Sélection de la langue

Recherche

Laipac assure la connexion entre le monde et ses dispositifs de localisation

Employés de Laipac Technologies dans leurs bureaux de Mississauga.

 

Plutôt que de chercher un emploi lorsqu’ils ont quitté l’Argentine pour immigrer au Canada, il y a 20 ans, Diego Lai et sa femme, Maria Pacini, ont rapidement mis sur pied leur propre entreprise. Laipac Technology était lancée à peine deux semaines après leur arrivée.

Employés de Laipac Technologies dans leurs bureaux de Mississauga.
Employés de Laipac Technologies dans leurs bureaux de Mississauga.

Laipac, située à Richmond Hill, en Ontario, a parcouru beaucoup de chemin depuis sa création. Bien qu’elle n’emploie que 20 personnes, l’entreprise vend ses dispositifs de suivi et de localisation au moyen de GPS dans plus d’une centaine de pays du monde. Elle a reçu un certain nombre de distinctions canadiennes et internationales, y compris le titre d’exportatrice de l’année 2018 en Ontario. Elle a aussi remporté le prix du secteur des produits de consommation la même année.

Les exportations représentent 95 % des ventes de Laipac, et ses marchés sont aussi divers que ses produits. Les dispositifs de l’entreprise canadienne protègent des guichets automatiques dans les banques d’Arabie saoudite. Pemex, une société d’État du Mexique dans le secteur de l’énergie, a installé les systèmes de localisation de véhicules de Laipac dans plus de 8 000 de ses camions. En Indonésie, les délinquants en détention à domicile portent un bracelet de surveillance inviolable de Laipac.

Le ministère de la Santé de la Russie a acheté 10 000 bracelets de surveillance S911 de Laipac pour permettre à des personnes âgées de vivre de façon autonome. L’ancien président et premier ministre de la Russie, Dmitry Medvedev, était sur place à Moscou pour présenter ces dispositifs lorsqu’ils ont été livrés.

L’Internet des objets, qui fait référence aux appareils de tous les jours connectés à Internet pour l’envoi et la réception de données, s’est avéré une bénédiction pour Laipac. Sa montre-bracelet LooK smart recueille des données sur le rythme cardiaque pendant un entraînement, rappelle à l’utilisateur de prendre ses médicaments et peut envoyer des messages de détresse en cas d’urgence à un numéro préprogrammé, en indiquant l’emplacement précis de l’utilisateur. Ce sont des renseignements qui pourraient être utiles à un éventail de personnes, dont les patients atteints de démence ou les travailleurs dans un endroit éloigné.

Diego Lai, né à Taïwan, ne doute pas que l’aspiration de libéralisation du commerce du Canada aide à élargir les horizons de son entreprise. « Les accords commerciaux sont particulièrement utiles aux activités du gouvernement, dit-il. Ils rendent les produits un peu plus attrayants, parce que les droits à l’importation et les taxes sont moins élevés. » Il observe que, de plus, le Canada a une très bonne réputation dans le monde entier, particulièrement en ce qui a trait à l’innovation dans les technologies.

M. Lai fait remarquer que Laipac a réussi à obtenir des contrats tout en étant en concurrence avec des entreprises qui font plusieurs fois sa taille. « Nous sommes une petite entreprise et nous sommes très agiles, dit-il. Nous avons de bonnes idées et nous sommes généralement en mesure de régler les problèmes des clients. C’est ce que nous faisons de mieux et nous sommes toujours honnêtes. »

Date de modification: