Sélection de la langue

Recherche

Masitek Instruments tire parti de la diversité du Canada sur les marchés mondiaux

Photo de Pablo Asiron, vice-président de l’Expansion internationale, Masitek.

 

Masitek Instruments est l’un des nombreux exportateurs qui ont pris conscience des avantages que procure la riche diversité du Canada.

« Le fait de bénéficier de perspectives et d’expériences variées a mené à une plus grande collaboration et, au bout du compte, à un produit plus innovateur », explique Tracy Clinch, chef de la direction de Masitek. L’entreprise de Moncton, au Nouveau-Brunswick, fabrique des capteurs de haute technologie qui aident à prévenir les dommages subis par les bouteilles et autres emballages pendant leur déplacement sur la chaîne de conditionnement et d’emballage.

« En tant qu’entreprise qui commercialise ses produits à l’échelle mondiale, notre capacité à communiquer dans plusieurs langues est une force incroyable, tout comme l’étendue des connaissances techniques que nos employés apportent à l’organisation », affirme Mme Clinch.

Plus du quart des employés de Masitek sont des immigrants. L’un d’eux, Alexander Izichkis, est un technologue en électronique né en Ukraine, qui a déménagé en Israël et est arrivé au Canada (et à Masitek) il y a quatre ans. M. Izichkis parle trois langues : l’anglais, l’hébreu et le russe. Une autre technologue électronique de Masitek, Ana Dasilva, a émigré du Venezuela.

« Moncton me rappelle la petite ville d’où je viens, raconte Mme Dasilva. Mais là-bas, je devais me rendre dans une autre ville pour trouver un centre commercial ou un cinéma, alors je dirais que Moncton est une amélioration. »

Masitek vend ses capteurs par l’intermédiaire d’agents dans près de 40 pays dans le monde. La liste de ses clients se lit comme un bottin de l’industrie des biens de consommation et comprend des géants comme ABInBev, Nestlé, Coca-Cola, Heineken, Diageo, Unilever et Carlsberg.

Le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC) a été un partenaire clé dans l’élargissement des horizons de Masitek.

« Le SDC fait partie de notre entreprise, explique Mme Clinch. Nous avons des réunions régulières avec notre délégué commercial local, et nous avons récemment fait une présentation sur notre stratégie d’exportation pour nous assurer que nous tirons le meilleur parti de nos possibilités ensemble. »

Mme Clinch cite les récents efforts de Masitek pour remporter des contrats en Australie. Les délégués commerciaux à Sydney ont cerné quatre partenaires locaux potentiels et ont établi des profils de clients possibles. Masitek a fini par signer une entente de représentation avec l’une des entreprises présentées par le SDC.
« Ceci est un exemple parmi tant d’autres de la façon dont le SDC a aidé Masitek », affirme Mme Clinch.

Ana Dasilva, la technologue vénézuélienne, explique ainsi l’un des plaisirs de travailler chez Masitek : « En tant que femme d’un autre pays, je peux m’inspirer de l’exemple de Tracy et me dire que je peux devenir une leader moi aussi. » Réciproquement, grâce à son éducation et à sa connaissance d’autres cultures, Mme Dasilva peut être utile à ses collègues canadiens. Elle sait bien, par exemple, qu’il vaut mieux ne pas essayer de téléphoner à un fournisseur en Amérique latine à 8 heures du matin.

Date de modification: