Déclaration du Groupe de Lima

Le 5 janvier 2020

Les gouvernements de la Bolivie, du Brésil, du Canada, du Chili, de la Colombie, du Costa Rica, du Guatemala, du Guyana, du Honduras, du Panama, du Paraguay, du Pérou, de Sainte-Lucie, et du Venezuela, membres du Groupe de Lima, condamnent le recours à la force par le régime dictatorial de Nicolas Maduro pour empêcher les députés de l'Assemblée nationale d'accéder librement à la session, convoquée pour aujourd'hui le 5 janvier 2020, afin d’élire démocratiquement leur Conseil d'administration.

L'Assemblée nationale a le droit constitutionnel de se réunir sans subir de l’intimidation ou de l’ingérence, afin d'élire son président et son Conseil d'administration. Par conséquent, nous ne reconnaissons pas le résultat d'une élection qui viole ces droits et qui a eu lieu sans la pleine participation des députés qui ont assisté à la session.

Le Groupe de Lima suit avec une vive inquiétude les événements qui se déroulent au Venezuela et appelle la communauté internationale à travailler ensemble pour soutenir le rétablissement de la démocratie et de l'état de droit dans le pays.

Date de modification: