Partenariat de Deauville — Réunion des hauts fonctionnaires

Version PDF
  1. La première réunion des hauts fonctionnaires du Partenariat de Deauville sous la présidence canadienne du G7 s’est tenue à Tunis le 21 juin 2018. Cette réunion a eu lieu après la diffusion du communiqué des ministres des Affaires étrangères du G7 en avril 2018, dans lequel le G7 souligne les réalisations remarquables accomplies dans le cadre du Partenariat avec les pays arabes en transition et réaffirme son engagement à rechercher de nouvelles manières de poursuivre le dialogue et la coopération avec les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Les hauts fonctionnaires du G7, les représentants des pays arabes en transition et les partenaires ont activement échangé leurs points de vue sur les résultats obtenus grâce au Partenariat. Ils ont également discuté des perspectives de collaboration à la lumière des progrès réalisés dans la région au cours des sept dernières années.
  2. En ce qui a trait à l’appui financier offert aux pays arabes en transition, les participants ont discuté des progrès réalisés relativement aux activités et à l’aspect financier du Fonds de transition de Deauville. À la lumière des 90 projets approuvés (75 en sont encore à l’étape de la mise en œuvre), les participants ont précisé que le Fonds a été un outil valable qui favorise l’investissement en matière de développement durable, de développement inclusif, de création d’emplois, d’amélioration de la gouvernance économique, de compétitivité et d’intégration. Les participants ont également été informés de l’évaluation complète et indépendante du Fonds de transition qui devrait se terminer en octobre 2018.
  3. Les participants ont poursuivi la discussion sur la plateforme de coordination des institutions financières internationales (IFI), créée en 2011. Ils ont souligné qu’elle a été un mécanisme utile en ce qui concerne le regroupement des IFI actives dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Les participants ont encouragé les partenaires à continuer d’utiliser cette plateforme comme mécanisme de coordination et de coopération, car elle joue un rôle essentiel dans la promotion d’initiatives de dialogue sur les politiques et les projets d’investissement mixte dans les pays arabes en transition.
  4. Pour faire suite à l’une des priorités de l’Italie lors de sa présidence, les participants ont discuté des défis et des occasions en matière de développement du capital humain. Ils ont souligné l’importance du capital humain et de sa grande incidence sur les générations futures. Ils ont mis l’accent sur l’éducation et la formation professionnelle. Ils ont aussi souligné que, compte tenu des jeunes populations dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, l’adoption de politiques relatives au développement du capital humain avec une emphase sur les femmes et les jeunes, favoriserait une croissance durable et inclusive. Plusieurs représentants de pays arabes en transition ont souligné l’importance de l’appui et de l’assistance technique fournis par le G7 comme moyen de construire cette capacité supplémentaire dans leur pays.
  5. En ce qui concerne la mise en œuvre du compact sur la gouvernance économique, qui a fait l’objet d’un accord en 2015, et dans le cadre de l’examen et le processus d’apprentissage par les pairs, l’OCDE a présenté un aperçu des programmes de réforme de l’Égypte et de la Jordanie, de même qu’un compte rendu de l’analyse des activités de la Tunisie. L’OCDE a souligné les efforts en matière de réforme déployés jusqu’à maintenant par les pays arabes en transition et a présenté les défis auxquels ils sont confrontés. Les pays arabes en transition ont apprécié le bilan des activités, car il a constitué une occasion non seulement d’examiner les processus de réforme dans leur pays, mais aussi de planifier pour l’avenir. Relativement aux enjeux qui concernent la gouvernance économique, certains représentants des pays arabes en transition ont réaffirmé le rôle primordial du secteur privé et souligné l’importance des partenariats public-privé pour ce qui est de favoriser la création d’emplois, l’innovation et le développement durable et inclusif.
  6. Les participants ont confirmé que le Partenariat de Deauville constitue une tribune unique en son genre, qui favorise les discussions sur les politiques et la coopération entre le G7, les pays arabes en transition, les pays partenaires régionaux, les IFI et les organismes internationaux pertinents. Les participants ont reconnu l’utilité du Fonds de transition ainsi que son efficacité, et ils ont réitéré l’importance de la plateforme de coordination des IFI, qui offre un contexte privilégié pour collaborer et assurer la coordination. Les représentants des pays arabes en transition ont souligné l’importance de l’expertise et de l’aide technique fournies par le G7 et encouragent le G7 à continuer d’appuyer la région. Certains ont suggéré que les collaborations à venir devraient viser l’établissement de liens avec d’autres plateformes, comme le compact pour l’Afrique du G20, afin d’assurer la synergie et l’harmonisation entre les plateformes.
  7. Le G7 et les IFI ont confirmé qu’ils sont toujours déterminés à poursuivre leur collaboration avec les pays de la région. Il y avait un fort désir de faire fond sur les réalisations du Partenariat et ses réussites pour créer les assises d’un nouveau genre de collaboration entre le G7 et les pays de la région. Les pays arabes en transition ont apporté leur soutien à cette nouvelle collaboration d’une manière similaire.

Tunis, juin 2018

Date de modification: