Sélection de la langue

Recherche

Faire ressortir l’aspect « local » du FCIL pour promouvoir l’égalité des genres en Turquie

Ambassador Rita Rudaitis-Renaud

Pour parvenir à une égalité des genres qui soit durable, il faut des solutions locales.


Même si elle peut compter sur un dynamique mouvement de défense des droits des femmes, la Turquie arrive au 130e rang de l’Indice mondial des disparités entre hommes et femmes 2020 du Forum économique mondial (FEM) sur un total de 153 pays, elle qui occupait le 105e rang en 2006. En Turquie comme dans le monde entier, les femmes font toujours face à des inégalités qui nuisent à leur participation à la vie économique et politique.

En Turquie, la violence à l’endroit des femmes demeure le plus important problème de non-respect des droits des femmes : environ quatre femmes sur dix subissent de la violence Démasquer les disparités entre les hommes et les femmes à l’échelon des districts en Turquisexuelle ou physique au moins une fois dans leur vie. Et cette violence s’est aggravée en Turquie ainsi qu’à l’échelle mondiale dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

En Turquie, les données sont souvent publiées de façon centralisée, ce qui contribue à masquer les importantes disparités qui existent aux échelons régional et local. De nombreuses organisations présentes en sol turc prennent des mesures pour mieux comprendre et réduire les écarts entre hommes et femmes à l’échelon local. L’ambassade du Canada en Turquie appuie fièrement leurs efforts au moyen du Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL).

Au cours du présent cycle, l’ambassade a financé cinq projets ayant pour thème principal l’égalité entre les genres, et deux autres projets ayant fait de l’égalité hommes-femmes un sous-thème. Elle a entre autres appuyé des initiatives qui sont décrites plus bas et qui visaient :

En parallèle, l’ambassade a offert à des partenaires antérieurs, actuels et potentiels du FCIL une formation sur l’analyse comparative entre les sexes plus afin de les aider à combler leurs lacunes en matière de capacités. Faisant fond sur ces efforts, et pour souligner la Journée internationale des femmes, l’ambassade et le consulat ont lancé une initiative d’engagement à l’égard de l’égalité des genres. Cet engagement permet aux deux missions présentes en Turquie de faire elles-mêmes ce qu’elles préconisent en appliquant un cadre de référence axé sur l’égalité des genres dans les activités quotidiennes qu’elles réalisent avec leurs partenaires locaux. Par exemple, Ankara et Istanbul se sont engagées à agir en amont et à inviter des entreprises admissibles dirigées par des femmes ou étant la propriété de femmes et ayant des politiques et des protocoles énergiques en matière d’égalité des genres à participer à des processus d’approvisionnement en biens et en services. En agissant ainsi elles appuient concrètement la politique du gouvernement du Canada qui consiste à promouvoir une plus grande participation des femmes dans le monde des affaires. Le Service des délégués commerciaux du Canada en Turquie a soutenu le lancement de la section turque de l’organisme sans but lucratif Women in Renewable Energy (WIRE) en 2019. WiRE a pour objectif de mieux sensibiliser les femmes aux débouchés offerts dans le secteur des énergies renouvelables et à promouvoir une représentation plus équilibrée entre les hommes et les femmes dans ce secteur.

L’ambassade a également utilisé le Fonds culturel de la mission, le Fonds d’initiative de la mission et le compte à fins déterminées pour donner encore plus d’ampleur aux projets réalisés dans le cadre du FCIL durant ce cycle. Elle a notamment organisé sa deuxième cérémonie annuelle de remise des Prix des droits de la personne, qui a permis de récompenser une activiste de longue date du domaine de l’égalité des genres. Une vidéo parrainée par la mission, et qui a été projetée lors de la cérémonie pour sensibiliser les gens à la violence fondée sur le sexe en Turquie, a généré un achalandage record sur le compte Twitter de l’ambassade, avec plus de 23 000 visionnements. Cet événement a déclenché l’augmentation quotidienne la plus rapide jamais enregistrée du nombre de nouveaux abonnés au compte Twitter de l’ambassade.

Pour obtenir un aperçu des activités du FCIL de cette année, regardez la vidéo Projets du FCIL pour le cycle 2019-2020 en Turquie, en Azerbaïdjan, en Géorgie et au Turkménistan. Vous pouvez également consulter le message d’intérêt public intitulé L’ambassade du Canada en Turquie présente son Prix des droits de la Personne annuel à Mme Güllü pour regarder une vidéo sur la lauréate de cette année.


Yanindayiz : Démasquer les disparités entre les hommes et les femmes à l’échelon des districts en Turqui

Contexte : La Turquie, comme de nombreux pays dans le monde, a des difficultés à obtenir des données fiables ventilées par sexe. Son Institut de la statistique publie des données centralisées sur la participation à la vie économique et politique, mais peu de données sont recueillies à l’échelon plus local. La Politique d’aide internationale féministe du Canada nous engage à investir dans la recherche sur les politiques, dans une meilleure collecte de données et dans l’évaluation aux fins d’égalité des genres. En utilisant son réseau d’universitaires et d’influenceurs spécialisés en exploration de données, l’organisation non gouvernementale Yanindayiz (« Nous sommes avec vous » en turc) recueille des données sur l’égalité des genres dans 224 districts de la Turquie. Ces travaux permettront de créer le premier indice turc sur l’égalité des genres à l’échelon des districts, dans le cadre d’un projet pluriannuel financé grâce au FCIL.

Citations

« Nous avons été agréablement surpris du nombre et de la diversité des organisations de la société civile, des fournisseurs de services publics et d’activistes qui ont participé à la séance de remue-méninges d’une journée qui a permis de jeter les bases de l’élaboration d’un indice englobant tous les aspects de l’égalité des genres. Les participants se sont tous entendus pour dire que l’utilisation d’un indice à l’échelon du pays serait une bonne source de motivation pour les autorités locales. »

Un membre du conseil d’administration de Yanindayiz

« Nous attendons avec impatience les résultats de cette recherche à laquelle participent de nombreux intervenants de notre pays et dans le cadre de laquelle chaque mesure prise relativement à l’égalité des genres est importante. »

Une représentante d’une organisation de femmes entrepreneures

« On doit chercher à atteindre l’égalité des genres dans une perspective globale, notamment du point de vue des affaires, de la santé et de la participation. Et ça semble être l’objectif de cette recherche, qui tient compte de nombreux thèmes. »

journalist
Ambassador Rita Rudaitis-Renaud handing out maple-leaf cookies.

Des participants à la consultation de spécialistes organisée par Yanindayiz proposent des indicateurs en vue de la création du premier indice de l’égalité des genres à l’échelon des districts de la Turquie.

Resultats : Bien qu’il en soit toujours aux premières étapes, le projet vise à améliorer la qualité et la disponibilité des données sur l’égalité des genres à l’échelon des districts en Turquie. Il contribuera à améliorer les processus décisionnels fondés sur des données probantes et permettra d’appuyer l’égalité entre les hommes et les femmes aux échelons des districts et des régions ainsi qu’au niveau national. Il permettra également de sensibiliser le public au sujet du langage représentatif de l’égalité entre hommes et femmes, notamment comme outil éducatif pour faire participer les hommes et les garçons à l’avancement de l’égalité des genres. Ce projet constitue un complément aux activités de la campagne LuiPourElle, dont le premier ministre Trudeau est un ambassadeur.


Demir Leblebi : Former des défenseurs de la paix dans treize districts en Turquie

Contexte : Selon l’étude mondiale sur l’application de la résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité, la participation des femmes aux processus de consolidation de la paix augmente de 35 % les probabilités de voir un accord de paix durer au moins quinze ans. Toutefois, la participation officielle des femmes est souvent temporaire, les rôles qui leur sont délégués sont plus symboliques que concrets, et leur capacité à influer sur les processus va directement à l’encontre des normes culturelles locales.

Par l’intermédiaire de sa Politique d’aide internationale féministe et de son programme pour les femmes, la paix et la sécurité, le Canada est résolu à aider les femmes à se faire entendre davantage partout dans le monde et à plaider en faveur du renforcement de leurs rôles dans la prévention et la résolution des conflits et dans les processus de consolidation de la paix. Pour ce faire, il travaille entre autres avec des organisations locales de défense des droits des femmes, comme l’ONG Demir Leblebi Kadın Derneği. Avec l’appui du FCIL, cette organisation a mis en œuvre un projet qui vise à promouvoir l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes en Turquie grâce à des ateliers invitant à « rêver la paix ».

Citations recueillies lors de l’atelier de Mersin

« La paix commence par moi » // « le foyer est le premier front de bataille. »

« La paix c’est lorsque l’on vit de manière non violente à tous les égards. »

Citation tirée du rapport final

« Les femmes souhaitent qu’une paix véritable puisse être établie. »

Resultats : En tirant parti d’ateliers qui ont eu lieu dans treize villes de la Turquie, ce projet a favorisé des rencontres inattendues entre divers groupes de femmes, ce qui a favorisé les discussions sur la paix et la sensibilisation à celle-ci et a permis de former des leaders et des adeptes de la consolidation de la paix. Grâce à la conférence sur la « formation des formateurs », ce projet a contribué au renforcement des capacités de quinze leaders de mouvements de femmes à plaider en faveur de la paix et de la culture de la paix dans leurs communautés. À la suite de la formation, certaines villes ont démarré leurs propres plateformes pour les femmes et la paix. Durant la mission de suivi effectuée par des représentants de l’ambassade à l’occasion d’un atelier à Mersin, l’ouverture et l’émotion qu’ont démontrées les participantes ont été de bons indicateurs qui ont révélé combien le sujet de la réalisation de la paix est d’actualité, autant en Turquie que partout ailleurs dans le monde.

Des participantes à l’atelier « Rêver la paix » remplissent une « roue de la paix », décrivant ainsi la vision de la paix qu’elles ont pour elles-mêmes, leur vie à la maison, leur communauté et leur pays.

Medya Arastirmalari Dernegi (MEDAR) : Aider les journalistes locaux à mieux se faire entendre au sujet des questions liées à l’égalité des genres

Contexte : En 2020, la Turquie s’est classée au 154e rang sur 180 au classement mondial de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières. Le climat politique a restreint considérablement la liberté des journalistes et des médias ces dernières années, en particulier à l’échelon national. Par conséquent, les développements locaux sont souvent mis de côté, en raison du nombre très restreint de médias locaux en activité.

Conformément à l’engagement international du Canada à l’égard de la protection de la liberté des médias, ce projet a été une occasion unique pour le FCIL de renforcer le pouvoir des réseaux locaux de journalisme citoyen, dans le but d’augmenter le nombre de médias dans le pays. Des formations ont été offertes entre autres sur la numérisation des médias, le journalisme mobile, le vidéojournalisme, la vérification des faits dans l’ère du numérique, la sécurité numérique, les médias sociaux et les outils de tierces parties. Le projet a également contribué à promouvoir le champ d’action sur l’égalité des genres de la Politique d’aide internationale féministe du Canada, grâce à un module de formation consacré à la rédaction de nouvelles sensible à la problématique hommes-femmes, et grâce à une initiative régionale spéciale sur les médias alternatifs axés sur cette problématique, organisée pour marquer la Journée internationale des femmes 2020.

Citations

« J’ai plus appris en une journée que pendant toutes mes études universitaires en journalisme. »

« On a vu tout au long du projet qu’il existe une grande demande de la part de médias installés dans les villes de la Turquie pour des séances de formations sur la méthodologie relative à l’ACS+ et la démarche axée sur la défense des droits. »

À Samsun, des journalistes reçoivent une formation sur les médias alternatifs et notamment sur les démarches axées sur la défense des droits et l’égalité des genres.

Resultats : À la suite des séances de formation, deux réseaux de communication régionaux ont été établis. Par l’entremise de ceux-ci, des participants ont communiqué des informations et des nouvelles en provenance de leurs villes respectives, ce qui a amélioré la coopération entre les médias régionaux, les citoyens-journalistes et les organisations de la société civile. Les membres des médias régionaux ont adopté un ton qui a davantage pris en considération la problématique hommes-femmes dans leur couverture de l’actualité à la suite des séances sur l’adoption de démarches journalistiques axées sur la défense des droits et l’égalité des genres.


Formation sur l’ACS+ en compagnie de partenaires du FCIL : Favoriser le partage de connaissances sur l’égalité des genres parmi les ONG locales

Contexte : Au cours des dernières années, le gouvernement du Canada a renforcé son engagement qui consiste à appuyer l’application effective de l’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) lors de l’élaboration de l’ensemble des politiques et des programmes. Des représentants de l’Institut canadien du service extérieur et du programme du FCLI à l’ambassade ont offert à Ankara et à Istanbul des cours d’une journée sur l’ACS+ à 21 représentants d’ONG locales venant de partout en Turquie.

Citations

« S’exercer à appliquer la méthode de l’ACS+ avec d’autres participants est une pratique exemplaire qui nous permet d’acquérir de nombreuses connaissances. »
« L’avenir passe par l’ACS+. »

Resultats : Cette formation visait à aider des partenaires du FCIL à combler leurs lacunes en matière d’analyse comparative entre les sexes et de défense des droits dans les médias sociaux afin de leur permettre de mieux promouvoir leurs réalisations et de mieux en rendre compte. Les participants ont pris part à des travaux en groupe, notamment à des études de cas, et ils ont appris du savoir-faire de leurs pairs. Les représentants d’Ankara espèrent pouvoir offrir l’an prochain une formation similaire qui s’adressera cette fois à des membres d’autres organisations qui doivent renforcer leurs capacités. Cette formation, dont a également bénéficié le personnel de la mission, a été une source d’inspiration du lancement de l’initiative d’engagement qui a été organisée conjointement par l’ambassade et le consulat et qui a fait en sorte que les deux missions se sont engagées à intégrer les aspects liés à l’égalité des genres dans leurs activités quotidiennes.

À Ankara et Istanbul, d’anciens et d’actuels partenaires du FCIL discutent des façons d’appliquer l’ACS+ à leurs travaux.


Liens connexes

Date de modification: