Déclaration du Canada sur les autres mesures de désarmement et de sécurité internationale à la Première Commission de la 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies

Déclaration prononcée par M. Falco Mueller-Fischler

73e Session de l'Assemblée générale des Nations Unies - Première commission

New York, octobre 2018

Monsieur le Président,

La promotion de la paix et de la sécurité internationales dépend de notre capacité collective à reconnaître et à tenir compte des spécificités de genre en ce qui a trait à la non-prolifération, au contrôle des armes et au désarmement. L’intégration des perspectives de genre à ces travaux exige des efforts systématiques et soutenus.

Le Canada accorde la priorité à ces efforts conformément à sa politique étrangère féministe. Nous croyons que promouvoir l’égalité des sexes, y compris dans le domaine du désarmement, représente la façon la plus efficace de bâtir un monde plus pacifique, plus inclusif et plus prospère.

Nous sommes profondément engagés dans le Programme sur les femmes, la paix et la sécurité. Notre deuxième plan d’action national comprend des cibles précises en ce qui a trait à l’intégration d’une perspective relative au désarmement et au genre dans l’ensemble de nos travaux internationaux. Notre leadership comprend l’organisation de discussions sur le désarmement au sein du Groupe des amis des femmes, de la paix et de la sécurité à New York et à Genève au printemps dernier, ainsi que la poursuite des discussions et du renforcement des capacités en ce qui a trait aux spécificités de genre dans la non-prolifération, le contrôle des armes et le désarmement à Genève cette année.

L’emploi d’une optique féministe sur le désarmement fournit des points de vue essentiels sur la manière dont les gouvernements peuvent prévenir et répondre à la violence et aux conflits et mieux soutenir les victimes de violence. Aborder efficacement ces enjeux requiert l’élaboration et la mise en œuvre de politiques sexospécifiques multilatérales et nationales fondées sur des données factuelles. Cela nécessite l’utilisation de données et de recherches ventilées par sexe et par âge afin d’évaluer rigoureusement les répercussions sexospécifiques de la violence armée, ainsi que la tenue de consultations auprès d’organisations de la société civile, de survivants de la violence armée et d’experts en question de genre.

Ces politiques doivent ensuite éclairer nos pratiques. Il est essentiel de comprendre, par exemple, la façon dont les armes légères sont utilisées pour perpétrer la violence faite à l’égard des femmes et des filles. Le Canada est sensible à la manière dont les transferts illicites d’armes légères et d’armes de petit calibre peuvent alimenter les répercussions sexospécifiques de la violence armée. Nous nous efforçons de tenir compte du risque de violence fondée sur le sexe dans nos évaluations du contrôle des exportations et d’étudier systématiquement ce risque dans nos politiques plus générales.

Afin de surmonter la discrimination profondément enracinée et de réaliser des progrès véritables, il est essentiel de renforcer l’autonomie des femmes à s’engager de façon significative et comme partenaires à part entière dans l’élaboration de politiques et de programmes, et aux travaux sur le terrain en matière de non-prolifération, de contrôle des armes et de désarmement. Cette année, le Canada a inclus des dispositions dans sa résolution sur le Traité sur l’interdiction de la production de matière fissile (TIPMF), qui soulignent l’importance d’assurer l’inclusion véritable des femmes dans la négociation d’un traité futur.

Le Canada croit qu’il incombe à la communauté internationale de poursuivre la promotion des considérations liées au genre et au désarmement dans l’ensemble de ses travaux. Nous sommes ravis d’avoir pris part à un tel effort à Genève cette année, où une formation a été donnée et un groupe d’États a déployé des efforts concertés pour la promotion des analyses comparatives entre les sexes dans un plus grand nombre de résolutions de la Première Commission. Enfin, nous accueillons favorablement l’établissement du Disarmament Impact Group à Genève qui vise à promouvoir un dialogue ainsi que des mesures sexospécifiques plus importantes dans le cadre des processus de désarmement.

Je vous remercie.

Date de modification: