Sélection de la langue

Recherche

L’histoire de Dania : promouvoir une éducation inclusive pour les enfants handicapés


A dozen people are gathered around a water hand-pump

Pays : Liban © UNICEF

Le sourire de Dania Al Fares, 10 ans, illumine la pièce. Elle est la préférée de tous au Centre Bourj Hammoud du Mouvement social au Liban. Elle est aussi bruyante et énergique que ses amis autour d’elle, mais Dania a une histoire bien différente de celle de ses camarades de classe. Réfugiée syrienne vivant actuellement au Liban, elle est née avec le syndrome de Down.

Le père âgé de Dania, Khaled, a emmené sa famille au Liban après que sa maison et son entreprise ont été détruites au cours d’une seule nuit de destruction violente.

Khaled dit qu’il a vu les progrès de Dania s’accélérer depuis son arrivée au Mouvement social. « Elle a appris à compter, à reconnaître et à écrire son nom », dit-il fièrement en souriant. « Le plus important, c’est que sa confiance en elle avec les autres personnes s’est également améliorée. »

Dania a pu avoir une place au Centre grâce à l’engagement qu’a pris l’UNICEF Liban de faire en sorte que les enfants handicapés représentent au moins 2 % des enfants admis dans les programmes éducatifs. Grâce à un financement du Canada, l’UNICEF est en mesure de fournir aux ONG des services de renforcement des capacités, des ressources humaines et des services supplémentaires pour les enfants.

Pour des enfants comme Dania, l’éducation non formelle est une voie d’accès à l’école formelle. Elle permet de les intégrer dans les classes ordinaires si les enseignants et le personnel scolaire sont formés et bénéficient d’un soutien supplémentaire. L’éducation inclusive profite également à d’autres enfants, car elle les aide à devenir plus accueillants et respectueux de la diversité, ce qui réduit la violence et la discrimination.

Profil de projet — Accès à l’éducation et apprentissage de qualité au Liban

Date de modification: