Les petites et moyennes entreprises canadiennes appuient un accord de libre-échange avec l’Union européenne

La version anglaise de ce communiqué a été modifiée.

Le ministre du Commerce international Ed Fast remercie le Conseil consultatif pour son rapport sur la façon dont les petites et moyennes entreprises peuvent profiter d’un accord commercial avec l’Union européenne

(Nº 356 - Le 29 novembre 2011 - 8 h 45 HE) Le ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique, l’honorable Ed Fast, a rencontré aujourd’hui les membres du Conseil consultatif sur les petites et moyennes entreprises, qui lui ont remis un rapport appuyant les efforts que déploie le Canada en vue de conclure des accords de libre-échange avec des partenaires commerciaux clés. Dans ce rapport, le Conseil appuie en particulier les négociations visant à parvenir à un accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne, accord qui rendrait moins complexe la conduite des affaires avec l’Union européenne, créerait de nouveaux débouchés et favoriserait la création d’emplois. Un accord commercial avec l’Union européenne aidera les petites et moyennes entreprises à créer des emplois et contribuera à la croissance économique dont bénéficieront les petites entreprises canadiennes, leurs employés ainsi que leurs familles.

« Le Conseil consultatif, en sa qualité de représentant du secteur des petites entreprises canadiennes, mérite toute notre gratitude pour le travail précieux qu’il a accompli dans la recherche de façons dont les PME pourraient profiter de l’énorme potentiel d’un accord économique et commercial global avec l’Union européenne, a déclaré le ministre Fast. Les petites entreprises représentent 98 p. 100 de toutes les entreprises au Canada et emploient près de la moitié des travailleurs canadiens. Par conséquent, en ouvrant des débouchés à l’étranger pour ces PME, nous créons des emplois et assurons la prospérité des petites entreprises canadiennes, de leurs employés et de leurs familles. »

En 2008, environ 8 350 PME du Canada exportaient vers l’Union européenne des biens et des services se chiffrant à près de 16,1 milliards de dollars, soit 52,7 p. 100 de la valeur totale des exportations canadiennes vers ce marché.

« Les PME comprennent les avantages potentiels d’un accord commercial avec l’Union européenne : une augmentation de 20 p. 100 du commerce bilatéral, une injection annuelle de 12 milliards de dollars dans l’économie du Canada, ce qui équivaut à la création de près de 80 000 nouveaux emplois et à presque 1 000 $ de plus chaque année pour une famille canadienne moyenne, a poursuivi le ministre Fast. Les négociations en vue de la conclusion d’un accord économique et commercial global avec l’Union européenne sont au cœur du programme de stimulation du commerce créateur d’emplois de notre gouvernement. »

Selon le rapport du Conseil consultatif, l’ensemble des PME du Canada, dans presque tous les secteurs d’industrie, appuient la conclusion d’accords commerciaux bilatéraux et en bénéficieraient. Quelque 55 p. 100 des entreprises qui ont participé à un sondage ont indiqué qu’elles prévoyaient accroître leurs échanges avec l’Union européenne d’ici trois ans.

« D’après les recherches que nous avons effectuées auprès de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, de nombreuses PME canadiennes bénéficieraient de la conclusion d’un accord commercial avec l’Europe, a expliqué le président du Conseil consultatif sur les PME et président-directeur général d’Alliance Grain Traders Inc., M. Murad Al-Katib. Un accord avec l’Union  européenne fournirait aux PME l’occasion de prendre de l’expansion et de créer des emplois en diversifiant leurs exportations. »

« Il est encourageant de voir le gouvernement tenir compte des enjeux pertinents aux petites entreprises dans la négociation d'accords de libre-échange, a déclaré la présidente de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, Mme Catherine Swift. Le programme du gouvernement en faveur du commerce bénéficiera non seulement aux PME qui cherchent à prendre de l'expansion sur de nouveaux marchés comme l'Europe, mais également à l'économie canadienne dans son ensemble. »

En moins de six ans, le gouvernement a ouvert de nouveaux débouchés en concluant des accords commerciaux avec neuf pays : la Colombie, le Honduras, la Jordanie, le Panama, le Pérou ainsi que l’Association européenne de libre-échange, composée de l’Islande, du Liechtenstein, de la Norvège et de la Suisse.

Le Conseil consultatif sur les petites et moyennes entreprises est composé de propriétaires d’entreprises et de cadres de partout au pays qui représentent des secteurs clés de l’économie. Le Conseil a été créé pour donner des conseils au ministre sur des questions qui ont une incidence sur les PME et leur participation au commerce international.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Rudy Husny
Attaché de presse
Cabinet de l’honorable Ed Fast
Ministre du Commerce international et ministre de la porte d’entrée de l’Asie-Pacifique
613-992-7332

Le Service des relations avec les médias (commerce)
Affaires étrangères et Commerce international Canada
613-996-2000
Suivez-nous sur Twitter : @Commerce_Canada