Résultats dans le monde – Nigéria

Le Nigéria est un pays de la tranche inférieure des pays à revenu intermédiaire qui se classe 152e sur 188 pays selon l’indice de développement humain de 2016 du Programme des Nations Unies pour le développement. Environ 54 % de la population nigériane, qui compte près de 200 millions de personnes, vit dans la pauvreté extrême.

Ce sont les femmes, les filles et les enfants nigérians qui portent le poids de la pauvreté. Le Nigéria compte pour 14 % de tous les décès maternels et 13 % de tous les décès chez les moins de 5 ans à l’échelle mondiale. Cela signifie qu’environ 800 000 enfants et mères meurent chaque année dans ce pays. Ainsi, un enfant sur 9 n’atteint pas l’âge de 5 ans au Nigéria.

Les grossesses précoces chez les adolescentes souffrantes de malnutrition sont l’un des nombreux facteurs contribuant au haut taux de mortalité maternelle au Nigéria. En 2015, le taux de mortalité maternelle s’élevait à 814 par 100 000 naissances vivantes. La santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles sont des secteurs négligés au Nigéria. Moins de 20 % des établissements de santé offrent des soins obstétricaux d’urgence. En 2014, seulement 35 % des accouchements se sont déroulés en présence d’accoucheuses qualifiées.

La pauvreté et l’inégalité alimentent la violence et rendre les jeunes vulnérables à la radicalisation par les mouvements terroristes, comme Boko Haram, ce qui crée de l’insécurité, entrave le développement et entraîne le déplacement de nombreuses personnes vulnérables. Cela a mené à une crise humanitaire qui perdure dans le nord-est du Nigéria. De plus, la croissance rapide de la population, la diminution des ressources naturelles et les effets des changements climatiques ont provoqué l’intensification du conflit entre les bergers et les agriculteurs, contribuant ainsi à déstabiliser davantage le pays au cours de la dernière année.

Pour s’attaquer à ces enjeux, l’aide au développement du Canada au Nigéria met l’accent sur les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables, notamment dans le nord du pays où le Canada fournit aussi une aide humanitaire importante. La programmation cherche à faire avancer la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, ainsi qu’à prévenir la violence fondée sur le genre et autres pratiques malsaines et à y répondre. Le Canada appuie également des améliorations à la prestation des soins de santé primaires au niveau communautaire, ce qui aide à réduire le fardeau des maladies, par exemple en appuyant l’éradication de la poliomyélite. Le Canada aide aussi à développer l’agriculture comme un moteur de croissance inclusive pour les jeunes sans emploi ou sous-employés. Dans tous ces secteurs, la programmation cible les femmes et vise à surmonter les principaux obstacles qui les empêchent de concrétiser pleinement leurs droits.

Principaux résultats

Depuis 2016, par le biais du projet Renforcer l’offre et la demande pour des services de santé maternelle et néonatale au Bauchi, 2 457 bénévoles en santé communautaires ont été formés, y compris 825 accoucheuses traditionnelles formées sur la santé et les droits sexuels et reproductifs et la planification familiale. De plus, 58 334 visites à domicile ont été menées pour fournir des services et des renseignements sur la santé des mères et des nouveau-nés, ainsi que sur la santé et les droits sexuels et reproductifs.

En 2017-2018, dans le cadre du Projet de leadership jeunesse, entrepreneuriat, accès et développement au Nigéria, une formation en entrepreneuriat a été offerte à plus de 10 000 jeunes. L’aide du Canada a contribué à établir près de 1 500 nouvelles entreprises dans 12 chaînes de valeur agricole.

Grâce au projet visant l’éradication de la polio par le biais du renforcement de la vaccination de routine de l’Organisation mondiale de la santé, en 2017, on a observé une diminution de 33 % des filles et des garçons non immunisés dans les secteurs ciblés. Le nombre d’enfants non immunisés a chuté de 265 727 à 178 242.

Entre 2014 et 2018, le projet Façonner les marchés locaux pour le traitement de la diarrhée a mis en œuvre un programme de grande envergure pour réduire les décès de maladies diarrhéiques chez les enfants de moins de 5 ans en intensifiant l’utilisation combinée de zinc et de soluté de réhydratation orale (SRO). Le projet a réussi à multiplier le niveau de couverture par six en utilisant une stratégie novatrice axée sur la fourniture en zinc et SRO dans les secteurs public et privé. Par conséquent, on estime que le projet a permis d’éviter 12 359 décès diarrhéiques.

Le Canada est aussi engagé à fournir de l’aide humanitaire pour soutenir les gens touchés par les conflits et la maladie au Nigéria. Par le biais de ses partenaires, en 2017, le Canada a contribué à fournir plus de 4,2 millions de vaccins, de la nourriture à plus de 1,2 million de personnes et de l’eau potable à plus de 767 000 personnes.

Date de modification: