Sélection de la langue

Recherche

Le bureau d’Agrocorp à Singapour sème des emplois au Canada grâce à un investissement direct de 50 millions de dollars

De gauche à droite : Ravi Raghavan, directeur; Vijay Iyengar, président et directeur général; Vishal Vijay, chef, Développement commercial.

 

Ce qui n’était au départ que le désir d’un homme de suivre les traces de son père est devenu l’une des plus grandes sociétés commerciales au monde, une société ayant investi près de 50 millions de dollars au Canada.

Vishal Vijay, chef du développement des affaires au bureau d’Agrocorp à Singapour, affirme que son père a fondé l’entreprise il y a 30 ans, lorsqu’il a déménagé de Londres, au Royaume-Uni, à Singapour pour perpétuer la tradition familiale lancée par son grand-père.

« Singapour était en train de devenir un centre commercial à l’époque, déclare Vishal Vijay. L’inspiration d’y créer une entreprise est venue de la famille. »

Agrocorp, dont le siège social est situé à Singapour, est spécialisée dans le commerce des légumineuses (des semences comestibles sèches comment les pois chiches, les lentilles et les haricots), du blé, du riz, des oléagineux, du sucre, du coton et des noix. Depuis ses débuts modestes, l’entreprise est devenue une société mondiale comptant plus de 500 employés répartis dans 24 bureaux dans quinze pays, dont le Canada.

L’investissement d’Agrocorp au Canada se traduit par des emplois pour les Canadiens et de nouvelles affaires pour les agriculteurs canadiens à l’échelle du pays.

Le Canada, qui est l’un des plus grands exportateurs de produits agricoles au monde, représente pour Agrocorp l’endroit idéal où étendre ses activités.

En 2010, Vijay Iyengar, père de Vishal Vijay et fondateur d’Agrocorp, jouait au golf avec l’ambassadeur du Canada à Singapour, David Sevigny, quand il a songé à la possibilité d’étendre les activités d’Agrocorp au Canada et d’investir dans les Prairies.

L’ambassadeur a présenté Vijay Iyengar au Canadien National, le grand exploitant ferroviaire transcontinental nord-américain, qui a aidé Agrocorp à déterminer un lieu convenable le long des lignes ferroviaires à Moose Jaw, en Saskatchewan, où construire la première usine Agrocorp.

Aujourd’hui, Agrocorp achète environ deux millions de tonnes de récoltes canadiennes directement auprès des agriculteurs ou des entreprises de la région, et les exporte dans le monde entier.

De gauche à droite : Ravi Raghavan, directeur; Vijay Iyengar, président et directeur général; Vishal Vijay, chef, Développement commercial.
De gauche à droite : Ravi Raghavan, directeur; Vijay Iyengar, président et directeur général; Vishal Vijay, chef, Développement commercial.

« Il est important pour nous d’investir dans des pays qui nous soutiendront et travailleront avec nous, déclare Vishal Vijay. Le Canada a vraiment été un bon choix à cet égard. »

La société qui génère des recettes de plus de quatre milliards de dollars a des bureaux à Vancouver et à Winnipeg, et possède quatre usines de transformation en Alberta et en Saskatchewan.

Une cinquième usine de transformation située à Cut Knife, en Saskatchewan, doit ouvrir ses portes en avril 2019 et créer ainsi jusqu’à dix emplois au sein de la petite collectivité de 500 habitants.

Cette usine sera le premier investissement d’Agrocorp dans l’extraction de protéines et la transformation d’aliments à valeur ajoutée. Cela représente une nouvelle source de revenus d’envergure pour la société et ses cultivateurs.
Avant qu’Agrocorp n’investisse à Cut Knife, l’entreprise avait tenu une réunion d’information au sein de la collectivité. Près de la moitié des habitants de la ville s’étaient présentés.

« C’était assez incroyable, affirme Vishal Vijay. Dans ces petites villes du Canada, la population se mobilise vraiment et veut savoir ce qui se passe dans sa ville. »

Selon Vishal Vijay, Agrocorp ne s’arrêtera pas au dernier investissement à Cut Knife. L’entreprise étudie déjà d’autres possibilités d’investissement au Canada.

En tant qu’entreprise qui exporte dans le monde entier, les accords de libre-échange, y compris le nouvel ALENA et l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP), sont cruciaux pour faciliter son mode de fonctionnement.

Agrocorp commence à étudier la possibilité d’exporter davantage de produits canadiens vers la Malaisie et le Chili grâce au PTPGP. Le Vietnam, un autre pays membre de l’accord de l’Asie-Pacifique, constitue déjà un marché important pour Agrocorp.

« Le rôle de ces accords commerciaux est très important, affirme Vishal Vijay. Ils aident les entreprises à se diversifier et à trouver de nouvelles sources de revenus. »

Date de modification: