Déclaration du Groupe de Lima – Le 9 mai 2019

Les gouvernements de l’Argentine, du Brésil, du Canada, du Chili, de la Colombie, du Costa Rica, du Guatemala, du Honduras, du Panama, du Paraguay, du Pérou et du Venezuela, membres du Groupe de Lima, expriment leur rejet de la décision de l’Assemblée nationale constituante illégitime du Venezuela de lever arbitrairement l’immunité parlementaire des députés à l’Assemblée nationale – Edgar Zambrano Ramírez, Henry Ramos Allup, Luis Germán Florido, Mariela Magallanes López, José Simón Calzadilla Peraza, Américo De Grazia, Juan Andrés Mejía, Freddy Superlano, Sergio Vergara et Richard José Blanco Delgado – pour leurs efforts en vue de rétablir le caractère institutionnel et démocratique du Venezuela.

Nous rejetons catégoriquement l’arrestation arbitraire d’Edgar Zambrano, député et premier vice-président de l’Assemblée nationale, qui a été conduit de force mercredi soir au siège de la police politique de Nicolás Maduro, sous les ordres du général Gustavo González López, qui a été visé par des sanctions.

La levée de l’immunité parlementaire constitue un acte illégitime et inconstitutionnel, puisque, selon la Constitution vénézuélienne, le seul organe qui peut lever l’immunité parlementaire est l’Assemblée nationale. La violation de cette prérogative par une autorité fallacieuse, telle que l’Assemblée nationale constituante, sans procédure régulière de la loi, constitue une violation des principes démocratiques et des droits de la personne reconnus par le droit international.

Date de modification: