Sélection de la langue

Recherche

Une entreprise de cabines photographiques d’Halifax trouve la voie de la réussite internationale en un clin d’œil

La cabine photo Iris s’est beaucoup améliorée depuis l’apparition du premier prototype fabriqué à partir de carton et de papier.

« Je devais perturber ou être perturbée. »

Sue Siri, d’Halifax, a été la première femme photographe de presse de Nouvelle-Écosse et, maintenant, elle est la fondatrice et chef de la direction d’Iris Booth, la première entreprise de cabines photographiques professionnelles au monde.

« J’ai été photographe professionnelle pendant plus de 25 ans, explique Mme Siri. Mais il m’est apparu clairement que je devais me réorienter en raison de l’automatisation, de l’intense engouement pour les médias sociaux et du déclin de l’industrie photographique. Je devais innover dans le domaine que je connaissais le mieux. »

L’idée d’une cabine photographique professionnelle est née d’un simple éclair d’inspiration qu’elle a eu il y a trois ans et demi lors d’un souper avec ses enfants. Mme Siri travaillait dans le domaine de la photographie d’entreprise et faisait des portraits haut de gamme.

La nouvelle version de la cabine portable Iris, qui peut prendre des portraits de haute qualité pour 20 $, est populaire auprès des clients.

« J’examinais une demande de photographie de 2 000 diplômés et je me suis dit : Je vais prendre tout mon matériel, le configurer et préenregistrer toutes les instructions, comme “prétendez que je suis votre meilleure amie” et “penchez-vous en avant et souriez”. Ensuite, mes enfants m’ont dit : “Tu sais, ce n’est pas une mauvaise idée”. J’ai donc construit dans mon salon la première cabine photographique en papier kraft et en carton. »

L’entreprise de Mme Siri compte maintenant quatre employés, et des entrepreneurs construisent ses derniers modèles de cabine photographique en fibre de verre. Son premier envoi de cabines portatives arrivera au Japon en avril.

Mme Siri indique qu’elle doit relever les défis de l’exploitation d’une entreprise sept jours sur sept.

« Aujourd’hui, je pourrais dire que le défi à relever est la fabrication. Vendredi, je pourrais dire l’expédition. Lundi, l’assurance. Mardi, le recrutement d’employés et leur maintien en poste. Il y a une avalanche de défis à relever, ce qui vous empêche de vous concentrer trop longtemps sur un en particulier. »

Trouver des clients est un défi qui ne l’inquiète pas.

Mme Siri a récemment participé au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, où Linkedln a présenté sa cabine photographique professionnelle sur sa scène principale. La cabine a suscité l’intérêt de Microsoft et des Nations Unies à l’événement Linkedln. Mme Siri se rendra ensuite au salon professionnel South by Southwest (SXSW) à Austin, au Texas, avec six cabines.

Les accords commerciaux comme le PTPGP sont encourageants pour Mme Siri. « Tous les clients de mon entreprise sont à l’extérieur du Canada », dit-elle.

Alors, quelle sera la prochaine étape?

« Nous y sommes déjà, affirme Mme Siri. Nous étendons nos activités dans six nouveaux pays, en Australie et dans cinq pays d’Asie et d’Europe. Nous sommes déjà présents aux États-Unis, et notre liste de clients est vraiment impressionnante. Je suis ravie que les plus importantes et les meilleures entreprises de haute technologie soient déjà des partenaires. Nous sommes acceptés à l’échelle mondiaIe. »

Si vous désirez connaître la valeur du marché international pour les petites entreprises, demandez-le simplement à (Mme) Siri.

Date de modification: