Déclaration officielle d’Équipe Montréal : le siège de l’OACI reste dans la métropole

Le 27 mai 2013 - Le ministre des Affaires étrangères John Baird le ministre québécois des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur (et ministre responsable de la région de Montréal), M. Jean‑François Lisée, le maire de Montréal, M. Michael Applebaum, et le secrétaire général de l’OACI, M. Raymond Benjamin, ont célébré aujourd’hui la signature d’un nouvel accord visant à maintenir le siège de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) à Montréal.

L’accord énonce les termes convenus par l’OACI et le Canada selon lesquels le siège de l’OACI restera à Montréal pour encore 20 ans, après 2016, année de l’échéance de l’accord actuel. L’OACI a son siège à Montréal depuis la création de l’organisme en 1947.

« Aujourd’hui est un grand jour pour Montréal, le Québec et le Canada. Les efforts que nous avons déployés ensemble ont porté fruit, a déclaré M. Baird. Tous les ordres de gouvernement, ainsi que de nombreux autres intervenants, ont reconnu l’importance de garder le siège de l’OACI là où il se doit, et nous avons uni nos forces en vue de travailler étroitement en équipe pour atteindre notre objectif. » 

« Ce résultat, dont nous sommes particulièrement fiers, est le fruit d’efforts concertés, rapides et efficaces pour garder ce joyau qu'est l'OACI. Mais là ne s'arrêtera pas notre action. Nous allons en effet continuer à œuvrer conjointement, en vue de consolider l'écosystème aéronautique de la métropole au cœur duquel loge l'OACI », a souligné le ministre Lisée. 

« Voilà la preuve de ce que peuvent accomplir les différents ordres de gouvernement lorsqu’ils unissent leurs efforts. C’est une excellente nouvelle pour Montréal. Nous sommes très fiers d’accueillir une organisation de calibre international comme l’OACI, essentielle à l’avenir de notre métropole », a déclaré le maire de Montréal, M. Michael Applebaum.

« Depuis maintenant plus de soixante ans, le Canada a accueilli chaleureusement l’OACI. L’environnement multiculturel et fortement axé sur l’industrie aérospatiale qu’offre la ville de Montréal est idéal pour le personnel, les délégués et les représentants des États membres de notre organisation, a indiqué le secrétaire général de l’OACI, M. Raymond Benjamin. Nous tenons à exprimer notre gratitude au Canada qui a récemment simplifié les protocoles diplomatiques et ainsi amélioré l’environnement de travail de l’OACI. Cet appui nous permettra de continuer à exercer notre rôle de chef de file au sein de la communauté de l’aviation internationale. »

Le Canada, Québec et Montréal prennent très au sérieux la responsabilité qui leur a été confiée d’accueillir le siège de l’OACI. Au cours des dernières semaines, les trois ordres de gouvernement ont écouté attentivement les membres de l’OACI et des mesures ont été prises en vue d’améliorer les services offerts à l’organisme. Ces mesures seront proposées en plus de l’avenant négocié de bonne foi par le Canada au cours des deux dernières années et signé par le Conseil de l’OACI le 11 mars 2013.

- 30 -

Un document d’information suit.

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Le Service des relations avec les médias des Affaires étrangères
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-995-1874
Suivez-nous sur Twitter : @MAECI_DFAIT

Document d’information – Montréal : foyer naturel de l’OACI

Montréal, au Québec, accueille avec fierté le siège de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) depuis la création de l’organisme en 1947. En tant qu’important centre d’excellence international en aviation et à titre de métropole cosmopolite de renommée mondiale, Montréal constitue un choix qui va de soi pour l’OACI.

Le Canada possède l’un des plus grands systèmes d’aviation civile du monde, proposant des vols vers de nombreuses destinations internationales. Montréal et sa région comptent des centres de recherche en aviation, des compagnies aériennes et des constructeurs aériens de calibre mondial, en plus de se classer au deuxième rang mondial en ce qui concerne le nombre d’emplois dans le secteur de l’aérospatiale. La province du Québec compte plus de 13 000 ingénieurs et scientifiques dans ce secteur. Par conséquent, l’OACI peut collaborer directement avec les principaux experts mondiaux de l’industrie de l’aérospatiale qui se trouvent à Montréal et ailleurs au Québec.

Le 27 mai 2013, le gouvernement du Canada, la province du Québec et la ville de Montréal se sont réjouis de la signature d’un accord supplémentaire entre le secrétaire général de l’OACI et le Canada visant à maintenir le siège de l’organisme à Montréal pour encore 20 ans après 2016.

Le gouvernement du Canada prend très au sérieux ses responsabilités de pays hôte et joue un rôle actif au sein de l’OACI afin de veiller à ce que les positions et les intérêts du Canada en ce qui concerne l’aviation soient bien représentés sur la scène mondiale. Les trois ordres de gouvernement ont écouté attentivement les membres de l’OACI qui leur ont fait part de leurs besoins et de la façon d’appuyer au mieux, en tant que pays hôte, l’efficacité de l’organisme.

À cette fin, le Canada contribue, à hauteur de 1,4 million de dollars, à la modernisation du centre de conférences de l’OACI et à l’achat d’équipement supplémentaire de sécurité, en prévision de l’assemblée de cet automne. En outre, nous améliorerons les services offerts à l’OACI dans les domaines suivants :

  • de meilleures normes de service d’accréditation afin de réduire les délais;
  • de nouvelles pièces d’identité améliorées pour les consuls généraux qui s’acquittent de leurs responsabilités à titre de représentant permanent de leur pays à l’OACI;
  • de meilleurs services de délivrance des visas en affectant un agent de Citoyenneté et Immigration Canada à la délégation canadienne à l’OACI;
  • davantage de facilités et de bénéfices à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal;
  • une rencontre ministérielle annuelle avec les hauts dirigeants de l’OACI;
  • un programme de sensibilisation dynamique qui inclut les représentants accrédités à l’OACI.

Pour sa part, le gouvernement du Québec, en plus de son entente de 1994 sur les avantages et prérogatives de courtoisie qui se poursuivra tant que l’Organisation sera à Montréal, a accepté d’assumer les frais des locaux de l’OACI dédiés à la direction de la coopération technique jusqu’en 2026, un investissement de 15 millions de dollars.

Par ailleurs, le gouvernement du Québec procède actuellement à l’examen des installations administratives consenties, par exemple en matière d’éducation, d’enseignement supérieur, d’immatriculation des véhicules afin de déterminer comment il peut améliorer son offre de service à l’Organisation et à ses États membres.

Équipe Montréal a réussi à rassembler des dirigeants et représentants politiques des trois ordres de gouvernement du Canada ainsi que d’autres intervenants pour que ces tous unissent leurs efforts pour garder le siège de l’OACI à Montréal. L’accord supplémentaire étant maintenant signé, et la question étant réglée, l’OACI peut reprendre ses activités : exercer une influence concrète sur la vie de milliards de passagers en améliorant la sécurité du transport aérien et en aidant l’aviation internationale à établir des liens entre les communautés, à ouvrir de nouveaux marchés et à stimuler la croissance économique.

Lien connexe