Concours d’idées de politique internationale 2020 - Les gagnants du concours

En savoir plus sur l'édition 2020 du Concours d’idées de politique internationale.

Abdelhamid Benhmade
L'Afrique, un relais de croissance pour les entreprises Canadiennes

Abdelhamid Benhmade fait son doctorat à l’Université d’Ottawa, avec une spécialisation dans le développement international et le secteur privé. Sa thèse porte sur les grandes villes du monde et leur rôle dans le commerce international. Il est également associé de recherche à Open African Innovation Research (Open AIR), où il contribue aux travaux de recherche sur l’entrepreneuriat et l’innovation. En outre, il est chef de projet pour l’Afrique francophone à Open AIR et coordonne les activités scientifiques du réseau en Afrique francophone. M. Benhmade est consultant pour le Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC) et On Think Tank (OTT). Il aspire à suivre les traces de penseurs attachés à la cause de la liberté et de la justice. À cette fin, il s’implique depuis 2010 dans l’Association Assadaqua, qui travaille à résoudre les problèmes économiques, sociaux et écologiques qui touchent l’oasis de Taghjijt au Maroc.


Maude Jodoin Léveillée
À l’ère de l’activisme digital, comment le Canada peut-il promouvoir l’égalité entre les genres de manière innovante?

Maude Jodoin Léveillée est titulaire d’une maîtrise en études internationales et d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en développement international et en gestion de l’aide humanitaire. Elle poursuit actuellement ses recherches en faisant un doctorat à l’Université de Montréal. Son travail de thèse porte sur les pratiques radicales de « féministes » défendant la cause des droits des femmes au Togo et met en évidence les innovations numériques utilisées par la nouvelle génération de Togolaises. En plus de collaborer en tant qu’assistante de recherche à divers projets sur le continent africain, Maude a récemment supervisé la collecte de près de 4 000 questionnaires dans le cadre d’une enquête sur le genre et la réussite socio-économique au Burkina Faso. Sa participation à plusieurs conférences et stages à l’étranger lui a permis de mieux comprendre les enjeux du développement international propres à l’Afrique subsaharienne. Par conséquent, elle se spécialise dans l’étude du genre, du féminisme et des mouvements féminins en Afrique de l’Ouest.


Cristina Mattison – chercheuse principale, Kirsty Bourret – collaboratrice à la recherche
Fonder la politique d’aide internationale féministe sur des faits pour améliorer la santé et les droits sexuels et reproductifs grâce à des partenariats avec des organisations de la société civile dirigées par des femmes

La Dre Cristina A. Mattison est boursière attachée au McMaster Midwifery Research Centre (MMRC) et professeure adjointe au département des méthodes de recherche en santé, des faits probants et de l’impact à l’Université McMaster. Elle a un doctorat en politique de santé et une maîtrise en santé mondiale de l’Université McMaster. Dans son travail de doctorat, elle a été la première à utiliser une approche des politiques et des systèmes de santé pour examiner les rôles des sages-femmes dans le monde, dans divers réseaux de santé et systèmes politiques. Avant cela, Cristina a supervisé les volets scientifiques de projets de collecte de données probantes dont elle a dirigé l’exécution et la synthèse, a animé des groupes de discussion avec des citoyens et a participé à des activités visant à recueillir des données probantes issues de la recherche pour éclairer des questions urgentes sur le plan politique. En tant que boursière du MMRC, ses recherches s’appuient sur sa thèse pour comprendre l’intégration de la profession de sage-femme dans les réseaux de santé. Cristina et Kirsty ont reçu une bourse pour mener conjointement une étude visant à mesurer l’incidence des projets mondiaux de l’Association canadienne des sages-femmes. La recherche est fondée sur des approches féministes et anticoloniales de collaboration visant à accroître la capacité de la profession de sage-femme et à améliorer l’accès aux services liés à la santé et aux droits sexuels et reproductifs.


Heather Tasker – chercheuse principale, Teddy Atim – collaboratrice à la recherche, Sylvie Bodineau – collaboratrice à la recherche
Soutenir les enfants nés de la guerre : un impératif pour l’égalité des genres et la consolidation de la paix

Heather Tasker est candidate au doctorat en études sociojuridiques à l’Université York et chercheuse étudiante de troisième cycle dans le cadre du projet de partenariat de recherche sur l’esclavage conjugal en temps de guerre, financé par le CRSH. Ses recherches portent sur les conceptions genrées de la justice après les conflits, le droit international humanitaire, les droits de la personne, le droit pénal pour les crimes sexuels et sexistes, et l’impact de l’aide humanitaire sur les recours à la loi. Les recherches d’Heather se sont concentrées sur les progrès juridiques, le recours aux mécanismes de justice et le droit à la réparation pour les survivants de mariages forcés et leurs enfants. Sa thèse porte sur les expériences vécues, sur les plans du droit et de la politique, à la suite des cas d’exploitation et d’abus sexuels survenus au cours de la mission de maintien de la paix de la MONUSCO. Heather contribue également au projet sur les relations entre les soldats de la paix de la MONUSCO et les communautés congolaises locales (chercheuse principale : Susan Bartels, Université Queen’s). Ce projet se concentre sur les enfants nés de pères gardiens de la paix en RDC et sur les dispositions relatives à leurs droits et au soutien dont ils peuvent se prévaloir.


Jelena Golubović – chercheuse principale, Sina Fazelpour – collaboratrice à la recherche
Prévoir et prévenir les conflits armés : l’avenir de l’IA dans les efforts canadiens de maintien de la paix

Jelena Golubović est candidate au doctorat et professeure au département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Simon Fraser. Elle est spécialisée dans la violence punitive, l’ethno-nationalisme et l’expérience civile de la guerre, plus particulièrement dans la région de l’ex-Yougoslavie. Elle a effectué de nombreux travaux sur le terrain en Bosnie-Herzégovine et en Serbie. Sa recherche doctorale a été financée par une Bourse d’études supérieures du Canada Joseph-Armband Bombardier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Ses recherches ont été publiées dans Anthropological Quarterly, Ethnicities et Studies in Social Justice.


Kaylia Little
Aurore boréale : un cadre pour un réseau d’énergie propre dans l’Arctique

Kaylia Little est chargée de recherche en politique énergétique au Conseil de l’énergie du Canada et candidate au doctorat à la faculté de l’environnement de l’Université de Waterloo. Elle a une formation en développement international et a notamment obtenu une maîtrise en pratique du développement, qui cherche à relier la théorie à l’application pratique du développement international. Actuellement, ses recherches se concentrent sur le lien entre le genre et l’énergie, et elle s’intéresse surtout à rendre la transition énergétique équitable pour tous. Kaylia possède un solide dossier d’excellence universitaire et une expérience de travail au Canada et à l’étranger. En tant qu’ancienne analyste politique d’une organisation non gouvernementale, elle possède une expérience de première main du processus d’élaboration des politiques et des lois au Canada. Ses recherches ont été présentées lors de conférences nationales et internationales.


Marshall Palmer – chercheur principal, Kevin Budning – collaborateur à la recherche, Paxton Mayer – collaboratrice à la recherche
Faire plus avec moins : faire face au « double défi » de la COVID-19 dans le monde en développement

Marshall Palmer est candidat au doctorat en deuxième année à la Norman Paterson School of International Affairs de l’Université Carleton. Ses recherches portent sur les interférences de l’étranger dans les processus électoraux, et il est rédacteur en chef du Canadian Foreign Policy Journal. Il est diplômé de l’Université d’Oxford et de la London School of Economics. Il a précédemment travaillé comme analyste de la sécurité internationale pour l’OTAN et comme analyste des risques politiques pour Oxford Analytica.


Meera Karunananthan
Un cadre féministe transversal pour l’évaluation du respect des droits de la personne des programmes d’aide extérieure et d’aide internationale dans le domaine de l’eau et des services sanitaires

Meera Karunananthan est doctorante en quatrième année à l’Université d’Ottawa. Sa recherche doctorale porte sur les obstacles à l’accès à l’eau des femmes racialisées vivant dans des conditions de logement précaires dans les quartiers périurbains du Cap. En tant que directrice du projet Planète bleue, elle travaille avec des organisations du monde entier pour promouvoir l’accès à l’eau et aux services sanitaires à titre de droit de la personne. Elle a remporté plusieurs prix académiques et professionnels reconnaissant son travail en tant que défenseure de la politique de l’eau. Elle est l’auteure de plusieurs rapports et articles qui ont été traduits et publiés dans des publications réputées telles que The Guardian, Geoforum et Open Democracy. Ses travaux universitaires s’appuient sur près de deux décennies de collaboration avec des ONG internationales, des syndicats, des groupes environnementaux et des organisations féministes locales.


Dr Sarah Shoker – chercheuse principale, M. Ramy Shoker – collaborateur à la recherche
Utiliser l’intelligence artificielle pour prévoir les blocages de l’accès à Internet

Sarah Shoker est titulaire d’une bourse de recherche postdoctorale en sciences politiques à l’Université de Waterloo, où elle étudie l’incidence sociale et politique des nouvelles technologies. Elle est titulaire d’une bourse postdoctorale du CRSH pour 2020-2022 et lauréate de la bourse postdoctorale Pionnière 2019-2020 de l’Université de Waterloo. Elle est la fondatrice de Glassbox, une entreprise spécialisée dans les retombées sociales, qui donne de la formation aux membres du gouvernement et du secteur technologique pour les aider à déterminer comment les valeurs sociales sont traduites dans les systèmes d’IA. Son expertise est souvent sollicitée par des décideurs politiques du gouvernement, notamment par Affaires mondiales Canada, Sécurité publique Canada et des agences partenaires du Groupe des cinq, comme la CIA, le FBI, le SCRS et le MI5. Elle s’efforce d’utiliser ses recherches pour combler le fossé entre les parties prenantes qui ont souvent des idées très différentes sur le rôle de l’IA dans la société. Mme Shoker a été mise en candidature au prix canadien de la meilleure thèse CAGS/UMI pour ses recherches doctorales sur les drones militaires et l’autonomie des systèmes militaires et a décroché un contrat avec l’éditeur Palgrave MacMillan, en vue de publier ses travaux en 2020.


Zac Wager – chercheur principal, Karen Cook – collaboratrice à la recherche, Markus Hellborg – collaborateur à la recherche, Emily Standfield – collaboratrice à la recherche
Corps célestes et flou intersidéral : Le rôle du Canada dans la gouvernance et la durabilité de l'espace

Zac Wager est actuellement étudiant de deuxième cycle à la Balsillie School of International Affairs (Université Wilfrid Laurier), où il fait une maîtrise en politique publique internationale. Il a obtenu un baccalauréat (avec mention) en études internationales à l’Université Wilfrid Laurier, avec une mineure en économie et en psychologie. Il a fait des recherches et des publications universitaires approfondies dans plusieurs domaines, dont la paix et les conflits, la politique environnementale, les nouvelles technologies spatiales, le droit international et le développement économique durable. Il a récemment participé au programme de bourses d’études supérieures d’Affaires mondiales Canada, dans le cadre duquel ses travaux ont porté sur le bien-fondé du Traité sur l’espace extra-atmosphérique de 1967 et les processus d’exploitation minière dans l’espace.

Date de modification: