrés dans toutes les initiatives.

Grâce à un financement régional et multilatéral, le Canada appuie également les efforts déployés par le Guatemala relatifs à la sécurité, à l’impunité, à la migration régionale, à la santé maternelle, à la propagation des maladies infectieuses, aux effets des changements climatiques et à la gestion des risques de catastrophe.

Principaux résultats

Grâce à l’appui du Canada au Programme alimentaire mondial, en 2017 : 27 380 enfants âgés de 6 à 23 mois ont reçu des aliments nutritifs pour favoriser une croissance saine; 4 121 familles ont augmenté leur résilience face aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles; 3 198 petits agriculteurs ont augmenté leur productivité agricole; et 600 agriculteurs (majoritairement des femmes) ont été formés sur les compétences commerciales pour leur permettre d’accéder aux marchés.

Entre septembre 2015 et mars 2017, la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala a enquêté sur 52 affaires pénales, cerné 26 structures criminelles et travaillé à leur démantèlement, et déposé 165 accusations formelles contre des membres de réseaux criminels. Grâce à cette initiative, 85 % des procureurs du service d’enquête contre l’impunité du Ministère public guatémaltèque ont renforcé leurs capacités en matière d’analyse criminelle, de préparation pour des projets d’enquête, de méthodes d’enquête spéciales telles que l’écoute électronique et le traitement et la présentation des preuves, et de stratégies de contentieux et d’arguments judiciaires.

L’appui du Canada au projet Intégrité, mobilisation, participation, imputabilité, anti-corruption et transparence, mis-en-œuvre par Transparency International, a permis de soutenir des mécanismes visant à aider les victimes et les témoins de corruption à déposer des plaintes. Grâce à ce mécanisme, 2 146 plaintes ont été déposées et ont fait l’objet d’un suivi en 2017-2018. Au moins 20 demandes d’information publique ont également été soumises.

En 2017-2018, le Fonds des Nations Unies pour la population a dispensé une éducation sexuelle complète aux filles, notamment sur les choix et les décisions concernant leur éducation, leur sexualité, la création de relations/le mariage et la maternité. Par conséquent, 37 899 adolescentes, principalement de jeunes Autochtones, à risque d’être affectées par le mariage précoce, sont davantage capables d’exprimer et d’exercer leurs choix.

En 2017-2018, avec l’appui du Canada, l’Organisation panaméricaine de la santé au Guatemala a formé 780 professionnels de la santé afin qu’ils puissent fournir un meilleur soutien aux nouvelles mères et aux nouveau-nés. De même, l’Organisation a formé 15 leaders adolescents afin qu’ils puissent promouvoir la santé et le bien-être dans leurs collectivités; à leur tour, ils ont formé 53 de leurs pairs adolescents, dont 60 % étaient autochtones.

L’appui du Canada au projet Amélioration de la santé maternelle au Guatemala, avec la Fondation Tula, a contribué à la réduction de la mortalité maternelle et infantile grâce à l’utilisation des téléphones cellulaires et des technologies de santé spécialisées. En 2017-2018, environ 8 000 membres du personnel de la santé des collectivités et du gouvernement ont reçu de la formation sur les plateformes et les systèmes de cybersanté communautaires, et sur la collecte et la gestion des données grâce à des systèmes technologiques innovants en santé.

Dans le cadre du projet Réduction des écarts pour les Autochtones à Totonicapán, Horizons d’amitié a formé 900 sages-femmes traditionnelles autochtones sur les pratiques ancestrales et actuelles en matière de santé maternelle, néonatale et infantile. Le projet a aussi aidé près de 10 000 femmes enceintes et nouvelles mères à bénéficier mensuellement d’un supplément nutritionnel pour lutter contre le taux de malnutrition chronique chez les enfants de moins de cinq ans, soit 70 % à Totonicapán, et contre la carence en fer chez les femmes en âge de procréer.

Grâce au programme de coopération volontaire au Guatemala mis en œuvre par Uniterra (l’Entraide universitaire mondiale du Canada et le Centre canadien d’étude et de coopération international) et Avocats sans frontières, le Canada a pu fournir une assistance technique à 17 organisations guatémaltèques locales, renforçant ainsi leur capacité à répondre aux besoins locaux et à obtenir des résultats sur le plan du développement durable.

Date de modification: