Le Canada et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

Le Canada est l’un des 20 membres fondateurs de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Ayant à cœur le renforcement de la coopération économique dans le contexte du Plan Marshall [en anglais], le Canada a contribué à la création de cette organisation afin de promouvoir la croissance économique en tant que moyen d’assurer la stabilité. Les trois ordres de gouvernement au Canada et une trentaine de ministères et organismes fédéraux contribuent aux travaux de l’Organisation. Le Canada est très actif au sein des comités de l’OCDE, et des Canadiens président actuellement plusieurs comités et groupes de travail. Le Canada se classe au septième rang au chapitre des quotes-parts à l’OCDE, et sa contribution représente 3,84 % des contributions budgétaires des pays membres.

L’OCDE comprend 37 pays membres, qui représentent collectivement 62,2% de l’économie mondiale, 61,2% des importations mondiales de marchandises et 17,5% de la population mondiale.

La Délégation permanente du Canada auprès de l’OCDE comprend un ambassadeur et une équipe de diplomates et d’autres personnes qui servent de relais entre le gouvernement du Canada, l’OCDE et les autres États membres.

Bill Morneau, candidat du Canada au poste de Secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

La mission permanente du Canada auprès de l’OCDE est située en France à Paris.

L’OCDE

L’OCDE compte 37 pays membres qui représentent ensemble 62,2 % de l’économie mondiale, 61,2 % des importations et 17,5 % de la population de la planète. Elle travaille à assurer la prospérité économique durable des pays membres et non membres en favorisant les meilleures pratiques économiques, sociales et démocratiques. Les gouvernements conjuguent leurs efforts au sein de l’OCDE pour relever les défis de la mondialisation et du développement technologique.

L’OCDE est un important forum multilatéral où les États membres et les partenaires, appuyés par le Secrétariat de l’OCDE, élaborent conjointement des politiques et des pratiques fondées sur des données probantes afin de promouvoir une croissance économique durable et inclusive, et d’aborder les enjeux sociaux et de développement en vue d’améliorer le niveau de vie dans le monde entier.

L’OCDE regroupe 37 pays de l’Europe, de l’Amérique du Nord, de l’Amérique latine et du Pacifique. Elle a pour principal objectif de servir de forum pour que les membres puissent discuter et mettre de l’avant des approches constructives, compatibles et concertées à l’égard des questions économiques et sociales. Cette démarche contribue à assurer une croissance économique durable, à créer des emplois et à améliorer le niveau de vie des populations à l’échelle mondiale.

L’OCDE aborde un large éventail de questions de politique nationale et internationale. Les délégués se penchent ainsi sur une série de grands thèmes : échanges, prestations et questions sociales, gouvernance publique, développement, fiscalité, transports, science et technologie et innovation.

L’OCDE est issue de l’Organisation européenne de coopération économique créée par les États-Unis, le Canada et les pays européens pour coordonner le Plan Marshall. En 1961, 20 pays, dont le Canada, ont signé la Convention pour créer l’OCDE afin d’aider les gouvernements à réaliser la croissance économique et le développement. Au cours des 40 dernières années, le nombre de membres et la portée des travaux de l’OCDE ont considérablement augmenté.

À l’heure actuelle, les 37 pays membres  de l’OCDE représentent pratiquement toutes les régions du monde. Il convient toutefois de noter que les initiatives de l’OCDE ne profitent pas qu’aux États membres. En fait, reconnaissant l’interdépendance de l’économie mondiale, l’OCDE bénéficie à plus de 100 pays émergents et en développement.

En 2007, les membres de l’OCDE ont décidé d’élargir la composition de l’Organisation et d’accroître les relations avec les grandes économies émergentes. C’est ainsi qu’en 2010 le Chili, l’Estonie, Israël et la Slovénie en sont devenus membres. En 2016, la Lettonie est devenue le 35e État membre, tandis qu’en 2018, la Lituanie est devenue membre à son tour.

L’OCDE est la source la plus importante et la plus fiable dans le monde de données statistiques, économiques et sociales comparables. Elle propose des analyses comparatives et objectives des politiques et des performances de ses membres, élabore des pratiques exemplaires et effectue des examens par les pairs sur un large éventail de questions économiques, sociales et environnementales. Elle établit des lignes directrices et des accords afin de mieux harmoniser les politiques de ses membres et entreprend également des activités d’analyse et de sensibilisation dans certains pays non membres. Pour ce faire, l’Organisation se consacre à :

  1. la recherche sur les politiques publiques, soit en ouvrant de nouveaux horizons pour la recherche (dans des domaines tels que le numérique, la fiscalité, la nature du travail, la croissance inclusive, la santé, l’éducation, le commerce et les services, le financement du développement et l’innovation), soit en faisant progresser les connaissances (sur les perspectives économiques, le vieillissement, les migrations, l’efficacité de l’aide, la création d’emplois, l’ajustement structurel, etc.);
  2. l’élaboration de directives non contraignantes, en mettant de l’avant des normes et des pratiques internationales communes dans des domaines comme la fiscalité, la gouvernance des entreprises, la mesure de l’innovation, ainsi que la classification des données sur la science, les tarifs et les échanges commerciaux;
  3. la réalisation d’examens par les pairs, qui représentent l’un des principaux points forts de l’OCDE, en ce sens qu’elle offre à ses 37 membres un cadre pour examiner et comparer leurs expériences et discuter des « pratiques exemplaires » dans une foule de secteurs, par exemple la politique économique, la protection de l’environnement ou les stratégies de création d’emplois.

Le Conseil est l’instance dirigeante de l’Organisation. Composé d’un ambassadeur de chaque pays membre et d’un ambassadeur de la Commission européenne, il donne des orientations quant à l’administration et aux activités de l’OCDE. Les représentants des pays membres se rencontrent et échangent de l’information au sein de comités, où ils formulent des idées et examinent les progrès accomplis dans des domaines de politiques publiques ciblés. On dénombre environ 250 comités, groupes de travail et groupes d’experts au total. Leurs quelque 40 000 représentants se réunissent tous les ans afin d’examiner et d’appuyer les travaux accomplis par le Secrétariat de l’OCDE.

La Délégation permanente

La Délégation permanente du Canada auprès de l’OCDE est composée d’une ambassadrice et d’une équipe de 13 diplomates et employés recrutés sur place. Elle assure une liaison essentielle entre le gouvernement du Canada, le Secrétariat de l’OCDE, les 35 autres États membres de l’OCDE ainsi que l’Union européenne, en plus de fournir un appui et des conseils stratégiques à près de 700 délégués canadiens qui contribuent aux discussions stratégiques de l’OCDE sur les questions sociales, économiques et d’aide au développement. L’ambassadrice représente le Canada au sein du Conseil de l’OCDE, l’organe directeur de l’Organisation, et, en collaboration avec les autres ambassadeurs, détermine le budget et le programme de travail de l’OCDE.

Afin de maximiser l’utilité de l’OCDE pour les décideurs canadiens, l’équipe de la Délégation permanente :

  • fait valoir les opinions et les positions canadiennes au sein de l’OCDE;
  • participe à la gouvernance institutionnelle de l’OCDE en représentant le Canada dans les organes de l’administration de l’Organisation (Conseil, Comité exécutif, Comité du budget, Comité des relations extérieures, Comité d’évaluation);
  • représente le Canada dans les réunions de fond des comités de l’OCDE;
  • aide les délégués canadiens de tous les ordres de gouvernement qui assistent aux réunions (environ 700 chaque année);
  • diffuse les résultats des travaux de l’OCDE;
  • cherche à mieux renseigner le public quant au rôle de l’OCDE sur l’échiquier mondial et quant à celui du Canada au sein de l’OCDE.

Candidat du Canada, Bill Morneau

Le Canada a annoncé la mise en candidature de M. Bill Morneau, ancien ministre des Finances, au poste de Secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Biographie

  • Ministre des finances (2015 à 2020)
  • Chef d’entreprise accompli
  • Expérience internationale reconnue
  • Philanthrope
  • Gouverneur du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale (2015 à 2020)
  • Membre de l’équipe de négociations du nouvel ALENA

L’honorable Bill Morneau est le candidat du Canada au poste de Secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Il a été ministre des Finances de 2015 à 2020. Il est également un chef d’entreprise accompli et un philanthrope qui possède une expérience internationale reconnue.

Comme ministre des Finances du Canada, M. Morneau a joué un rôle clé dans l’élaboration de politiques économiques progressistes, durables et tenant compte de l’égalité des genres, notamment en ce qui concerne la réponse économique du Canada à la pandémie de COVID-19. Il a aussi été un membre actif de tous les grands forums socio-économiques internationaux, notamment le G7, le G20, la Coopération économique Asie-Pacifique, le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, la Francophonie et l’OCDE, où il a plaidé en faveur des questions relatives au changement climatique et à l’économie numérique.

Entre 1990 et 2015, M. Morneau a dirigé la firme multinationale de ressources humaines Morneau Shepell. Sous sa direction, l’entreprise a pris de l’expansion et comptait plus de 4 000 employés, devenant ainsi le plus important fournisseur de services de ressources humaines au Canada.

En tant que philanthrope, M. Morneau a travaillé à soutenir les arts, à aider les jeunes à risque et à améliorer l’accès aux soins de santé et à l’éducation partout dans le monde. Il a fondé une école pour les filles somaliennes et soudanaises dans un camp de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés dans le nord du Kenya, et a été président de l’Institut C.D. Howe, un important groupe de réflexion canadien sur l’économie.

M. Morneau parle couramment l’anglais et le français. Il est titulaire d’un baccalauréat ès arts de l’Université Western, d’une maîtrise en économie de la London School of Economics et d’un M.B.A de l’INSEAD.

Principaux domaines d’intérêt

  • Une reprise économique mondiale profitable à tous
  • Bâtir des économies vertes et résilientes
  • S’attaquer aux défis posés par un monde numérique
  • Faire preuve d’un leadership reconnu pour obtenir de meilleurs résultats
  • Promouvoir l’égalité des genres

Réalisations dignes de mention

  • Responsable du Plan d’intervention économique du Canada pour répondre à la COVID-19
  • Conférencier, Façonner la croissance mondiale, Forum économique mondial, 2020
  • Conférencier, Chaque femme, chaque enfant, réunions du FMI et de la Banque mondiale, 2019
  • Président, réunions des ministres des Finances du G7, 2018
  • Conférencier, Combattre l’évitement et l’évasion fiscales, Sommet du G20, 2018
  • Conférencier, Occasions de collaboration à l’échelle des banques de développement multilatérales, Center for Strategic and International Studies, 2017

Candidat du Canada à l’OCDE

Le gouvernement du Canada est heureux de proposer la candidature de l’honorable Bill Morneau, ancien ministre des Finances du Canada (de 2015 à 2020), au poste de Secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En tant que ministre des Finances du Canada, il a joué un rôle déterminant dans le plan d’intervention économique du Canada face à la pandémie de COVID-19, et il a contribué à bâtir une économie forte qui profite à tous grâce à la mise en œuvre de politiques féministes et progressistes.

Dans un contexte international de plus en plus complexe et en constante évolution, l’OCDE offre à ses membres un lieu unique pour discuter de questions sociales, économiques et environnementales urgentes, pour effectuer des analyses stratégiques fondées sur des données probantes, pour promouvoir une croissance mondiale plus verte et plus inclusive, et pour soutenir l’établissement de pratiques exemplaires et de normes internationales mesurables. Afin de remplir son important mandat au cours de la prochaine décennie, l’Organisation aura besoin d’un Secrétaire général capable de penser de manière stratégique, d’innover et de mobiliser divers groupes en vue de s’attaquer aux enjeux mondiaux complexes. Le prochain dirigeant de l’OCDE doit être capable de définir une vision claire et de mobiliser des experts, et doit avoir fait preuve d’excellence dans le domaine de la gestion. Il lui faudra également être à l’écoute des besoins des membres et favoriser la collaboration.

Un leader compétent qui privilégie la collaboration et qui possède une expérience reconnue à l’échelle internationale

Bill Morneau a travaillé dans les secteurs privé, public et à but non lucratif, ce qui lui donne une compréhension unique des besoins et des intérêts de différents groupes et de la façon d’y répondre. Il reconnaît l’importance, tant au Canada que sur la scène mondiale, d’adopter des approches communes pour faire face à des enjeux complexes et de parvenir à un consensus pour relever les défis. Il a démontré sa capacité à travailler avec différents groupes d’intervenants et, dans des contextes multilatéraux, à défendre les intérêts de partenaires, quelle que soit leur influence ou leur situation géographique, afin d’obtenir des résultats qui profitent au plus grand nombre de personnes possible.

M. Morneau a acquis une connaissance approfondie des enjeux complexes auxquels sont actuellement confrontés les pays de l’OCDE grâce à sa participation active aux principaux forums socioéconomiques internationaux, notamment le G7, le G20, la Coopération économique Asie-Pacifique et l’OCDE, et à son rôle de gouverneur du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale. Avant de faire partie d’un gouvernement qui, au cours des 5 dernières années, a mis l’accent sur la mise en œuvre de politiques économiques durables, inclusives et favorables à l’égalité des genres, M. Morneau a été président de l’Institut C.D. Howe, un important groupe de réflexion économique canadien. Ce travail lui a permis d’acquérir une expérience en recherche sur les politiques publiques et de comprendre la nécessité de trouver rapidement des solutions constructives à des problèmes complexes, comme la croissance, les inégalités, la transition rapide vers le numérique, les défis liés au commerce fondé sur des règles et les changements climatiques.

Une reprise économique mondiale qui profite à tous

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence les enjeux structurels de nos économies et les lacunes évidentes des filets de sécurité sociale dans le monde. Les femmes, les jeunes, les travailleurs peu spécialisés et les personnes vulnérables ont été touchés de manière disproportionnée par les effets de la pandémie. Les petites et moyennes entreprises, qui constituent le moteur de croissance de nombreux pays, ont dû s’adapter d’une manière qui était inimaginable il y a moins d’un an. Il ne fait aucun doute que, dans les années à venir, les membres de l’OCDE s’efforceront de combler ces écarts et d’aider les économies à s’engager sur la voie d’une prospérité renouvelée dans le cadre de la reprise post-pandémie. Il sera essentiel de bien comprendre les enjeux économiques et sociaux que la pandémie a mis en évidence. La crédibilité à l’égard de ces questions, comme celle dont jouit un ministre des finances d’un État membre de l’OCDE qui a soutenu avec succès ses citoyens en cette période difficile, sera extrêmement bénéfique pour le leadership de l’Organisation dans ce domaine.

Bâtir des économies vertes et résilientes

Les changements climatiques ont des répercussions sur les personnes et les entreprises du monde entier et façonnent l’avenir des économies. L’OCDE peut jouer un rôle important dans l’élaboration, la coordination et la mise en œuvre des principales initiatives stratégiques des États membres. Il sera également primordial de saisir les occasions qu’offre l’économie verte pour assurer une transition fructueuse qui crée de meilleurs débouchés économiques pour les citoyens et qui ne laisse pas les travailleurs pour compte. Venant d’un pays qui a des objectifs ambitieux en matière de changements climatiques et qui compte sur un important secteur énergétique, M. Morneau possède une vaste expérience de l’élaboration et de la mise en œuvre d’initiatives stratégiques complexes visant à réduire les émissions de carbone et à favoriser la croissance économique. Il travaillera avec les États membres pour parvenir à un terrain d’entente sur les pratiques exemplaires qui permettront à tous les pays de viser l’atteinte d’objectifs clairs dans les années à venir.

Relever les défis de l’ère numérique

Le passage au numérique par les économies mondiales a radicalement changé la façon dont les citoyens acquièrent des connaissances, échangent les uns avec les autres et gagnent leur vie. Ce virage important a créé des écarts entre les politiques publiques des États membres qui ne peuvent être comblés que par une coopération internationale accrue et l’adoption de solutions consensuelles. L’OCDE est particulièrement bien placée pour montrer la voie. Son rôle consiste à mobiliser les intervenants du secteur privé, les représentants syndicaux et d’autres partenaires clés de la société civile aux fins d’élaboration de politiques, ainsi que pour déterminer et communiquer la nécessité d’apporter des changements qui profiteront à tous. Ayant collaboré à divers titres avec ces intervenants, M. Morneau a une connaissance unique du processus à suivre pour favoriser une collaboration multipartite sur des questions socioéconomiques et stratégiques importantes, comme la mise en place de politiques fiscales qui sont équitables pour les États membres et qui permettent d’attirer des investissements et de favoriser la compétitivité des entreprises.

Une excellence en leadership pour obtenir de meilleurs résultats

Le succès de l’OCDE repose sur l’efficacité opérationnelle, le principe de responsabilité et une direction expérimentée. M. Morneau a perfectionné ses compétences en gestion au cours de sa longue carrière dans le secteur privé, faisant passer Morneau Shepell de quelques centaines d’employés à plus de 4 000. Le succès continu de l’OCDE reposera en partie sur la capacité du Secrétaire général à tirer parti des compétences de plus de 3 700 employés de différents pays et d’horizons très diversifiés pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain. Tout au long de sa carrière, notamment au sein d’un Cabinet paritaire, M. Morneau a été à même de constater l’importance de la diversité, de l’inclusion et de la modernisation des pratiques de gestion pour obtenir les meilleurs résultats organisationnels possible. De plus, en tant que ministre des Finances, il a acquis une expérience précieuse dans le secteur public en assurant la gestion des programmes d’une manière rigoureuse et responsable au plan fiscal.

Les liens que M. Morneau a tissés au cours des dernières années en travaillant avec des partenaires internationaux dans le contexte de divers forums multilatéraux, y compris l’OCDE, lui seront inestimables et l’aideront à servir au mieux les intérêts des États membres. À l’avenir, M. Morneau continuera d’appliquer les normes internationales et les pratiques exemplaires qui font la réputation de l’Organisation. S’il est nommé Secrétaire général, il représentera fidèlement les points de vue des membres dans le cadre de ce rôle de premier plan.

Informations de contact

La mission permanente du Canada auprès de l’OCDE est située en France à Paris.

Adresse

15 bis rue de Franqueville
75116 Paris
France

Téléphone : (011-33-1) 44 43 20 90

Télécopieur : (011-33-1) 44 43 20 99

Courriel : poecd@international.gc.ca

Date de modification: