Sélection de la langue

Recherche

Le Canada et l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord

Suivez :

Le Traité de l’Atlantique Nord a été signé à Washington le 4 avril 1949, instituant ainsi l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Cette alliance politique et militaire a été créée afin de promouvoir la stabilité dans la région de l’Atlantique Nord et de préserver la liberté des populations de cette région dans le respect des principes de la démocratie, de la liberté individuelle et de la primauté du droit.

Cette alliance politique et militaire a été créée afin de promouvoir la stabilité dans la région de l’Atlantique Nord et de préserver la liberté des populations de cette région dans le respect des principes de la démocratie, de la liberté individuelle et de la primauté du droit.

Les Forces armées canadiennes comptent parmi les forces armées de l’OTAN les plus engagées, les plus agiles, les plus aptes au déploiement et les mieux en mesure d’intervenir. Le Canada est fier d’avoir participé à presque chaque opération de l’OTAN depuis la création de l’Alliance il y a plus de 70 ans.

Afin de constituer une alliance politico-militaire efficace, capable de s’attaquer aux défis du 21e siècle, l’OTAN doit chercher à collaborer avec des partenaires. Dans ce contexte, il demeure essentiel d’accroître la sécurité régionale au moyen de partenariats de coopération.

La Délégation conjointe se compose d’une section politique, d’une section militaire et d’une section de soutien à la défense. La Délégation représente le Canada au Conseil de l’Atlantique Nord et auprès d’autres instances décisionnelles de l’Alliance. Elle rend des comptes au gouvernement du Canada sur toute question relative à l’OTAN

La création d’un centre d’excellence de l’OTAN sur le changement climatique et la sécurité est une initiative en cours. Ce centre d’excellence sera une plateforme par laquelle les acteurs militaires et civils développeront, amélioreront et partageront leurs connaissances sur les impacts des changements climatiques sur la sécurité.

Vue d’ensemble de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord

Le Traité de l’Atlantique Nord a été signé à Washington le 4 avril 1949, instituant ainsi l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Cette alliance politique et militaire a été créée afin de promouvoir la stabilité dans la région de l’Atlantique Nord et de préserver la liberté des populations de cette région dans le respect des principes de la démocratie, de la liberté individuelle et de la primauté du droit. L’Alliance est l’incarnation du lien transatlantique qui unit la sécurité nord-américaine et la sécurité européenne. Dans le dernier concept stratégique de l’Alliance, on établit trois tâches essentielles : la défense collective, la gestion de crise et la sécurité commune.

Le Canada à l’OTAN

Le Canada est un membre fondateur de l’Alliance et il en est membre depuis sa création. L’OTAN apporte une contribution de premier plan à la paix et à la sécurité internationales et elle est la pierre angulaire de la politique du Canada en matière de sécurité et de défense.

La priorité du Canada à l’égard de l’OTAN est de veiller à ce que l’Alliance demeure une organisation moderne, souple et capable de faire face aux menaces actuelles et futures. Tous les efforts du Canada dans le cadre de la transformation de l’OTAN, de la réforme et de ses partenariats avec des pays non membres de l’OTAN convergent vers cet objectif.

Opérations de l’OTAN

Les Forces armées canadiennes comptent parmi les forces armées de l’OTAN les plus engagées, les plus agiles, les plus aptes au déploiement et les mieux en mesure d’intervenir. Le Canada est fier d’avoir participé à chaque opération de l’OTAN depuis la création de l’Alliance il y a plus de 70 ans. La participation du Canada aux opérations de l’OTAN partout dans le monde illustre son engagement envers l’Alliance.

L’OTAN est un acteur de premier plan pour la paix et à la sécurité à l’échelle internationale et elle y contribue activement. Elle fait la promotion de valeurs démocratiques et est attachée au règlement pacifique des différends. Cependant, lorsque les efforts diplomatiques échouent, elle possède la capacité militaire nécessaire pour mettre en œuvre des opérations de gestion de crise, seule ou en coopération avec d’autres pays ou organisations internationales.

À l’heure actuelle, mène des opérations en Europe, notamment au Kosovo et le long du flanc oriental de l’Alliance, ainsi que des opérations de police aérienne et des opérations maritimes. En dehors de la zone euro-atlantique, les opérations de l’OTAN comprennent la mission de l’OTAN en Iraq et la coopération avec l’Union africaine.

En avril 2021, les alliés ont décidé d’entamer le retrait d’Afghanistan des forces de la Resolute Support Mission (RSM) dirigée par l’OTAN. La mission a pris fin en septembre 2021. En novembre 2021, l’OTAN a mené à bien un exercice sur les enseignements tirés. Dans le cadre de l’opération ALLIED SOLACE, l’OTAN a coordonné l’évacuation et la réinstallation de plus de 1 000 contractants afghans affiliés à l’OTAN et de leurs familles.

Partenariats et élargissement

Afin de constituer une alliance politico-militaire efficace, capable de s’attaquer aux défis du 21e siècle, l’OTAN doit chercher à collaborer avec des partenaires. Dans ce contexte, il demeure essentiel d’accroître la sécurité régionale au moyen de partenariats de coopération.

Partenariats de l’OTAN

Consultez le site Web de l’OTAN pour en savoir davantage sur les partenariats de l’OTAN.

Élargissement

Aux termes de l’article 10 du Traité de l’Atlantique Nord, la porte de l’OTAN reste ouverte à tout pays européen en mesure de promouvoir les principes du Traité et de contribuer à la sécurité dans la zone euro-atlantique. Trois pays cherchent actuellement à en devenir membres : la Bosnie-Herzégovine, la Géorgie et l’Ukraine.

Le Canada appuie fermement la « politique de la porte ouverte » de l’OTAN et se réjouit à la perspective de respecter les engagements pris à l’égard des pays candidats et d’accueillir de nouveaux membres dans l’Alliance.

Pour en savoir plus, consultez la page Web consacrée à l’élargissement de l’OTAN.

Délégation conjointe du Canada à l’OTAN

La Délégation conjointe du Canada à l’OTAN, installée au quartier général de l’OTAN à Bruxelles, en Belgique, est dirigée par l’ambassadeur David Angell, représentant permanent auprès du Conseil de l’Atlantique Nord, la plus haute instance décisionnelle de l’OTAN. Le vice-amiral Scott Bishop, représentant militaire du Canada, agit au nom du chef d’état-major de la Défense au sein du Comité militaire, qui est l’organe décisionnel militaire le plus important de l’Alliance et qui relève du Conseil de l’Atlantique Nord.

La Délégation conjointe se compose d’une section politique, d’une section militaire et d’une section de soutien à la défense. La Délégation représente le Canada au Conseil de l’Atlantique Nord et auprès d’autres instances décisionnelles de l’Alliance. Elle rend des comptes au gouvernement du Canada sur toute question relative à l’OTAN. En outre, elle s’efforce d’établir et de maintenir des relations transatlantiques axées sur la collaboration et contribue activement à la mise en œuvre de la politique étrangère du Canada en matière de sécurité et de défense.

Ambassadeur et représentant permanent auprès du Conseil de l’Atlantique Nord

M. David Angell a été nommée ambassadeur et représentant permanent du Canada au Conseil de l’Atlantique Nord (OTAN).

M. David Angell (B.A. [sciences politiques], Université Yale, 1986; M.A. [sciences politiques], Université de Toronto, 1987; M.Phil. [relations internationales], Université de Cambridge, 1988) est ambassadeur et Représentant permanent du Canada auprès du Conseil de l’Atlantique Nord. De 2016 à 2019, il a occupé le poste de secrétaire adjoint du Cabinet chargé de la politique étrangère et de la défense au Bureau du Conseil privé. Il a également assumé les fonctions de haut commissaire au Kenya (de 2012 à 2016). En outre, il a été directeur général de la Direction générale des organisations internationales, des droits de la personne et de la démocratie (de 2009 à 2012), de la Direction générale des organisations internationales (de 2008 à 2009), et de la Direction générale de l’Afrique (de 2007 à 2008), en plus d’avoir occupé le poste de haut-commissaire au Nigéria (de 2004 à 2007). M. Angell a assumé les fonctions de représentant personnel adjoint (de 2001 à 2004) et de représentant personnel (de 2007 à 2012) du G8 pour l’Afrique et, en tant que tel, a été l’un des principaux organisateurs des sommets du G8 de 2002 à Kananaskis et de 2010 à Muskoka. Il a été affecté auprès des Nations Unies (de 1996 à 2001), à titre de représentant suppléant au Conseil de sécurité de l’ONU (de 1999 à 2000). Auparavant, il a travaillé à titre de conseiller du général John de Chastelain pour le Comité international chargé d’encadrer le désarmement en Irlande du Nord (1995), ainsi que dans le cadre des négociations de paix multipartites en Irlande du Nord (1996). M. Angell a également occupé des fonctions à l’ambassade du Canada à Washington (de 1991 à 1993). Il est récipiendaire de la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II (2013).

Représentant militaire du Canada auprès de l’OTAN

Vice-Admiral Scott Bishop

Le Vice-amiral Bishop a été promu à son grade actuel et nommé à titre de Représentant militaire du Canada auprès de l’OTAN en juin 2021.

Originaire de Vancouver, en Colombie-Britannique, le Vam Bishop entreprend sa carrière militaire en s’enrôlant dans la Réserve navale à bord du NCSM DISCOVERY en 1983. Deux ans plus tard, il est transféré à la Force régulière et se joint à l’équipage du NCSM RESTIGOUCHE comme officier de quart de passerelle.

Tôt dans sa carrière, le Vam Bishop se spécialise en navigation et assume les fonctions d’officier de navigation à bord des NCSM CHIGNECTO, MIRAMICHI, QU’APPELLE et PROVIDER. Il exerce également les fonctions d’instructeur supérieur en navigation au Centre d’entraînement des officiers de la marine. En 1995, le Vam Bishop est promu capitaine de corvette et est affecté à bord du NCSM VANCOUVER comme officier de combat du navire. En 2000, il est nommé commandant en second du NCSM ATHABASKAN. Après avoir été promu capitaine de frégate en 2003, il est choisi pour commander la frégate NCSM HALIFAX en 2005.

Son expérience opérationnelle inclue notamment l’opération FORWARD ACTION à bord du NCSM PROVIDER visant à faire respecter les sanctions de l’ONU contre Haïti. En tant que commandant du NCSM HALIFAX, il participe à l’opération ACTIVE ENDEAVOUR, la contribution maritime de l’OTAN à la campagne contre le terrorisme. En 2011, il part en mission dans le cadre de l’opération UNIFIED PROTECTOR comme chef des opérations en cours au Quartier général du Groupe de forces interarmées multinationales pour faire respecter la zone d’exclusion aérienne de l’OTAN et l’embargo contre la Libye. Il occupe également des positions de commandement dont commandant du Groupe d’opérations maritimes Cinq, commandant de la Flotte canadienne du Pacifique et commandant de la Flotte canadienne de l’Atlantique.

En 2016, le Vam Bishop est nommé commandant du Commandement du renseignement des Forces canadiennes, qui subit une expansion majeure sous son leadership.

Au cours de sa carrière, le Vam Bishop est aussi employé dans plusieurs fonctions d’état-major, dont : membre des équipes d’action des capacités du chef d’état-major de la Défense, directeur de la transformation et de la planification stratégique pour le chef – développement des forces, conseiller spécial du chef d’état-major de la Défense, directeur des opérations à l’état-major interarmées stratégique et directeur général – politiques de sécurité internationales.

Le Vam Bishop détient une maîtrise en administration des affaires et est diplômé du U.S. Naval War College. Il a été nommé commandeur de l’Ordre du mérite militaire en 2016.

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, s’il vous plaît contactez-nous.

Date de modification: