Sélection de la langue

Recherche

Aperçu culturelles de la France

Les aperçus culturels suivants visent à fournir un aperçu des normes sociales et culturelles générales et du milieu de travail auquel un Canadien devra probablement s'adapter dans un pays en particulier. Le contenu ne reflète aucunement la politique officielle et les opinions du gouvernement du Canada, d'Affaires mondiales Canada ou du Centre d'apprentissage interculturel.

Sur cette page

Des réponses à vos questions d’ordre interculturelles d’un point de vue local et un d’un point de vue canadien.:

Conversations

Point de vue local

Si vous rencontrez une personne pour la première fois, un bon moyen d’ouvrir la conversation est de parler des particularités qui font la renommée de la France à l’étranger. Je vous invite à manifester de l’intérêt pour tout ce qui a trait à l’art de la table. Posez des questions sur les vins français, les différentes particularités selon la région géographique, les plats traditionnels, les pâtisseries fines...

N’hésitez pas non plus à poser des questions quant aux différents monuments historiques, musées, expositions à voir où encore les quartiers à visiter. Votre interlocuteur sera certainement heureux de vous donner quelques bons conseils. En effet, les Français sont fiers de leur héritage culturel.

La France jouit également de nombreuses avancées sociales, comme, par exemple, un système de sécurité sociale performant, un salaire minimum, une retraite garantie, sept semaines de vacances annuelles et une semaine de travail de 35h. Ce sont de bons sujets pour lancer la conversation. Vous pouvez également faire le parallèle avec le système canadien. Il est toutefois préférable de ne pas exprimer de point de vue sur les répercussions économiques de ces garanties. Limitez la conversation aux effets positifs sur la vie de tous les jours : les loisirs, le temps consacré aux vacances en famille... Sur ce dernier point, vous pouvez également parler des différents types de vacances offerts par la diversité du paysage et des régions en France (mer, montagne, campagne...). Vous parlerez peut-être aussi des infrastructures de transport qui facilitent les voyages. La France dispose d’un réseau de trains à grande vitesse (TGV) qui peuvent atteindre 515 kilomètres à l’heure.

Ce goût pour les vacances est une bonne occasion de parler du Canada. Beaucoup de Français passent une partie de leurs vacances à l’étranger, outre les amitiés franco-canadiennes, les Français apprécient particulièrement le Canada pour son peuple et la beauté de ses paysages. Vous intéresserez sûrement votre interlocuteur sur ce sujet.

De manière générale, un bon moyen de briser la glace est donc de s’intéresser à votre interlocuteur, son pays, sa famille et sa façon de vivre. Il fera certainement de même pour vous et vous serez amenés à discuter pendant des heures.

Il y a cependant des sujets qui pourraient s’avérer délicats. Nous parlions des avancées sociales. La plupart de ces avantages sont le fruit de négociations entre les syndicats et le gouvernement. La plupart du temps, les syndicats font valoir leurs droits en ayant recours à la grève. Ces grèves paralysent fréquemment le pays. Les Français sont donc divisés sur le sujet entre l’utilité des syndicats et les répercussions au quotidien de leurs actions. Je vous conseille donc d’être très prudent dans ce domaine, chaque Français a un avis différent sur la question.

Je vous déconseille aussi vivement d’aborder les sujets politiques.

L’humour est un bon moyen de détendre l’atmosphère. Vous pouvez donc plaisanter comme à votre habitude. Même si vous risquez de ne pas être compris, cela suscitera les rires de votre auditoire. Il faut vous attendre par contre à des surenchères. Les Français jouant fréquemment de l’ironie, soyez préparé à ce que les gens plaisantent sur vous. Ne vous formalisez pas, au contraire entrez dans le jeu et ripostez!!!

Point de vue canadien

La famille et le pays d’origine sont toujours de bons sujets à aborder pour entamer une conversation. La culture française est solidement centrée sur la cuisine et les relations sociales. Les Français aimeront donc discuter de cela ainsi que des régions que vous avez visitées. Ils sont fiers de leur pays et aiment discuter des diverses attractions culturelles et naturelles de leur pays.

La France et l’Angleterre partagent une très longue histoire, aussi pourriez-vous entendre des commentaires vigoureux concernant les Anglais, surtout durant la saison de football. Les Français sont des mordus de ce sport et, si vous êtes en France à une période où se déroule la Coupe du monde de football (soccer), ne soyez pas surpris par leurs vives démonstrations de patriotisme.

Les Canadiens sont en général très bien acceptés et les Français sont fascinés et très intéressés par la beauté naturelle du Canada. On note aussi un sens vigoureux de « rapports privilégiés » à l’égard du Canada en raison de l’histoire en partie française du pays. Attendez-vous à rencontrer des personnes très informées et très au courant de l’histoire politique actuelle et passée du Canada. Des discussions et des questions concernant les relations du Québec avec le reste du pays seront très certainement soulevées et vous aurez peut-être avantage à bien connaître le sujet.

Styles de communication

Point de vue local

Les Français sont généralement courtois. Ils sont attachés au vouvoiement, surtout envers les personnes plus âgées.

Là où le tutoiement est courant au Canada francophone, celui-ci sera particulièrement mal vu aux premières rencontres. Le tutoiement ne s’utilise qu’en famille ou entre amis ou avec des collègues de travail de longue date et de même niveau. Au niveau du contact visuel, il est important de regarder son interlocuteur. Éviter son regard, pourrait être interprété comme un manque d’attention. Pire encore, vous pourriez avoir l’air de manquer d’assurance ou de franchise. Dû aux influences latines des Français, le franc parlé est apprécié. La gestuelle ne revêt pas de différences particulières.

La distance et le contact entre les hommes et les femmes sont sensiblement les mêmes qu’au Canada. Les personnes de sexe opposé s’embrassent généralement sur les deux joues quand elles se rencontrent. Les hommes se saluent par une poignée de main. Vous pouvez embrasser une amie ou une collègue de longue date mais, si votre supérieur est une femme, la poignée de main est alors de rigueur.

Les Français sont méfiants au premier abord. Un étranger cherchant son chemin ne se verra certainement pas proposer une aide spontanée comme cela pourrait être le cas au Canada.

Point de vue canadien

Les Français sont un peuple très physique et il est important de comprendre leurs règles de bienséance. Lorsqu’on rencontre un ami ou une personne dans un contexte social, les Français donnent « la bise » sur chaque joue. Les femmes accueillent les hommes et leurs consoeurs de la même façon, alors que les hommes n’embrassent en général que les femmes, à moins que leurs interlocuteurs masculins ne soient des amis proches ou des parents. Si vous rencontrez un groupe d’amis ou de connaissances à un événement social, il est important de saluer chaque personne en lui faisant la bise; cela sera vu comme une impolitesse si vous ne le faites pas. Toutefois, en milieu de travail, vous n’embrassez pas vos collègues et vos supérieurs, sauf si le milieu est très informel.

Les Français ont tendance à se tenir et à converser à une distance personnelle de leurs interlocuteurs plus petite qu’au Canada, et ils font souvent des gestes lorsqu’ils s’expriment. Au premier contact, les Français sont cordiaux, mais les relations se développent très lentement. Vous devez souvent faire des efforts considérables pour être accepté ou invité à des événements sociaux. Il faut beaucoup plus de temps pour gagner la confiance des Français qui hésitent souvent à nouer des rapports avec des gens d’autres cultures. Cela dépend naturellement de l’endroit où vous résidez et des personnes que vous rencontrez; en général, les Français qui ont vécu ou voyagé à l’étranger sont beaucoup plus accueillants et feront un effort pour vous faire sentir que vous êtes le bienvenu.

Le contact visuel est généralement jugé important, comme au Canada. Selon les régions, les gestes et les expressions peuvent varier, mais il n’existe pas une grande différence par rapport au Canada.

Démonstration des émotions

Point de vue local

Les démonstrations d’affection en public sont fréquentes surtout chez les jeunes. Vous verrez certainement des « tourtereaux » (de jeunes couples) allongés dans les nombreux parcs ou en train de s’embrasser au cinéma.

On &eacutevite d’exprimer sa colère ou de hausser la voix en public, ce qui serait considé comme un manque d’éducation et de contrôle de soi.

Point de vue canadien

En général, vous ne verrez pas les gens exprimer leur colère en public, et en tant qu’étranger, il serait préférable que vous adoptiez, si possible, une attitude discrète à ce sujet. Les gens manifestent souvent assez vigoureusement leurs émotions et vous ne devrez pas vous laisser démonter par ce genre de débordements en public.

Code vestimentaire, ponctualité et formalité

Point de vue local

La façon de s’habiller dépend du milieu de travail. Dans la plupart des emplois de bureau, le costume, la chemise et la cravate sont de mise pour les hommes. Les dames portent généralement un tailleur avec une jupe ou un pantalon habillé. Cette caractéristique tend à s’estomper avec l’apparition des « start-up » où l’on s’habille de façon plus décontractée. Il n’est plus rare de voir un cadre sans cravate, même s’il est en contact avec la clientèle. Une tenue vestimentaire « décontractée » le vendredi se généralise.

Le tutoiement est habituel entre collègues de même niveau hiérarchique. Cependant, si vous êtes nouveau dans l’entreprise attendez que la personne vous invite à la tutoyer. Les premiers temps, adressez-vous à votre supérieur en utilisant « Monsieur » suivi de son nom de famille. Vous pourrez par la suite l’appeler par son prénom mais en gardant le vouvoiement, à moins qu’il vous invite au contraire. Si votre supérieur hiérarchique est en présence de son chef ou d’une personne importante, utilisez le type d’adresse formel.

Les Français accordent beaucoup d’importance à leur image dans leur milieu de travail. Ils arrivent donc généralement entre 8 h et 9 h et finissent leur journée entre 18h et 19h. Le temps passé sur le lieu de travail est un moyen de se valoriser auprès de son supérieur. Contrairement à mon expérience de travail au Canada ou la productivité est importante pendant les huit heures de travail quotidien, les Français aiment discuter durant les pauses café et prendre de une heure à une heure et demie pour le déjeuner. Au Canada, la devise est d’accomplir la tâche dans un temps minimum. En France, pour le même résultat, le chef appréciera que son employé travaille tard le soir, cela symbolisera son engagement envers le travail.

Par contre, les employés ont plus souvent recours aux arrêts de travail pour maladie. Les différents acquis sociaux en matière de congés et de semaine de travail de 35h ainsi que les arrêts de travail tendent à faire baisser la productivité des entreprises.

Point de vue canadien

Les Français utilisent la deuxième personne du pluriel, « vous », comme marque de respect, pour s’adresser aux personnes qu’ils ne connaissent pas, aux aînés, aux collègues, aux superviseurs et à tout fonctionnaire ou haut placé. Il est essentiel de suivre cette règle et je vous conseillerais de vouvoyer vos interlocuteurs français en toute circonstance, jusqu’à ce qu’ils vous proposent de les tutoyer (emploi du « tu » informel réservé aux amis, parents, enfants, etc.) ou s’ils se mettent à vous tutoyer eux-mêmes. Les Français jugent très impoli, en effet, de tutoyer une personne que l’on ne connaît pas ou qui ne vous a pas permis de le faire.

Les Français tendent à accorder beaucoup d’attention à leur tenue vestimentaire et il est donc important de prendre soin de votre toilette et de vous habiller de façon conservatrice, jusqu’à ce que vous vous fassiez une bonne idée de ce qui est acceptable. Par rapport aux normes canadiennes, les gens sont généralement plus « habillés » que vous ne le seriez au Canada. Ne soyez pas surpris de voir une femme porter ce que les Canadiens pourraient considérer comme une robe de soirée et du maquillage à une réunion tenue à huit heures du matin. Une tenue vestimentaire trop décontractée n’est généralement pas bien acceptée, quoiqu’on observe un léger changement depuis quelques années. Il vaut donc mieux porter au début des vêtements conservateurs et assez élégants.

Par rapport au Canada, le concept de temps en France est très différent. Préparez-vous à adopter des délais et horaires souples, parce que les choses commencent souvent en retard et prennent beaucoup plus de temps que prévu. Cela s’explique en partie par l’apparente nécessité de bavarder de choses et d’autres, avant de s’attaquer au vif du sujet. De plus, la plupart des entreprises, et les bureaux gouvernementaux plus particulièrement, ferment au cours de la journée pour de longues périodes, de durée variable selon le cas. N’oubliez pas, alors, de prévoir assez de temps à l’avance, peut-être même plusieurs jours, si vous devez traiter avec des organismes du gouvernement. Lorsque vous êtes invité chez des gens, n’arrivez pas à l’heure indiquée, mais une demi-heure plus tard, ce qui est acceptable, parce que vos hôtes pourraient ne pas être prêts.

Pour ce qui est des délais, il est préférable de les respecter; toutefois, vous constaterez une certaine souplesse, selon les circonstances et les personnes concernées.

Méthodes de gestion

Point de vue local

Une des qualités les plus recherchées chez un supérieur hiérarchique est tout d’abord la compétence. Pour la plupart des employés français, leur supérieur hiérarchique doit être capable de comprendre le travail qu’ils effectuent. L’entreprise est très hiérarchisée. Ce sont souvent les diplômes qui prévalent. A même niveau d’études, certaines écoles sont plus reconnues que d’autres et donnent accès à des postes à plus grande responsabilité pour lesquels il faudrait autrement des années d’ancienneté. Le niveau d’études est donc un critère essentiel. Mais le jeune directeur devra prouver que, outre son diplôme, il a les compétences nécessaires à sa mission.

Le cadre est généralement respecté et apprécié pour ses capacités de mener une équipe, sa disponibilité et la sympathie qu’il peut inspirer. Les styles de gestion sont différents selon le secteur d’activité. De plus en plus, on recherche des gestionnaires qui sont à même de motiver leurs troupes en créant un climat propice au travail et à l’initiative personnelle. Ils doivent également exercer un contrôle du travail accompli tout en privilégiant la délégation.

Ceci est également vrai pour les directeurs étrangers. Ils perçoivent un salaire généralement plus élevé, ce qui les oblige à être encore meilleurs. Ils ne devraient pas avoir de problèmes particuliers avec leur personnel.

Pour connaître la façon dont le personnel vous perçoit, soyez attentif aux rumeurs. La pause café est aussi un bon moyen de discuter. Prenez tout de même de la distance face aux critiques. Un bon directeur doit aussi savoir faire preuve d’autorité et n’accorder de l’importance qu’aux critiques objectives visant à améliorer le travail. Toute forme d’attaque personnelle devra être sanctionnée sans appel.

Point de vue canadien

À mon avis, si le niveau d’instruction est très recherché, je dirais qu’on accorde aussi beaucoup d’importance aux années d’expérience. Les qualités souhaitables chez un supérieur ou un gestionnaire seraient d’être accessible et organisé, de travailler fort et de posséder aussi de solides capacités de leader et de gestion. Les milieux de travail français peuvent être plus formels qu’en Amérique du Nord et vous pourriez trouver difficile de savoir ce que vos subordonnés pensent de vous. Par comparaison avec les Nord-Américains, les Français peuvent vous sembler inexpressifs. Cela ne signifie pas qu’ils ne vous respectent pas ou qu’ils n’aiment pas travailler avec vous. Ils sont parfois hésitants et distants à l’égard des étrangers, mais cette attitude disparaît habituellement dès qu’ils vous connaissent mieux et comprennent votre façon de travailler.

Hiérarchie et prise de décision

Point de vue local

La prise de décision en termes de stratégie se fait au niveau du comité de direction (où sont représentés tous les départements de l’entreprise). Pour ce qui est du travail quotidien, les directeurs apprécieront vos initiatives personnelles. Il est toutefois important de les faire valider. Les directeurs considèrent aussi que vous pouvez apporter des idées valables, étant donné que vous êtes la personne la mieux placée pour comprendre les difficultés et les enjeux de votre travail. Cependant, si vos idées concernent d’autres collègues, il est alors préférable d’en parler en privé avec votre supérieur. Celui-ci décidera alors de l’application ou pas. Il prendra à sa charge les bénéfices ou le poids de cette décision. Ceci évitera de vous mettre à dos vos collègues.

Vous pouvez consulter de façon ponctuelle votre supérieur, mais assurez-vous auparavant de la pertinence de votre action. Il serait regrettable de perdre votre crédibilité.

Point de vue canadien

La prise de décision dépend du style de gestion et du caractère hiérarchique de l’entreprise ou de l’organisme. La prise de décisions par consensus n’est pas très courante et la gestion est en général de type descendant – quoique cela dépende encore des milieux de travail. Les employés sont très souvent sollicités pour donner leurs impressions, idées et suggestions, mais ils peuvent réagir négativement, si on les pousse de façon agressive à le faire. Il n’est pas mal vu de consulter son supérieur immédiat pour une rétroaction ou des réponses à des questions. L’attitude et le respect envers les supérieurs sont très importants.

La religion, la classe, l'ethnicité et le sexe

Point de vue local

Égalité des sexes

Au niveau de la loi, il n’y a pas de différence entre les sexes. Ils jouissent des mêmes libertés. Les femmes peuvent exercer les même métiers que les hommes. Cependant celles-ci ont toujours à charge l’éducation quotidienne des enfants et les tâches ménagères, bien que les hommes participent de plus en plus. L’ensemble de ces tâches les empêche de consacrer autant de temps à leur travail que les hommes. Leur évolution de carrière est donc plus longue. Il y a moins de femmes que d’hommes aux postes de responsabilité. Mais celles qui y parviennent sont d’autant plus estimées.

Religion

Plus de 80 % des Français se déclarent catholiques. Cependant, 14 % d’entre eux seulement vont régulièrement à l’église. Beaucoup pensent que la religion est du domaine privé et préfèrent la pratiquer en dehors de l’institution religieuse. Les musulmans forment le deuxième groupe religieux le plus important. La plupart des musulmans sont d’origine nord-africaine. Il existe aussi des minorités protestantes et juives. Le régime français est toutefois laïque. Il est interdit de faire de la discrimination, en particulier dans le monde du travail.

Classe

Lors de la révolution française de 1789, le roi et une partie de la noblesse furent guillotinés. Les nouveaux maîtres de la France furent donc les bourgeois, ces riches ayant construit leur fortune sur le commerce. Aujourd’hui ces deux classes, la noblesse et la bourgeoisie se partagent l’héritage de cette époque. L’après-guerre a vu l’émergence de la classe moyenne et des nouveaux riches. La classe moyenne constitue la majeure partie de la population française. L’éducation obligatoire a permis de niveler les différences. Elle est assez aisée (maison, voiture, voyages à l’étranger...) Il est cependant vrai que la fortune personnelle et les relations entre membres de la même classe facilitent l’accès aux postes de pouvoir.

Origine ethnique

Les ancêtres des Français étaient les Gaulois qui s’installèrent vers l’an 1000 avant notre ère. Le besoin en main d’oeuvre pendant « les trente glorieuses » (ère de plein emploi de 1950 à 1980) et l’extrême pauvreté dans les anciennes colonies basées essentiellement en Afrique ont engendré des vagues d’immigration des pays du Maghreb et des pays d’Afrique noire francophone. Aujourd’hui, les enfants de ces immigrés obtiennent la citoyenneté française automatiquement s’ils sont nés sur le territoire français. Cette diversité d’origine est considérée généralement comme une richesse. Cependant ces émigrés sont le plus souvent des ouvriers. Leur descendance a beaucoup de difficulté à obtenir des métiers plus valorisants malgré les lois qui les protègent et l’accès à l’éducation. Le développement de l’Europe a rendu candidats à l’immigration beaucoup de polonais, de yougoslaves et de roumains ces dernières années. Mais avec l’ouverture des frontières, il y a beaucoup de clandestins.

Point de vue canadien

Égalité des sexes

Le traitement des femmes est très semblable à ce qui se fait dans la culture canadienne, mais j’ai noté qu’il y avait des différences entre les hommes et les femmes en ce qui a trait aux amis du sexe opposé. De plus, c’est en général en couple qu’on interagit dans des groupes mixtes. En milieu de travail, on retrouve les mêmes caractéristiques machistes qu’au Canada. Il est cependant accepté et normal que des femmes occupent des postes de pouvoir et d’autorité, bien qu’elles ne soient pas aussi nombreuses que les hommes dans ces postes. En tant que femme étrangère, vous pourriez faire l’objet d’une plus grande attention et vous voir confrontée aux stéréotypes de la femme nord-américaine, comme on la voit à la télévision et dans les films.

Religion

Bien que la religion soit présente partout dans le pays, elle ne semble en général pas influer sur les interactions quotidiennes et faire l’objet de discussions.

Classe

La classe est importante dans la société française et elle est généralement déterminée par la façon de s’habiller, l’accent, le niveau d’instruction et le lieu où l’on travaille. En tant qu’étranger, cela ne pèse pas beaucoup dans la balance, parce que vous êtes presque automatiquement classé selon votre pays d’origine (le Canada est bien perçu et, en conséquence, les Canadiens sont jugés assez favorablement à cet égard).

Origine ethnique

Bien que je ne l’aie pas observé moi-même, il existe une tendance bien arrêtée à favoriser les gens de race blanche. Les Canadiens découvriront un niveau de xénophobie que l’on ne voit pas ordinairement au Canada et ils devront s’attendre à entendre des plaisanteries et des commentaires qui seraient jugés offensants et peu délicats dans la culture canadienne. Certains groupes ethniques sont traités plus négativement, selon les relations historiques que leur pays d’origine entretient avec la France. Par exemple, là où j’habitais, il y avait un très grand nombre d’Algériens qui avaient tendance à résider dans des quartiers jugés difficiles et peu fréquentables.

Établir des bonnes relations

Point de vue local

Il est primordial d’établir de bonnes relations avec les personnes avec qui nous allons faire affaire. Il faut prendre le temps de faire connaissance pour trouver des intérêts communs. Il faut aussi rencontrer régulièrement votre interlocuteur. Ceci permettra d’établir une relation de confiance et vous pérenniserez ainsi la relation.

Un bon moyen est d’inviter à midi votre interlocuteur au restaurant. Le golf, qui semble être très pratiqué au Canada, est une bonne façon d’échanger. Il ne faut pourtant pas mélanger la vie privée et le travail. Évitez de trop sympathiser en acceptant des invitations à domicile.

Point de vue canadien

Les relations personnelles sont très importantes. Les réunions d’affaires se tiennent souvent autour de repas et dans le cadre de relations personnelles; il est par conséquent utile d’établir un bon rapport avec la personne avec qui l’on traite. Cela se fait généralement en discutant de divers sujets tels que la culture française, sa richesse unique, les spécialités culinaires et les vins français, les problèmes mondiaux, les questions de politique ou la famille.

Privilèges et favoritisme

Point de vue local

Sur certains points, les méthodes de travail canadiennes sont différentes. Par exemple, pour un Canadien l’action rapide est très prisée. S’il faut poster en urgence un courrier, on n’hésitera pas à prêter sa voiture à un employé pour qu’il aille à la poste. L’employé français considérera que vous appréciez son travail si vous lui faites suffisamment confiance pour lui accorder le privilège de conduire votre voiture. Il pourrait ne pas comprendre que vous lui fassiez le lendemain une réprimande. Soyez donc très prudent quant à la façon dont le personnel vous perçoit. Marquez une distinction entre amitié et relation de travail. Il n’y a pas de privilèges particuliers à accorder à un employé en dehors de son mérite. Les réseaux de relations sont souvent perçus comme un bon moyen de recruter du personnel mais il n’y a pas de passe-droit.

Point de vue canadien

Bien que je ne me sois pas personnellement trouvée dans une telle situation, je pense que si vous entretenez des relations personnelles avec des Français, ils s’attendront à ce que vous leur accordiez une certaine attention (par exemple, ne pas avoir à faire la queue, être mis au courant de contrats à venir). Si de telles faveurs peuvent être accordées sans compromettre vos affaires ou contrevenir à la loi, il peut se révéler utile de le faire. Surveillez toutefois les gens qui chercheront à pousser le bouchon trop loin.

Conflits dans le lieu de travail

Point de vue local

Il est conseillé de traiter ce genre de problèmes en privé. Vous protégerez les susceptibilités. Ceci permettra à la personne concernée de ne pas perdre la face. Dans un cadre privé, la franchise est appréciée. Cependant gardez-vous de faire des jugements de valeur ou des critiques trop fortes. Il est sage de connaître les limites.

Pour savoir si un collègue a quelque chose à vous reprocher, je vous conseille d’observer les signes perceptibles de changement d’attitude tels que le regard baissé lors des salutations. Ou encore, la baisse du nombre de discussions informelles au café ou à d’autres occasions. N’hésitez pas dans ce cas à aller au devant de la personne pour mettre les choses au clair.

Point de vue canadien

En général, si un collègue est offensé par vos agissements, vous le saurez rapidement parce que son attitude changera de façon abrupte et il sera très froid à votre égard. Si un collègue vous pose un problème lié au travail, il vaut mieux en discuter avec lui de façon informelle et, surtout, en privé.

Motiver les collègues locaux

Point de vue local

Les facteurs de motivation dépendent de la personnalité de vos employés. Outre les conditions de travail acceptables et la reconnaissance du travail bien fait, c’est à vous de déterminer en fonction du profil de votre employé les facteurs qui pourraient le motiver d’avantage : augmentation de salaire, plus grandes responsabilités, autonomie, attention soutenue, temps de travail aménagé, voyages professionnels... Il faut essayer de détecter les facteurs de motivation propres à chacun. La définition négociée des objectifs et des modes de rétribution en amont de la mission attribuée à votre employé peut servir de base à la motivation. Une seule règle, soyez attentifs aux gens.

Point de vue canadien

La plupart des Français sont motivés par un ensemble de facteurs. Les plus importants sont la capacité de subvenir aux besoins de leur famille et aux leurs, ainsi qu’un sens très aigu de la tradition et des obligations familiales. Plusieurs suivent la même carrière que leurs parents ou leurs grands-parents. Il y a par conséquent un sens très élevé d’obligation à l’égard du nom et du statut de la famille. Des choses telles que le divertissement et l’habillement sont de bons indicateurs de la classe à laquelle appartiennent les gens et sont importantes au plan culturel; des événements sociaux peuvent également être de très bons facteurs de motivation.

Livres, films et mets recommandés

Point de vue local

Pour mieux connaître la culture française, je vous recommande de vous plonger dans la littérature française et de lire les oeuvres d’écrivains connus, comme Alexandre Dumas, Edmond Rostand, Victor Hugo, Marcel Proust, Émile Zola, Gustave Flaubert et Albert Camus. Les poètes français sont aussi une bonne source d’inspiration.

Des sites pratiques pour sélectionner son restaurant ou son bar : resto-guide.com l’annuaire des restaurants en France et francebars.com annuaire internet des bars de France.

Les journaux sont une bonne source d’information. Les plus connus sont Le Monde, Le Nouvel Observateur, l’Express, Le Canard enchaîné, Le Figaro, Ouest France... Il y a aussi les journaux à sensation comme Paris-Match. Vous pouvez aussi regarder les émissions de télévision, cela va du reportage d’investigation aux émissions de divertissement.

De bonnes sources d’informations sur les sorties sont Le journal des Spectacles et Télérama qui sont publiés toutes les semaines et différents sites : inside-paris.com (portail des sorties parisiennes), pariscope.fr (site du magazine, sorties, cinés), fluctuat.net (sorties culturelles en ligne), fnac.com/aden (le quotidien en ligne des sorties culturelles),top.org (annuaires spectacles et sorties île de France), french-nights.com (sélection de sites pour sortir le soir), et viafrance.com (programme des sorties et des événements en France).

Point de vue canadien

Pour vous renseigner sur les lieux à visiter et vous familiariser rapidement et facilement sur l’histoire des différentes régions de France, des guides de voyage tels que Lonely Planet et Let’s Go sont en général une bonne source d’information. Étant donné l’importance du vin dans la culture française, il importe d’apprendre à connaître les bons vins, puisqu’on s’attendra à ce que vous ameniez une bouteille de vin aux événements sociaux. Je vous conseille aussi de vous renseigner le plus possible sur les spécialités locales et régionales.

Il y a un très grand nombre d’excellents films français qui peuvent vous donner une bonne idée de la culture et du goût français.

Activités sur le terrain

Point de vue local

La France est aussi connue pour ses artistes peintres. Allez à la rencontre de leurs oeuvres en visitant les nombreux musées à Paris et dans toute la France. Promenez-vous aussi dans les rues.

L’étude des différents styles d’architecture tels que les châteaux, les cathédrales, les palais de la Renaissance et l’architecture moderne vous plongera au coeur d’un voyage dans le temps vous permettant de mieux cerner les différentes étapes de l’histoire de France.

La production audiovisuelle, théâtrale et musicale est très active en France. Je vous conseille donc de profiter de l’occasion pour assister à des projections, des pièces et des spectacles en tout genre. Un film charmant qui reflète assez bien un aspect de la vie à Paris est Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulin. Je vous conseille les salles de cinéma indépendantes qui vous donneront une bonne idée du cinéma d’auteur. Dans les grandes salles, on retrouve les mêmes films qu’à l’affiche au Canada.

La France est reconnue pour sa nourriture. Fréquentez les brasseries, des sortes de « café-restaurant-salon de thé ». Pour ce qui est de la cuisine traditionnelle, celle-ci dépend de la région. Les restaurants sont à des prix abordables comparé au Canada. On vous servira sûrement du foie gras, de la charcuterie, des escargots au four, des poissons et crustacés de toutes sortes, des spécialités comme le Boeuf bourguignon, le coq au vin, des crêpes garnies (spécialité bretonne)... La France est également un grand producteur de fromages avec des centaines de variétés. Les plus connues sont le roquefort, le brie, le fromage de chèvre et le camembert.

Les Français ont une vie sociale très intense. Pour en savoir plus sur la culture, je vous conseille de pratiquer les même activités qu’eux. Cela diffère peu de celles présentes au Canada. Les styles sont très variés et disponibles en abondance : discothèques, bars, bistrots, concerts, opéras, pièces de théâtre (tragique, comique, moderne) et sports en tout genre.

Les sports les plus pratiqués sont le football, le rugby, le tennis, le ski, le vélo, les sports de combat et la danse. Les événements sportifs les plus populaires sont le tour de France, le championnat de France et la Coupe du Monde de football (gagnée en 1998), les compétitions d’athlétisme et les courses de Formule 1.

Pour vous aider sur le plan culturel, un bon moyen est de participer à une activité culturelle pour vous faire des amis. Ils seront heureux de vous inviter chez eux et de vous sortir.

Point de vue canadien

Il y a toujours des festivals et des concerts locaux un peu partout en France. Ils offrent d’excellentes possibilités de comprendre ce qu’est la culture française. Ils sont souvent de caractère régional et valent la peine qu’on y assiste (par exemple, le festival du Beaujolais). La plupart des centres urbains ont un bureau de tourisme qui vous fournira toute l’information voulue sur les événements locaux. Le journal local est aussi une source idéale pour se renseigner sur tous ces événements. Il y a en général un endroit (au marché, etc.) dans les villes ou les villages où ces activités sont annoncées, et vous pourriez trouver utile de lire les annonces hebdomadaires pour vous renseigner sur ces événements.

Héros nationaux

Point de vue local

  • Jeanne d’Arc : Pendant la guerre de Cent Ans entre la France et l’Angleterre, elle aurait entendu des voix l’engageant à délivrer la France de l’invasion anglaise. Elle fut capturée par les Anglais en 1429 et brûlée vive à l’âge de 19 ans.
  • Napoléon Bonaparte : Suite à la révolution française, les grandes puissances européennes ont essayé de rétablir la monarchie en France. Napoléon Bonaparte réussit à les repousser et eut même de nombreuses victoires militaires. Bien que sa personnalité et son régime soit contestés, il est l’archétype du stratège et incarne la combativité.
  • Louis Pasteur : Chimiste chercheur qui a découvert comment inoculer un vaccin à l’homme. Pasteur a également mis au point la « pasteurisation », procédé consistant à détruire par la chaleur les microbes nocifs présents dans les denrées périssables. Il est l’un des pères de la médecine moderne.
  • Le Général de Gaulles : L’artisan du soulèvement de la résistance pendant l’occupation allemande. L’appel à la résistance du 18 juin 1940 prononcé à la radio de Londres est resté dans l’histoire.
  • Pierre et Marie Curie : Physicien et physicienne français d’origine polonaise. Ils ont obtenu le prix Nobel de Physique en 1903 pour la découverte d’un nouvel élément physique, le radium. Leurs études ont été reprises et ont débouché sur des découvertes comme la radiographie médicale ou encore les programmes de recherche nucléaire.
  • Zinédine Zidane : Il est considéré aujourd’hui comme un des meilleurs joueurs de football au monde. Il fait la fierté des français, particulièrement des Algériens car il est fils d’immigrés.

Point de vue canadien

Les héros français sont en général des vedettes de cinéma, des joueurs de football et des musiciens. En général, les Français ne s’intéressent pas autant aux célébrités qu’on le fait dans la culture nord-américaine et ils méprisent souvent la mesure dans laquelle nous vénérons nos héros locaux.

Evénements historiques partagés

Point de vue local

Comme vous le savez, une partie du Canada fut colonisée par les Français. Vous serez peut-être tenté d’abonder dans le sens des Anglais ou des Français ou encore de la cause souverainiste. Mais les Français sont assez détachés de ces considérations. Au contraire, ces deux pays se sont attachés à préserver et faire fructifier leurs liens d’amitié. Encore dernièrement, la France a exprimé sa reconnaissance aux soldats canadiens, morts pour la libération de la France en 1945 sur les plages de Normandie, en inaugurant un musée en leur honneur.

Point de vue canadien

La France a colonisé le Canada et il y a eu entre elle et l’Angleterre plusieurs guerres et batailles pendant près d’un siècle pour occuper le territoire canadien. Le Québec et plusieurs provinces maritimes ont de solides liens avec la France – que ce soit au niveau linguistique ou culturel. Cela donne aux Français le sentiment d’être liés aux Canadiens d’une manière particulière. Les Français possèdent aussi deux îles (Saint-Pierre et Miquelon) très proches du Canada continental. Au cours des dernières années, il y a eu quelques conflits dans les Maritimes au sujet de l’utilisation des eaux autour des Grands bancs par des pêcheurs étrangers.

Stéréotypes

Point de vue local

On dit des Canadiens que ce sont des gens accueillants. Ils n’y a pas de stéréotypes particuliers qui pourraient nuire aux relations. On dit souvent des Canadiens qu’ils sont droits. Ceci peut être parfois interprété comme de la naïveté.

Point de vue canadien

Les Canadiens tendent à juger les Français froids et arrogants. Ce n’est pas nécessairement vrai. Il faut en général plus de temps pour les connaître et être acceptés par eux, mais une fois cette barrière initiale levée, ce sont des gens très chaleureux et bienveillants.

Au sujet des interprètes culturels

Interprète local

Votre interprète culturel est né en France. Il est le plus jeune d'une famille de 2 enfants. Il a grandi en ville en périphérie de la capitale, Paris. Après avoir obtenu un diplôme d'une école de commerce à Saint-Germain-en-Laye, ses études l'ont amené au Québec en janvier 2003 où il suit actuellement une maîtrise en gestion de projet à l'Université du Québec en Outaouais en partenariat avec l'Institut Universitaire de Mécaniques avancées du Mans (France). Dans le cadre de ce programme, il travaille actuellement au sein d'une société de conseil en formation et management interculturel à Hull.

Interprète canadien

Dernière-née d'une famille de 3 enfants, votre interprète culturelle est née et a grandi à Toronto. Elle a fait des études de biologie et de psychologie à l'Université Queens, à Kingston, en Ontario. Ses études l'ont menée pour la première fois en France en 1997, à Grenoble, où elle a résidé pendant un an et étudié en biologie, à l'Université Joseph Fourier. Elle en a profité pour voyager en Europe de l'Ouest et de l'Est. Après avoir obtenu son baccalauréat en sciences, elle s'est installée au Costa Rica et y a travaillé pendant 8 mois dans le cadre de divers projets de développement. Elle a ensuite poursuivi ses études en développement international et en gestion des affaires et travaillé au Chili pendant 6 mois. Votre interprète culturelle vit actuellement au Canada, à Toronto (Ontario), depuis 2 ans. Elle est gestionnaire de programme dans une organisation environnementale sans but lucratif.

Informations connexes

Avertissement

Aperçus-pays/Enjeux interculturels visent à fournir un aperçu des normes sociales et culturelles générales et du milieu de travail auxquels un Canadien devra probablement s'adapter dans un pays en particulier. Nous offrons un aperçu de chaque pays de deux points de vue différents : celui d'un Canadien et celui d'un natif du pays d'accueil. Vous pourrez vous faire une idée de la culture de ce pays en comparant le point de vue canadien et le point de vue local. Nous vous encourageons à poursuivre vos recherches à l'aide d'autres sources et à utiliser le processus d'évaluation Triangulation. On demande aux interprètes culturels de s'appuyer sur la plus vaste expérience possible pour formuler leurs réponses. Cependant, ces dernières doivent être considérées comme un point de vue qui reflète le contexte et les expériences de l'auteur, il ne s'agit pas de commentaires sur un groupe ou une société en particulier.

Il est possible que vous soyez en désaccord avec le contenu de quelques réponses. Il faut même s'y attendre, vu la complexité du sujet et des problèmes associés aux commentaires généraux sur un pays et un peuple au complet. Nous vous encourageons à nous faire part de vos expériences, car vos commentaires nous aideront à faire d'Aperçus-pays un riche milieu d'apprentissage.

J'ai pris connaissance de l'énoncé ci-dessus et je comprends que les réponses ne reflètent aucunement la politique officielle et les opinions du gouvernement du Canada, d'Affaires mondiales Canada ou du Centre d'apprentissage interculturel.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, s’il vous plaît contactez-nous.

Date de modification: