Sélection de la langue

Recherche

Relations Canada-Liban

Domaines d’intervention du Canada

Relations bilatérales

Le Canada et le Liban entretiennent des liens étroits. La communauté libanaise représente le groupe ethnique arabe le plus important au Canada, et un grand nombre de Canadiens vivent au Liban. La relation entre nos deux pays est renforcée par des liens culturels étroits et leur appartenance à la Francophonie, ainsi que par l’aide que le Canada apporte au Liban afin de gérer les répercussions du conflit en Syrie.

Le Canada est représenté au Liban par son ambassade à Beyrouth, tandis que le Liban est représenté au Canada par son ambassade à Ottawa.

Depuis 2016, le Canada a versé presque 250 millions de dollars pour soutenir la stabilité et la résilience du Liban, qui doit composer avec plus de 1 million de réfugiés syriens qui se sont ajoutés à la population de réfugiés déjà existante dans le pays. Cette population de réfugiés aussi inclut des Palestiniens, des Irakiens et des Kurdes. Le Canada a renforcé sa présence diplomatique au Liban, une mesure prise aussi en réponse à la crise.

Le Liban a été la principale source des efforts de réinstallation accélérée des réfugiés syriens du Canada en 2015 à 2017. Sur plus de 60 000 réfugiés syriens qui ont été réinstallés au Canada depuis novembre 2015, plus de 30 000 provenaient du Liban, ce qui représente plus de la moitié des réfugiés qui ont été réinstallés dans le cadre de cette opération.

Relations commerce

En 2018, les échanges commerciaux entre le Canada et le Liban se chiffraient à 150 millions de dollars, soit une augmentation de 58 % par rapport à 2013. La valeur des exportations du Canada vers le Liban s’élevait à 117 millions de dollars, et celle des importations du Canada en provenance du Liban à 33 millions de dollars.

Parmi les principales exportations canadiennes vers le Liban, mentionnons les pièces de véhicules, les produits agroalimentaires (en particulier, le blé et les légumineuses), les produits pharmaceutiques et d’autres biens industriels et de consommation. Les produits agroalimentaires représentent la majorité des importations du Canada en provenance du Liban.

Des entreprises et des établissements canadiens sont présents au Liban dans une multitude de secteurs, notamment les technologies de l’information et des communications, les produits de consommation, l’aérospatiale, l’agroalimentaire, l’éducation et la santé. Le Canada et le Liban ont conclu un Accord sur la promotion et la protection des investissements étrangers, qui est entré en vigueur en 1999, et ont signé un Accord sur le transport aérien en 2000. En 2013, la Corporation commerciale canadienne et le ministère des Finances du Liban ont signé un protocole d’entente pour renforcer la coopération en matière de commerce et d’investissement entre les deux pays.

Accords en matière de commerce et d’investissement

Voici une liste des accords sur le commerce et l’investissement comprenant le Canada et le Liban :

Pour en savoir plus, consultez les Accords sur le commerce et l’investissement.

Relations en matière de développement

Le Liban est le pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés par habitant dans le monde. Avec l’afflux de réfugiés venus des pays voisins, la population libanaise, qui était de 4,7 millions de personnes, a augmenté de 25 %. Le conflit en Syrie à lui seul a forcé plus de 1 million de Syriens à chercher refuge au Liban. Ce conflit a une incidence sur la sécurité et la stabilité du Liban. Le Canada reconnaît la générosité du Liban et le fardeau que ce pays porte en accueillant ces réfugiés. Soucieux de la sécurité et de la stabilité du Liban, le Canada accorde une place importante à ce pays dans sa stratégie au Moyen-Orient.

Dans le cadre de cette stratégie, le Canada s’est engagé à fournir au Liban une aide de presque 250 millions de dollars. Ces fonds apportent une aide humanitaire et permettent d’appuyer des projets de développement et de stabilité sociale, ainsi que des initiatives pour renforcer la sécurité du Liban; ces fonds fournissent également une aide non létale aux forces armées libanaises.

Plus précisément, l'aide humanitaire du Canada contribue à répondre aux services et aux besoins de base comme les soins de santé et l'accès à l'éducation, à l'eau, à la nourriture et au logement pour les populations vulnérables et à risque. Notre aide au développement soutient la croissance des micro, petites et moyennes entreprises, des coopératives et des associations afin de stimuler l'emploi des femmes et des jeunes. Le Canada appuie aussi la stratégie du gouvernement du Liban visant à améliorer la qualité de l'éducation au pays. Le Canada contribue au Mécanisme mondial de financement concessionnel mondial de la Banque mondiale, grâce auquel le Liban peut obtenir des prêts à faible taux d'intérêt pour ses projets de développement, et au mécanisme en matière d’égalité entre les sexes du Machrek, qui aide le Liban à mettre en œuvre un plan d'action national pour le renforcement du pouvoir économique des femmes.

Sécurité et stabilisation

L'appui du Canada à la sécurité et à la stabilité sociale du Liban comprend des projets qui visent à réduire les tensions entre les réfugiés et les communautés d'accueil sous pression, ainsi que des projets de sécurité communautaire qui renforcent la capacité des services de police locaux et des Forces armées libanaises à prévenir les conflits et les actes de violence extrémistes et à y réagir.

De plus, le Canada appuie les initiatives multilatérales visant à contrer l'extrémisme violent, à prévenir l'infiltration de combattants étrangers et à défendre les frontières du Liban. À l'appui du programme de formation et d'aide du Canada au Liban, le Canada a aussi donné aux Forces armées libanaises des vêtements d’hiver et pour climat humide, de l'équipement de montagne, des motoneiges et des véhicules de soutien. Cette initiative s'inscrit dans le cadre des efforts plus larges de renforcement des capacités dans la région, qui comprennent des niveaux d'engagement semblables en Jordanie et en Iraq. 

Opérations

Le Tribunal spécial pour le Liban a été créé à La Haye, aux Pays-Bas, en vertu de la résolution 1757 du Conseil de sécurité des Nations Unies pour faire la lumière sur l’assassinat, en 2005, de l’ancien premier ministre Rafik Hariri et d’autres victimes. Le Canada a appuyé ce tribunal depuis sa création et y a versé des contributions d’une valeur de près de 7 millions de dollars, y compris un détachement de policiers canadiens. Les deux premiers procureurs du Tribunal spécial pour le Liban étaient Canadiens, et le Canada assume la vice-présidence du Comité de gestion du Tribunal.

Partenaires et organisations

Afin de trouver des réponses efficaces aux défis mondiaux pressants d’aujourd’hui, le Canada et le Liban collaborent également de façon étroite dans le cadre de forums multilatéraux, notamment :

 

Date de modification: