Déclaration conjointe du Groupe de Lima et du Groupe de contact international sur la situation au Venezuela

Le 3 juin 2019 – New York (New York)

Les ministres des Affaires étrangères du Canada, du Chili et du Pérou, des membres du Groupe de Lima, conjointement avec la haute représentante de l’Union européenne et les ministres des Affaires étrangères du Portugal et de l’Uruguay, des membres du Groupe de contact international, se sont rencontrés aujourd’hui au siège des Nations Unies à New York pour discuter de la situation au Venezuela.

La réunion fait suite à la décision des deux groupes d’accroître leurs contacts en vue de contribuer à une solution politique, pacifique et démocratique à la crise au Venezuela. Ils ont convenu que, même si la solution se doit d’être vénézuélienne, les répercussions régionales de la crise demandent que la région et la communauté internationale jouent un rôle plus actif afin de favoriser un retour rapide de la démocratie au Venezuela.

Les deux groupes ont confirmé leur engagement à l’égard d’une transition pacifique vers des élections libres et équitables au Venezuela. Ainsi, ils ont exprimé leur soutien à tous les efforts déployés actuellement pour atteindre cet objectif. Ils ont réitéré leur appui à l’Assemblée nationale élue démocratiquement et ont affirmé la nécessité de restaurer et de respecter pleinement ses pouvoirs, ainsi que de libérer tous les prisonniers politiques.

Les deux groupes ont décidé de poursuivre leur interaction étroite, y compris en ce qui concerne la sensibilisation des autres acteurs internationaux concernés. Ils continueront également tous deux à collaborer pour dénoncer les violations des droits de la personne au Venezuela, et ce, dans le cadre du Conseil des droits de l’homme et d’autres organismes multilatéraux.

Le Groupe de Lima et le Groupe de contact international se sont entendus sur la gravité de la situation humanitaire, y compris la crise migratoire, et se sont engagés à continuer de fournir une aide humanitaire à la population du Venezuela et aux pays voisins touchés, conformément aux principes internationalement reconnus. Ils ont exprimé leur soutien à la réponse coordonnée des Nations Unies et ont souligné la nécessité d’accroître l’appui international et de s’assurer que les acteurs humanitaires sont en mesure de fournir leur aide sans restriction ni ingérence politique.

Date de modification: