Sélection de la langue

Recherche

Relations Canada-Liban

Relations bilatérales

Le Canada et le Liban ont des liens profonds. La communauté libanaise au Canada comprend entre 200 000 et 400 000 personnes et on estime qu’entre 60 000 et 75 000 Canadiens résident au Liban. La relation est renforcée par des liens culturels étroits et une participation conjointe à la Francophonie.

Le Canada est représenté au Liban par son ambassade à Beyrouth et y a renforcé sa présence diplomatique en réponse à la crise en Syrie. Le Liban est représenté au Canada par son ambassade à Ottawa.

Depuis 2016, le Canada s’est engagé à contribuer plus de 427 millions de dollars afin de soutenir la stabilité et la capacité de résistance du Liban face aux répercussions des conflits en Irak et en Syrie et l’explosion catastrophique au port de Beyrouth en 2020. Le Liban accueille aujourd'hui plus de 1,5 million de réfugiés syriens, selon les estimations, qui s'ajoutent à la population de réfugiés déjà existante dans le pays, qui comprend également des Palestiniens, des Irakiens et des Kurdes.

Le Liban a été la principale source des efforts accélérés de réinstallation des réfugiés syriens par le Canada entre 2015 et 2017. Sur plus de 60 000 réfugiés syriens réinstallés au Canada, plus de 30 000, soit plus de la moitié, étaient originaires du Liban.

La stratégie du Canada pour au Moyen-Orient, annoncée en premier en 2016, fut renouvelée en 2021, jusqu’en 2022. Entre 2016 et 2022, le Canada se sera engagé à verser plus de 4 milliards de dollars en aide humanitaire, au développement, militaire et en aide pour la stabilisation et la sécurité dans la région, y compris sur le Liban, en mettant l’emphase sur l’instauration d’une stabilité, gouvernance, et résilience à long terme.  

Au lendemain de l'explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020, le Canada a consacré 30 millions de dollars à l'aide humanitaire d’urgence et en soutien aux efforts de redressement rapide, et a annoncé un apport de 20 millions de dollars supplémentaires en aout 2021 pour appuyer la relance économique de Beyrouth. Ce financement a aidé les partenaires de confiance à répondre aux besoins humanitaires immédiats et à soutenir les efforts de relèvement rapide et de résilience.

Relations commerciales

Malgré les difficultés économiques du Liban, le commerce bilatéral du Canada a augmenté ces dernières années. Malgré que le commerce bilatéral entre le Canada et le Liban a cru jusqu’à 157 millions de dollars en 2019 (une hausse de 60% depuis 2013), les plus récentes données indiquent un ralentissement important. En 2020, le commerce bilatéral entre le Canada et le Liban fut de 109,7 millions de dollars, une réduction de 30% par rapport à 2019, en grande partie due au déclin des importations libanaises de biens canadiens en raison de la pandémie de la COVID-19 et la décroissance du pouvoir d’achat du Liban.

Les secteurs clés pour le Canada comprennent l'agriculture/les produits agro-alimentaires et les sciences de la vie.

Les secteurs clés pour le Liban comprennent le tourisme, l'éducation, l'agriculture, l'agroalimentaire et les sciences de la vie.

Les principales exportations de marchandises du Canada vers le Liban comprennent :

  • Pièces pour véhicules
  • L'agroalimentaire (en particulier le blé et les légumineuses) ;
  • Produits pharmaceutiques et autres biens industriels et de consommation.

Les produits agroalimentaires constituent la majorité des importations canadiennes en provenance du Liban. Les entreprises et institutions canadiennes sont présentes au Liban dans de multiples secteurs, notamment :

  • Technologies de l'information et de la communication ;
  • Produits de consommation ;
  • L'aérospatiale ;
  • Agroalimentaire et;
  • L'éducation et la santé.

En décembre 2019, 1 035 permis d'études avaient été délivrés à des étudiants libanais pour étudier au Canada. Ce nombre n’inclut pas les nombreux libanais-canadiens étudiant au Canada avec un passeport canadien.

Liens connexes

Développement

Dans le cadre de sa stratégie d'engagement du Canada au Moyen-Orient, le Canada soutient le Liban pour l'aider à surmonter les difficultés du fait de la présence d'un million de réfugiés et de se remettre de l’explosion au port de Beyrouth, dans un contexte d'instabilité politique, d'une crise financière en cours, et delà pandémie COVID-19. L'aide au développement du Canada aide le Liban à faire face aux effets cumulatifs de ces crises en favorisant l'égalité des sexes et en augmentant le bien-être socio-économique des plus vulnérables, en particulier les femmes et les filles, les communautés d'accueil touchées par la crise et les réfugiés syriens.

La programmation canadienne améliore l'accès des femmes et des filles aux services d'éducation, de santé et de protection. Cela comprend une attention particulière à la santé sexuelle et reproductive, et à la prévention de la violence sexuelle et celle basée sur le genre, des mariages d'enfants et des mariages précoces.

Sécurité/Stabilisation

Le soutien du Canada à la sécurité et à la stabilité sociale du Liban comprend des projets qui visent à réduire les tensions entre les réfugiés et les communautés d'accueil subissant des pressions, ainsi que des projets de sécurité communautaire qui renforcent la capacité des services de police locaux et des forces armées libanaises à prévenir les conflits et les actes violents d'extrémisme et à y répondre.

En outre, le Canada, via les programmes d’aide au renforcement des capacités antiterroristes, soutient les initiatives multilatérales qui visent à contrer l'extrémisme violent, à empêcher l'infiltration de combattants étrangers et à sécuriser les frontières du Liban. Pour soutenir son programme de formation et d'assistance au Liban, le Canada a également fait des dons d'équipements non létaux et de véhicules de soutien aux forces armées libanaises afin de renforcer leur capacité à sécuriser et à surveiller les régions frontalières. Ces efforts s'inscrivent dans le cadre d'efforts plus larges de renforcement des capacités dans la région, qui comprennent des lignes d'engagement similaires en Jordanie et en Irak.

Opérations

Le conflit syrien voisin représente une menace permanente pour la sécurité et la stabilité du Liban. En partenariat avec les programmes d’aide au renforcement des capacités antiterroristes du Canada, une équipe des Forces armées canadiennes en aide à la formation est basée au Liban pour entreprendre des initiatives de renforcement des capacités via l’Opération IMPACT qui soutient les efforts pour renforcer la frontière entre le Liban et la Syrie. Depuis 2019, le Liban participe au programme canadien de coopération et de formation militaire.

En vertu de la résolution 1757 du Conseil de sécurité des Nations unies, le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a été créé à La Haye, aux Pays-Bas, pour faire enquête sur l'assassinat, en 2005, de l'ancien premier ministre Rafic Hariri et d'autres victimes. Le Canada a soutenu le TSL dès le début et lui a apporté des contributions évaluées à plus de 7 millions de dollars, y compris des détachements de policiers canadiens. Les deux premiers procureurs du TSL étaient des Canadiens, et le Canada est le vice-président du comité de gestion du TSL.

Partenariats et organisations

Afin d'élaborer des mesures efficaces pour répondre aux défis mondiaux les plus pressants d'aujourd'hui, le Canada et le Liban travaillent en étroite collaboration dans des forums multilatéraux, tels que :

Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, s’il vous plaît contactez-nous.

Date de modification: