Sélection de la langue

Recherche

Briser les tensions en Irak, un tournoi de volleyball à la fois

En 2016, 71 jeunes hommes kurdes et arabes de Qamchugha ont participé à un tournoi de volleyball qui a rapproché leurs deux communautés.

Arabe (.pdf)

Kurde (.pdf)

Le premier tournoi de volleyball organisé à Qamchugha, en Irak, était différent des autres  événements sportifs : il a brisé les barrières entre Kurdes et Arabes dans la communauté.

Qamchugha est l’un des villages les plus anciens de la région du Kurdistan irakien. Le village est composé en majeure partie de familles kurdes qui ont fui la violence et la répression pendant la brutale campagne Anfal, lancée par Saddam Hussein à la fin des années 1980, qui a tué de 50 000 à 100 000 Kurdes et a forcé la réinstallation de milliers d’autres et l’installation d’Arabes sunnites dans des maisons kurdes.

En 2014, lorsque Daech a commencé ses assauts sur le territoire irakien, près d’un million d’Arabes sunnites ont fui leurs maisons et se sont réinstallés dans des villes kurdes, comme Qamchugha, où la communauté se méfiait des nouveaux arrivants. Ne connaissant pas ou très peu la langue kurde, les familles arabes récemment réinstallées ont vite compris qu’elles auraient beaucoup de difficulté à obtenir la confiance et à établir des relations avec leurs voisins kurdes. Avec tous les soupçons, les perceptions négatives, les barrières culturelles et linguistiques et les tensions historiques entre les deux groupes, les conflits ont rapidement augmenté à Qamchugha.

Mais malgré tout ce qui divisait les deux groupes, une chose les unissait : les jeunes hommes des deux communautés avaient en commun un intérêt évident pour le sport.

Les jeunes Kurdes et jeunes Arabes passaient une grande partie de leur temps à jouer au soccer et au volleyball dans des rues et dans des terrains abandonnés dans le village et ses environs. Les Kurdes jouaient dans le stade local, mais les Arabes n’avaient aucun endroit à eux. Beaucoup d’entre eux se sentaient mal à l’aise d’entrer dans le stade pour jouer aux côtés des jeunes Kurdes. Pour éviter les confrontations, l’anjuman, le dirigeant non gouvernemental de la communauté,  a donné aux jeunes Arabes la permission d’utiliser des terrains plats à proximité pour jouer.

Pour Mercy Corps, cet intérêt commun pour le sport était une occasion de favoriser les interactions et de jeter des ponts entre les communautés. En octobre 2016, un projet improbable a vu le jour : pendant une semaine entière, 71 jeunes hommes, soit 29 Arabes et 42 Kurdes, ont formé des équipes mixtes et ont participé à huit matchs de volleyball. Le tournoi a immédiatement attiré les foules. Des Kurdes et des Arabes acclamaient les joueurs et profitaient de l’ambiance des jeux. Les partisans – voisins, proches et parents des joueurs – ont rapidement commencé à s’entremêler, comme les joueurs, et à discuter des matchs et de la compétition amicale.

Cette expérience toute simple a jeté les bases à partir desquelles les groupes ont pu interagir et se donner mutuellement bonne impression. À la fin du tournoi, les joueurs ont échangé leurs numéros de téléphone et ont commencé à utiliser le stade pour faire du sport ensemble chaque semaine, en équipes mixtes. « Maintenant que je connais les autres joueurs, je me sens plus à l’aise de jouer avec eux dans le stade », explique un jeune Kurde.

Le tournoi de volleyball organisé par le programme a eu lieu en 2016, mais ses effets sont encore perceptibles dans la communauté. Plus d’un an plus tard, les jeunes Kurdes et les jeunes Arabes continuent de se rencontrer au stade chaque semaine pour des matchs amicaux de soccer ou de volleyball.

« Je n’aurais jamais pensé que je jouerais un jour dans la même équipe qu’un Kurde. »

Un participant arabe

Promouvoir la cohésion sociale en Irak

Depuis le début de la guerre en Irak, en 2014, plus de trois millions de personnes – près d’un Irakien sur dix – ont été contraintes de quitter leur foyer et sont devenues des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. En réaction à cette crise, le Canada fournit à l’Irak une aide humanitaire, du soutien dans le cadre des efforts de stabilisation et de développement et une aide diplomatique, dans le cadre de la Stratégie du Canada au Moyen-Orient.

Un élément important de cette stratégie a été le projet de promotion de la cohésion sociale en Irak. Dans le cadre de cette initiative, le Canada a versé 4,5 millions de dollars à Mercy Corps pour atténuer les tensions entre les familles forcées de fuir leurs villes et villages et les communautés où elles se sont réinstallées. Mercy Corps est une organisation humanitaire mondiale qui donne aux gens les moyens de se remettre d’une crise, d’améliorer leur vie et d’apporter des changements positifs à leur communauté.

Entre avril 2015 et août 2017, plus de 20 000 femmes, filles, hommes et garçons des gouvernorats irakiens de Diyala et de Souleimaniye ont bénéficié de plus de 100 projets communautaires rendus possibles grâce à ce financement. Pour en savoir plus, visitez la page Promouvoir la cohésion sociale en Irak.


Date de modification: