Initiative Elsie

L’Initiative Elsie pour la participation des femmes aux opérations de paix

Le Canada a lancé l’Initiative Elsie pour la participation des femmes aux opérations de paix lors de la Conférence ministérielle des Nations Unies sur le maintien de la paix tenue à Vancouver en 2017. L’Initiative Elsie est un projet pilote multilatéral novateur sur la mise au point, l’application et la mise à l’essai d’une combinaison d’approches visant à éliminer les obstacles à l’accroissement de la participation réelle des femmes aux opérations de paix. L’Initiative Elsie comprend plusieurs volets, notamment l’établissement de partenariats bilatéraux d’aide technique et de formation, la création d'un fonds mondial, des activités de plaidoyer politique et d'importantes activités de recherche, de suivi et d'évaluation.

Aucun pays ne détient l’ensemble des solutions nécessaires à la résolution du problème complexe de l’inégalité des genres dans les opérations de paix. Le Canada collabore avec des partenaires des Nations Unies et avec ses États membres, de même qu’avec des groupes de réflexion et des membres de la société civile pour examiner de nouvelles façons d’accroître la participation réelle des femmes aux opérations de paix. L’Initiative Elsie offre aux États membres des Nations Unies une occasion de favoriser l’intégration des femmes dans les opérations de paix et de rehausser l’efficacité de ces opérations pour façonner un avenir où les forces seront mieux préparées à accomplir leurs mandats de missions et à soutenir une paix durable dans le monde.

« La nature des conflits a changé. Les besoins relatifs aux opérations de paix ont aussi changé. Les offres discrètes et les engagements uniques nous ont menés jusqu’ici, mais nous ne pourrons pas créer des changements réels et transformateurs sans un véritable changement institutionnel. Le Canada est prêt à participer à orienter ces efforts. À réfléchir à la façon dont nous nous engageons, et non seulement aux endroits où nous nous engageons. À combler les lacunes institutionnelles qui nous empêchent d’être des agents de paix encore plus efficaces dans un monde qui en a tant besoin. Voilà comment nous comptons protéger les enfants du monde, assurer l’autonomisation des femmes et des filles et bâtir un monde plus pacifique et prospère. »

Le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada

S’employer à accroître la participation concrète des femmes

Accroître la participation réelle des femmes aux opérations de paix est approprié et judicieux.

L’égalité des genres dans les opérations de paix est un objectif crucial en soi. Les femmes devraient bénéficier du même accès que les hommes aux possibilités économiques et professionnelles. Les données montrent que l’inclusion des femmes peut également contribuer sensiblement à l’amélioration de l’efficacité opérationnelle. L’apport des femmes est particulièrement important dans le soutien des activités de sensibilisation à l’égard des communautés civiles marginalisées.

Dans la résolution 2242 du Conseil de sécurité des Nations Unies, les Nations Unies demandent la mise en œuvre d’une stratégie visant à doubler d’ici 2020 le nombre de femmes dans les contingents militaires et les effectifs de police des opérations de maintien de la paix, de 4,2 % à 8,4 %. Or, les hommes représentent toujours 95 % de l’effectif des contingents de maintien de la paix. Depuis 2015, le taux global de participation des femmes aux opérations de maintien de la paix n’est passé que de 4,2 % à 5,4 %. À ce rythme, il faudra plusieurs décennies avant que la participation des femmes atteigne les cibles établies dans la résolution 2242 et que les forces de maintien de la paix reflètent davantage les populations qu’elles servent. Les efforts de l’ONU comprennent la publication en janvier 2019 de sa Stratégie pour la parité des sexes en uniforme, qui fixe des objectifs liés à la participation des femmes en uniforme de 2018 à 2028. La Stratégie vise à augmenter d'ici 2028 le nombre de femmes jusqu’à 15 % dans les contingents militaires et jusqu’à 20 % de femmes dans les unités de police constituées.

« L’Initiative Elsie nous donne l’occasion de travailler avec des pays qui ont une solide expérience du maintien de la paix et qui tentent eux-mêmes de déployer plus de femmes et de faire progresser le Programme sur les femmes, la paix et la sécurité. »

- L’honorable Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères

Volets de l’Initiative Elsie

Dans le cadre de l’Initiative Elsie, le Canada s’engage à :

  • Mettre au point et mettre à l’essai une méthodologie d’évaluation globale des obstacles qui permettra de définir les barrières universelles et contextuelles à la participation significative des femmes aux opérations de paix des Nations Unies menées par les organisations militaires et policières d’un pays donné.
  • Fournir une assistance technique précise et de la formation à deux pays partenaires contributeurs de troupes et de policiers pour éliminer les entraves relevées au cours du processus d’évaluation des obstacles.
  • Lancer un fonds mondial, créé en collaboration avec les États membres et avec le système des Nations Unies, pour appuyer le déploiement d’un nombre accru de femmes à titre de militaires ou de policières dans le cadre des opérations de paix des Nations Unies.
  • Offrir une aide aux missions des Nations Unies désignées pour améliorer leur capacité d’accroître la participation des femmes et d’en tirer parti.
  • Effectuer des recherches, des suivis et des évaluations au sujet des nouveaux cadres pour recueillir des données sur les moyens efficaces d’accroître la participation concrète des femmes aux opérations de paix des Nations Unies.
  • Créer un élan politique avec l’appui d’un groupe de pays de contact partageant des valeurs semblables en tirant parti de leur expertise et influence collectives.

Pays partenaires

Le Canada établit des partenariats bilatéraux d’aide technique et de formation avec le Ghana et la Zambie, plus particulièrement avec les forces armées ghanéennes et les autorités policières zambiennes. Les deux pays ont connu un succès remarquable en matière d’égalité des genres dans les opérations de paix. Ils sont bien placés pour collaborer avec le Canada à la création et à la mise à l’essai d’approches novatrices visant à accroître la participation des femmes à des postes de militaires et de policières en uniforme.

« Les femmes qui assurent le maintien de la paix sont des modèles, et leur présence procure un sentiment de réconfort aux personnes vulnérables et touchées par les conflits, en particulier les femmes en temps de crise et de conflit. »

Shirley Ayorkor Botchway, ministre des Affaires étrangères et de l’intégration régionale du Ghana

« Nous sommes fiers du bilan d’un gouvernement qui a constamment jeté les bases d’une représentation équitable des femmes dans les activités de maintien de la paix. »

Joseph Malanji, ministre des Affaires étrangères de la Zambie

Fonds de l’Initiative Elsie pour les femmes en uniforme dans les opérations de paix

Le 28 mars 2019, ONU Femmes, aux côtés du Bureau exécutif du Secrétaire général, du Département des opérations de paix et du Bureau du fonds d’affectation spécial multipartite (en anglais) du Programme des Nations Unies pour le développement, a annoncé le lancement du Fonds de l’Initiative Elsie pour les femmes en uniforme dans les opérations de paix (Fonds de l’Initiative Elsie). La ministre des Affaires étrangères, l'honorable Chrystia Freeland, a annoncé que le Canada versera 15 millions de dollars au Fonds.

Le Fonds de l’Initiative Elsie (en anglais) est conçu de façon à ce que l’on puise à même les ressources collectives pour accroître la participation significative des femmes en uniforme aux opérations de paix de l'ONU. Il permet aux pays qui envoient des troupes et des policiers, ainsi qu'aux organisations des Nations Unies, d'avoir accès à un financement souple pour appuyer le déploiement de femmes en uniforme formées et qualifiées dans les opérations de paix des Nations Unies, l'accent étant mis sur l'augmentation substantielle de la représentation des femmes en général et dans les postes de responsabilité.

« En tant que Secrétariat du Fonds de l’Initiative Elsie, ONU Femmes s'engage à créer un environnement favorable qui permet aux femmes en uniforme à servir dans les opérations de paix et qui les encourage à le faire. Les fonds fournis par le Canada et d'autres États membres contribueront à accroître le nombre de femmes participant aux décisions et aux actions qui touchent leur propre sécurité et celle de leur communauté, et à faire en sorte que la perspective unique des femmes soit prise en compte, qu'elles soient sur le terrain ou à la table de la paix. »

Phumzile Mlambo-Ngcuka, directrice exécutive, ONU Femmes

Groupe de pays de contact

L’Initiative Elsie est soutenue par un groupe de pays de contact aux vues similaires qui ont démontré leur engagement à l’égard d’une participation concrète des femmes aux opérations de paix des Nations Unies. Ce petit groupe diversifié se rencontre de façon régulière pour fournir un appui pratique à l’Initiative Elsie tout au long du processus de conception et de mise en œuvre.


  • Afrique du Sud
  • Argentine
  • Canada
  • Corée du Sud
  • France
  • Ghana
  • Norvège
  • Pays-Bas
  • Royaume-Uni
  • Sénégal
  • Suède
  • Uruguay

Soutenir les efforts en cours

  • Dans le cadre de l’initiative Elsie, les Forces armées canadiennes feront l’objet de la même évaluation des obstacles que le Ghana et la Zambie, dans le but de cerner les domaines à améliorer et de renforcer encore davantage le recrutement et l’avancement des femmes au sein des Forces armées.
  • Le Canada aidera les Forces armées du Sénégal à mettre en œuvre sa Stratégie nationale pour l’équité et l’égalité de genre au cours des prochaines années. Le Sénégal a un plan bien défini pour augmenter la représentation des femmes dans ses forces armées et sa gendarmerie, ainsi que dans ses missions de maintien de la paix.
  • Le Canada a versé 4,5 millions de dollars pour aider le Département des opérations de paix de l’ONU à améliorer sa capacité à appuyer la participation accrue des femmes aux opérations de paix et à en tirer parti. L'ONU utilise ces fonds pour financer une formation spécialisée à l'intention du personnel féminin, accroître les capacités des conseillers pour l’égalité des genres dans les missions de maintien de la paix et contribuer à un environnement plus réceptif pour les femmes Casques bleus.
  • En novembre 2018, le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas a organisé un atelier intitulé Research to Action (De la recherche à l’action) afin d’établir les priorités en matière de recherche, de suivi et d’évaluation pour l’initiative Elsie.

Portrait d’Elsie MacGill

Elizabeth « Elsie » Muriel Gregory MacGill naît le 27 mars 1905 à Vancouver, en Colombie-Britannique. Première femme à obtenir un diplôme en génie électrique (1927) à l’Université de Toronto, elle est aussi la première femme à terminer une maîtrise en génie aéronautique (1929). En 1938, elle est nommée ingénieure en chef de l’aéronautique à la Canadian Car and Foundry (CC&F), où elle dirige la production canadienne des avions de chasse Hawker Hurricane pendant la Deuxième Guerre mondiale. Après son passage à la CC&F, elle est à la tête d’un cabinet d’experts-conseils florissant. De 1967 à 1970, elle est membre de la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada. Elsie MacGill se voit décerner l’Ordre du Canada en 1971.

« J’ai reçu de nombreuses récompenses dans le domaine du génie, mais j’espère qu’on se souviendra aussi de moi comme d’une personne ayant défendu les droits des femmes et des enfants. »

Elizabeth « Elsie » Muriel Gregory MacGill

Information

Pour obtenir plus d’information sur l’Initiative Elsie.

Courriel : Elsie@international.gc.ca

Date de modification: