Sélection de la langue

Recherche

Un cinéaste canadien acquiert une expérience professionnelle enrichissante autour du monde

 

Justice Brooks, réalisateur et cinéaste canadien, a été bouleversé en filmant l’histoire d’une Indienne luttant pour nourrir ses quatre enfants à la suite de la mort subite de son mari.

Brooks, qui a aujourd’hui 25 ans, s’est rendu en Inde en 2018 alors qu’il travaillait pour la chaîne de télévision australienne Hillsong.

Rencontrer la mère en deuil a été un moment émouvant pour Brooks, qui a grandi à Red Deer, en Alberta.

Un jeune homme tient une caméra vidéo et regarde les rives de la ville
Justice Brooks filme le panorama de la ville au Queensland, en Australie, pour un documentaire du réseau Hillsong

« Voir des gens vivre dans de telles conditions m’a choqué, et il faut vraiment le voir pour le croire, explique-t-il. Une mère, déjà dans une situation désastreuse, puis la mort de son mari, et la survie dans les bidonvilles de Mumbai, c’est tout un choc. »

Brooks n’avait jamais pensé que ce qu’il verrait et entendrait à Mumbai, et la situation critique de cette femme, serait aussi dur. Il s’était rendu en Inde avec des membres de l’organisation Vision Rescue pour filmer un documentaire sur l’aide que cette organisation offre à des gens dans le besoin partout dans le monde, que ce soit sous forme de nourriture, de services éducatifs ou de soutien émotionnel.

Cette initiative du gouvernement fédéral appelée Expérience internationale Canada (EIC) lui a permis de vivre cette expérience qui a changé sa vie.

EIC offre à des Canadiens âgés de 18 à 35 ans la possibilité de travailler et de voyager à l’étranger. Ils peuvent présenter une demande de visa pour travailler dans plus de 30 pays qui ont des accords bilatéraux avec le Canada. Les jeunes de ces pays peuvent également faire la même chose au Canada.

Brooks s’est vu offrir un visa de type vacances-travail par l’Australie et s’y est installé en 2017. Il a ensuite commencé à travailler pour le réseau de télévision Hillsong, dont les installations se trouvent à Sydney.

« Le visa vacances-travail m’a donné la chance de ma vie : travailler en Australie et au Royaume-Uni, et lancer ma carrière dans l’industrie cinématographique », explique-t-il.

Un homme enregistre un groupe de musique durant un concert
À Sydney, en Australie, Justice Brooks filme le groupe Hillsong Worship, qui enregistre un album en direct

Aujourd’hui, Brooks a un visa d’emploi parrainé qui lui permet de continuer de travailler au réseau Hillsong, où il supervise les éléments liés aux tournages, de la location jusqu’à la manipulation de la caméra. Il utilise aussi ses connaissances cinématographiques techniques pour bien traduire à l’écran la vision du réalisateur en chef.

À titre de directeur de la photographie et de caméraman, il travaille pour des émissions télévisées, des campagnes publicitaires, des documentaires et des musiciens australiens. Son réseau l’a également envoyé réaliser des documentaires en Inde, en Thaïlande et au Cambodge.

C’est après avoir obtenu un diplôme du Southern Alberta Institute of Technology en 2014 et fait un stage en études cinématographiques à l’Université Columbia de New York qu’il a vécu sa première expérience avec le programme EIC.

Il a obtenu un visa de vacances-travail du Royaume-Uni et y a déménagé en 2014.

C’est là qu’il a travaillé avec Joshua McKenzie, aussi connu sous le nom de MckNasty, directeur musical et demi-finaliste à l’émission Britain’s Got Talent. Il a aussi réalisé des vidéos pour des musiciens de grandes maisons de disques, dont le rappeur britannique Labrinth, et a voyagé partout en Europe.

« L’idée de voyager en tant que touriste m’a toujours plu, mais voyager et travailler en même temps était mon rêve »
— Justice Brooks, réalisateur et cinéaste canadien

Pendant son séjour au Royaume-Uni, Brooks a visité des camps de réfugiés à la frontière de la France en compagnie de représentants de l’organisation sans but lucratif londonienne Green Light.

Son travail de cinéaste au Royaume-Uni, grâce au programme EIC, lui a permis de réaliser une vidéo axée sur les conditions terribles dans les camps de réfugiés, afin d’encourager les gens à donner de leur temps, de la nourriture et des fournitures.

À la frontière française, Brooks a rencontré un jeune homme de son âge : « Voir quelqu’un de mon âge qui a subi tant d’épreuves m’a vraiment ouvert les yeux, c’est impossible à expliquer, ajoute-t-il. Ces réfugiés ont vaincu de nombreuses épreuves et il ne leur reste plus rien. »

Brooks affirme que sa carrière s’est épanouie en grande partie à cause de l’expérience professionnelle internationale qu’il a acquise grâce au programme EIC.

« Le message que je veux transmettre, c’est que le visa vacances-travail n’est pas seulement pour les gens qui voyagent avec leur sac à dos, explique-t-il. C’est un outil précieux pour les jeunes professionnels qui veulent voyager et travailler à l’étranger. »

Grâce à la Stratégie du Canada en matière d’éducation internationale, un plus grand nombre de jeunes Canadiens comme Brooks peuvent étudier et travailler à l’étranger.

Le gouvernement du Canada investira dans cette nouvelle stratégie 147,9 millions de dollars sur cinq ans, et 8 millions par année par la suite.

Ces investissements aideront de jeunes Canadiens à acquérir les compétences dont ils ont besoin pour réussir dans l’économie mondiale, et continueront d’attirer les meilleurs talents au Canada.

La Stratégie compte redoubler d’efforts pour promouvoir l’initiative Expérience internationale Canada afin de mieux sensibiliser les Canadiens et Canadiennes aux possibilités de travailler et de voyager à l’étranger.

Date de modification: