Les sanctions canadiennes liées aux entités terroristes, dont le Taliban, l’EIIL (Daech) et Al-Qaïda

Types de sanctions

Embargo sur les armes

Gel des avoirs

Interdictions financières

Avez-vous besoin d'un permis ou d'un certificate?

Interdictions

Le Canada a adopté de mesures visant à endiguer le terrorisme international dans le cadre de trois mécanismes d’inscription : le Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur le Taliban, EIIL (Daech) et Al-Qaïda, le Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur la lutte contre le terrorisme, et le Code criminel. Ensemble, ces trois mécanismes incluent notamment :

  • l'interdiction d’exporter des armes et du matériel connexe ou des explosifs à toute personne désignée;
  • l'interdiction de fournir à toute personne désignée une aide technique liée à la fourniture, la fabrication, l'entretien ou l'utilisation d’armes et de matériel connexe ou d’explosifs;
  • l’interdiction de fournir ou de collecter des fonds avec l’intention qu’ils soient utilisés par une personne désignée ou dont il sait qu’ils seront utilisés par une personne désignée;
  • l'imposition d'un gel des avoirs à l’encontre des personnes désignées.

Il est également interdit d’occasionner, de faciliter ou de favoriser la perpétration d’actes interdits.

Permis et certificats

Un certificat d’exemption peut être délivré dans certains cas précis. Les conditions applicables pour la délivraison des certificats sont énoncées dans le règlement respectif.

Renseignements contextuels

Pour endiguer le terrorisme international, il est essentiel d’empêcher que des terroristes utilisent le système financier international pour financer leurs activités. Face à cette problématique, un élément clé de la réponse de la communauté internationale a été l'imposition de mesures visant à prévenir la dissimulation et le transfert de fonds ou d’avoirs servant à financer le terrorisme, et tout en procédant à la désignation des personnes et entités visées par ces mesures.

Conformément à ses obligations internationales, le Canada a mis en place un mécanisme pour l’inscription sur des listes des entités terroristes, pour que celles-ci puissent faire l’objet de mesures précises, telles que le gel des avoirs. Ces efforts se sont traduits par la mise en œuvre de trois mécanismes d’inscription distincts, mais complémentaires: le Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur le Taliban, EIIL (Daech) et Al-Qaïda; le Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur la lutte contre le terrorisme; le Code criminel. Ensemble, ces trois mécanismes permettent de promouvoir les intérêts de sécurité canadiens à l’échelle nationale. Ils garantissent également le respect, par le Canada, d’une série d’obligations internationales, y compris celles prévues en vertu des résolutions applicables du Conseil de sécurité des Nations Unies et de la Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme.

Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur le Taliban, EIIL (Daech) et Al-Qaïda

Le Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur le Taliban, EIIL (Daech) et Al-Qaïda (D.O.R.S./99-444) a été adopté en 1999 en vertu de la Loi sur les Nations Unies et portait initialement le nom de Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur Al Qaïda et le Taliban. Au moment de son adoption, le Règlement prévoyait le gel des avoirs des Talibans, d’Oussama ben Laden et de ses associés, ainsi que des membres du réseau Al-Qaïda, et interdisait de leur fournir, de leur vendre ou de transférer à leur intention des armes et de l’assistance technique. L’adoption des résolutions 1988 (2011) et 1989 (2011) du Conseil de sécurité des Nations Unies a eu pour effet de séparer la Liste consolidée du Conseil de sécurité afin de créer deux listes distinctes, soit la Liste des sanctions contre Al-Qaïda (également appelée Liste 1267/1989) et la Liste des sanctions contre le Taliban (également appelée Liste 1988). En vertu de la résolution 1267 (1999) du Conseil de sécurité des Nations Unies, le Comité du Conseil de sécurité (maintenant le Comité des sanctions contre l’EIIL [Daech] et Al Qaïda) a établi et tient à jour une liste de personnes et d’entités liées à l’EIIL (Daech) et à Al Qaïda. En vertu de la résolution 1988 (2011) du Conseil de sécurité des Nations Unies, le Comité du Conseil de Sécurité (le Comité 1988) a également établi et tient à jour une liste de personnes et d’entités liées au Taliban. Ces listes ont été incorporées, par voie de référence, au Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur Al Qaïda et le Taliban.

Le 9 mai 2013, le gouvernement du Canada a désigné le Taliban comme une entité terroriste au titre du Code criminel, lequel comporte des interdictions sur diverses activités et opérations entreprises par les entités désignées. Afin de régler le chevauchement, le Règlement a été modifié le 26 septembre 2014. Les personnes et les entités liées au Taliban figureront toujours au Règlement, reflétant ainsi la Liste des sanctions contre le Taliban dressée dans le cadre de la résolution 1988 (2011). L’EIIL (Daech), Al-Qaïda et leurs groupes affiliés régionaux figurent également dans la liste d’entités terroristes dressée au titre du Code criminel du Canada (Al Qaïda depuis le 23 juillet 2002; l’État islamique depuis le 8 août 2012; l’État islamique – Province du Sinaï depuis le 7 avril 2015; Al-Qaïda dans le sous-continent indien depuis le 28 décembre 2016, l’État islamique – Province du Khorassan depuis le 23 mai 2018; et Al-Qaïda au Maghreb islamique depuis le 21 novembre 2018).

Pour tenir compte de l’évolution du terrorisme moderne, en 2014, le Comité 1267 a décidé de mettre l’accent sur les questions plus générales du terrorisme mondial et des combattants terroristes étrangers au lieu de porter son attention principalement sur Al-Qaïda et le Taliban. En août 2014, la résolution 2017 du Conseil de sécurité des Nations Unies a désigné explicitement l’EIIL (Daech) et d’autres groupes comme étant à l’origine d’instabilité, d’actes terroristes et de la destruction de biens ainsi que de sites culturels et religieux. En septembre 2014, la résolution 2178 du Conseil de sécurité des Nations Unies a permis d’élargir la portée des activités du Comité pour tenir compte de ce changement. La résolution 2199 du Conseil de sécurité des Nations Unies a permis de renforcer l’interdiction du commerce des biens culturels iraquiens et syriens et d’interdire les échanges commerciaux divers avec l’EIIL, le Front Al-Nusra et d’autres personnes et entités liées à Al-Qaïda.

Le 1er juin 2020, des modifications ont été apportées au Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur Al Qaïda et le Taliban pour élargir sa portée afin d’y inclure l’EIIL (Daech) et ses groupes affiliés. Le nom du règlement a alors été modifié pour Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur le Taliban, EIIL (Daech) et Al-Qaïda. Ce Règlement, tel que modifié, met en œuvre en droit canadien les aspects contraignants de la résolution 1267 (1999) du Conseil de sécurité des Nations Unies et des résolutions qui lui ont succédé.

Règlement contre le terrorisme

Le Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur la lutte contre le terrorisme (D.O.R.S./2001-360), tel que modifié (Règlement contre le terrorisme), a été adopté en 2001 en vertu de la Loi sur les Nations Unies. Le Règlement contre le terrorisme établit une liste canadienne de personnes et d’entités soupçonnées de se livrer à des activités terroristes. La portée de cette liste est plus large que celle du Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur le Taliban, EIIL (Daech) et Al-Qaïda, puisqu’elle ne se limite pas à une zone géographique ni à une affiliation précise. Le Règlement contre le terrorisme prévoit le gel des avoirs des personnes visées par le Règlement et il érige en infraction le fait de collecter des fonds pour le compte d’une entité figurant dans la liste.

Code criminel

Le Code criminel prévoit, lui aussi, un mécanisme d’inscription des personnes et entités visées, y compris l’application des mesures pénales qui s’imposent à l’encontre de celles-ci. Pour obtenir plus d’information sur le mécanisme d’inscription prévu par le Code criminel, y compris pour connaître les personnes et entités visées, prière de consulter le site Web de Sécurité publique Canada.

Documents sélectionnés

Règlements

Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur Al-Qaïda et le Taliban :

Règlement d’application des résolutions des Nations Unies sur la lutte contre le terrorisme :

Avis juridiques

Veuillez noter qu’Affaires mondiales Canada ne peut donner des avis juridiques au public. En conséquence, le ministère ne peut émettre aucun avis à propos des activités, ainsi que les transactions spécifiques, qui contreviennent ou contreviendront aux lois sur les sanctions. Il est également conseillé de solliciter des avis juridiques en ce qui a trait à une activité qui pourrait contrevenir à une loi canadienne portant sur les sanctions.

Date de modification: