Sélection de la langue

Recherche

Le Canada défend les droits LGBTQ2 en Asie-Pacifique

Le Canada en Asie-Pacifique
Droits de la personne
Juillet 2018

Projet Centre LIFE : Sensibilisation aux questions de genre dans les services de soins de santé aux personnes transgenres au Vietnam.

Au cours de l’année dernière, la communauté LGBTQ2 de la région Asie-Pacifique a connu des victoires ainsi que des revers. De la stigmatisation à laquelle sont confrontées les personnes transgenres au Vietnam à la promesse de Taiwan de légaliser le mariage entre partenaires de même sexe, aucun pays n’a la même approche concernant les droits LGBTQ2.


Pour les bureaux du Canada de la région Asie-Pacifique, la défense des personnes LGBTQ2 signifie se frayer un chemin à travers les lois strictes, les conventions religieuses et les organismes communautaires locaux. Mais l’objectif reste toujours : honorer l’engagement du Canada de lutter pour les droits des personnes LGBTQ2 à travers le monde.


Surmonter les obstacles juridiques

Dans un certain nombre de pays d’Asie, la communauté LGBTQ2 se heurte à des obstacles non seulement du point de vue de la société mais du système juridique lui-même.

En Malaisie, la communauté LGBTQ2 est confrontée à une discrimination et à un harcèlement généralisés, y compris par le système juridique.

Les relations entre personnes de même sexe restent illégales en vertu du code criminel en dépit de l’âge ou du consentement, alors que le « travestisme » est illégal pour les Malaisiens musulmans selon la charia.

Le gouvernement malaisien a également financé des camps de réhabilitation afin de s’occuper du problème de « confusion de l’identité sexuelle.

A Singapour, la loi locale punit les relations sexuelles entre hommes consentants, bien que la loi ne soit pas appliquée. Et au Vietnam, où le mariage entre partenaires de même sexe n’est plus interdit, la communauté transgenre se heurte toujours à des inégalités au sein de la société.

Pour les groupes de militants de Malaisie, l’une des principales priorités est la lutte pour l’amélioration des conditions de vie et de travail de la communauté LGBTQ2.

Un atelier de deux jours à Kuala Lumpur a aidé les participants à apprendre à rédiger un CV, à développer des techniques de communication dans le milieu professionnel et à recevoir des conseils en matière d’insertion professionnelle de spécialistes en ressources humaines.Un atelier de deux jours à Kuala Lumpur a aidé les participants à apprendre à rédiger un CV, à développer des techniques de communication dans le milieu professionnel et à recevoir des conseils en matière d’insertion professionnelle de spécialistes en ressources humaines.

SEED, un organisme communautaire et sans but lucratif, vient en aide aux groupes marginalisés en Malaisie. Des services de soins de santé et des informations concernant le VIH/SIDA aux services de présentation d’emplois et évènements de réseautage, SEED offre un environnement sûr à la communauté transgenre, aux femmes défavorisées et aux personnes atteintes du VIH.

Grâce au soutien financier du Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL), SEED a dispensé aux membres de la communauté transgenre de Malaisie la formation professionnelle dont ils avaient besoin pour intégrer le marché du travail.

Reconnaissant l’existence de cette discrimination généralisée à l’encontre de la communauté transgenre de Malaisie, les participants ont échangé des informations sur les lieux de travail respectueux des personnes transgenres en Malaisie et sur les stratégies permettant de faire face à la discrimination et au harcèlement.

Nisha Ayub, fondatrice et directrice de SEED, a déclaré au public « il nous faudrait davantage d’opportunités de ce genre pour informer notre communauté…pour renforcer leur confiance afin de poursuivre leur carrière et leur évolution. »


Le Canada a aidé Oogachaga à rendre son site Internet plus facile d’utilisation et plus accessible.Le Canada a aidé Oogachaga à rendre son site internet plus facile d’utilisation et plus accessible.

À Singapour, le Canada a apporté son soutien à un organisme du nom de Oogachaga qui a collaboré avec la communauté LGBTQ2 de Singapour pendant près de 20 ans afin d’offrir des conseils, des groupes de soutien et de la formation.

Le Haut-Commissariat du Canada à Singapour a soutenu l’initiative de l’organisme visant à mettre à jour son site internet, le rendant plus facile d’utilisation et plus accessible sur les appareils mobiles. Dans la semaine suivant le relancement, le nombre moyen de visiteurs du site a presque été multiplié par cinq.

L’accès à l’information, au soutien et aux services pour la communauté LGBTQ2 est désormais possible en un seul clic.


Acceptation juridique mais stigmatisation sociale

Mia Nguyen apparaît dans un document promotionnel du Centre LIFE.Mia Nguyen apparaît dans un document promotionnel du Centre LIFE.

Bien que de nombreux pays d’Asie-Pacifique ne constituent pas de barrières juridiques strictes pour les personnes LGBTQ2, la discrimination reste un problème.

Au Vietnam, l’interdiction du mariage entre partenaires de même sexe a été levée en 2015 et la réassignation sexuelle chirurgicale a été légalisée.

Pourtant, les personnes transgenres au Vietnam continuent de faire l’objet d’une stigmatisation lorsqu’elles postulent pour un emploi, fréquentent les espaces publics et accèdent aux soins de santé.

Reconnaissant l’impact de ces batailles quotidiennes, le Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL) au Vietnam a financé le Centre de promotion de la qualité de vie (Centre LIFE) afin de sensibiliser aux questions de genre dans les services de soins de santé pour les femmes transgenres.

Mia Nguyen, l’un des formatrices du Centre LIFE, est une experte en soutien psychologique et une femme transgenre. Mia a formé 250 professionnels de la santé afin de sensibiliser aux questions de genre dans le milieu médical et de faire prendre conscience des défis auxquels doivent faire face la communauté transgenre du Vietnam.

« Je forme des professionnels de la santé pour la première fois et j’en suis vraiment ravie. Mon mari et ma famille doivent être très fiers de moi ! » a déclaré Mia.

« Je suis convaincue que l’amour et la tolérance peuvent changer une personne—je suis fière d’être trans! »


Lutter contre l’intolérance grâce à l’éducation

En 2017, le Conseil Constitutionnel de Taïwan a pris la décision de légaliser le mariage entre partenaires de même sexe d’ici deux ans, faisant du pays le premier territoire en Asie à franchir cette étape importante.

Chi-Wei Chung d’Assistance téléphonique LGBTQ de Taiwan prenant la parole au Bureau Commercial du Canada à Taipei.Chi-Wei Chung d’Assistance téléphonique LGBTQ de Taiwan prenant la parole au Bureau Commercial du Canada à Taipei.

Mais les réponses négatives de la population se sont fait entendre. Des groupes d’opposition se sont mobilisés contre le mariage entre partenaires de même sexe, et ont lancé des attaques stratégiques et des campagnes d’« intox » à l’encontre de la décision du conseil ainsi que de l’effort en faveur d’une éducation inclusive en matière de genre.

En réponse, le Bureau Commercial du Canada à Taipei a mis en œuvre une stratégie pluriannuelle afin de favoriser une éducation inclusive en matière de personnes LGBTQ2.

En collaboration avec Taiwan LGBTQ Hotline (Assistance téléphonique LGBTQ de Taiwan) et Taiwan Gender Equity Association (Association pour l’égalité des genres de Taiwan), le Bureau Commercial a organisé des séminaires, des tables rondes et des conférences afin de promouvoir un échange d’idées sur les droits LGBTQ2, l’égalité en matière de mariage et l’éducation inclusive.

Cho Keng-yu, membre du conseil d’administration de l’Association pour l’égalité des genres de Taiwan, a établi des comparaisons entre le soutien apporté par le Canada et Taiwan sur la question LGBTQ2.

« Le Canada et Taiwan œuvrent pour une éducation inclusive, l’égalité des genres et les droits LGBTQ2, » a-t-il déclaré.

« Les deux pays rencontrent encore des difficultés. J’espère que nous pourrons traverser les épreuves difficiles et faire en sorte que chacun soit fier de ce qu’il est. »


Protection des personnes LGBTQ2 à travers le monde

Les droits LGBTQ2 sont des droits de la personne. Et pour le Canada, les droits de la personne, quelle qu’elle soit, ne sont pas négociables.

Le Canada lutte non seulement pour promouvoir les droits LGBTQ2 mais également pour les protéger.

Dans la région Asie-Pacifique, où les approches concernant les droits LGBTQ2 sont si différentes, la promesse du Canada reste vraie.


Liens connexes

Ressources externes

Date de modification: