Le Canada et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO)

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) vise à bâtir la paix grâce à la coopération internationale dans les domaines de l’éducation, des sciences et de la culture. Le programme de l’UNESCO contribue à l’atteinte des Objectifs de développement durable définis dans le Programme 2030 adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2015.

Le Canada est un membre fondateur de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture.

La délégation permanente du Canada auprès de l'UNESCO est dirigée par l'ambassadrice Élaine Ayotte.

Élaine Ayotte est l’ambassadrice et la déléguée permanente du Canada auprès de l'UNESCO.

Communiquez avec la délégation canadienne à l'UNESCO à Paris.

Aperçu de l’UNESCO

« Les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes et des femmes, c’est dans l’esprit des hommes et des femmes que doivent s’élever les défenses de la paix… » Cette vision guide toute l’action de l’UNESCO depuis sa création en 1946. Membre fondateur, le Canada était l’un des 20 premiers pays à fonder organisation qui compte aujourd’hui 195 États membres. Selon sa constitution, l’UNESCO contribue « au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant, par l’éducation, la science et la culture, la collaboration entre nations, afin d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples. »

L’UNESCO, en sa qualité d’agence spécialisée des Nations Unies, aborde les enjeux mondiaux par le biais de la négociation de conventions, de recommandations et de déclarations, par la production de publications et de campagnes d’information, par la coopération technique, et par le renforcement des capacités dans ses champs de compétence. Le Canada a intérêt à ce que cette organisation dont le mandat est plus pertinent que jamais promeuve les valeurs canadiennes dans un monde en proie aux conflits armés, aux différentes formes d’extrémismes de même qu’aux changements climatiques.

L’UNESCO est gouverné par une conférence générale des États membres qui se réunissent tous les deux ans, ainsi que par un conseil exécutif de 58 États membres élus qui en assure sa gestion générale. Les États membres contribuent financièrement à garantir la viabilité de l’organisation grâce à des contributions obligatoires et volontaires.

L’UNESCO est la seule agence de l’ONU qui inclut, dans sa constitution, un réseau de commissions nationales pour l’appuyer dans son mandat. La Commission canadienne pour l’UNESCO (CCUNESCO) est un pont entre les Canadiens et l’organisation. Elle promeut activement les valeurs de l’UNESCO et apporte une solide perspective de la part de la société civile. La CCUNESCO soutient également divers projets visant à créer des communautés plus inclusives, à encourager l’innovation et à protéger le patrimoine et la biosphère du Canada.

Le Canada est pays hôte de l’Institut de statistique de l’UNESCO, source officielle et fiable de données comparables au plan international sur l’éducation, la science, la culture et la communication. Situé à Montréal, l’Institut dispose d’une autonomie de fonctionnement. Statistique Canada est membre de son conseil d’administration.

La délégation

Sous l’égide d’Affaires mondiales Canada, la délégation permanente du Canada auprès de l’UNESCO est dirigée par l’ambassadrice Élaine Ayotte. La délégation collabore étroitement avec plusieurs autres ministères, de même qu’avec les provinces, les territoires et la CCUNESCO.

Conformément à l’Accord Canada-Québec sur l’UNESCO de 2006, la délégation permanente du Canada auprès de l’UNESCO accueille également un représentant du gouvernement du Québec dans son équipe. Le Québec peut ainsi, dans son champ de compétences, compléter la position canadienne. Concrètement, les gouvernements du Canada et du Québec travaillent de concert sur tous les votes, résolutions, négociations et instruments normatifs proposés à l’UNESCO. Le représentant du gouvernement du Québec participe activement aux réunions et aux prises de décision quotidiennes, et il collabore avec les membres de la délégation, ainsi qu’avec les représentants des autres provinces et le Conseil des ministres de l’éducation du Canada.

La délégation :

  • exerce une influence dans les domaines où les priorités de politique étrangère touchent les activités de l’UNESCO
  • cherche à améliorer l’efficacité de l’UNESCO
  • conseille et accompagne les partenaires canadiens ayant un intérêt pour les travaux de l’UNESCO

Le Canada est membre élu de plusieurs comités intergouvernementaux, notamment :

  • le Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (mandat 2017-2021)
  • le Conseil exécutif de la Commission océanographique intergouvernementale (mandat 2017-2019)
  • le Conseil intergouvernemental du Programme international pour le développement des communications (mandat 2015-2019)

Délégué permanent du Canada auprès de l’UNESCO

Message de l’ambassadrice

Bienvenue à la Délégation permanente du Canada auprès de l’UNESCO. Je suis très honorée de représenter le Canada auprès de cette organisation spécialisée des Nations Unies dont l’ambition consiste, depuis son origine, à édifier la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité afin de bâtir un monde plus juste, plus équitable et plus prospère.

Il est clair pour tous les Canadiens que cette solidarité ne peut être fondée que sur le respect des droits et de la dignité humaine. Notre mission diplomatique s’inscrit dans l’engagement solide et historique de notre pays envers le multilatéralisme sur la scène internationale et consiste à s’assurer que le Canada participe activement et fasse entendre sa voix là où les priorités de politique étrangère touchent les champs de compétences de l’UNESCO.

Les possibilités sont nombreuses puisque les valeurs canadiennes trouvent largement écho dans le mandat de l’UNESCO. Je pense, entre autres, à notre Politique d’aide internationale féministe qui priorise l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des filles, la promotion de la démocratie et du respect des droits de la personne, la liberté d’expression et la sécurité des journalistes, les droits des Autochtones et les droits de la communauté LGBTQ2.

Nous croyons à l’éducation à la citoyenneté mondiale comme outil de prévention de l’extrémisme violent et nous sommes d’avis que l’UNESCO par son approche multisectorielle peut contribuer de manière significative. Cette même approche reposant sur toutes les disciplines est également nécessaire pour lutter contre les changements climatiques et promouvoir l’éducation à la santé de nos océans.

Riche de sa diversité, le Canada a joué un rôle de premier plan dans l’élaboration et l’adoption d’une des conventions phare de l’UNESCO soit la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. L’inclusion, la protection du patrimoine naturel et culturel sont aussi depuis longtemps des dossiers de grande importance pour le Canada.

L’empreinte de l’UNESCO est également bien établie chez nous. Songeons aux 19 sites canadiens inscrits au Patrimoine mondial, à nos 18 réserves de la Biophères, nos 4 Géoparcs, notre vingtaine de Chaires UNESCO actives dans nos universités d’un océan à l’autre. L’UNESCO, chez nous, c’est aussi Montréal, Québec et Toronto qui ont rejoint le Réseau des villes créatives et plus d’une soixantaine d’écoles associées à l’UNESCO. Ce véritable « réseau des réseaux », c’est notre Commission canadienne de l’UNESCO (CCUNESCO) qui en assure le rayonnement en tissant de précieux liens entre les Canadiens et l’UNESCO.

Le Canada a tous les atouts pour exercer un leadership constructif devant les nombreux défis mondiaux auxquels nous faisons face. Cette conviction guide l’action de toute l’équipe de la Délégation canadienne auprès de l’UNESCO, avec l’appui et les contributions de nos partenaires fédéraux, provinciaux, des Premières Nations et de la société civile.

Salutations distinguées,

Élaine Ayotte
Ambassadrice et déléguée permanente du Canada auprès de l’UNESCO

Biographie

Mme Elaine Ayotte (B.A. [communications], Université du Québec à Montréal, 1987; scolarité de maîtrise [communications], Université McGill, 1990) a été nommée Ambassadeure et Déléguée permanente du Canada auprès de l’UNESCO en mai 2015. A titre de Chef de Mission, elle assume la direction des activités de la Délégation canadienne auprès de cette agence spécialisée des Nations Unies responsable de l’éducation, de la culture, des sciences, de la communication et de l’information. Son rôle consiste à représenter le gouvernement canadien et à faire avancer les valeurs et les positions notamment féministes de la politique étrangère canadienne dans les différentes instances de l’Organisation internationale basée à Paris qui compte 195 Etats membres. L’Ambassadeure Ayotte a livré les discours de politique générale au nom du Canada lors des 38e et 39e Conférences générales en plus d’agir comme vice-présidente de la commission communication et information lors de la 39e Conférence générale de novembre 2017. Elle siège au Comité du Programme international du développement de la Communication (PIDC). Elle a mené avec succès les troupes à l’élection du Canada au Comité intergouvernemental de la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, en juin 2017.

Avant d’être diplomate, Madame Ayotte a d’abord eu une carrière journalistique puis elle a fait le saut en politique municipale. Elle a travaillé, pendant près de 20 ans, comme journaliste et animatrice, tant à la radio qu’à la télévision sur les réseaux privés et publics. Elle a notamment oeuvré 13 ans au service de l’information télévisée de TQS et de TVA, comme reporter et présentatrice des principaux bulletins de nouvelles, ainsi qu’à Radio-Canada, où elle a animé plusieurs émissions à caractère culturel et social jusqu’en 2009. Cette année-là, elle a été élue conseillère municipale à la Ville de Montréal dans l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, poste qu’elle a conservé jusqu’en 2013. Alors qu’elle siégeait au conseil municipal, Mme Ayotte a été membre du Conseil d’agglomération de Montréal et Présidente de la Commission d’aménagement de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Nommée membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, elle a assumé la responsabilité des portefeuilles de la culture, du patrimoine et du design. En sa qualité de représentante politique pour les conseils des arts et du patrimoine, le réseau de bibliothèques, les bureaux d’art public et de design, les festivals, le Réseau Accès culture et les musées de Montréal, elle a participé à des événements internationaux liés à l’UNESCO et aux Nations Unies. À titre de coprésidente de la Commission Culture de Cités et gouvernements locaux unis, elle a prononcé une allocution lors d’un débat thématique de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la culture et le développement durable, au siège de l’organisme à New York, le 12 juin 2013. Elle est mariée et mère de deux jeunes adultes.

Communiquez avec les bureaux du Canada à l’UNESCO

Bâtiment Miollis de l’UNESCO :

Adresse

1, rue Miollis
75015 Paris, France

Téléphone : (011 33 1) 44 43 25 71

Télécopieur : (011 33 1) 44 43 25 79

Courriel : pesco@international.gc.ca

Date de modification: