La Stratégie du Canada au Moyen‑Orient

Sur une période de cinq ans, entre 2016 et 2021, le Canada investira jusqu'à 3,5 milliards de dollars pour faire face aux crises en Irak et en Syrie et à leurs répercussions sur le Liban, la Jordanie et la région.

Aide humanitaire : aider les personnes les plus touchées

Résultats obtenus au chapitre de l’aide humanitaire :

  • Le financement versé par le Canada à ses partenaires humanitaires contribue à acheminer de l’aide qui permet de sauver des vies : nourriture, abris, services d’approvisionnement en eau et d’assainissement, soins de santé, de même que des services d’éducation et de protection, dont des soins spécialisés destinés aux victimes de violence fondée sur le genre.
  • Les fonds canadiens ont permis d’offrir des services de santé sexuelle et reproductive à quelque 1 435 000 adolescents en Syrie, 52 000 en Irak, 30 000 en Jordanie et 6 000 au Liban.
  • Le Canada a financé la mise sur pied de plus de 81 lieux sécuritaires à l’intention des femmes et des filles, et a contribué à fournir des trousses d’hygiène féminine à plus de 200 000 bénéficiaires en Syrie, en Irak, en Jordanie et au Liban.

Le Canada fournit une aide humanitaire aux personnes qui en ont le plus besoin avec le concours de partenaires expérimentés qui accordent la priorité aux principes suivants :

  • humanité
  • neutralité
  • impartialité
  • indépendance

Le Canada concentre ses efforts à aider les personnes les plus touchées par les conflits en Irak et en Syrie, y compris les réfugiés ayant fui vers des pays voisins, comme la Jordanie et le Liban.

En 2019, le Canada a annoncé le renouvellement pour deux ans de la Stratégie pour le Moyen-Orient. Le Canada s’est engagé à verser jusqu’à 1,4 milliard de dollars sur cinq ans (2016-2021) pour fournir une aide humanitaire tenant compte des spécificités liées au genre aux populations les plus vulnérables touchées par des conflits en Syrie, en Irak, au Liban et en Jordanie.

Le Canada travaille de concert avec des partenaires expérimentés sur le terrain, notamment des agences des Nations Unies, des organisations non gouvernementales et le mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Nos partenaires veillent à ce que les besoins et les priorités propres aux personnes vulnérables et marginalisées soient intégrés à l’intervention et soutiennent la participation et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles.

En 2019-2021, le Canada concentrera son aide humanitaire sur les trois priorités suivantes :

1.      Fournir une aide vitale qui fait plus de place aux femmes pour répondre aux besoins fondamentaux

Plus de 21 millions de personnes nécessitent toujours de l’aide humanitaire en Syrie, au Liban, en Jordanie et en Irak. Des années de conflit et de déplacement ont entraîné la perte des moyens de subsistance des principaux soutiens financiers des familles, en plus de donner lieu à un plus grand nombre de ménages dirigés par des femmes. Dans toute la région, l’insécurité économique et un environnement de travail restrictif pour les réfugiés, ainsi que l’isolement physique de certaines populations, ont limité l’accès à la nourriture, au logement et aux autres besoins fondamentaux.

L’aide humanitaire du Canada permet aux familles les plus vulnérables de subvenir à leurs besoins quotidiens des ménages par l’entremise de nourriture, d’argent et de bons d’alimentation. Grâce à ces mécanismes, le soutien canadien permet aux gens de prendre leurs propres décisions quant à la meilleure façon de répondre à leurs besoins fondamentaux tout en soutenant les marchés locaux. Le fait d’offrir directement aux femmes des transferts monétaires les aide à renforcer leur pouvoir de décideuses au sein de leur famille.  

2.      Prestation et accessibilité des services sociaux et publics

Les conflits perturbent les services sociaux et publics de base. Dans les cas où les écoles, les systèmes d’approvisionnement d’eau ou les cliniques sont endommagés, le Canada appuie des partenaires humanitaires expérimentés dans la région afin d’améliorer l’accès aux services publics.

Grâce au soutien du Canada, les populations touchées par une crise profitent des services suivants :

  • un accès à l’eau potable et à des services d’assainissement
  • des services de santé physique et mentale
  • du soutien psychosocial pour les victimes de la violence et des conflits
  • des services d’éducation pour les enfants et les adolescents dont l’apprentissage a été interrompu par les conflits et les déplacements

Nos partenaires reconnaissent que toutes les activités doivent tenir compte des besoins sociaux, culturels et de protection particuliers des femmes et des filles. Le Canada soutient des projets comme la construction de latrines distinctes pour les hommes et les femmes, avec des mesures de sécurité suffisantes telles que des serrures et de l’éclairage pour répondre aux besoins immédiats et réduire le risque de violence sexuelle et basée sur le genre.

3.      Répondre aux besoins, aux priorités et aux capacités propres aux personnes vulnérables et marginalisées

Les besoins et les droits des femmes et des filles restent au centre de l’aide apportée par le Canada. La Politique d’aide internationale féministe du Canada et l’Approche féministe : l’égalité des genres dans l’action humanitaire d’Affaires mondiales Canada reconnaissent que l’aide humanitaire est plus efficace si les besoins, les capacités et les priorités propres aux groupes vulnérables et marginalisés sont intégrés dans l’intervention humanitaire.

Nous soutenons l’accès aux services essentiels de santé sexuelle et reproductive en fournissant des endroits sûrs et des cliniques de santé mobiles qui offrent des soins spécialisés pour les survivantes de violence sexuelle et basée sur le genre. Les femmes et les filles peuvent être des agents de changement et d’efficaces défenseures pour déterminer et satisfaire les besoins des communautés et des familles. Le Canada soutient des initiatives qui intègrent les adolescentes et les organisations de femmes dans l’intervention humanitaire.

Aide au développement : renforcer la résilience

Résultats obtenus au chapitre de l’aide au développement :

  • Le Canada a contribué à améliorer la qualité de l’éducation de plus de 1,9 million d’enfants, dont des réfugiés syriens en Jordanie et au Liban.
  • Le Canada a cofondé le Mécanisme d’assistance technique pour l’égalité des genres au Machrek, dont l’objectif est de contribuer à la mise en œuvre de plans d’action nationaux visant le renforcement du pouvoir économique des femmes au Liban, en Jordanie et en Irak.
  • Le Canada a aidé l’Irak à adopter une loi sur la gestion des finances publiques et à lancer deux projets pilotes pour soutenir l’élaboration d’un cadre permettant la mise en place d’un processus plus exhaustif de budgétisation et de décentralisation.
  • Plus de 300 000 femmes et filles ont reçu des services ou du soutien en matière de santé reproductive pour prévenir la violence fondée sur le genre au Liban, en Jordanie et en Irak.

L’aide au développement du Canada fournit un soutien à long terme pour renforcer la capacité des gouvernements, des collectivités et des ménages en Jordanie, en Irak et au Liban. En Syrie, le programme du Canada cible des projets qui, au sein de la communauté et des ménages, sont axés sur le renforcement du pouvoir des femmes. Ces efforts déployés dans toute la région aident les communautés à résister aux chocs et aux stress causés par les crises, et à s’en remettre.

Les programmes de développement du Canada dans la région cadrent avec sa Politique d’aide internationale féministe et son Plan national d’action du Canada consacré aux femmes, à la paix et à la sécurité. De plus, les efforts du Canada au Moyen-Orient appuient les engagements pris au titre de la Déclaration de Charlevoix sur l’éducation de qualité pour les filles, les adolescentes et les femmes dans les pays en développement et de la Déclaration de Whistler sur le renforcement du pouvoir des adolescentes pour favoriser le développement durable.

Combinés avec l’aide humanitaire et l’aide en matière de sécurité et de stabilisation, nos programmes de développement à long terme permettront de réaliser ce qui suit :

  • améliorer les conditions de vie des personnes touchées par un conflit dans la région, surtout les femmes et les filles;
  • fournir des services sociaux tenant compte des genres et l'accès à une éducation de qualité qui favorise le renforcement des compétences et l'employabilité;
  • réduire les tensions et renforcer la cohésion sociale;
  • améliorer la gouvernance et le renforcement à long terme des institutions.

Le Canada s’engage à investir jusqu’à 470 millions de dollars sur cinq ans (2016-2021) pour l’aide humanitaire. Cette aide se concentre sur l’Irak, un pays qui doit être stabilisé après des années de conflit, ainsi que sur la Jordanie et le Liban, qui ont subi les effets déstabilisateurs des conflits en Irak et en Syrie, y compris l’accueil de centaines de milliers de réfugiés.

Cette aide compte quatre secteurs prioritaires :

  1. renforcer le pouvoir des femmes et des filles et faire progresser l’égalité entre les genres;
  2. appuyer une gouvernance efficace et responsable;
  3. améliorer la qualité et la durabilité de services sociaux faisant une plus grande place aux femmes (y compris l’éducation);
  4. favoriser une croissance économique qui profite à tous (p. ex. formation professionnelle et commerciale, financement novateur et formation en entrepreneuriat).

1. Renforcer le pouvoir des femmes et des filles et faire progresser l’égalité entre les genres

Les femmes et les filles au Moyen-Orient sont généralement plus désavantagées par rapport à celles des autres pays à revenu moyen. Les conflits en Irak et en Syrie ont porté atteinte à la participation des femmes dans toutes les sphères en plus d’intensifier la violence basée sur le genre. Le renforcement du pouvoir des femmes et des filles et la promotion de l’égalité des genres sont au cœur de l’aide au développement du Canada. Il s’agit là d’un facteur déterminant pour la mise en place d’institutions plus inclusives et la stabilité à plus long terme.

Pour ce faire, l’aide canadienne contribue à la participation active des femmes au développement politique, social et économique. Il s’agit notamment d’offrir une formation aux principales femmes leaders et de renforcer les systèmes de gouvernance pour veiller à ce que les voix des femmes soient entendues et à ce que les priorités soient prises en compte. En Jordanie et en Irak, le Canada contribue à faire en sorte que les femmes et les filles aient un meilleur accès aux services municipaux, et qu’elles soient pleinement incluses dans les processus de planification de prise de décision, et ce, de façon continue.

Les programmes de développement du Canada ciblent les efforts visant à prévenir et à lutter contre la violence sexuelle et basée sur le genre. Nous formons des responsables en santé pour qu’ils puissent fournir des services de santé sexuelle et reproductive efficaces et aidons les femmes et les filles à plaider en faveur de la justice quant à la violation de leurs droits, notamment en matière de violence sexuelle et basée sur le genre.

Conformément à la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies, les programmes de développement contribuent également à améliorer le rôle des femmes en matière de paix et de sécurité. Il s’agit notamment d’aider la Jordanie et l’Irak à mettre en œuvre leurs propres plans d’action nationaux sur les femmes, la paix et la sécurité, et d’améliorer la participation des femmes aux processus de gouvernance, de réconciliation et de paix.

2. Appuyer une gouvernance efficace et responsable

Les gouvernements de Jordanie, d’Irak et du Liban ont besoin de stratégies, de plans et de programmes qui leur permettent de gérer les crises et les tensions actuelles et futures auxquelles font face ces pays. La plupart des infrastructures de base de la région (comme les routes, les écoles et la gestion des déchets) et les ressources naturelles (comme l’eau) ont été détruites, endommagées ou soumises à une pression énorme du fait d’un conflit violent ou de mouvements importants de personnes déplacées. Les programmes de développement du Canada aident les institutions locales (comme les ministères et les autorités municipales) à construire, à maintenir et à rénover des infrastructures et à gérer les ressources naturelles d’une façon plus durable et équitable.

Le Canada appuie le Mécanisme mondial de financement concessionnel (en anglais). Il permet aux gouvernements de Jordanie et du Liban d’emprunter à faible taux intérêt pour réaliser des investissements essentiels dans des projets d’infrastructure et de services publics à grande échelle qui profitent aux réfugiés et aux communautés qui les accueillent (p. ex. éducation, santé, routes et création d’emplois).

Ces mesures permettent de renforcer la résilience de ces pays face aux chocs physiques, économiques et sociaux liés à la crise des réfugiés et permettent de garantir le bien-être à plus long terme des populations vulnérables sur leur territoire national. En Jordanie, le Canada aide également les municipalités à faire face à l’afflux de réfugiés syriens et à répondre aux besoins des populations locales grâce à une amélioration du développement et de la gestion des infrastructures.

Les institutions locales doivent également être en mesure de soutenir les aspirations et de répondre aux besoins de la population locale. En Irak, le Canada contribue à améliorer l’efficacité et la responsabilisation de la gouvernance en offrant son expertise en matière de fédéralisme. Cela comprend des modèles et des pratiques exemplaires concernant la gestion des relations budgétaires entre tous les niveaux de gouvernement. Le Canada s’efforce également de renforcer la voix des principales femmes leaders et de renforcer le rôle des femmes dans les processus de décision. Remédier à ces problèmes permet de cibler des sources persistantes de tension.

3. Améliorer l’accessibilité, la qualité et la durabilité de services sociaux faisant une plus grande place aux femmes (y compris l’éducation)

Les services de base essentiels, tels que l’éducation, la santé, l’approvisionnement en eau et l’assainissement, sont soumis à d’énormes pressions dues aux éléments suivants :

  • les conflits continus;
  • les millions de réfugiés et de personnes déplacées;
  • les capacités limitées ou faibles;
  • les chocs économiques.

Si l’on peut rendre ces systèmes plus forts et plus résilients face aux crises actuelles et futures, les individus et les communautés qui en dépendent seront plus en mesure de résister aux effets négatifs des crises.

Le soutien du Canada visant à améliorer l’accès à des services de qualité se concentre sur les personnes les plus vulnérables, en particulier les femmes et les filles. En Syrie, le Canada aide les femmes à tirer profit des possibilités économiques et des ressources en leur offrant de la formation technique et professionnelle. Le Canada soutient la recherche sur l’accès des femmes au logement, à la terre et aux droits de propriété en Syrie.

Ainsi, l’aide canadienne au développement appuie également le renforcement de l’ensemble des systèmes d’éducation publique tant au Liban qu’en Jordanie. Le Canada appuie des projets qui renforcent les capacités des ministères de l’Éducation, en plus d’améliorer la formation des professeurs et les environnements scolaires. Ainsi, chaque enfant, quelle que soit sa nationalité, a accès à une éducation formelle de qualité.

En Jordanie, l’aide du Canada contribue à améliorer l’élaboration et la mise en œuvre de plans d’amélioration des écoles faisant une plus grande place aux femmes dans tout le pays et à promouvoir la participation des femmes à la gouvernance aux niveaux municipal et communautaire. Nos efforts aideront à renforcer la capacité des institutions gouvernementales à fournir des services adaptés aux besoins des populations touchées par les conflits, en particulier les femmes et les réfugiés.

Le Canada contribue à garantir une éducation qui accorde une place accrue aux femmes et des espaces d’apprentissage sûrs et disponibles pour les filles comme pour les garçons. Le Canada tient également à s’assurer que des services et du matériel spécialisés soient disponibles pour répondre aux besoins des garçons et des filles qui vivent avec un handicap et qui ont besoin d’un soutien

4. Favoriser une croissance économique qui profite à tous, y compris un marché du travail équitable

Les crises de la région ont contribué à un effondrement de l’activité économique, à une instabilité macroéconomique et à une augmentation du chômage. L’aide au développement du Canada permet de favoriser l’entrepreneuriat, le perfectionnement des compétences et la création d’emplois, en particulier pour les femmes et les jeunes.

Pour soutenir les efforts visant à accroître la participation des femmes à la population active, nous avons financé le Mécanisme d’assistance technique pour l’égalité des genres au Machrek. Cette initiative aidera le Liban, l’Irak et la Jordanie à élaborer et à mettre en œuvre des plans d’action nationaux pour le renforcement du pouvoir économique des femmes à l’échelle nationale. Les projets fournissent du financement et du soutien technique pour des activités régionales stratégiques.

En Jordanie, l’aide au développement du Canada est axée sur la promotion de la participation des femmes à la population active (p. ex. en améliorant les politiques et les services de garde dans le secteur privé) et sur la croissance du secteur des énergies renouvelables du pays. En Irak, les projets visent à cerner les obstacles et les contraintes juridiques qui empêchent les femmes de travailler. En Syrie, le Canada contribue à renforcer les moyens de subsistance à petite échelle et à soutenir la participation à l’économie locale.

Renforcer la sécurité et la stabilisation en Irak, en Syrie, en Jordanie et au Liban

Résultats obtenus au chapitre de la sécurité et de la stabilisation :

  • Le Canada a contribué aux efforts de la Coalition mondiale pour déminer plus de 19,2 millions de mètres carrés de terres en Irak et en Syrie.
  • Le Canada a donné une formation à 89 membres des forces de sécurité de la Jordanie au sujet des capacités médicales et d’intervention tactique qui tiennent compte des spécificités de genre.
  • Le Canada est l’un des plus importants pays donateurs volontaires auprès de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques; il contribue ainsi à la réalisation d’enquêtes sur les attaques chimiques commises en Syrie.
  • Le financement accordé par le Canada a aidé la Gendarmerie royale du Canada à former 7 400 policiers irakiens.

Le Canada est un membre actif et engagé de la Coalition mondiale contre Daech. Nous avons investi jusqu’à 269 millions de dollars sur cinq ans au titre des programmes de stabilisation et de sécurité. Il s’agit d’une contribution importante aux efforts déployés par la Coalition mondiale pour démanteler et, en définitive, vaincre Daech, contrer l’extrémisme violent, rétablir la stabilité et favoriser la sécurité dans la région.

Le Canada apporte également une contribution de premier plan à la mission de l’OTAN en Irak. Nous avons assuré le commandement d’une mission et fourni jusqu’à 250 membres des Forces armées canadiennes pour soutenir les efforts déployés par l’OTAN pour faire progresser la stabilité et la sécurité à long terme en Irak.

Programmes de stabilisation

Notre engagement comprend l’appui des efforts de stabilisation de la Coalition mondiale en Irak et en Syrie, de même que la prévention d’éventuels effets d’entraînement déstabilisateurs au Liban et en Jordanie.

Par l’entremise du Programme pour la stabilisation et les opérations de paix (PSOPs), le Canada cherche à accroître la stabilité, à s’attaquer aux facteurs contribuant aux conflits et à contribuer à ce que les auteurs de crimes internationaux rendent compte de leurs actes.

En Irak, nos efforts de stabilisation cadrent avec les priorités clés de la Coalition mondiale, notamment l’appui du Dispositif pour le financement de la stabilisation du Programme des Nations Unies pour le développement, l’élimination des restes d’explosifs de guerre ainsi que le soutien des forces policières irakiennes. Géographiquement, nos efforts de stabilisation sont concentrés dans les provinces irakiennes d’Anbar et de Ninive, où les besoins en matière de stabilisation sont grands du fait de l’emprise et de l’influence exercées par Daech avant la libération. Le PSOPs a contribué à :

  • la réconciliation des services essentiels et de la sécurité civile
  • la prévention des conflits
  • la reddition de comptes

Le Canada collabore avec différents partenaires, dont les organismes des Nations Unies, les ONG locales et internationales et les autres membres de la Coalition mondiale. De plus, nous travaillons étroitement avec le gouvernement d’Irak et avec la société civile irakienne pour appuyer l’élaboration et la mise en œuvre du deuxième Plan national d’action consacré aux femmes, à la paix et à la sécurité en Irak.

En Syrie, nous nous employons à sauver des vies en appuyant les systèmes d’intervention d’urgence et d’alerte précoce. Le Canada cherche également à donner la parole aux Syriens ordinaires, en particulier les femmes, en renforçant la société civile, en favorisant le dialogue et en donnant aux femmes les moyens d’être plus présentes sur la scène politique syrienne.

Au Liban, le PSOPs appuie les efforts déployés par le gouvernement du pays pour améliorer ses services de sécurité d’État et rendre le système de justice accessible à tous. L’objectif est d’apaiser les tensions sociales entre hôtes et réfugiés au Liban et à bâtir des relations positives au sein des collectivités.

Nous déployons également des agents de police canadiens au sein des structures militaires de la Coalition mondiale, afin de fournir des conseils aux forces de sécurité irakiennes et de la formation à la police civile.

Programmes de sécurité

Le Canada apporte un soutien et des ressources à ses partenaires en Irak, en Jordanie et au Liban ainsi qu’à la Coalition mondiale afin de freiner la circulation de combattants terroristes étrangers, d’empêcher les terroristes d’avoir accès à du financement et de lutter contre les discours prônant l’extrémisme violent.

En Irak, par la voie du Programme d’aide au renforcement des capacités antiterroristes (PARCA) d’Affaires mondiales Canada, nous offrons une formation aux représentants des forces de l’ordre pour veiller au respect de la primauté du droit et des droits de la personne, en plus d’appuyer les initiatives qui contribuent à traduire en justice les combattants terroristes étrangers. Nous offrons également du soutien aux protagonistes locaux qui s’emploient à faire circuler des messages positifs pour contrer les discours existants ou naissants prônant l’extrémisme violent.

Au Liban, dans le cadre du PARCA, nous fournissons de la formation et du soutien aux Forces armées libanaises pour prévenir les activités terroristes et rehausser la sécurité et les capacités de défense le long de la frontière entre le Liban et la Syrie. Le Canada travaille également avec la société civile et les ONG présentes au Liban pour réduire les tensions dans les collectivités d’accueil de réfugiés et également pour prévenir la radicalisation en milieu correctionnel. Nous appuyons aussi les initiatives visant à contrer l’extrémisme violent en donnant à des protagonistes crédibles les moyens de produire des discours de rechange à ceux prônant l’extrémisme violent.

En Jordanie, nous misons sur le renforcement des capacités des forces policières et militaires ainsi que des organismes de renseignement, en plus d’aider les Forces armées jordaniennes à protéger des menaces terroristes sa frontière commune avec la Syrie. L’appui fourni par le Canada vise également à accroître le rôle joué par les femmes dans les capacités d’intervention de la gendarmerie jordanienne en cas d’incident grave. Nous appuyons également les initiatives visant à prévenir et à contrer l’extrémisme violent, notamment pas la voie de formations ciblées aidant les mères et les dirigeants communautaires à déceler les signes précoces d’extrémisme violent dans leur foyer ou dans leur communauté.

Par la voie du Programme canadien de réduction de la menace liée aux armes, nous nous employons à contrer l’acquisition et l’usage d’armes de destruction massive (ADM) et de matières connexes. Nous contribuons à l’amélioration de la capacité des gouvernements à intervenir en cas d’incidents liés aux ADM et à la réduction de leurs effets sur les populations.

Le Canada est l’un de ceux qui contribuent le plus aux efforts internationaux de lutte contre la menace d’armes chimiques en Syrie. Cela comprend un soutien financier à la destruction des armes chimiques et à la poursuite d’activités d’enquête, de vérification et de surveillance liées à l’utilisation d’armes chimiques en Syrie.

Nous aidons également les gouvernements de la Jordanie et de l’Irak à renforcer leur capacité à prévenir et à détecter les incidents faisant intervenir des matières chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires, et notamment à lutter contre le trafic de matières illicites.

Efforts militaires

À mesure que la situation en Irak évolue, les efforts militaires continuent à jouer un rôle important dans l’établissement des conditions nécessaires à la stabilité à long terme. Le Canada a prolongé jusqu’au 31 mars 2021 l’Opération IMPACT, la contribution des Forces armées canadiennes à la Coalition mondiale contre Daech et à la mission de l’OTAN en Irak.

Dans le cadre de l’Opération IMPACT, les Forces armées canadiennes continueront de fournir de la formation, des conseils et de l’assistance aux forces de sécurité irakiennes, ainsi qu’à appuyer la Coalition mondiale et l’OTAN au moyen de personnel hautement qualifié. Elles continueront également à soutenir les efforts déployés pour aider les dirigeants irakiens à instaurer des organes plus efficaces et durables en matière de défense et de sécurité et à bâtir les capacités des forces régionales. Cela comprend l’autorisation de mener les activités suivantes :

  • déployer jusqu’à 850 membres des Forces armées canadiennes à l’appui de la Coalition mondiale, de la mission de l’OTAN en Irak et des activités de renforcement des capacités avec les Forces armées jordaniennes et les Forces armées libanaises;
  • fournir des avions et des hélicoptères tactiques à l’appui des engagements en Irak.

Le Canada continuera également de contribuer aux capacités existantes.

Mission de l’OTAN en Irak

En novembre 2018, le Canada a pris le commandement de la mission de l’OTAN en Irak. Le but de cette mission non axée sur le combat est de fournir des conseils et de l’entraînement pour contribuer à constituer des institutions irakiennes de défense et de sécurité plus efficaces et durables. La Mission repose sur le partenariat et l’inclusion et sur le plein respect de la souveraineté, de l’indépendance et de l’intégrité territoriale de l’Irak. Elle vise à aider l’Irak à renforcer ses écoles et administrations militaires et à faire progresser la réforme de son secteur de la sécurité.

Nous assurerons le commandement de la mission de l’OTAN en Irak jusqu’en novembre 2020. D’ici là, les Forces armées canadiennes continueront également de fournir jusqu’à 250 militaires dans le cadre de la mission. Cela comprendra le commandant de la mission, ainsi que des conseillers, des instructeurs, du personnel de quartier général et d’autres membres clés du personnel. 

La mission de l’OTAN en Irak complète l’effort international élargi visant à aider ce pays à éradiquer le terrorisme et à accroître sa stabilité à long terme, ainsi que celle de la région.

Quartiers généraux de la Coalition mondiale

Des membres des Forces armées canadiennes sont déployés dans divers quartiers généraux de la Coalition mondiale afin d’appuyer les forces de sécurité irakiennes et celles de la Coalition mondiale dans la planification et l’exécution d’opérations militaires. Ils fournissent de l’expertise très prisée dans les domaines de la planification opérationnelle et du renseignement.

Aider les forces de sécurité irakiennes

Nous conseillons les forces de sécurité irakiennes et nous leur apportons notre aide dans le cadre de la planification et de la mise en œuvre d’opérations contre Daech.

Dans le cadre de cette mission, le personnel médical des Forces armées canadiennes enseigne aux forces de sécurité irakiennes à mener la prise en charge de victimes dans un contexte de champ de bataille. Nous contribuons également à l’entraînement des forces de sécurité irakiennes et au renforcement des capacités des forces régionales. La prestation de cette formation sera faite conformément au droit canadien et international.

Nous avons déployé trois hélicoptères CH-146 Griffon pour améliorer le transport tactique dans le théâtre des opérations. Les Griffon et leurs équipages excellent dans le transport tactique de troupes et de matériel.

Entre-temps, nous poursuivrons nos efforts de renforcement des capacités auprès des forces de sécurité en Irak, en Jordanie et au Liban, et nous continuerons à faire la promotion d’une sécurité accrue et à contribuer à la sécurité et à la stabilité dans la région.

Nous fournissons également des conseils stratégiques et de l’aide au gouvernement de l’Irak.

Liens connexes

Engagement diplomatique

Résultats obtenus au chapitre de l’engagement diplomatique :

  • En juillet 2018, le Canada a dirigé, avec l’aide de ses partenaires et alliés, l’évacuation de 422 casques blancs bénévoles et de leurs familles de la Syrie.
  • Le soutien du Canada a contribué à l’organisation, en 2019, de la quatrième séance de FemParl à Beyrouth et au Caire, laquelle a réuni des dirigeantes dans l’objectif de promouvoir la participation des femmes aux processus décisionnels.
  • Le Canada a plaidé en faveur de la création d’une équipe d’enquête et d’identification de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques dans le but de trouver les personnes responsables des attaques chimiques commises en Syrie.

Les diplomates canadiens dans nos missions bilatérales et multilatérales travaillent avec des partenaires et des alliés pour trouver des solutions durables aux crises persistantes en Irak et en Syrie et à leurs répercussions sur la région, notamment en Jordanie et au Liban. Ils plaident pour le respect des droits de la personne et en faveur de réformes économiques, sociales et politiques. Ils font aussi la promotion des valeurs canadiennes, comme l’égalité des genres et le pluralisme, et renforcent un ordre international basé sur des règles.

Les diplomates évaluent et suivent l’évolution de la situation dans la région afin d’assurer une intervention appropriée du Canada et la coordination de nos mesures avec un large éventail de partenaires.

Les missions multilatérales du Canada poursuivent les objectifs du Canada et s’efforcent de trouver des solutions aux crises en Syrie, en Irak et dans la région. Elles déploient ces efforts dans les cadres suivants :

Le Canada continuera de travailler avec la communauté internationale, et s’est engagé à verser jusqu’à 91 millions de dollars pour soutenir et maintenir l’engagement diplomatique.

Le Canada est fier d’être l’un des rares pays membres de la Coalition mondiale contre Daech (en anglais) qui contribue au rôle militaire de celle‑ci et aux efforts qu’elle déploie dans les quatre domaines civils suivants :

  • endiguer le flux des combattants terroristes étrangers;
  • priver Daech de ses sources de financement;
  • soutenir les activités de stabilisation en Irak;
  • dénoncer la propagande de Daech et la contrer.

Engagement diplomatique canadien en Irak, en Syrie, en Jordanie et au Liban

Irak

Le Canada appuie un Irak uni, stable et diversifié. Nous soutenons également les efforts déployés par le gouvernement irakien pour aplanir les divergences ethniques et confessionnelles et améliorer la gouvernance. La stratégie quinquennale du Canada pour l’Irak vise donc à renforcer les capacités locales à tous les niveaux du gouvernement, notamment celles des forces de sécurité et des structures de gouvernance irakiennes.

Les diplomates canadiens de l’ambassade à Bagdad et de son bureau à Erbil défendent des enjeux qui sont importants pour le Canada, notamment :

  • rétablir la stabilité;
  • promouvoir la diversité, l’égalité des genres et le respect des droits de la personne;
  • encourager une gouvernance inclusive et efficace;
  • renforcer les relations commerciales et la croissance économique.

Les diplomates canadiens soutiennent également les processus de réconciliation nationaux et communautaires et les efforts du gouvernement irakien visant à traduire les membres de Daech en justice pour les atrocités qu’ils ont commises. 

L’Irak doit être à la source des solutions à ses problèmes et de la mise en œuvre de celles-ci. Le Canada collabore avec de nombreux partenaires, notamment le gouvernement et les autorités régionales et provinciales de l’Irak, les pays aux vues similaires, les organisations de la société civile et les organisations internationales comme les Nations Unies. Le Canada est responsable de la coordination pour l’égalité des genres pour le groupe de travail sur la stabilisation de la Coalition mondiale (en anglais). 

À ce titre, le Canada fournit des renseignements et de nouveaux outils visant à encourager d’autres partenaires à en faire plus pour intégrer les questions liées au genre dans l’aide qu’ils apportent aux régions de l’Irak qui ont été récemment libérées de l’emprise de Daech.

À ce jour, le Canada a accueilli plus de 1 400 survivants de Daech, dont de nombreuses femmes et filles yézidies vulnérables.

Relations Canada-Irak

Syrie

Les diplomates canadiens défendent la responsabilisation, une solution durable au conflit, l’accès pour l’aide humanitaire et le respect des droits de la personne en Syrie. La réponse diplomatique du Canada au conflit en Syrie met l’accent sur le soutien du processus visant à trouver une solution politique durable à la crise.

Les représentants canadiens se penchent directement sur cette question, tant de manière bilatérale qu’au sein de forums multilatéraux, comme le Groupe international de soutien à la Syrie, à Genève. Le Canada participe à des processus de médiation formelle et informelle, et appuie le renforcement du pouvoir des femmes et leur participation au processus de paix.

Le Canada collabore avec ses alliés, les pays aux vues similaires et les Nations Unies, notamment l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, et appuie les efforts visant à mettre un terme à la guerre en Syrie. En décembre 2016, le Canada a dirigé une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies réclamant une cessation des hostilités en Syrie et un accès immédiat à l’aide humanitaire pour tous les Syriens. Cette résolution a été adoptée avec le soutien de 122 pays.

Le Canada est un chef de file pour la responsabilisation en Syrie. Il milite en faveur de la mise en œuvre d’enquêtes sur l’usage d’armes chimiques et de poursuites concernant les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité perpétrés par les parties au conflit.

Par exemple, le Canada contribue activement aux efforts de responsabilisation dirigés par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques et finance la collecte d’éléments de preuve sur les crimes de guerre en Syrie par l’intermédiaire de la Commission internationale pour la justice et la responsabilité (en anglais) et du Mécanisme international, impartial et indépendant (en anglais).

Liban

Le Liban accueille le plus grand nombre de réfugiés par habitant au monde, dont quelque 929 000 réfugiés syriens enregistrés. L’engagement diplomatique et les programmes du Canada au Liban aident le pays à gérer l’arrivée massive de réfugiés et à éviter que le conflit ne déborde sur son territoire.

Nous soutenons les efforts visant à promouvoir l’égalité et le renforcement du pouvoir des femmes, notamment en tenant conjointement la conférence de haut niveau du Machrek de 2019 sur le renforcement du pouvoir économique des femmes, à Beyrouth. Cette conférence a donné le coup d’envoi à l’élaboration de plans d’action nationaux pour le renforcement du pouvoir économique des femmes pour le Liban, la Jordanie et l’Irak.

L’aide internationale du Canada vise à accroître la résilience, à réduire les tensions entre les collectivités d’accueil et les réfugiés, et à maintenir la stabilité et la sécurité du Liban et de sa frontière avec la Syrie. En outre, le Canada participe à l’élargissement de l’espace protégé destiné aux réfugiés au Liban en se portant à la défense de cet enjeu auprès des ministères clés. Depuis 2015, le Canada collabore étroitement avec le gouvernement du Liban à la réinstallation de milliers de réfugiés syriens.

Relations Canada-Liban

Jordanie

Le Canada et la Jordanie coopèrent étroitement dans le cadre de dossiers liés à la sécurité, à la défense, au développement et à l’aide humanitaire. La Jordanie accueille actuellement 662 000 réfugiés syriens enregistrés. Le Canada collabore avec la Jordanie pour promouvoir des solutions politiques aux conflits en Syrie et en Irak. Les deux pays sont membres de la Coalition mondiale contre Daech.

L’engagement diplomatique et les programmes du Canada en Jordanie aident le pays à faire face à la crise des réfugiés syriens. L’aide internationale du Canada permet aux collectivités de fournir les services essentiels et de réduire les tensions entre les réfugiés et les collectivités d’accueil. Depuis 2015, le Canada collabore étroitement avec le gouvernement jordanien à la réinstallation de milliers de réfugiés syriens. 

En mai 2016, le Canada et la Jordanie ont signé un protocole d’entente destiné à renforcer la coopération entre les deux pays en matière de sécurité et de stabilisation dans la région. Cette entente sur la coopération en matière de sécurité permet de former un partenariat stratégique solide dans la lutte contre Daech. Elle appuie également l’intervention menée par la Jordanie pour faire face aux défis en matière de stabilisation et de sécurité auxquels le pays est confronté. En outre, dans le cadre de cette entente, le Canada contribue à la Force de surveillance frontalière de Jordanie et à la Force de gendarmerie jordanienne.

Relations Canada-Jordanie

Date de modification: