Déclaration du groupe de Lima

Le 3 mai 2019

Les gouvernements de l’Argentine, du Brésil, du Canada, du Chili, de la Colombie, du Costa Rica, du Guatemala, du Honduras, du Panama, du Paraguay, du Pérou, et du Venezuela, qui se retrouvent au début de la phase décisive du processus visant à rétablir la démocratie et à mettre fin à l’usurpation de la présidence:

  1. Réaffirment leur plein appui aux actions entreprises au cours des derniers jours par le peuple vénézuélien, sous le leadership du président par intérim, Juan Guaidó, pour rétablir l’État de droit au Venezuela, et ce de manière pacifique et fidèle à l’ordre constitutionnel, et l’encouragent à continuer en ce sens.
  2. Condamnent fermement les actes de répression commis par le régime illégitime et dictatorial de Nicolás Maduro qui ont récemment causé la mort de plusieurs individus, ainsi que l’arrestation et des blessures chez des centaines d’autres ; ils déplorent la nomination de Gustavo González López à la tête des services de renseignement vénézuélien (SEBIN), car il incarne les violations systématiques des droits de la personne commises par ledit régime, ce qui se rajoute aux supposés crimes contre l’humanité qui ont été soumis à l’attention de la procureure de la Cour pénale internationale.
  3. Exigent le respect complet de la vie, de l’intégrité et de la liberté de tous les Vénézuéliens, du président par intérim Juan Guaidó, et de tous les dirigeants des forces politiques démocratiques. De plus, ils exigent le rétablissement des droits politiques et constitutionnels du vice-président de l’Assemblée nationale, Edgar Zambrano, et de tous les membres de l’Assemblée nationale, ainsi que la libération immédiate des prisonniers politiques.
  4. Exhortent les membres des Forces armées nationales du Venezuela à être fidèles à leur mandat constitutionnel d'être au service de la nation, et les membres du Tribunal suprême de justice à retirer leur soutien complice au régime illégitime.
  5. Conviennent de proposer au Groupe de contact international sur le Venezuela une rencontre d’urgence afin que les représentants des deux groupes identifient les points de convergence pour la cause commune visant à rétablir la démocratie au Venezuela, et invitent les autres membres de la communauté internationale qui partagent la même vision, à unir leurs efforts afin d’atteindre cet objectif.
  6. Expriment leur satisfaction devant la décision de convoquer la Conférence internationale pour la démocratie au Venezuela, à Lima en juillet, qui réunira tous les pays en faveur du rétablissement de la démocratie au Venezuela.
  7. Soulignent la tenue d’un colloque en mai au Chili, sur les transitions démocratiques, auquel participeront les dirigeants des forces politiques démocratiques vénézuéliennes.
  8. Exhortent la communauté internationale, les Nations Unies et son secrétaire général à prendre des mesures de protection sans équivoque en vue d'atténuer les conséquences de la crise humanitaire vécue par les Vénézuéliens, et dont la responsabilité incombe exclusivement au régime illégitime de Nicolás Maduro.
  9. Exhortent la communauté internationale et les Nations Unies à renforcer leur coopération avec les pays hôtes afin de gérer l’exode massif de Vénézuéliens.
  10. Réitèrent leur appel à la Russie, à la Turquie et à tous les pays qui soutiennent encore le régime illégitime de Nicolás Maduro de favoriser le processus de transition démocratique.
  11. S’entendent pour prendre les mesures nécessaires afin que Cuba participe à la recherche d'une solution à la crise au Venezuela.
  12. Décident de coopérer avec les mécanismes internationaux afin de lutter contre la corruption, le trafic de drogue, le blanchiment d’argent et les autres crimes, afin de lutter contre ces crimes perpétrés par les membres du régime illégitime de Nicolás Maduro, de ses proches et ses partisans.
  13. Condamnent la menace que représente la protection offerte par le régime illégitime de Nicolás Maduro aux groupes terroristes opérant sur le territoire colombien, ainsi que toute tentative visant à déstabiliser les institutions colombiennes, à porter atteinte à la vie et l’intégrité du président Ivan Duque, ou à miner la sécurité régionale.
  14. Décident de maintenir la session permanente et de tenir la prochaine réunion à Guatemala.
  15. Encouragent le peuple vénézuélien à persévérer dans sa lutte vers le rétablissement de la démocratie, et saluent le courage et le patriotisme des membres des forces armées les ayant soutenus au cours de cette étape décisive.
Date de modification: