Rapport statistique sur l’aide internationale 2017-2018

Version PDF (4,1 Mo)

Table des matières

Tableaux statistiques

Annexes

À propos de ce rapport

Conformément à la Loi sur la responsabilité en matière d’aide au développement officielle (LRADO ou la Loi), la ministre du Développement international doit publier, au nom du gouvernement du Canada, les rapports clés suivants :

Le Rapport statistique sur l’aide internationale est préparé chaque année en vue d’améliorer l’efficacité et la transparence de l’aide internationale du Canada. Le présent rapport porte sur la période allant du 1er avril 2017 au 31 mars 2018 (exercice 2017-2018). Il vient compléter le Rapport au Parlement sur l’aide au développement officielle du gouvernement du Canada 2017-2018.

Constituant l’un des deux rapports annuels exigés par la Loi, ce rapport rassemble en une seule et même source les statistiques sur les dépenses d’aide internationale, dont l’aide au développement officielle (ADO) et d’autres formes d’aide officielle de l’ensemble du Canada.

Comprendre ce rapport

Dans ce rapport, les renseignements sont présentés en fonction des dépensesNote de bas de page 1 et selon des normes internationales qui facilitent la comparaison avec l’aide au développement officielle du Canada au fil du temps et avec les rapports d’autres donateurs d’aide internationale.

Les dépenses sont comptabilisées une fois que le paiement est inscrit dans les systèmes comptables, étant entendu que les organisations qui reçoivent des fonds du Canada utiliseront ces derniers tout au long du projet.

Les remboursements de prêts consentis antérieurement aux pays en développement sont indiqués à titre d’information (voir l’annexe 1).

Certains coûts (comme les coûts de réinstallation des réfugiés) sont calculés en fonction de normes convenues à l’échelle internationale. Ces normes sont révisées périodiquement au sein de tribunes comme le Comité d’aide au développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (CAD de l’OCDE).

Transparence et responsabilisation

Le gouvernement du Canada veille à ce que l’information sur son financement de l’aide internationale soit ouverte et transparente.

Les rapports préparés conformément à la LRADO peuvent être consultés sur la page Web des Rapports sur l’aide au développement. Afin d’accroître encore l’efficacité et la transparence de l’aide internationale du Canada, Affaires mondiales Canada fournit aussi des liens vers les données statistiques sur le développement international à partir du portail des données ouvertes.

En outre, Affaires mondiales Canada fournit de l’information détaillée dans l’outil interactif Banque de projets. Cette information est aussi publiée quotidiennement conformément à la norme de l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA), dont le Canada est membre.

Finances Canada et le Centre de recherches pour le développement international publient également des données conformes à la norme de l’IITA.

Portée des statistiques sur l’aide internationale

L’aide internationale désigne toute ressource financière que les gouvernements canadiens (le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et les administrations municipales) affectent à l’aide au développement.

L’enveloppe de l’aide internationale (EAI) est un regroupement de ressources spécialisées et le principal outil de planification budgétaire du gouvernement du Canada pour appuyer les objectifs de l’aide internationale.

En 2017-2018, l’EAI a financé 84 % de l’aide internationale du Canada. L’enveloppe est utilisée pour financer la majorité des activités relatives à la LRADO du Canada et les autres activités qui ne correspondent pas à la définition de l’Aide publique au développement, comme certains efforts de paix et de sécurité.

Infographic: Scope of international assistance statistics

* Il convient de noter que certaines dépenses militaires et certaines dépenses en matière de sécurité ne sont pas financées à même l’enveloppe de l’aide internationale et ne sont donc pas prises en compte dans ce rapport.

L’aide au développement officielle (ADO) représente la plus grande partie de l’aide internationale du Canada. Le Canada reconnaît deux définitions de l’ADO :

1) Celle établie par le Comité d’aide au développement de l’Organisation de la coopération et du développement économiques (CAD de l’OCDE). Cette définition est utilisée aux fins de comparaison de l’ADO avec celle des autres donateurs.

2) Celle énoncée dans la Loi sur la responsabilité en matière d’aide au développement officielle (LRADO) du Canada. Cette définition est utilisée dans les publications du gouvernement du Canada.

1) Le CAD de l’OCDE définit l’ADO comme les flux financiers acheminés aux pays et territoires figurant sur la Liste des bénéficiaires de l’ADO et à des institutions multilatérales. Conformément à cette définition, pour les données recueillies jusqu’en 2017 inclusivement, le financement doit répondre aux critères suivants :

i. être accordé par des organismes publics, y compris des gouvernements nationaux et des administrations locales, ou par des organismes agissant pour leur compte;

ii. chaque transaction doit en outre :
a) être administrée dans le but principal de promouvoir le développement économique et le mieux-être des pays en développement;
b) être de nature concessionnelle et comporter un élément de libéralité d’au moins 25 % (avec un taux d’actualisation de 10 %).

La définition du CAD de l’OCDE a été modifiée depuis, et la nouvelle définition s’applique aux rapports du CAD de l’OCDE sur les flux de 2018.

2) Les dépenses engagées en vertu de la LRADO du Canada sont compatibles avec la définition susmentionnée, mais doivent en outre répondre aux trois critères énoncés au paragraphe 4(1) de la Loi, soit : a) contribuer à la réduction de la pauvreté, b) tenir compte des points de vue des pauvres et c) être compatible avec les normes internationales en matière de droits de la personne. L’aide internationale fournie afin d’atténuer les effets d’une catastrophe ou d’une autre situation d’urgence survenue dans un pays admissible à l’ADO est comptabilisée au titre de l’ADO aux termes de la Loi.
Comme la LRADO ne s’applique qu’aux dépenses fédérales, l’ADO exclut l’aide internationale fournie par les provinces, les territoires et les municipalités.

Aide internationale du canada, par ministère ou source

Décaissements de 2017–2018 en millions de dollars canadiens, en chiffres bruts

Ministère/sourceAide internationaleProgrammes financés par l’EAIADO : LRADO (Rapport statistique)*APD : CAD de l’OCDE**
Ministères faisant rapport en vertu de la LRADO
Affaires mondiales Canada4 404,854 368,454 144,334 144,33
Ministère des Finances Canada544,06544,06536,37536,37
Centre de recherches pour le développement international148,65148,65148,65148,65
Environnement et Changement climatique Canada20,6714,3220,6720,67
Gendarmerie royale du Canada19,3319,3319,3319,33
Ministère de la Défense nationale6,14-6,146,14
Agence du revenu du Canada2,99-2,992,99
Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC)2,93-2,932,93
Emploi et Développement social Canada (EDSC) – Programme du travail1,03-1,031,03
Innovation, Sciences et Développement économique Canada1,01-1,011,01
Parcs Canada0,73-0,730,73
Ressources naturelles Canada0,43-0,430,43
Postes Canada – Contribution à l’Union postale universelle  0,37-0,370,37
Agence spatiale canadienne0,31-0,310,31
Agence de la santé publique du Canada0,20-0,200,20
Monnaie royale canadienne0,15-0,150,15
Statistique Canada0,11-0,110,11
Office de la propriété intellectuelle du Canada0,08-0,080,08
Musée canadien de la nature0,02-0,020,02
Coûts pour les réfugiés au Canada (1re année) - (IRCC)462,19-462,19462,19
Services reçus à titre gracieux par Affaires mondiales Canada22,22-22,2222,22
Total partiel - Ministères faisant rapport en vertu de la LRADO5 638,485 094,815 370,275 370,27
Pourcentage de l’aide internationale 90 %95 %95 %
Autres ministères ou sources
Coûts pour les réfugiés au Canada (1re année) – gouvernements provinciaux193,55--193,55
Coûts imputés relatifs aux étudiants étrangers124,80--124,80
FinDev Canada100,00--100,00
Provinces, territoires et municipalités41,26--41,26
Total partiel - Autres ministères ou sources459,61--459,61
Total6 098,085 094,815 370,275 829,87
Pourcentage de l’aide internationale 84 %88 %96 %

* Tout écart entre les chiffres contenus dans la colonne « ADO : LRADO (Rapport statistique) » et ceux qui figurent dans le Rapport au Parlement sur l’aide au développement officielle du gouvernement du Canada pour 2017-2018 peut être attribué à la nature préliminaire de ce dernier. Le présent rapport statistique fournit des données plus actualisées.

** Les chiffres de la colonne « APD de l’OCDE » sont présentés en fonction de l’exercice, en dollars canadiens, afin de pouvoir comparer les rapports établis en vertu de la LRADO, avec les données sur l’ADO déclarées au CAD de l’OCDE. Dans les rapports qu’il présente au CAD de l’OCDE, le Canada déclare ses chiffres en fonction de l’année civile en dollars américains. Ils figurent dans ce tableau à titre indicatif seulement. En outre, les remboursements de prêts sont exclus du tableau afin de pouvoir établir des comparaisons entre les colonnes. La LRADO prévoit que les ministères doivent faire état de leurs décaissements bruts, tandis que le CAD de l’OCDE fait état des décaissements bruts et des décaissements nets. Les remboursements de prêts sont inscrits dans le tableau A à titre d’information.

Le Canada adopte une démarche pangouvernementale pour obtenir des résultats efficaces grâce à l’aide internationale

Affaires mondiales Canada dirige les efforts d’aide internationale du Canada pour réduire la pauvreté et les inégalités en mettant à profit les compétences et les ressources financières canadiennes, en fournissant une aide bilatérale au développement et un soutien institutionnel à des organisations multilatérales, des interventions sous forme d’aide humanitaire ainsi qu’une aide à la sécurité et à la stabilité dans les États fragiles et touchés par un conflit.

Version texte
  • AMC - Développement international : 2 840M$
  • AMC - Aide humanitaire internationale : 868M$
  • AMC - Sécurité Internationale et développement : 697M$
  • Autres ministères, provinces, territoires et municipalités : 345M$
  • Ministère des Finances Canada : 544M$
  • CRDI : 149M$
  • Coûts pour les réfugiés au Canada: IRCC et provinces : 656M$
  • Affaires mondiales Canada : 72%, 4 405M$
  • Total : 6,1G$*

La Gendarmerie royale du Canada déploie des forces policières canadiennes dans des pays fragiles et touchés par un conflit pour fournir une assistance technique et contribuer au renforcement des capacités.

Environnement et Changement climatique Canada soutient différentes organisations afin d’aider les pays en développement à améliorer les conditions environnementales et à mieux s’adapter aux changements climatiques, et contribue à différents mécanismes de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Les provinces et les territoires canadiens appuient une vaste gamme de projets de développement.

FinDev Canada contribue au développement international et à la lutte contre la pauvreté en mobilisant les investissements du secteur privé et en répondant à des besoins qui ne sont pas pris en charge par les institutions financières ou programmes d’aide internationale traditionnels.

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada ainsi que les provinces fournissent des soins de santé et de l’aide financière aux réfugiés qui entrent au Canada.

Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) investit dans le savoir, l’innovation et les solutions afin d’améliorer les conditions de vie et les moyens de subsistance dans les pays en développement.

Finances Canada gère les relations du Canada avec le Groupe de la Banque mondiale, y compris l’Association internationale de développement (AID), ainsi que les relations avec le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), en plus de contribuer aux initiatives multilatérales et bilatérales d’allègement de la dette.

*Seuls les coûts liés à la première année de séjour des réfugiés sont considérés comme de l’aide internationale, conformément aux lignes directrices actuelles du CAD de l’OCDE.

Répartition géographique de l’aide internationale du canada

Inclut l’aide bilatérale et l’aide multilatérale estimée

Aide international
PaysM$Pourcentage

Afrique 1

2 361 M$

39 %

Asie

1 289 M$

21 %

Moyen-Orient

601 M$

10 %

Amériques

708 M$

12 %

Europe de l’Est

157 M$

3 %

Océanie

28 M$

0 %

Mondial*

956 M$

16 %

Total

6,1 G$

* Mondial : Ces coûts sont de nature générale et ne peuvent être imputés à un pays ou secteur particulier. Prière de consulter le tableau D1 pour obtenir plus de détails.

1 Exprimé ici en pourcentage de l’aide internationale totale (incluant l’aide bilatérale et multilatérale). Conformément à la politique d’aide internationale féministe, le Canada veillera à ce que 50 % de l’aide bilatérale au développement international soit versée aux pays d’Afrique subsaharienne d’ici 2021-2022. Voir à la page 11 de plus amples renseignements sur les progrès du Canada relativement à l’atteinte de cet objectif.

Version texte

Les 20 principaux bénéficiaires

RangPaysBilatéralMultilatéralTotal
20Inde6,956,76457,856,04865 M$
19Pakistan23,578,15648,140,71772 M$
18Yémen49,627,74723,064,22473 M$
17Kenya38,822,59243,846,18783 M$
16Mozambique61,199,18624,554,66286 M$
15Sénégal74,721,34113,106,56188 M$
14Liban82,063,4396,893,91189 M$
13Soudan du Sud89,751,38110,634,947100 M$
12Ghana77,777,44827,530,114105 M$
11Iraq103,798,9371,753,084106 M$
10République démocratique du Congo62,417,76548,469,962111 M$
9Haïti106,796,17414,937,034122 M$
8Syrie122,558,7571,951,922125 M$
7Bangladesh67,469,25062,895,897130 M$
6Nigéria70,846,17360,670,447132 M$
5Jordanie127,258,9715,745,957133 M$
4Mali113,715,61222,210,981136 M$
3Tanzanie90,878,04950,336,974141 M$
2Éthiopie127,007,87469,133,221196 M$
1Afghanistan237,973,78515,351,560253 M$

Afghanistan

Classement selon l’IDHNote de bas de page 2 : 168/189

La pauvreté généralisée et la détérioration des infrastructures découlant du conflit qui perdure ont laissé de nombreux Afghans sans accès aux services de base. En 2017-2018, l’Afghanistan a été le principal bénéficiaire de l’aide internationale fournie par le Canada. Par l’entremise de la Politique d’aide internationale féministe du Canada, le Canada apporte une aide qui contribue à créer un environnement plus pacifique où tous les Afghans sont en sécurité, car il renforce les Forces de défense et de sécurité nationale afghanes et appuie les priorités de l’Afghanistan en matière de santé, d’éducation et de droits de la personne. La promotion de mesures de lutte contre la corruption plus efficaces et l’amélioration de la primauté du droit partout en Afghanistan sont d’autres priorités. Les initiatives canadiennes de développement en Afghanistan sont arrimées aux priorités du gouvernement afghan et encadrées par une approche axée sur « les droits des femmes et des filles d’abord ». 

Éthiopie

Classement selon l’IDHNote de bas de page 2 : 173/189

Les programmes d’aide au développement du Canada en Éthiopie sont axés sur l’amélioration de la production et de la productivité agricoles, de la sécurité alimentaire et de la nutrition pour les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables; la promotion de la croissance économique, particulièrement pour les femmes et les jeunes entrepreneurs; l’éradication des mariages d’enfants, précoces et forcés; la lutte contre la violence sexuelle et sexiste envers les femmes, ainsi que la promotion de la santé sexuelle et reproductive des femmes et des adolescentes et des droits s’y rapportant; la promotion de la responsabilité en matière de gouvernance et de pluralisme. L’aide canadienne améliore l’accès aux aliments pendant toute l’année en plus d’aider les agriculteurs et les agricultrices à améliorer leur productivité agricole, à renforcer leur résilience aux changements climatiques grâce à l’adoption de meilleures pratiques en matière de conservation des sols et de l’eau, et à améliorer leur accès aux marchés. Cette aide est particulièrement importante pour réduire la vulnérabilité à la faim et à la malnutrition attribuable aux sécheresses fréquentes.

Haïti

Classement selon l’IDHNote de bas de page 2 : 168/189

Haïti est continuellement aux prises avec de graves problèmes en matière de gouvernance, de sécurité et de développement social et économique, et est très vulnérable aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles. L’aide internationale que le Canada accorde à Haïti revêt de multiples facettes et est complémentaire. Par exemple, en 2017-2018, l’aide du Canada était destinée entre autres à la consolidation de la prestation de services publics en santé et en éducation, particulièrement pour les femmes et les filles, et au renforcement de l’accès des ménages agricoles au crédit et à des assurances. En outre, le Canada a contribué à la réduction de la transmission des maladies d’origine hydrique, dont le choléra. Les initiatives de développement canadiennes ont aussi contribué à l’amélioration de la gestion des finances publiques et de la primauté du droit, car elles prévoyaient une collaboration directe avec le gouvernement d’Haïti sur la perception de l’impôt ainsi que la formation des inspecteurs et des officiers de la Police Nationale d’Haïti (PNH), ce qui a amélioré le professionnalisme de ceux-ci.

Tanzanie

Classement selon l’IDHNote de bas de page 2 : 154/189

Bien que ce pays enregistre une croissance soutenue du produit intérieur brut (PIB) et soit l’un des pays les plus pacifiques et sables de l’Afrique, plus de la moitié de la population de la Tanzanie vit dans une situation de pauvreté multidimensionnelle. En 2017-2018, l’aide que le Canada a accordée à ce pays était axée sur la dignité humaine, plus précisément sur la santé et l’éducation, et sur une croissance au service de tous.

* L’aide humanitaire du Canada est fournie par l’entremise d’organisations humanitaires d’expérience, et non par l’entremise de gouvernements.

Intervenir rapidement et efficacement en cas de crises humanitaires internationales – Principaux partenaires de l’aide bilatérale humanitaire et leurs initiatives

Version texte

les 15 principaux bénéficiaires de l'aide humanitaire Bilatérale du Canada

RangPaysM$
15Tchad 17
14Niger 21
13Ouganda 22
12Cisjordanie et Gaza 23
11Nigéria 27
10Soudan du Sud 30
9République démocratique du Congo 32
8Somalie 33
7Bangladesh 35
6Éthiopie 39
5Jordanie 40
4Yémen 49
3Liban 64
2Iraq 72
1Syrie 105

* L’aide humanitaire du Canada est fournie par l’entremise d’organisations humanitaires d’expérience, et non par l’entremise de gouvernements.

Nota : L’aide humanitaire bilatérale fait référence à l’aide accordée à des pays précis ou pour des situations d’urgence.

Syrie

Le conflit qui fait rage en Syrie a provoqué le déplacement de 6,3 millions de personnes à l’intérieur des frontières du pays et a mis plus de 13 millions de personnes en besoin d’aide humanitaire. Les programmes canadiens en Syrie sont axés sur l’aide humanitaire d’urgence permettant de sauver des vies en fournissant de l’aide alimentaire, de l’eau potable, des services de santé et un soutien aux efforts de protection des civils. Ces programmes contribuent également à lutter contre la violence sexuelle et sexiste, et à répondre aux besoins des femmes et des filles en matière de santé sexuelle et reproductive.

Iraq/Liban/Jordanie

Le soutien du Canada a permis de venir en aide à des milliers de réfugiés syriens, de demandeurs d’asile et de personnes déplacées, en leur fournissant de l’aide financière et alimentaire, des abris ainsi que des services de protection, de santé et d’éducation en Jordanie, en Iraq et au Liban, de même qu’en Égypte, en Turquie et en Syrie. L’action humanitaire canadienne intégrant les questions relatives à l’égalité des sexes vise à appuyer la mise en place d’espaces sûrs pour les femmes et les filles, de services psychologiques et de santé sexuelle et reproductive, de mesures de sensibilisation à la protection, ainsi que de moyens de subsistance.

Yémen

L’aggravation de l’insécurité et de la violence a fait de nombreuses victimes au Yémen, qui selon l’ONU, fait actuellement face à la plus grande crise humanitaire au monde. Plus de 75 % de la population a besoin d’aide humanitaire pour faire face à ses besoins de base ou pour protéger ses droits fondamentaux. Le Canada a fourni une aide humanitaire vitale, notamment des aliments, des soins de santé, des abris, de l’eau potable, des services d’assainissement et des mesures de protection. Il a également répondu aux besoins spécifiques des femmes et des enfants touchés par la crise. 

Répondre aux crises régionales

Afin de pouvoir intervenir en cas de crises régionales et de situations humanitaires prolongées, le Canada fournit également du financement par l’entremise d’un système international d’intervention humanitaire, constitué notamment du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, d’organisations non gouvernementales chevronnées et d’organismes des Nations Unies, dont le Bureau de la coordination des affaires humanitaires, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, l’UNICEF et le Programme alimentaire mondial.

Des partenariats canadiens qui changent les choses

Principaux bénéficiaires du financement de 2017–2018, par type d’institution, en millions de dollars canadiens

Organisations canadiennes

Nutrition International* – 57 M$
Veille à ce que les populations vulnérables de plus de 60 pays dans le monde reçoivent les vitamines et les minéraux dont elles ont besoin pour vivre en santé.

CARE Canada – 49 M$
Améliore les soins de santé de base, l’éducation et les possibilités économiques, et fournit une aide vitale durant les situations d’urgence, qui vise particulièrement les femmes et les filles.

Plan international Canada – 34 M$
Contribue à promouvoir les droits des enfants et l’égalité pour les filles.
*Auparavant l’Initiative pour les micronutriments.

Organisations multilatérales

Association internationale de développement – 442 M$
Contribue à réduire la pauvreté en accordant des subventions et des prêts à des programmes qui visent à stimuler la croissance économique, à réduire les inégalités et à améliorer les conditions de vie des gens.

Programme alimentaire mondial – 310 M$
La plus importante organisation humanitaire au monde s’efforçant de lutter contre la faim et de promouvoir la sécurité alimentaire.

Société financière internationale – 268 M$
Stimule la croissance en fournissant des ressources financières et des conseils au secteur privé dans les pays en développement.

Partenaires internationaux et mondiaux

Comité international de la Croix-Rouge – 44 M$
Fournit de l’aide et protège la vie et la dignité des personnes touchées par des conflits armés et d’autres situations de violence.

Action contre la faim – 29 M$
Lutte contre la faim et la malnutrition, particulièrement pendant les situations d’urgence et de conflit.

Mercy Corps – 27 M$
Travaille dans plus de 40 pays aux prises avec des difficultés engendrées par des catastrophes naturelles, l’effondrement de l’économie et des conflits.

Gouvernements partenaires

Gouvernement du Sénégal – 36 M$
Le Canada prend des mesures pour favoriser une gouvernance et une croissance économique inclusives, ainsi que la dignité humaine pour tous les Sénégalais.

Gouvernement du Ghana – 27 M$
Le Canada appuie la modernisation agricole, à titre de moteur d’une croissance économique inclusive et en vue d’améliorer la sécurité alimentaire.

Gouvernement de la Jordanie – 20 M$
Le Canada accorde à la Jordanie une aide axée sur le renforcement de la résilience et des capacités du gouvernement dans le secteur de l’éducation.

Politique d’aide internationale féministe du Canada

La Politique d’aide internationale féministe du Canada, lancée en juin 2017, vise à éradiquer la pauvreté et à bâtir un monde plus pacifique, plus inclusif et plus prospère. Des preuves convaincantes ont amené le Canada à reconnaître que la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles représentent les moyens les plus efficaces pour réduire la pauvreté. Les femmes et les filles constituent de puissants agents de changement susceptibles de transformer non seulement leur noyau familial, mais aussi leur communauté et l’économie de leur pays. En 2017-2018, 90 % des programmes bilatéraux d’aide internationale d’AMC ciblaient ou intégraient l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles. Le Canada est sur la bonne voie pour atteindre son objectif de 95 % d’ici 2021-2022.

L’aide internationale du Canada contribue directement aux progrès réalisés au titre de l’Objectif de développement durable 5 « Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles », qu’il est essentiel d’atteindre pour réaliser tous les Objectifs de développement durable et assurer que personne n’est laissé de côté. La politique adopte une approche intégrée englobant le développement, l’aide humanitaire, la paix et l’aide à la sécurité, qui est axée sur six champs d’action.

Affaire Mondiale Canada

Pour en savoir plus, prière de consulter la Politique d’aide internationale féministe du Canada et la stratégie du Canada relative à l’égalité des sexes et au renforcement du pouvoir des femmes et des filles.

Principaux engagements financiers du Canada

Santé et droits sexuels et reproductifs

Version texte

Santé et droits sexuels et reproductifs - 195 millions de dollars déboursés en 2017-2018, représentant 30% de l'engagement de $650M de 2017-2020.

En 2017, dans le cadre de son objectif consistant à accroître l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles, le Canada a prévu 650 millions de dollars sur une période de 3 ans pour soutenir la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles (SDSR). Cela inclut l’ensemble des services liés à ce domaine, y compris les services de santé reproductive, l’avortement sûr et légal et les soins post-avortement, la planification familiale, l’éducation sexuelle complète et la prévention de toutes les formes de violence sexuelle et sexiste. Au cours de la première année de l’engagement, le Canada a consacré 195 millions de dollars aux initiatives de SDSR, soit 30 % de l’objectif total.

Santé et droits sexuels et reproductifs (SDSR) - Projets approuvés

Santé des mères, des nouveau-nés et des enfants

Version texte

Aide SMNE de 2015-2016 à 2017-2018: 61% de l'engagement total de 3,5 G$ pour 2015-2020

Le Canada apporte depuis longtemps son soutien à des initiatives axées sur l’amélioration de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE), comme en témoigne sa volonté d’intensifier ses efforts dans ce sens entre 2015 et 2020 en s’engageant à consacrer 3,5 milliards de dollars à ces initiatives. Ce soutien vise avant tout à renforcer les systèmes de santé, à réduire le fardeau des maladies, et à améliorer la nutrition ainsi que la collecte et l’utilisation de données. Plus de 60 %, soit 2,12 milliards de dollars, ont été dépensés au cours des trois premiers exercices de la période visée dans des initiatives visant à réduire la mortalité et la morbidité des mères, nouveau-nés et des enfants, et améliorer l’accès et la qualité des soins de santé et de nutrition.

Aide bilatérale au développement d’Affaires mondiales Canada destinée à l’Afrique subsaharienne

Affaires mondiales Canada s’est engagé à consacrer pas moins de 50 % de son aide internationale bilatérale à l’Afrique subsaharienne d’ici 2021-2022. Le Canada est sur la bonne voie pour atteindre cet objectif, puisqu’il a versé plus de 48 % de son aide bilatérale à la région.

Environnement et lutte contre les changements climatiques

Version texte

Financement canadien en matière de changements climatiques 2015-2021

  • 2015–2016 : 168M$
  • 2016–2017 : 265M$
  • 2017–2018 : 368M$
  • 2015–2021 Total : 2,65G$

Le Canada s’est engagé à consacrer 2,65 milliards de dollars entre 2015 et 2021 à des projets et initiatives dans les pays en développement en ce qui concerne les changements climatiques. Entre 2015 et 2018, le Canada a accordé plus de 800 millions de dollars à des projets qui réduiront les gaz à effet de serre et amélioreront la résilience aux effets des changements climatiques surtout chez les populations les plus pauvres et les plus vulnérables. À ce jour, le soutien du Canada a aidé à financer une grande variété de projets portant, entre autres, sur le renforcement de la gestion des risques climatiques en Afrique, le développement de l’agriculture intelligente face au climat en Amérique Centrale, ou l’énergie renouvelable et l’efficacité énergétique dans les Caraïbes. Cette action sur les changements climatiques soutient l’objectif de développement durable 13 de l’agenda 2030 (Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions).

La stratégie du Canada pour la protection de l’environnement à l’échelle mondiale.

La stratégie du Canada au Moyen-Orient

Version texte

Dépenses du Canada au Moyen-Orient pour la sécurité, l'aide humanitaire et l'aide au développement

  • Décaissements 2016-2017, 432 M$
  • Décaissements 2017-2018, 428 M$
  • Décaissements prévus pour 2018-2019, 440M$
  • Total prévu: 1,3 G$

En février 2016, le Canada a annoncé sa stratégie renouvelée et élargie au Moyen-Orient pour répondre aux crises en Iraq et en Syrie ainsi qu’à leurs répercussions sur la Jordanie et le Liban. Dans le cadre de sa stratégie au Moyen-Orient, le Canada a alloué 2,1 milliards de dollars en trois ans à l’assistance humanitaire, au développement et à la sécurité, de même qu’à la mission militaire Opération IMPACT*. Une partie importante de cette somme, soit 1,3 milliard de dollars, est sous la responsabilité d’Affaires mondiales Canada et vise principalement la sécurité et la stabilisation des populations touchées, l’aide humanitaire et l’aide au développement. Depuis le début de cette initiative, le Canada a dépensé plus de 860 millions de dollars à la poursuite de ces trois objectifs de manière à procurer de l’assistance alimentaire, de la protection et des services d’éducation aux personnes touchées par la crise, et ce, tant en Syrie que dans les pays voisins.

La stratégie du Canada au Moyen-Orient

* Il convient de noter que certaines dépenses militaires et certaines dépenses en matière de sécurité ne sont pas financées à même l’enveloppe de l’aide internationale et ne sont donc pas prises en compte dans ce rapport.

Tableaux statistiques

Section A : Aide internationale du Canada

Section B : Aide internationale du Canada selon le secteur

Section B :Aide internationale du Canada selon le bénéficiaire

Section C : Aide internationale du Canada selon l’organisation bénéficiaire

Section D : Aide internationale du Canada selon le bénéficiaire

Annexes

Date de modification: